Fontaines-en-Duesmois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontaines.

Fontaines-en-Duesmois
Fontaines-en-Duesmois
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Denis Soyer
2014-2020
Code postal 21450
Code commune 21276
Démographie
Gentilé Dubifontains, Dubifontaines
Population
municipale
122 hab. (2015 en diminution de 4,69 % par rapport à 2010)
Densité 6,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 00″ nord, 4° 32′ 40″ est
Altitude Min. 334 m
Max. 419 m
Superficie 17,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Fontaines-en-Duesmois

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Fontaines-en-Duesmois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontaines-en-Duesmois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontaines-en-Duesmois

Fontaines-en-Duesmois est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté, elle fait partie du canton de Baigneux-les-Juifs et des communes regroupées dans le Châtillonnais. Les gentilés sont "Dubifontain" et "Dubifontaine".

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21276.png

Situé sur le plateau du Duesmois qui domine la vallée de la Brenne et la haute vallée de la Seine, la commune est essentiellement agricole. Les deux pointes formées par les limites de la commune, au nord, sont occupés par la forêt qui entoure Villaines-en-Duesmois et qui fait partie de l'immense zone forestière qui s'étend du Montbardois au Châtillonnais. Ce territoire de 18 km2 a son point culminant à 419 m dans sa pointe sud au lieu-dit du Bois-de-Vaux et son point bas (333 m) dans le bois de l'Évoy à son extrême pointe nord-ouest.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

La D.21 traverse la commune du nord-ouest au sud-est, route qui relie Laignes (sur la D.965 de Châtillon-sur-Seine à Tonnerre) à la D971 (Châtillon-sur-Seine à Dijon) près de Baigneux-les-Juifs.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Hameaux détachés du village : Émorots (ou Esmorots).
  • Habitat ou bâti écarté : le Vieux Moulin (ruines).
  • Lieux-dits d'intérêt local : étang de Noitant, bois de l'Évoy, bois là-Haut. Plusieurs combes portent un nom, combe aux Groseillers, combe Cochon…

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Touillon Villaines-en-Duesmois Magny-Lambert Rose des vents
N Chaume-lès-Baigneux
O    Fontaines-en-Duesmois    E
S
Lucenay-le-Duc

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Malgré son nom qui a pour origine une source située aujourd'hui sous la chapelle Saint-Nicolas, le territoire de Fontaines, situé sur un plateau, est peu irrigué. Le sous-sol karstique (calcaires jurassiques) a tendance à écouler les eaux de façon souterraine et elles alimentent les nombreuses sources qui apparaissent dans les versants des vallées qui bordent le plateau, sur certaines communes voisines. Quelques sources remplissent épisodiquement les lavoirs ou des petits étangs comme celui de Noidant au nord du village. La Laigne (ou ruisseau de Marcenay[1]), qui coupe la pointe nord-est du finage, est représentative du système hydraulique local puisqu'elle disparaît un plus loin sur la commune de Puits, pour réapparaître à la résurgence de Laignes, près de 20 km plus au nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Plusieurs tumulus fouillés sur les pentes ouest du vallon de la Laigne attestent d'une occupation celtique à la fin de l'âge du bronze et au début du premier âge du fer[2].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

À proximité de la chapelle Saint-Nicolas, on peut observer une des plus belles mottes castrales du Châtillonnais cernée par l'anneau marécageux d'un ancien fossé. Cette maison forte, signalée dès le XIVe siècle, est la résidence des seigneurs de Fontaines[3].

À deux kilomètres à l'ouest, le hameau d'Emorots est une grange de l'abbaye de Fontenay du XIIe siècle à la Révolution.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

En 1575, Jean d'Eguilly fait enclore le village de murs flanqués de tours et percés de 4 portes avant d'affranchir les habitants. La seigneurie passe ensuite aux Saint-Belin Malain[3].

En 1789, Emorot est rattaché à Fontaines.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2014 Hubert Gormotte    
mars 2014 en cours Denis Soyer    
Les données manquantes sont à compléter.

Fontaines-en-Duesmois appartient :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2015, la commune comptait 122 habitants[Note 1], en diminution de 4,69 % par rapport à 2010 (Côte-d'Or : +1,68 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
445405405402412407412406408
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
396397389389362336342328329
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
299281279222222216222190182
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
198175171134124126141128122
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune compte 3 monuments inscrits à l'inventaire des monuments historiques[8], 29 monuments ou édifices répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[9], 6 éléments classés à l'inventaire des objets historiques[10] et 31 objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[11].

  • Manoir du XVe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Aignay-le-Duc, Baigneux-les-Juifs, Laignes, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :