Étais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Étais
Étais
Blason de Étais
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Intercommunalité Communauté de communes du Montbardois
Maire
Mandat
Claude Bouttefroy
2020-2026
Code postal 21500
Code commune 21252
Démographie
Population
municipale
82 hab. (2018 en diminution de 7,87 % par rapport à 2013)
Densité 5,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 31″ nord, 4° 26′ 15″ est
Altitude Min. 303 m
Max. 362 m
Superficie 14,04 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montbard
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Montbard
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Étais
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Étais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Étais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Étais

Étais est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21252.png

La commune d'Etais occupe une superficie totale de 14 km2 située entre 303 et 362 mètres d'altitude.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Coulmier-le-Sec est situé sur la départementale 980 reliant Châtillon-sur-Seine à Cluny.

Les gares les plus proches sont celles de Montbard (12,53 kilomètres), Venarey-les-Laumes (18,52 kilomètres) et Nuits (17,04 kilomètres). La commune est desservie par la ligne de cars reliant Châtillon-sur-Seine à la gare de Montbard (TGV).

Hydrograhie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Étais est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montbard, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 34 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Situé sur un des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, on y note en 1207 l'existence d'un hospice pour pèlerins pauvres tenu par des Antonins dépendants de Norges.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la Révolution Etais dépend du bailliage de Semur-en-Auxois du duché de Bourgogne[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 mars 2014 Rémi Vincent    
mars 2014 2020 Françoise Renard    
2020 En cours Claude Bouttefroy    
Les données manquantes sont à compléter.

Etais appartient :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur aux trois têtes de bélier d'argent, au chef bandé d'or et d'azur de six pièces à la bordure de gueules.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2018, la commune comptait 82 habitants[Note 3], en diminution de 7,87 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,65 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
271253280286308314302298288
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
248246255233209210191189193
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
185171161160166144134138137
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1271321401229687889286
2018 - - - - - - - -
82--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église romane Saint-Barthélemy. Statuaire ancienne dont un saint Michel du XVe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  6. René Paris 1986, p. 104.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Aignay-le-Duc, Baigneux-les-Juifs, Laignes, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]