Rougemont (Côte-d'Or)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rougemont.
Rougemont
Maison médiévale du bourgpar Eugène Viollet-le-Duc.
Maison médiévale du bourg
par Eugène Viollet-le-Duc.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Montbard
Intercommunalité Montbardois
Maire
Mandat
Michel Capdevielle-Père
2014-2020
Code postal 21500
Code commune 21530
Démographie
Population
municipale
164 hab. (2014)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 40′ 09″ nord, 4° 14′ 43″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 332 m
Superficie 9,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Rougemont

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Rougemont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rougemont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rougemont

Rougemont est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Perrigny-sur-Armançon (Yonne) Asnières-en-Montagne Rose des vents
Aisy-sur-Armançon
(Yonne)
N Arrans
Saint-Rémy
Buffon
O    Rougemont    E
S
Quincy-le-Vicomte

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne abbaye de femmes, de l'ordre de Saint-Benoît, sous le vocable de Notre-Dame, dépendant de Abbaye Saint-Jean-de-Réome à Moutiers-Saint-Jean, transférée à Dijon en 1673, et dite ensuite abbaye de Saint-Julien de Rougemont, à cause de l'union du prieuré de Saint-Julien-sur-Dheune (Saône-et-Loire). Outre l'abbaye, il y avait à Rougement une seigneurie laïque, avec château fort, et une Maison-Dieu[2].

Le village abrite une église du XIIIe siècle, sous le vocable de la Nativité de la Sainte-Vierge, qui a été le siège d'une cure du diocèse de Langres, doyenné de Moutiers-Saint-Jean, à la collation de l'évêque depuis la réunion de la mense abbatiale de Moutiers-Saint-Jean à son évêché (1731)[2], et classée monument historique en 1912[3]. Il subsiste également une tour fortifiée et des maisons des XIIIe siècle-XIVe siècle toutes habitées. Les villageois affirment que sous cette église, il y a une crypte, accessible par souterrain.[citation nécessaire]

À environ un kilomètre au sud-est du village, par le chemin dit "de la tour", menant de Rougemont à Buffon (Côte-d'Or), se trouvent les ruines d'un donjon roman de l'ancien château fort, qui surplombent la vallée de l'Armançon et le canal de Bourgogne.

Au Moyen Âge, cette ville était beaucoup plus grande. La seigneurie était partagée entre l'abbesse de Rougemont et un seigneur laïc[2]. Les épidémies de peste et de choléra auraient décimé la population. À l'origine cette ville devait s'appeler Mont-Rouge.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 juin 2007 Léon Bacchieri    
juillet 2007 mars 2014 Jean-Michel Rogosinski    
avril 2014 en cours Michel Capdevielle-Père    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 164 habitants, en diminution de -6,82 % par rapport à 2009 (Côte-d'Or : 1,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
434 336 340 321 384 370 391 387 339
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
335 339 323 340 348 304 291 344 348
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
323 319 267 310 274 268 216 244 244
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 -
223 192 167 158 170 174 176 164 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Religieux
Civils 

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte géographique », sur maps.google.fr (consulté le 21 août 2010)
  2. a, b et c Roserot (Alphonse), Dictionnaire topographique du département de la Côte d’Or, 1924, p. 332 disponible sur Gallica
  3. Classement par arrêté du 2 mai 1912. Voir photographies dans la base Mérimée (Ministère de la Culture): notice et liste des illustrations
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :