Messigny-et-Vantoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Messigny-et-Vantoux
Messigny-et-Vantoux
Blason de Messigny-et-Vantoux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Intercommunalité Communauté de communes Forêts, Seine et Suzon
(siège)
Maire
Mandat
Françoise Gay
2020-2026
Code postal 21380
Code commune 21408
Démographie
Population
municipale
1 675 hab. (2018 en augmentation de 6,21 % par rapport à 2013)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 24″ nord, 5° 01′ 05″ est
Altitude Min. 274 m
Max. 553 m
Superficie 33,92 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Dijon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fontaine-lès-Dijon
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Messigny-et-Vantoux
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Messigny-et-Vantoux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Messigny-et-Vantoux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Messigny-et-Vantoux
Liens
Site web messigny-et-vantoux.fr

Messigny-et-Vantoux est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Vantoux-lès-Dijon

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Messigny-et-Vantoux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dijon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 333 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (62 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (63,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (58,7 %), terres arables (28,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,3 %), zones agricoles hétérogènes (3,2 %), prairies (3,1 %), zones urbanisées (3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Vantoux est cité en 1330 sous Eudes de Saulx. Les ruines de cette maison-forte des Comtes de Saulx est démolie en 1670 par Jean I de Berbisey et reconstruite dès 1699 par Jean II de Berbisey pour être achevé en 1704. Les dépendances protègent le mausolée de l'ancienne chapelle de ND de la Gissant. Sobriquet des habitants de Vantoux sont appelés 'les coucous', population mouvante, éphémère au service du seigneur. Tels les coucous ils changeaient de nids. (Coordonnées : 47° 23′ 37″ N, 5° 01′ 11″ E)

Messigny: en 869, l'abbaye de St Bénigne de Dijon était propriétaire de trois 'colonies'. Au XIII° s. le chambrier de St Bénigne est considéré comme le seigneur de Messigny. Sa résidence, la tour carrée au centre du village. Sobriquet des habitants 'les méjou de coeu de beu' puis après la visite de Louis XIV en 1674, les 'gloriou' et lorsqu'ils en faisaient trop 'lé chie en lit'.

Vestiges préhistoriques et antiques
Tumulus du bois de la Mansenne (1000 an avant J-C). Oppidum de Roche Château occupée par les Celtes entre 1100 et 150 avant J-C. Huit sépultures datant de l'époque gallo-romaine.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Messigny-et-Vantoux Blason
D'azur à l'aigle d'or, au chef parti, au premier d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules[8].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
  • Le lion « d'azur au lion d'or et lampassé de gueules » est le blason des comtes de Saulx-Vantoux. La tour représente l'abbaye de Saint-Bénigne de Dijon dont le chambrier était considéré comme le seigneur de Messigny dès le XIIIe siècle. La rivière séparant les deux parties est « Suzon » pour les puristes et non 'le Suzon' !

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 2008 Henri Revol    
mars 2008 mars 2014 Jean Pierre Potron    
mars 2014 juin 2020 Vincent Lepretre   Agriculteur retraité
juin 2020 En cours Françoise Gay   Éleveuse ?

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2018, la commune comptait 1 675 habitants[Note 3], en augmentation de 6,21 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,65 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
661727689731711757709719736
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
712658638589655569587560529
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
546533520443427447470464530
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
4795337679241 0701 2541 3871 5741 628
2018 - - - - - - - -
1 675--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture civile
  • Château de Vantoux du XVIIIe siècle. Monument historique (France), propriété privée de plan carré : avant-corps à fronton légèrement saillant, balustrade ornée aux angles de groupes sculptés (les saisons), terrasse, cour d'honneur, douves, communs, parc boisé, glacière.

Jean de Berbisey, premier président du Parlement de Dijon (1715), héritier d'une famille parlementaire très fortunée, il entreprit la reconstruction totale du château en 1699 et achevé en 1704. Son volume cubique se distingue des autres demeures construites à cette époque en Bourgogne, et se rapproche du château de Marly. Il est d'ailleurs probable que Jules Hardouin-Mansart en soit le concepteur, Jacques Gabriel ou Martin de Noinville en assurant l'exécution, ainsi que les autres ouvrages dijonnais de l'architecte.

Sans enfants, Berbisey en 1748 il légua la seigneurie de Vantoux, le chateau et son hôtel particulier dijonnais à la charge de Premier Président du Parlement de Dijon, "pour en soutenir la dignité". [13]

  • Sarcophages gallo-romains à Vantoux.
  • Pierre tombale de Girard de Saulx (1437), église.
  • Pierre tombale d'Henri II de Saulx (1524), église.
  • Maison seigneuriale XVIe siècle.
  • Chapelle de Notre-Dame de la Gissant (1558) à Vantoux.
  • --Ancien moulin à eau du Rosoir.
  • Maison Humbert Lucot, écuyer, conseiller du Roi (1636)
  • La maison du rebouteux Robert Albert à Vantoux (1656).
  • Maison Pierre Joly, Trésorier Général de France construite en 1679 dite aussi Maison Claude Hoin (1750-1817).
  • Église de Messigny, son existence apparaît dès le IXe siècle. Vocable de St Vallier.
  • Le Dieu de Pitié (1696).
  • Ex-voto "la chasse de St Hubert" (1636).
  • Le lavoir dit "le temple de la Médisance" (1830).
  • La statue de l'Hercule (1829).
  • Le Monument Militaire (1870-1871), œuvre du sculpteur Courte. En mémoire de la 4ème Brigade de l'Armée des Vosges.
Sites naturels protégés
  • Les milieux forestiers, prairies et pelouses de la Haute vallée du Suzon sont classés Site d'importance communautaire Natura 2000.
  • Une partie de la Réserve naturelle régionale du Val-Suzon est sur le territoire de la commune.
Église de Messigny.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Famille des comtes de Saulx (1034-1610) portant "D'azur au lion d'or grimpant, armé et lampassé de gueules".

