Marey-sur-Tille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marey-sur-Tille
Marey-sur-Tille
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Is-sur-Tille
Intercommunalité Vallées de la Tille et de l'Ignon
Maire
Mandat
Ferruccio Boldrini
2014-2020
Code postal 21120
Code commune 21385
Démographie
Population
municipale
323 hab. (2016 en augmentation de 1,89 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 56″ nord, 5° 04′ 54″ est
Altitude Min. 281 m
Max. 469 m
Superficie 30,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Marey-sur-Tille

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Marey-sur-Tille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marey-sur-Tille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marey-sur-Tille

Marey-sur-Tille est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Marey-sur-Tille fait partie du canton d'Is-sur-Tille et se situe à environ 10 km au nord de ce village, 11 km à l’ouest de Selongey, 9 km au sud de la Haute-Marne et à 11 km au sud de Grancey-le-Château.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Avot Cussey-les-Forges Foncegrive Rose des vents
Avelanges N Selongey
Villey-sur-Tille
O    Marey-sur-Tille    E
S
Saulx-le-Duc Is-sur-Tille

Histoire[modifier | modifier le code]

Village très ancien dont on trouve la trace dès le premier millénaire. En 1012, Marey passa de l'abbaye de Flavigny à celle de Saint-Bénigne. D'abord de la baronnie de Saulx-le-Duc, Marey tomba sous la houlette de la baronnie de Grancey.

Un des seigneurs Guillaume de Médavy forma la branche des comtes de Marey vers 1650.

Son fils mort à la guerre ne laissa pas de descendance, Marey resta ainsi aux comtes de Grancey.

On a exploité le fer depuis très longtemps à Marey. Courtépée indiquait d'ailleurs que c'était le fer le plus pur de France.

L'autre activité qui occupa beaucoup de ses habitants fut le tissage des draps à partir de la culture du chanvre.

Village du canton de Selongey, le conseil municipal demanda son rattachement à Is-sur- Tille en 1932.

Ce village abrite le LAMS 21 (Laboratoire d'Analyse Micro Biologique des Sols) créé par Claude et Lydia Bourguignon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 Mars 2008 M. Michel Borecki    
mars 2008   M. Ferruccio Boldrini    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2].

En 2016, la commune comptait 323 habitants[Note 1], en augmentation de 1,89 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
651633651563580588582558545
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
527478378362358441357340332
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
335333332302299314284313266
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
261274253310337301328327324
2016 - - - - - - - -
323--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Loup (XIIIe et XVe siècles) :

Église de style gothique. Le clocher fut reconstruit au XVe siècle. Une peinture du jugement dernier est remarquable dans la nef latérale. Quelques belles statues de l'école de Dubois : un saint Jean et un saint Luc occupent le chœur. Un saint Roch de bois polychrome et une pietà du XVIe siècle classée sont à ne pas rater lors d'une visite.

  • Deux lavoirs :

Le plus grand des deux lavoirs est l'œuvre de Sirodot, architecte dijonnais connu au XIXe siècle. Il est de type « compluvium » peu courant en Côte-d'Or.

Le second, plus petit, est traversé par le ruisseau des «venots».

Ces deux lavoirs viennent d'être restaurés et leurs photos se trouvent sur le site internet covati.fr[5].

  • Dieu de Pitié :

Dieu de Pitié à la sortie sud du village entre les tilleuls

  • Le château

Construit entre les XVIe et XVIIIe siècles, il est aujourd'hui fermé au public.

  • Calvaires :

Cinq calvaires, dont deux du XVIIIe siècle, sont à découvrir le long des routes ou chemins du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :