Vanvey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vanvey
Vanvey
Blason de Vanvey
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Philippe Vincent
2020-2026
Code postal 21400
Code commune 21655
Démographie
Population
municipale
232 hab. (2018 en augmentation de 4,98 % par rapport à 2013)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 06″ nord, 4° 42′ 34″ est
Altitude Min. 242 m
Max. 376 m
Superficie 16,8 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Châtillon-sur-Seine
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châtillon-sur-Seine
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Vanvey
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Vanvey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vanvey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vanvey

Vanvey (autrefois dénommée Vanvey-sur-Ource) est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie, hydrographie et environnement[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21655.png

La superficie de Vanvey est de 16,8 km2, avec une altitude minimum de 242 mètres et un maximum de 376 mètres.

Vanvey est située sur le cours de l'Ource, affluent de la Seine, récemment marqué par un manque d'eau d'importantes mortalités piscicoles[1].

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Vanvey est traversée par la route départementale 928 qui relie Châtillon-sur-Seine à Langres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vanvey est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Châtillon-sur-Seine, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 60 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (67,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (67,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (67,4 %), terres arables (23,5 %), zones agricoles hétérogènes (4 %), prairies (3,4 %), zones urbanisées (1,7 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Des haches de pierre polies attestent d'un occupation dès le néolithique et l'observation aérienne a décelé des structures gallo-romaines confortées par la découverte en 1839 d'une statuette à la Malmaison sur la rive droite de l'Ource.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Une importante nécropole, d'origine mérovingienne est située sur la bute Saint-Phal. Elle a livré aux archéologues des objets du VIe siècle[9].

Une communauté religieuse vouée à Saint Barthélémy s'installe à la sortie ouest du village actuel au Xe siècle[10]. Les habitants du village sont affranchis de très longue date.

La chapelle sise sur la butte Saint-Phal est citée dès 1124.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1500, Vanvey est clos de murs avec fossés et ponts-levis[11].

Un complexe sidérurgique se développe rapidement à proximité de l'Ource à partir à deux forges distinctes : « la forge du haut » en amont fabriquant fers et filières pour la tréfilerie et une en aval au lieu-dit « la forge ».

En 1830, les forges sont acquises par le consortium Bazile-Louis Maître à l'origine de la Compagnie des forges de Châtillon-Commentry et Neuves-Maisons. Après l'arrêt de la fabrication du fer, le site abrite encore une usine de fabrication de machines agricoles jusqu'au début du XXe siècle.

La sablière de Vanvey (Côte-d'Or)[12] est « l'une des nombreuses carrières de sable d'origine cryoclastique qui ont été ou sont exploitées sur le flanc exposé au NW de la vallée de l'Ource »[13],[14].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vanvey Blason
D'azur, à la roue de moulin d'or, au chef parti: au I d'azur semé de fleurs de lys d'or et à la bordure componée d'argent et de gueules, au II bandé d'or et d'azur de six pièces et à la bordure de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 En cours Philippe Vincent   Chef d'entreprise
mars 2001 2014 Monique Gauch    
1995 2001 Marie-Christine Bosi   enseignante
Avant 1995 1995 Constantin De Brotonne DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Vanvey appartient :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2018, la commune comptait 232 habitants[Note 3], en augmentation de 4,98 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,65 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
711853797763924881816820721
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
737621585571651552534523508
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
522552438419416382419443426
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018
563412332356313287235229232
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Le cimetière est commun avec le village voisin de Villiers-le-Duc.
  • À l'entrée du cimetière une plaque "British Graves" est apposée. Il s'agit des tombes de trois Anglais, un Écossais, deux Canadiens anglais et d'un Canadien français, composant l'équipage d'un avion Halifax de la RAF qui s'est écrasé en forêt le lors de la Seconde Guerre mondiale.
  • Un hameau forestier de harkis y a existé durant les années 1960 à 1970, aujourd'hui signalé par une plaque commémorative.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Une rivière à sec et d’innombrables poissons morts : le maire de Vanvey, dans le Châtillonnais, dénonce une « situation écologique désastreuse » qui est le « résultat d’une décision administrative », Lien vers France 3 Côte-d’Or : des mesures de gestion d’eau entraînent la mort de poissons dans la rivière l’Ource
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  3. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 25 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 25 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. René Paris 1987, p. 100.
  10. René Paris 1987, p. 102.
  11. René Paris 1987, p. 101.
  12. coordonnées x = 778,400 ; y = 317,100 ; z = 260 m
  13. Puisségur J.J (1976) Les grézes de Vanvey. Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire, 13(3), 119-122
  14. Journaux A (1976) Les grèzes litées du Châtillonnais. Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire, 13(3), 123-138
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Beauvalot Y (1974) Quelques exemples d'architecture religieuse en Bourgogne et l'introduction du néo-classicisme ; Centre Recherches Classicisme Néoclassicisme, 1974, 2 (Notice CNRN/Bibliographie de l'histoire de l'art)).
  20. Fiche Mérimée
  21. Fiche Mérimée
  22. Fiche Mérimée
  23. Roddier M (2003) Lavoirs: Washhouses of Rural France. Princeton Architectural Press.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Montigny-sur-Aube, Recey-sur-Ource, Châtillon-sur-Seine, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Puisségur J.J (1976) Les grézes de Vanvey. Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire, 13(3), 119-122.

Sur les autres projets Wikimedia :