Famille de Berbisey (1378-1756), noblesse de robe portant "D'azur à une brebis paîssante d'argent". Certains descendants ayant ajouté "Un lambel d'or en chef pour brisure".

Famille Destourbet (1770-1958), noblesse de robe, diplomates, propriétaires terriens.

Famille des comtes Le Gouz de Saint-Seine (1540-2...), noblesse de robe portant " De gueules à la croix endendrée d'or cautonnée de quatre fers de lance argent".

Famille d'Orges (1250-1725), noblesse de robe portant "D'azur au lion couronné d'or, armé et lampassé de gueules".

Famille Forneron (1725-1886), bourgeois, notaires, ecclésiastiques.

Famille Savolle (1569-1725), bourgeois, bienfaiteur du village et de l'hôpital Saint-Louis des Français à Rome.

Humbert Lucot (1636 ?), écuyer, conseiller du Roy portant "D'azur à une fasce d'or, surmontée d'un coq de même dont les pieds sont perdus derrière la fasce accompagnée en pointe d'un croissant d'argent".

François Fremiet, notaire royal en 1676 portant "D'argent à trois fourmis de sable, deux en chef une en pointe".

Pierre Joly (1642-1681), trésorier général de France portant "D'azur à un lys, à trois fleurs d'argent".

Albert Robert, rebouteux à Vantoux en 1656.

Claude Hoin (1750- 1817), artiste peintre dijonnais.

Volontaires ayant servi dans les armées de Napoléon 1°: Charles François (1769-1860),capitaine, Légion d'Honneur. Fremiet Pierre (1768-1826), lieutenant. Fremiet François (1778-1826), Maréchal des Logis, Légion d'Honneur. Grapin Bernard (1773-1809), capitaine, Légion d'Honneur. Lambry François (1771-1841), lieutenant. Michel Louis (1771-1796), sous-lieutenant.

Henri Fremiet dit 'commandant Fremiet' (1780-1859), officier de Napoléon 1°, érudit, bienfaiteur de la commune, maire de 1826 à 1830.

Henri Chaussenot inventeur d'un gaz de résine en 1828.

Jacques Tortochot, inventeur en 1858 d'une horloge astronomique, imitation de celle de la cathédrale de Strasbourg.

Jean-Baptiste Forneron (1797-1886), proviseur du lycée Louis-le-Grand, recteur d'Académie.

Bernard Javelle (1832-1897), érudit, ecclésiastique.

Denis Bornier, créateur et fabricant de la moutarde éponyme en 1879.

Albert Vincent Chapuis, érudit, maire de 1919 à 1924.

Henri Carteret, pharmacien, fondateur du Laboratoire PALC.

Emile Montigny (1880-1960), bienfaiteur, maire de 1932-1960.

Louis Jean dit 'Emile' Galland (1881-1951), musicien auteur de la 'Sonnerie aux morts'.

Henri Revol (1936-2...), sénateur, maire de 1971 à 2008.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Harxheim commune allemande de l'arrondissement de Mayence-Bingen, dans la région de Hesse-rhénane en Rhénanie-Palatinat (Allemagne) Coat of arms of Rhineland-Palatinate.svg. (1982).

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Mairie de Messigny-et-Vantoux
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. Yves Beauvalot, « Jules Hardouin-Mansart et Jacques Gabriel : le château de Vantoux », in Congrès archéologique de France, 1994, p. 171-177, (lire en ligne).
  • Messigny, son histoire à travers le passé. A.V Chapuis - 1907 - Edit. Jacquot et Floret, Dijon.
  • Messigny et Vantoux, - . Claude Kayser (1982) - Edit.Masseboeuf , Dijon
  • Messigny et Vantoux, Contes et Légendes oubliés. Claude Kayser (1997) - Edit. Coloradoc, Ahuy.
  • Messigny et Vantoux, Il était une fois 1900. Claude Kayser (1983) - Edit. Coloradoc; Ahuy.
  • Le Château de Vantoux et son village. Claude Kayser (1996) - Edit. Coloradoc , Ahuy.
  • Messigny et Vantoux, Au fil des Siècles. Claude Kayser, Georges Balliot, Jackie Martin.(2000) - Edit. Coloradoc, Ahuy.
  • Messigny et Vantoux sous l'occupation. Notre Devoir de Mémoire 1939-1945. Claude Kayser, Georges Balliot.(2005) - Edit. Coloradoc, Ahuy.
  • Agadès la Sainte ou les secrets d'une cité mythique. Claude Kayser (2009) - Edit. Coloradoc, Ahuy.
  • La croix d'Agadès, symbole, emblème ou attribut. Claude Kayser (2015) - Auto-édition limitée.
  • L'histoire de mes 6 mandats de maire de Messigny et Vantoux. Henri Revol (2021) - Edit. Coloradoc,Chenôve.

Liens externes[modifier | modifier le code]