Mauvilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mauvilly
Enclos paroissial sur la route de Beaulieu.
Enclos paroissial sur la route de Beaulieu.
Blason de Mauvilly
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Henri Chevallier
2014-2020
Code postal 21510
Code commune 21396
Démographie
Population
municipale
65 hab. (2014 en diminution de 13,33 % par rapport à 2009)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 30″ nord, 4° 41′ 54″ est
Altitude Min. 325 m
Max. 424 m
Superficie 15,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Mauvilly

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Mauvilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mauvilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mauvilly

Mauvilly est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté. Les gentilés sont « Mavilléen » et « Mavilléenne ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21396.png

Entre les vallées creusées par la Seine et le Brévon sur les communes voisines, Mauvilly occuoe sur 15,3 km2 une partie haute du plateau du Duesmois, au sud du plateau qui porte la forêt domaniale de Châtillon-sur-Seine. Du village, assez central au territoire, deux combes se creusent vers le nord-ouest dans les vallons Duvau et de Courtacon pour se réunir sur la commune de Busseaut en se dirigeant vers le Brévon. Elles coupent la limite de commune respectivement à 326 m (point bas du finage) et 336 m d'altitude. De l'autre côté du village, dans l'alignement des vallons, le point haut se trouve sur la limite de commune opposée à 424 m, dans le bois de Champcombert. Les bois couvrent les hauteurs au sud-est du village et les sommets entre le vallons du nord-ouest. À part à peu près égale des surfaces, l'agriculture est plutôt implantée entre ces deux zones boisées et au sud-ouest, ainsi qu'à l'extrémité est du territoire qui suit le Brévon. Quelques prairies occupent le fond des vallons. La route départementale 21 (de Châtillon-sur-Seine à Aignay-le-Duc par la forêt de Châtillon) traverse le finage du nord-est au sud en passant par le village.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

La population est regroupée dans le village, la commune n'a pas de hameau rattaché.

  • Habitat ou bâti écarté : fermes de Valfermet et de Précuse.
  • Lieux-dits d'intérêt local : vallons Duvau et de Courtacon, bois : la Mangeootte, la Belle-Étoule, la Rougeterre-et-Lanvey, Champ-Velantru.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

On peut distinguer deux systèmes hydrauliques sur la commune, séparés par les hauteurs du sud au nord-est au-delà desquelles se prolonge à l'est le territoire qui descend jusqu'au Brévon[1]. Cette rivière est ici dans un passage en forêt, presque à mi-parcours de sa confluence avec la Seine[2], elle forme avec la rive gauche de l'étang Fourchu (commune d'Aignay-le-Duc) la limite est de la commune. À l'ouest des collines le relief est creusé selon une orientation sud-est nord-ouest en direction encore du Brévon dont le cours vers l'ouest a fait une large courbe sur les communes voisines pour revenir sur celle voisine de Busseaut. Le vallon de Courtacon est alimenté par une source qui remplit un petit étang avant de sortir de la commune, de même pour le vallon Duvau irrigué par la source qui noie les douves du château mais se perd souvent dans les prés humides avant d'atteindre la limite de territoire, malgré la présence d'autres sources sur son cours et dans le vallon des Murgerots qui lui est affluente (mais souvent asséchée). Les ruisseaux de ces trois vallons n'arriveront jamais jusqu'au Brévon, bien que leur talweg commun se poursuive jusqu'à la rivière pied de Busseaut par les combes Patiot, à la Faux, Pierreuse et au Prêtre. Les phénomènes karstiques sont fréquents dans ces plateaux en calcaire du Jurassique, et le court ruisseau du Differend, affluent du Brévon, qui source au bout du talweg de ces ruisseaux peut être une exsurgence de leurs eaux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Busseaut Rochefort-sur-Brévon Beaulieu Rose des vents
Bellenod-sur-Seine N Montmoyen
Aignay-le-Duc
O    Mauvilly    E
S
Meulson Beaunotte

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

Des silex, pointes de flèches et haches polies relevées sur le territoire attestent d'une occupation humaine dès le néolithique. Elle se poursuit ensuite avec la découverte d'objets en fer des 1er et 2e âges du fer.

Les vestiges gallo-romains sont plus dispersés mais des fouilles sommaires ont mis au jour les vestiges d'une construction sur le coteau de Busseaut.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Des sarcophages trouvés témoignent d'une occupation mérovingienne autour de l'église actuelle. Au cours du Moyen Âge, Mauvilly est une baronnie du bailliage de la Montagne dont dépendent Meulson, Beaunotte et Tarperon à Quemigny-sur-Seine[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mauvilly Blason Écartelé, au premier gironé d'argent et d'azur, au deuxième d'or à la fasce de sable accompagnée de six coquilles du même, au troisième aussi d'or au coq hardi de sinople accompagné de trois roses de gueules, au quatrième de sable aux trois besants d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mauvilly est rattaché

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Henri Chevallier    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2014, la commune comptait 65 habitants[Note 1], en diminution de 13,33 % par rapport à 2009 (Côte-d'Or : +1,38 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
255 188 278 240 242 269 260 267 271
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
282 293 207 206 180 181 187 191 179
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
163 153 154 133 138 110 121 117 100
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
116 94 73 70 77 88 79 78 77
2013 2014 - - - - - - -
68 65 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune n'a pas de monument classé à l'inventaire des monuments historiques, elle compte 18 monuments ou édifices[8] et 17 objets[9] répertoriés à l'IGPC (inventaire général du patrimoine culturel).

  • Nombreuses croix, maisons et fermes anciennes sur la commune.
  • Église de la-Nativité-de-la-Vierge (IGPC 1989)[10], bâtiment d'un plan "allongé" (rectangulaire) avec un chœur flanqué de deux chapelles (XVe siècle), le clocher carré surmonté d'une flèche octonale est calé entre la chapelle droite (sud) et la nef XIXe siècle. Statuaire du XVIe siècle : Vierge de pitié et Christ aux liens.
  • Mairie XIXe en moellons et pierre de taille, avec un étage en surcroît (IGPC 1989)[11]
  • École XIXe à deux étages dont un en surcroît (IGPC 1989)[12].
  • Ancien château des ducs de Bourgogne (IGPC 1989)[14] :
    • les tours d'enceinte entourées de douves en eau datent du XVe siècle.
    • Chapelle de style Renaissance du XVIe siècle.
    • Logis du XVIIIe siècle.
    • Le parc possède un beau pigeonnier circulaire recouvert de laves.
  • Manoir XVIe (IGPC 1989)[15] avec dépendances du XIXe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Aignay-le-Duc, Baigneux-les-Juifs, Laignes, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :