Pothières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pothières
Image illustrative de l'article Pothières
Blason de Pothières
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Arrondissement de Montbard
Canton Canton de Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Jean-Pierre Schaeffer
2014-2020
Code postal 21400
Code commune 21499
Démographie
Population
municipale
214 hab. (2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ 24″ N 4° 31′ 14″ E / 47.9233333333, 4.5205555555647° 55′ 24″ Nord 4° 31′ 14″ Est / 47.9233333333, 4.52055555556
Altitude Min. 193 m – Max. 341 m
Superficie 17,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Pothières

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Pothières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pothières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pothières

Pothières est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21499.png

La commune s'étend sur 17,9 km2 à une altitude située entre 193 et 341 mètres.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Hydrograhie[modifier | modifier le code]

Pothières est traversée par la Seine.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Noiron-sur-Seine Charrey-sur-Seine Rose des vents
Bouix N Villers-Patras
Vix
O    Pothières    E
S
Étrochey

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pothières Blason De sinople à deux clés d'argent posées en sautoir, à la croix abbatiale d'or posée en pal brochante sur les clés.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

À proximité du Mont Lassois le territoire de Pothières est riche en vestiges. Les quatre tumulus fouillés en 1935 au sud-ouest du village dans les bois de Crézilles ont livré des objets de l'âge du bronze et les abords des fermes du Crevant et de la Fontaine des monnaies gallo-romaines[1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye de Pothières.

Le village comporte les vestiges de la plus ancienne abbaye du Châtillonnais fondée en 863 par Girart de Roussillon et consacrée en 878 par le pape Jean VIII. Rattachée directement à Rome elle entretient beaucoup de conflits avec les évêques de Langres. Jeanne d'Arc est réputée y avoir fait étape en février 1429, sur la route de Chinon[2].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

L'ancienne église est détruite et rebâtie entre 1860 et 1865.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Colette Maroiller    
Les données manquantes sont à compléter.

Pothières appartient :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 214 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
479 610 664 645 636 617 590 562 577
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
492 477 447 461 470 463 425 428 421
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
372 325 324 273 256 236 228 244 240
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
219 233 210 212 232 204 191 188 214
2013 - - - - - - - -
214 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église actuelle conserve du mobilier de l'église abbatiale détruite au début du XIXe siècle : les fonts baptismaux, des dalles funéraires, plusieurs statues dont un saint Roch en pierre polychrome du XVIIe siècle et un tableau du XVIIIe siècle représentant l'Adoration des mages classé Monument historique depuis 1964.
  • l'abbaye
  • le monument commémorant le passage de Jeanne d'Arc
  • un moulin à eau sur la Seine
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. René Paris 1987, p. 90
  2. René Paris 1987, p. 91
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Montigny-sur-Aube, Recey-sur-Ource, Châtillon-sur-Seine, La Bourgogne,‎ Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :