Saint-Seine-l'Abbaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Seine (homonymie).

Saint-Seine-l'Abbaye
Saint-Seine-l'Abbaye
Vue générale.
Blason de Saint-Seine-l'Abbaye
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Fontaine-lès-Dijon
Intercommunalité Forêts, Seine et Suzon
Maire
Mandat
Daniel Malgras
2014-2020
Code postal 21440
Code commune 21573
Démographie
Population
municipale
375 hab. (2015 en augmentation de 4,17 % par rapport à 2010)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 26′ 30″ nord, 4° 47′ 24″ est
Altitude Min. 429 m
Max. 570 m
Superficie 3,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Seine-l'Abbaye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Seine-l'Abbaye

Saint-Seine-l'Abbaye, anciennement Saint-Seine-en-Montagne, est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle est traversée par l'Ougne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux, bourgs, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

Cestres (forêt) -

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Champagny Vaux-Saules Rose des vents
N
O    Saint-Seine-l'Abbaye    E
S
Bligny-le-Sec Saint-Martin-du-Mont

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité / Route de l'ambre et de l'étain

Depuis la haute antiquité, Saint-Seine-l'Abbaye est un lieu stratégique, carrefour commercial important entre le nord de la France et les Flandres et les comptoirs romains ou grecs du Midi.

Le village devient le siège d'une abbaye bénédictine fondée au VIe siècle par Saint Sequanus (Saint Seine).

Vers 731, la Burgondie et en particulier l'abbaye de Saint-Seine est pillée et brûlée par le passage des Sarrasins.

La puissance monastique des moines s'étend peu à peu jusqu'à ce que Charles le Gros cède ses droits fonciers attenants au domaine (fiscus régius) sous la demande de Waremberg, abbé de Saint-Seine, lors du passage du Roi en 886 à Langres.

Les Normands et les Hongrois lors de leur passage au IXe siècle (888) ruinent à nouveau le pays.

Ravagée puis relevée en 981, l'abbaye connaît son apogée au XIIIe siècle.

Pendant plusieurs siècles, l'histoire du village de Saint-Seine se confond avec celle de son abbaye.

Histoire du moine Sigo (ou "saint Seine")

Probablement originaire de Mesmont (l'antique chef-lieu du pays) et fils du comte de Mesmont, Sigo se fait moine au VIe siècle à Moutiers-Saint-Jean, avant de s'installer dans la forêt de Cestres (aujourd'hui hameau du canton). Il fut à ,l’origine de l'une des plus puissantes abbayes bourguignonnes. Le jeune et vigoureux abbé entreprend de construire les bâtiments primitifs du monastère, défrichant plusieurs des terrains alentour et multipliant les guérisons et miracles. Sigo meurt en 581.

Son patronyme évolue au fil du temps en « Soigne », puis en « Seigne », et est finalement assimilé à la Seine toute proche pour être latinisé en « Sanctus Sequanus », lui conférant son nom définitif de saint Seine lors de sa canonisation. En 534 il laissera ce nom au village de Saint-Seine-l’Abbaye.

La légende dit que l’abbé Sequanus serait le descendant d’un prêtre de la déesse Sequana à l’origine du nom du fleuve qui arrose Paris. Les vestiges d’un ancien temple gaulois ont été découverts près de la source de la Seine.

Construction de l'abbatiale

L'abbaye de Saint-Seine, appelée d'abord Sainte-Marie de Cestres, est fondée en 534 par Sigo. L'abbaye compte alors, entre autres, parmi ses religieux saint Benoît d'Aniane en 774, le réformateur de l'ordre de saint Benoît de Nursie au IXe siècle.

En l'an 805, Charlemagne confirme les donations et privilèges dont jouissaient, dans le pays Lingon (évèché de Langres), les églises et monastères dont les archives avaient été anéanties par l'invasion arabe. La charte perdue, c'est son fils, Louis le Pieux qui, en 817, confirma à nouveau les propriétés de l'abbaye de Saint-Seine.

Au début du XIIIe siècle, l'abbé Olivier entreprend la construction de l'abbatiale.

Époque contemporaine

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Seine-en-Montagne[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Seine-l'Abbaye

Les armes de Saint-Seine-l'Abbaye se blasonnent ainsi :

D'azur au dextrochère de carnation, habillé d'une manche large d'argent, tenant une crosse contournée d'or posée en pal.

Il s'agit des armoiries de l'abbaye. La crosse tournée vers la droite indique la dépendance vis-à-vis de l'évêché.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 octobre 2007[2] Christian Myon † UMP Conseiller général jusqu'en 2007
novembre 2007 en cours Daniel Malgras    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2015, la commune comptait 375 habitants[Note 1], en augmentation de 4,17 % par rapport à 2010 (Côte-d'Or : +1,68 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
692775788813897904923890785
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
734678668616610599546515502
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
551503463471418383357395352
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015 -
358352309326355365358375-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Saint-Seine est une ancienne abbaye bénédictine dont l'origine remonte au VIe siècle. Son plan est de type bénédictin avec trois nefs, transept et absidioles échelonnées. Ses chevets plats montrent une influence cistercienne. L'édifice achevé en 1235 brûle 20 ans plus tard en 1255, n'épargnant que le chœur et le croisillon nord. La reconstruction ne sera effectuée que vers la fin du XIVe siècle et au XVe siècle. Des 2 tours prévues à la façade, seule la tour nord fut achevée vers 1484. Du monastère qui se développait au sud de l'église il ne reste, de nos jours, que des bâtiments du XVIIIe siècle.

Cet édifice est le plus ancien site sacré du gothique bourguignon avec son porche couvert du XVe siècle, sa nef à quatre travées et collatéraux, puis ses stalles sculptées du XVIIIe siècle. Elles sont le chef-d'œuvre de Guillaume Theiss, artisan luxembourgeois installé au pays, et remplaçant celles du siècle précédent installées par Jean IV de Blaisy.

La fresque de la clôture nord datant de 1504 et composée de deux rangées de 21 tableautins illustre la vie de saint Seine. Pendant la Révolution, ces fresques subissent des dégradations. Classées au registre des monuments historiques en 1908, elles ont été, petit à petit, réhabilitées et restaurées.

L'abbatiale de Saint-Seine fait l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques depuis 1862[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Georges Joseph Dufour (1758-1820),général des armées de la République et de l'Empire(nom gravé sous l'Arc de Triomphe).
  • Jean-Baptiste Martenot, architecte
  • Marie-Alphonse Sonnois (1828-1913), évêque de Saint-Dié (Vosges) puis archevêque de Cambrai (Nord) était le fils d'un médecin de Saint-Seine-l'Abbaye et y passa son enfance.
  • Roger Guillemin, professeur de neuro-endocrinologue, prix Nobel de médecine en 1977, y exerça comme médecin généraliste en 1948.
  • Philibert Guettet,né à Perrecy-les-Forges,(30.04.1813),décédé à St-Seine l'Abbaye (21.01.1900). Médecin hydrothérapeute,fait Officier de la couronne du chêne par le Roi Guillaume II des Pays-Bas en 1845. Fondateur en 1846 d'un Etablissement d'hydrothérapie à St Seine dans la maison conventuelle de l'ancienne abbaye.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :