Flammerans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Flammerans
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Canton Auxonne
Intercommunalité Auxonne Pontailler Val de Saône
Maire
Mandat
Dominique Girard
2014-2020
Code postal 21130
Code commune 21269
Démographie
Population
municipale
416 hab. (2014 en stagnation par rapport à 2009)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 52″ nord, 5° 26′ 54″ est
Altitude Min. 181 m
Max. 213 m
Superficie 16,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte administrative de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Flammerans

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Flammerans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Flammerans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Flammerans

Flammerans est une commune française située dans le canton d'Auxonne du département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lamarche-sur-Saône Vielverge, Soissons-sur-Nacey Pointre (Jura) Rose des vents
Poncey-lès-Athée N Peintre (Jura)
O    Flammerans    E
S
Auxonne

Histoire[modifier | modifier le code]

Flammerans a compté plus de 800 habitants au milieu du XIXe siècle et était descendu à 260 habitants vers 1980.

C’était un village traditionnellement agricole. Sa prospérité, pendant des siècles, s’est établie sur les trois zones de son territoire : autour du village, des terres agricoles ; à l’ouest, des prairies qui nourrissaient les bovins, dans la plaine inondable de la Saône ; à l’est, la vaste forêt communale qui nourrissait les porcs et fournissait le bois.

Les rues sont larges et bordées de vastes bas-côtés herbeux. La plupart des maisons traditionnelles sont orientées selon l’axe nord-sud et ont leurs ouvertures principales à l’est, au soleil du matin. Les cours et les jardins sont balayés par les vents dominants.

Aujourd’hui, il ne reste que quelques agriculteurs, de rares artisans, beaucoup de retraités, et les actifs vont travailler dans les villes voisines. Les nombreux pavillons, récemment construits, ont attiré une population rajeunie qui justifie le maintien de deux classes primaires.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2008 en cours Dominique Girard Droite Modérée Retraité de l'enseignement
Conseiller général puis départemental
vers 1920   Quenot    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014 en stagnation par rapport à 2009, la commune de Flammerans comptait 416 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres chiffres sont des estimations.

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
634 639 646 705 809 840 825 840 830
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
741 757 757 762 760 754 691 667 636
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
602 606 561 491 462 451 418 373 390
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
317 303 262 322 358 335 381 416 416
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Léger (monuments historiques)[3]. Voie bleue (randonnée le long de la Saône).

Flammerans dans les arts[modifier | modifier le code]

Flammerans est citée dans le poème d’Aragon, Le conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Histoire de Flammerans, par Daniel et Thérèse Dubuisson, auto-édition, 2001

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  3. Notice no PA00112452, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375