Norges-la-Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Norges-la-Ville
L'église Saint-Vallier de Norges-la-Ville
L'église Saint-Vallier de Norges-la-Ville
Blason de Norges-la-Ville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Fontaine-lès-Dijon
Intercommunalité Val de Norge
Maire
Mandat
Maurice Chebion
2014-2020
Code postal 21490
Code commune 21462
Démographie
Population
municipale
869 hab. (2012)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 30″ N 5° 04′ 39″ E / 47.4083333333, 5.077547° 24′ 30″ Nord 5° 04′ 39″ Est / 47.4083333333, 5.0775  
Altitude Min. 257 m – Max. 351 m
Superficie 11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Norges-la-Ville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Norges-la-Ville

Norges-la-Ville est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au nord de Dijon (environ 10 km), Norges-la-Ville se situe dans le canton de Fontaine-lès-Dijon, à l'est des montagnes dijonnaises. C'est à Norges-la-Ville que naît la rivière la Norge.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Savigny-le-Sec Marsannay-le-Bois Clénay Rose des vents
Messigny-et-Vantoux N Bretigny
O    Norges-la-Ville    E
S
Asnières-lès-Dijon Bellefond

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village vient de celui de la rivière : Norvia, nom de lieu humide d'origine prégauloise a donné Norgia puis Norges. Vraisemblablement à l'origine du hameau de Norges-le-Bas, un gué permettait à la voie romaine qui reliait Lyon à Trèves de traverser la Norges. Sur la voie Agrippa apparaissent quatre structures de forme circulaire pour certaines et quadrangulaire pour les autres. Elles sont visibles dans deux enceintes jointives sur les photos aériennes prises le [1].

Le village de Norges-la-Ville s'est développé sur le ressaut rocheux situé au-dessus de la source de la Norges, mettant les habitations à l'abri des inondations et cela dès le VIe siècle, comme l'atteste la découverte d'un sarcophage mérovingien contre le mur de l'église.

Du VIIIe siècle au XIe siècle, diverses donations prouvent l'existence de l'existence de deux villages (Norges-le-Bas et Norges-le-Haut) ainsi que d'un hameau aujourd'hui disparu situé entre Norges-le-Bas et Bellefond. Les deux parties du village s'étiraient chacune le long d'une route.

Si la voie romaine eut son heure de gloire avec l'installation au XIIIe siècle de la commanderie des Antonins protégée par les ducs de Bourgogne, elle fut abandonnée vers 1730. L'animation se déplaça à Norges-le-Haut avec la création d'un relais de poste. Malheureusement le phylloxéra et la Première Guerre mondiale ruinèrent ce village de vignerons qui devint essentiellement résidentiel avec l'arrivée de l'eau courante en 1962.

De nouvelles habitations réunirent les deux Norges, auxquels la dérivation de la route nationale 74 redonna calme et tranquillité.


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D'azur au chevron d'argent, accompagné en chef de deux roses d'or et en pointe d'un Tau de même »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Christian Raëdle    
mars 2008 avril 2012 Emmanuel Clochet    
juin 2012 mars 2014 Guy Brebouillet    
Les données manquantes sont à compléter.

Sports et Associations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Norges-la-Ville possède aussi une communauté Emmaüs.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 869 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
238 202 226 190 200 235 233 249 215
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
232 241 241 234 279 234 230 209 190
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
184 189 193 165 158 157 142 163 165
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
203 224 424 554 605 839 914 918 869
2012 - - - - - - - -
869 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Vallier,datant du IXe siècle.
  • Source de la Norges.
  • Complexe communal (salle des fêtes, mairie, bibliothèque).
  • Monument aux morts (guerres 1914-1918 et 1939-1945).
  • Bois de Norges, où se situe la grotte Malpertuis.
  • Le château de Norges-le-Hault, datant du XVIIe siècle.
  • Le lavoir de la source.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archéologia, n°482 - Novembre 2010. p. 35.
  2. Site officiel du golf]
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :