La Roche-en-Brenil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Roche.
La Roche-en-Brenil
Le château.
Le château.
Blason de La Roche-en-Brenil
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Semur-en-Auxois
Intercommunalité Saulieu
Maire
Mandat
Bernard Perreau
2014-2020
Code postal 21530
Code commune 21525
Démographie
Population
municipale
892 hab. (2014 en diminution de 1,76 % par rapport à 2009)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 18″ nord, 4° 10′ 44″ est
Altitude Min. 273 m
Max. 573 m
Superficie 50,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
La Roche-en-Brenil

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
La Roche-en-Brenil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Roche-en-Brenil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Roche-en-Brenil

La Roche-en-Brenil est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté à 240 km au sud-est de Paris.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Roche-en-Brenil se situe dans le Morvan. Elle possède plusieurs hameaux : (du nord au sud) Vernon, Clermont, Chamont, Bierre-en-Morvan, Pothenée, Champagné, la Vernois, le Crossaint, Montmilien et le Boulois.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sincey-lès-Rouvray Montberthault, Courcelles-Frémoy Thoste Rose des vents
Rouvray
Saint-Germain-de-Modéon
N Dompierre-en-Morvan
Lacour-d'Arcenay
O    La Roche-en-Brenil    E
S
Saint-Agnan
(Nièvre)
Saint-Didier Molphey

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Roche-en-Brenil Blason Coupé: au premier de gueules à la double barrière d'argent passée en sautoir, au second d'azur à la champagne de sinople, au rocher d'argent à dextre et à l'arbre de sinople fûté d'argent à senestre, brochants.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1959 mars 1989 André Brenot    
mars 1989 mars 1995 Michel Bravin    
mars 1995 mars 2014 Gilles de Montalembert UDI  
mars 2014 en cours Bernard Perreau DVD Commerçant
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2].

En 2014, la commune comptait 892 habitants[Note 1], en diminution de 1,76 % par rapport à 2009 (Côte-d'Or : +1,38 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
1 811 1 837 1 802 2 063 2 282 2 459 2 499 2 449 2 323
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 273 2 202 2 284 2 231 2 203 2 167 2 124 2 041 1 756
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 764 1 790 1 536 1 428 1 410 1 455 1 330 1 290 1 277
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
1 143 1 082 1 066 890 891 916 898 892 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de La Roche, bâti au XIIe siècle, a longtemps été une forteresse ; il prenait la suite d’une tour de défense beaucoup plus ancienne située au nord-est en contrebas du parc. Composé d’un logis principal et de quatre tours reliées entre elles par d’épaisses et hautes murailles, il était protégé par ses douves. On y entrait par un pont-levis situé à l’entrée nord de la cour, proche du donjon.

Au XVIe siècle, les nécessités de la défense ayant disparu, le château devient une résidence d’agrément. La tour nord et une partie des murs sont alors abattus, ouvrant ainsi à la vue sur l’Auxois. On perce les façades de larges fenêtres, un sacellum (petit sanctuaire) est accolé à la façade principale et de nouveaux bâtiments, moins solennels, sont construits à l’ouest, appuyés sur le mur d’enceinte. Le pont dormant, à l’arrière du château, date de cette époque.

En 1841, Charles de Montalembert sauve le château de La Roche de la démolition en le rachetant à des marchands de biens qui projettent de le détruire pour en faire une carrière de pierres. Il restaure le château et crée le parc, dit “à l’anglaise”. Le château appartient, aujourd’hui encore, à l’un de ses descendants. Les allées du parc sont ouvertes à la promenade.

  • Le Poron-Meurger ou Roche du Diable. Il s'agit d'un amas d'énormes pierres granitiques d'environ 50 m de long, dans un bois à proximité du village ; la légende en attribue l'origine au diable, dont les empreintes seraient visibles dans la roche[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Charles, Forbes, comte de Montalembert (1810-1870), maître d’école et Pair de France.

Né au lendemain de la Révolution française dans une société en pleine mutation, il prend pour devise : “Ni espoir, ni peur”. Pour lui-même et pour son siècle, il ne veut ni de “l’espoir” qui projette sur le futur les formes du passé, ni de la “peur” qui interdit de les quitter. Charles de Montalembert lutta toute sa vie pour la défense des libertés civiles, politiques et religieuses, et pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Issu d’une famille de militaires, il choisit pour son combat les armes de la parole plutôt que celles de la guerre. Avec ses amis Lacordaire et de Coux, à 20 ans, il fonde l’École Libre. Fervent défenseur du régime parlementaire, il siège tout d’abord à la Cour des Pairs, puis à l’Assemblée Nationale comme élu du département du Doubs.

Membre de l’Académie française, il laisse une œuvre importante faite de nombreux discours politiques, une Vie de sainte Élisabeth de Hongrie écrite à 23 ans, une histoire des “Moines d’Occident”, et une abondante correspondance échangée avec des personnalités marquantes de son temps tels que Balzac, Michelet, Victor Hugo, Lamartine...

Yves Afonso acteur français né en 1944 à Saulieu, y a passé son enfance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  5. Pierre Saintyves, Pierres à légende de Bourgogne, Éd. du Pas de l'Anne, 1998.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :