Chartreuse de Lugny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lugny.
Chartreuse de Lugny
Lugny02.JPG
Chapelle de la corroirie de la chartreuse de Lugny.
Présentation
Type
Propriétaire
Société privée / personne privée
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Côte-d’Or
voir sur la carte de la Côte-d’Or
Red pog.svg

La chartreuse de Lugny est une ancienne chartreuse située dans un vallon de la commune de Leuglay dans le département de la Côte-d'Or en France.

La chartreuse fait l'objet d'une inscription partielle au titre des monuments historiques [1],[2],[3].

Localisation[modifier | modifier le code]

La chartreuse de Lugny est située dans un vallon de la commune de Leuglay, à proximité de Recey-sur-Ource et non loin de Châtillon-sur-Seine, au hameau éponyme.

Elle est accessible depuis Châtillon et Langres par la RD928.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint Bruno.

La chartreuse de Lugny serait la première chartreuse fondée par saint Bruno après son départ de l'abbaye de Molesme. Mais il semble que sa fondation ne date que de 1172 alors que Bruno est mort soixante-et-onze ans plus tôt au monastère de Santo Stefano del Bosco, le 6 octobre 1101.

État et statut[modifier | modifier le code]

Elle a conservé d'importants bâtiments, mais les cloîtres ont toutefois disparu. L'église, consacrée en 1203, a été remaniée en 1560. Elle reste affectée au culte jusqu'en 1790 et sert ensuite de grange à partir de la Révolution, après que les moines sont obligés de se disperser.

Acquise comme bien national en 1791, la chartreuse de Lugny a peu après été revendue à un maître de forges. Elle est aujourd'hui propriété privée.

Les restes de sa corroirie, bien conservés, sont visibles en bordure de la route RD928. Les autres bâtiments, en retrait sur le coteau, sont accessibles par une petite route. Toutes les constructions sont habitées.

Les maisons particulières élevées à la chartreuse sont l'œuvre de l'architecte Edme Verniquet (1727-1804) et pourraient être les cellules des moines reconstruites, en même temps que le grand cloître avant la Révolution[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00112511, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Notice no PA00125317, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Notice no IA00050313, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Michel Fleury, Jeanne Pronteau, l'œuvre architecturale d'Edme Verniquet , dans École pratique des hautes études, 4e section Sciences historiques et philologiques, Annuaire 1975-1976. 1976, p.629-669.

Sources[modifier | modifier le code]