Quemigny-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Quemigny-sur-Seine
Quemigny-sur-Seine
Enclos paroissial avec l'église Saint-Bénigne.
Blason de Quemigny-sur-Seine
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Philippe Lecœur
2014-2020
Code postal 21510
Code commune 21514
Démographie
Population
municipale
94 hab. (2016 en diminution de 12,96 % par rapport à 2011)
Densité 4,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 47″ nord, 4° 40′ 05″ est
Altitude Min. 285 m
Max. 422 m
Superficie 21,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Quemigny-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Quemigny-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quemigny-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quemigny-sur-Seine

Quemigny-sur-Seine est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté. Les gentilés sont "Cuminiaculien" et "Cuminiaculienne".

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21514.png

Quemigny-sur-Seine est une commune installée sur le haut val de la Seine, là où le fleuve n'est qu'un petit cours d'eau comme tant d'autres. Il sort du territoire à 285 m d'altitude après l'avoir traversé su sud au nord et avoir servi de limite communale sur 1,5 km en fin de parcours. Avec ses affluents il irrigue de belles prairies et contourne plusieurs collines dont certaines sont encore couvertes par des bois, dont la plus haute à 422 m dans la pointe sud du finage ; mais c'est essentiellement l'agriculture qui occupe les surfaces, surtout sur les hauteurs qui font partie du vaste plateau agricole du Duesmois. Les 21 km2 de la commune s'inscrivent entre les deux routes du joignent Châtillon-sur-Seine à Dijon peu après leur séparation sur la commune de Saint-Marc-sur-Seine, celle du sud la plus courte (D 971 ex RN 71) franchissant les fortes pentes du seuil de Bourgogne vers le Val-Suzon, l'autre plus nord préférée des poids-lourds (D 901) suivant les vallées du Revinson et de l'Ignon avec une seule côte importante à Aignay-le-Duc. Ces deux routes sont reliées par la D 954 qui traverse toute la commune nord-sud par le village et ses deux principaux hameaux (Cosne et Quemignerot) et qui se prolonge au sud sur les communes voisines jusqu'à Baigneux-les-Juifs.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Hameaux détachés du village : Quemignerot, Cosne.
  • Habitat ou bâti écarté : forge de Grandpré, Nuisement, la Roche, Plaisance (silos), ferme de la Forge.
  • Lieux-dits d'intérêt local : val de Duesme, bois du Faiselot, bois du Fayot.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bellenod-sur-Seine Meulson Beaunotte Rose des vents
Magny-Lambert N Aignay-le-Duc
O    Quemigny-sur-Seine    E
S
Ampilly-les-Bordes Baigneux-les-Juifs Duesme

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Seine[1] qui parcourt environ 6 km sur le finage de la commune, créant de nombreux méandres, est sujette aux inondations. Elle entre à 303 m d'altitude et sort à 285 m, elle reçoit en rive droite le Revinson[2] qui reçoit lui-même la Coquille[3], en rive gauche le ruisseau de la Roche. De nombreuses autres sources (la Loicherotte, la Grande Fontaine…) sur les versants sont alimentées par les eaux venues du plateau, elles forment parfois quelques mares mais sans donner de cours d'eau, les sous-sols calcaires permettant l'existence d'un réseau hydraulique souterrain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tour carrée du XIVe siècle témoin de l'ancien château-fort.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le hameau de Cosne est le plus riche en vestiges : cinq tumulus celtes y ont été fouillés des 1874 et on y a découvert également d'importants vestiges gallo-romains.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Quémigny dont la seigneurie relève du duc de Bourgogne dépend de la prévôté de Duesme et du diocèse d'Autun.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La seigneurie passe à la famille de Vingles puis aux Viard.

Le château entre dans la famille Guenichon en 1757.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Quemigny-sur-Seine Blason Écartelé, au premier et au quatrième : Famille Viard : d'or au phénix de sable pose sur un bucher de gueules ; au chef d'azur chargé de trois coquilles d'or ; au deuxième et au troisième : Famille Guenichon : d'azur au pont donjonné d'argent maçonné de sable mouvant d'une riviere du second.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Gilbert Jager    
Les données manquantes sont à compléter.

Quemigny-sur-Seine appartient :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2016, la commune comptait 94 habitants[Note 1], en diminution de 12,96 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
468531495451459435439408400
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
400403339290283318280272276
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
267267244267262265243226230
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
19515113013613112011811695
2016 - - - - - - - -
94--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune compte 1 monument inscrit à l'inventaire des monuments historiques[8], 26 monuments ou édifices répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[9], 2 éléments classés à l'inventaire des objets historiques[10] et 27 objets répertoriés à l'I.G.P.C[11].

  • Château [12] qui a conservé un donjon carré XIVe et deux tours rondes XVIe, vestiges de l'ancienne enceinte[13]. Le château est privé mais l'accès au parc est autorisé par le propriétaire.
  • Plusieurs croix monumentales sur la commune dont deux croix de cimetière.
  • Des bâtiments anciens, maisons et fermes dans le village et les hameaux.
  • Pont en pierre du XIXe siècle sur la Seine (répertorié IGPC 1989)[14]
  • Église Saint-Bénigne avec nef plafonnée du XVIIe siècle. Pierres tombales et sculptures du XVIe siècle : sainte Anne et la Vierge, Pietà, orant d'Isabeau de Ternay en pierre polychrome[15]. Le bâtiment est construit sur un plan en croix latine, le bras nord du transept servant de base à un clocher carré coiffé d'une flèche octogonale, couverte d'ardoise ainsi que tous les autres toits (répertorié IGPC 1989)[16].

À Quemignerot :

  • four à pain couvert en lave (IGPC 1989)[17].
  • ancienne chapelle du XVIIe désaffectée (IGPC 1989)[19].

À la Roche et à Granpré :

  • Moulins anciens sur le ruisseau de la Roche, celui de Grandpré (ou Grand Pré) apportait son énergie aux forges.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau (----0010) »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau (F00-0400) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau (F0020600) »
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Liste des monuments historiques de la commune de Quemigny-sur-Seine », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. « Liste des lieux et monuments de la commune de Quemigny-sur-Seine à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. « Liste du patrimoine mobilier de la commune de Quemigny-sur-Seine », base Palissy, ministère français de la Culture.
  11. « Liste des objets de la commune de Quemigny-sur-Seine à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  12. Château de Quémigny-sur-SeineNotice no PA00112603, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. René Paris 1986, p. 53
  14. Notice no IA00054211, base Palissy, ministère français de la Culture
  15. René Paris 1986, p. 52
  16. Notice no IA00054210, base Palissy, ministère français de la Culture
  17. Notice no IA00054221, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Notice no IA00054220, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Notice no IA00054219, base Mérimée, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Aignay-le-Duc, Baigneux-les-Juifs, Laignes, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :