Meulson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Meulson
Meulson
L'enclos paroissial à l'entrée ouest du village.
Blason de Meulson
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Marie-Noëlle Gelot
2014-2020
Code postal 21510
Code commune 21410
Démographie
Population
municipale
33 hab. (2016 en diminution de 17,5 % par rapport à 2011)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 41′ 21″ nord, 4° 41′ 56″ est
Altitude Min. 345 m
Max. 427 m
Superficie 7,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Meulson

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Meulson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Meulson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Meulson

Meulson est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 21410.png

Au-dessus des vallées de la Seine et de son affluent la Coquille, en rives droites, la commune de Meulson s'allonge est-ouest sur près de 8 km2 sur les hauteurs du plateau du Duesmois, au sud de la forêt de Châtillon. Les bois couvrent à peine un quart des surfaces, pour une petite part sur le haut des versants de vallées en limite sud-ouest du finage, où on trouve le point le plus bas à 339 m, dans le bois de Peut-Champ au-dessus des Roches de Tarperon, et pour une part plus importante au nord-est du territoire, sur les hauteurs, au-dessus de 420 m. C'est là dans le bois de Chancombert que se trouve un sommet à 426 m qui marque le point culminant de la commune. À part quelques prairies autour du village et une carrière de pierre du Châtillonnais au lieu-dit les Creux de Mines[1], le reste du territoire est consacré à l'agriculture.

La route départementale 16 qui joint Châtillon-sur-Seine à Aignay-le-Duc par la forêt de Châtillon traverse la commune et le village selon une orientation nord-sud. Côté ouest une route suit le bord du plateau et dessert les villages situés en haut du versant droit des vallées, à l'est une route est l'unique accès à la ferme de Valfermet, sur la commune voisine de Mauvilly, elle butte ensuite comme tous les chemins forestiers voisins, sur le sillon creusé en forêt par le Brévon.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Meulson est situé à proximité de la départementale 901 qui relie la route départementale 971 à Is-sur-Tille à partir de Saint-Marc-sur-Seine.

Hameaux, écarts, lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune n'a pas de hameaux ni d'habitations isolées hormis la ferme des Ouches très proche du village. Parmi les lieux-dits d'intérêt local :

  • les côtes Norceau,
  • la côte de Barmont (mont à 417 m d'alt.),
  • la combe de Valfermet,
  • la carrière de Drouas,
  • les bois de Chancombert, Viforêt, le Peut-Champ.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bellenod-sur-Seine Mauvilly Rose des vents
N
O    Meulson    E
S
Quemigny-sur-Seine Beaunotte

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le plateau du Duesmois fait partie de l'extrémité ouest du plateau de Langres dont les sous-sols en roches calcaires du Jurassique sont solubles et produisent des réseaux d'eau souterrains, comme sur la commune voisine de Mauvilly dont les cours d'eau disparaissent avant de rejoindre le Brévon. Plusieurs sources poignent sur la commune : fontaine de l'Orge (au lavoir), des Ormeaux, de Bisot, des Bas-de-Vaux… mais aucune ne donne naissance à un cours d'eau qui rejoindrait en surface les vallées voisines, Seine[2], Coquille[3] et ruisseau de Banlot[4] au sud, Brévon[5] à l'est.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

Plusieurs tumulus ont fourni du mobilier daté du 1er et 2e âge du fer et la période gallo-romaine a livré plusieurs sculptures.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le village, fermé, échappe aux épidémies de peste des XVe et XVIe siècles et c'est à Meulson en 1589 que la noblesse bourguignonne convoquée par Bénigne Frémiot et Guillaume de Tavanne s'unit pour libérer la forteresse de Duesme des Ligueurs qui l'occupent[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Meulson Blason Gironné d'argent et d'azur, à la bordure de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 septembre 2012 Joseph Gelot    
septembre 2012 en cours Marie-Noelle Gelot    
Les données manquantes sont à compléter.

Meulson appartient :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2016, la commune comptait 33 habitants[Note 1], en diminution de 17,5 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
190205201183195202173162164
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
15711711511410610410910996
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
93103821009489779079
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
636853394437373833
2016 - - - - - - - -
33--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux, monuments et pôles d'intérêt[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune ne compte pas de monument inscrit à l'inventaire des monuments historiques, 12 monuments ou édifices sont répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[11], 2 éléments classés à l'inventaire des objets historiques[12] et 21 objets répertoriés à l'I.G.P.C[13].

  • Église de la-Nativité-de la-Vierge (IGPC 1989)[14] de plan rectangulaire, flanqué de deux chapelles de chaque côté du chœur, le clocher carré à flèche octogonale coupe le toit à deux pans entre nef et abside. Statuaire conséquente : Vierge à l'Enfant en pierre polychrome du XIVe siècle, sainte Marthe et la tarasque du XVIe, panneau en bois polychrome d'une Vierge de pitié encadrée par saint Claude et saint François d'Assise[6].
  • Mairie-école du XIXe en moellons et pierres de taille (IGPC 1989)[15].
  • Lavoir de la Fontaine-de-l'Orge (IGPC 1989)[16].
  • Croix de cimetière (IGPC 1989)[17] et tombeau sculpté de J. B. Rigogne et Jeanne Léauté (IGPC 1989)[18].
  • Vestiges de fortification du XVIe (IGPC 1989)[19].
  • Reconstitution d'un tumulus celte découvert en 1998 à l'occasion d'une exploitation de carrière[20].
  • Chemin de randonnées balisé sur 20 km, les cigognes noires (carte)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. l'autorisation d'exploitation inqique le lieu comme "le Grand-Chemin"
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau (----0010) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau (F0020600) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau (F0028000)) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau (F0050600) »
  6. a et b René Paris 1986, p. 44
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. « Liste des lieux et monuments de la commune de Meulson à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Liste du patrimoine mobilier de la commune de Meulson », base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. « Liste des objets de la commune de Meulson à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture
  14. Notice no IA00050299, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Notice no IA00054153, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Notice no IA00054154, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Notice no IA00054150, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Notice no IA00054152, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Notice no IA00054156, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Le tumulus de Meulson

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Aignay-le-Duc, Baigneux-les-Juifs, Laignes, La Bourgogne, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :