Daix (Côte-d'Or)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Daix
Daix (Côte-d'Or)
Daix (Côte-d'Or)
Blason de Daix
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Intercommunalité Dijon Métropole
Maire
Mandat
Dominique Begin-Claudet
2020-2026
Code postal 21121
Code commune 21223
Démographie
Gentilé Daixois, Daixoises
Population
municipale
1 537 hab. (2019 en augmentation de 7,71 % par rapport à 2013)
Densité 130 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 21′ 10″ nord, 4° 59′ 59″ est
Altitude Min. 290 m
Max. 476 m
Superficie 11,8 km2
Unité urbaine Dijon
(banlieue)
Aire d'attraction Dijon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fontaine-lès-Dijon
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Daix
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Daix
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Daix
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Daix

Daix [dɛ] est une commune française appartenant à Dijon Métropole située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Daix est située au nord-ouest de Dijon, capitale de la Bourgogne. Elle fait partie de Dijon Métropole, entre les 3 plus grandes régions économiques françaises : le bassin Parisien, la région Rhône-Alpes et la région de l'est avec la Lorraine et l'Alsace. Elle jouit d'une situation géographique particulièrement attractive et tend constamment à préserver un environnement et une qualité de vie exceptionnels.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Daix est une commune urbaine[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Dijon, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[4] et 245 875 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dijon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 333 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (53,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (58 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,7 %), forêts (34,7 %), zones urbanisées (9,6 %), zones agricoles hétérogènes (7,2 %), prairies (4,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,5 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Distrus en l'an 630, Distum en 783, Daix enfin à partir de 1337. Les archives ne stabilisent réellement l'orthographe du nom qu'à partir du XVIIIe siècle. Toujours est-il que le terme signifie " territoire " : Daix est le territoire qui dépend pendant longtemps de la châtellenie de Talant, dont le seigneur est lui-même vassal de celui de Dijon.

En 1215, à la ferme de Bonvaux, retirée au fond de la combe de Plombières, des moines de la congrégation du Val des Ecoliers établissent un petit prieuré après avoir défriché ces terres cédées par Garnier de Fontaine. Le site accueille nombre de pèlerins autour de ses deux sources consacrées.

En 1300, le duc Robert II achète la totalité du fief de Daix à Odo de Fontsérina. Le village dépend alors directement du duc de Bourgogne: en 1383, on compte à Daix 19 feux, c'est-à-dire environ 95 habitants. Au XVe siècle, l'ancien village descendit du "Plain St Laurent" pour s'établir au pied de la colline, mais peu d’éléments aujourd'hui le démontrent.

En 1477 à la mort de Charles le Téméraire, Daix change plusieurs fois de mains.

En 1644, "le village n'est composé que de vignerons. N'ont ni prairie, ni rivière. Les terres sont propres à froment. Leur récolte consiste en cerisiers qui furent gelés l'année dernière. Et ayant visité les maisons dudit lieu, avons recogneu y en avoir 20, tant bonnes que méchantes", notent les commissaires des États de Bourgogne.

Les deux tableaux dans la salle du conseil de la mairie illustrent la vie de la commune de Daix sous Louis XV, celle d'un petit bourg tranquille aux portes de la capitale que dominent de leurs flèches églises et cathédrales. le village compte alors une petite trentaine d'habitants rassemblés autour d'une demeure seigneuriale, édifiée au début du siècle par Bénigne Jacquot, premier Président à la Cour des comptes de Dijon. Alentour, point de froment ni de seigle, mais des champs d'avoine, d'orge, mais surtout... de vignes, dont l'entretien et la production attirent nombre de journaliers au moment des vendanges.

L’église est construite en 1848. En 1954, Daix se développe avec la construction du lotissement "Les Petits Prés". Plusieurs autres lotissements apparaissent au cours des années 1970, 80 et 90. En 1999, Daix atteint un pic de 1 479 habitants.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2019, la commune comptait 1 537 habitants[Note 3], en augmentation de 7,71 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
236240243242248240252255251
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
251264227215240261271292250
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
265241243209208215253207254
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
4364975337848621 4791 4541 4311 371
2014 2019 - - - - - - -
1 4421 537-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Daix.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1845 18 mai 1863 M. Etienne Antoine Disson   Colonel retraité
mars 1959 mars 1965 Guy Debost - -
mars 1965 mars 1971 Michel Barrois - -
mars 1971 mars 1977 Jacques Virly - -
mars 1977 mars 2001 Pierre Bidault - -
mars 2001 novembre 2005 Guy Dincher - -
novembre 2005 mars 2008 Paul Lechapt - -
mars 2008 en cours Dominique Begin-Claudet - -
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent.
Monument aux morts

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Wackernheim (Allemagne)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules au gril d'argent au chef bandé d'or et d'azur de six pièces et à une bordure de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Dijon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.

Liens externes[modifier | modifier le code]