Saulx-le-Duc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saulx.
Saulx-le-Duc
Saulx-le-Duc, plus loin Saulx-la-Ville.
Saulx-le-Duc, plus loin Saulx-la-Ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Is-sur-Tille
Intercommunalité Vallées de la Tille et de l'Ignon
Maire
Mandat
Francis Perderiset
2014-2020
Code postal 21120
Code commune 21587
Démographie
Population
municipale
255 hab. (2014)
Densité 8,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 24″ nord, 5° 01′ 13″ est
Altitude Min. 292 m
Max. 480 m
Superficie 29,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Saulx-le-Duc

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Saulx-le-Duc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saulx-le-Duc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saulx-le-Duc

Saulx-le-Duc est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté. Saulx-le-Duc fait partie de la communauté de communes des Vallées de la Tille et de l'Ignon (COVATI).

Géographie[modifier | modifier le code]

Sur la rive gauche de l'Ignon dont la limite suit le cours au sud, le grand territoire de Saulx-le-Duc (29 km2) se partage entre agriculture et forêt. Le village est accroché sur le versant est de la butte karstique Saint-Siméon (482 m, plus haut point de la commune) qui offre un panorama sur toute la région, parfois jusqu'au Mont-Blanc dit-on… Les champs cultivables entourent le village dans les zones abritées des vents dominants et sur le plateau autour de Luxerois. Les forêts couvrent les buttes, les collines et le fond de nombreuses combes. La route départementale 901 qui relie Is-sur-Tille à Châtillon-sur-Seine suit l'Ignon, rivière sur laquelle s'inscrit le point le plus bas du finage à 296 m. Le sentier de grande randonnée no 7 (GR7) qui va de l'Alsace aux Pyrénées (emprunté par certains pèlerins de Compostelle venus de l'Europe du Nord) traverse la commune du nord au sud en forêt de Bonières, sans passer par le pittoresque village.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

Combe Méline et butte de Touloison (424 m) vus depuis la butte Saint-Siméon.
  • Hameaux détachés du village : Luxerois, Saulx-la-Ville.
  • Habitat ou bâti écarté : Rond-Buisson, Vaudimes.
  • Lieux-dits d'intérêt local : Butte de Touloison, forêt de la Bonière. Plusieurs combes portent un nom (combe Méline, combe de Fontenille, combe au Chaperon…)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Poiseul-lès-Saulx Avelanges Marey-sur-Tille Rose des vents
Courtivron N Is-sur-Tille
O    Saulx-le-Duc    E
S
Tarsul Villecomte Diénay

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bien qu'il existe plusieurs sources sur le finage (sources de Fontenille, de la Maladière, de Vaubois, fontaine de Luxerois), il n'existe aucun ruisseau pour traverser le territoire ou rejoindre l'Ignon au sud. Le terrain karstique a tendance à faire disparaître l'eau dans des réseaux souterrains, la résurgence dans le village voisin de Villecomte avec son gouffre inondé en est un des signes. L'Ignon suit la limite de territoire sud par plusieurs méandres sur un bon kilomètre, pour une dénivellation d'environ deux mètres. L'Ignon est un affluent de la Tille, sur le bassin versant de la Saône et du Rhône.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Semble formé sur la racine sal- issue du latin salire, « sauter, jaillir », pour désigner une source d’eau minérale où l’on dit que le duc de Bourgogne prenait beaucoup de plaisir. L’origine selon le gaulois salico ou le latin salix, -icem,« saule », n’est cependant pas exclue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saulx-le-Duc est le berceau d'une illustre maison noble de Bourgogne connue depuis le XIe siècle : la maison de Saulx.

En 1254, le château et la terre de Saulx furent cédés à Saint-Louis par les seigneurs de Saulx ; ceux-ci en retinrent toutefois le nom. En 1303, Philippe le Bel donna cette terre à Robert, duc de Bourgogne, d'où le nom de « Saulx-le-Duc ».

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté les noms de Saulx-en-Montagne et de Saulx-la-Ville[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie-école de Saulx-le-Duc. La mairie est l'ancienne maison des chanoines.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Francis Perderiset - -
2008 2014 Alain Boulay divers droite- -
2001 2008 Pierre Lavier - -
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 255 habitants, en diminution de -4,14 % par rapport à 2009 (Côte-d'Or : 1,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
443 517 543 472 520 495 507 514 470
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
468 408 407 381 361 331 313 290 261
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
269 264 214 253 272 270 242 214 203
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
211 213 244 201 187 232 271 255 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune n'a pas de monument classé à l'inventaire des monuments historiques, 5 éléments y sont répertoriés [6] et 3 objets sont répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[7].

  • L'église de l'Assomption-de-Notre-Dame a été construite en 1844 sur un plan rectangulaire avec un clocher carré en façade. Elle renferme les objets répertoriés aux Monuments Historiques.
  • Maisons bourguignonnes anciennes parfois ornées de statues ou de cadrans solaires dans le village.
  • vierge noire et calvaire sur l'aire de pique-nique au pied de la butte Saint-Siméon. le piédestal de la Vierge est gravé "SOUVENIR DE L'ÉGLISE N.D. COLLÉGIALE ET PAROISSIALE DE SAULX 1197-1844".
  • Trois aires de pique-nique existent sur la commune : l'esplanade de la butte (voir ci-dessous), une terrasse avec des bancs au pied de la butte près de la Vierge Noire et la rive de l'étang aménagée près du lavoir.

Butte Saint-Siméon[modifier | modifier le code]


"Sur la butte Saint-Siméon était autrefois le château de Saulx surnommé par Henri IV “le nid à rats des Ligueurs” puisque ceux-ci, sous la conduite du duc de Nemours, y avaient trouvé asile. On raconte qu'en juin 1589, ils ruinèrent la ville d'Is-sur-Tille en seulement 18 jours… Henri IV fera raser le château en 1591. À méditer depuis le sommet de la butte, qui culmine à 481 m, en admirant un magnifique panorama sur la vallée de l'Ignon depuis Courtivron jusqu'à Is-sur-Tille."[8]

  • Chapelle collégiale Saint-Siméon
    "fondée en 1197 dans l’enceinte du château fort par Guy de Saulx, elle comportait 7 chanoines. Acquise par la commune, elle a été entièrement restaurée."[8]
  • Statue de Saint Siméon protégeant ou bénissant le village et les hameaux de Saulx-la-ville et Luxerois, à l'extrémité est de l'esplanade. À l'opposé côté ouest, un calvaire en pierre dont les inscriptions du piédestal sont illisibles (en 2015).
  • lavoir avec un toit en lave sur l'étang de Saulx-la-Ville, bien rénové et joliment situé.
  • Chapelle Sainte-Anne à Luxerois, de plan rectangulaire à six contreforts allongé d'une abside ronde. Elle est suivie d'une croix monumentale en pierre blanche et située au milieu de la route du hameau.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :