Famille Bouglione

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouglione.

La famille Bouglione est une des plus illustres familles du cirque en France. Elle est propriétaire de la salle de spectacle du Cirque d’hiver de Paris depuis 1934, où se produit notamment la plus ancienne de ses deux compagnies, le Cirque d'hiver Bouglione. Celle-ci, avec le Cirque Joseph Bouglione, se produit dans toute la France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

La légende inventée par la famille circassienne elle-même au XIXe siècle (à l’époque, l’Europe éclairée alterne coercition et recherche de solutions « humaines » pour sédentariser les Roms dont certains cherchent à cacher leurs origines) raconte que Scipion Boglioni[1], l’ancêtre de la dynastie, fils d’un drapier à Turin au début du XIXe siècle ayant fait fortune dans la soie, aurait suivi Sonia, une jeune et jolie gitane dompteuse de fauves (la « maîtresse des fauves ») et se serait installé en France, où ils auraient présenté des ménageries foraines et leur nom se francisa en Bouglione. En fait, les Bouglione, roms Sintis de la branche pakistanaise, sont montreurs d’ours au XVIIIe siècle en Italie[2].

La tradition de cette famille d’origine se perpétue jusqu’au début du XXe siècle avec son arrière-petit-fils Joseph dit Sampion Bouglione (1875-1941). Il possède alors, avec ses quatre fils Alfred (dit Alexandre, 1900-1954), Joseph (1904-1987), Firmin (1905-1980) et Nicolas (dit Sampion II, 1910-1967), des ménageries célèbres dans tout le pays. En 1924, ils font de leur ménagerie un véritable cirque, le Cirque des quatre frères Bouglione.

C’est grâce à un coup de génie de son fils Alexandre que le nom Bouglione va s’imposer. En 1926, Alexandre récupère dans un wagon d’une gare un vieux stock d’affiches de la tournée européenne du Wild West Show que Buffalo Bill avait faite en 1904. Il décide de se servir de ces affiches et monte le Stade Circus Buffalo Bill, un spectacle inspiré du célèbre cow-boy. Leur chapiteau désormais planté Porte de Champerret, les Bouglione ont fait mouche, au point que des théâtres parisiens signent une pétition pour que leur cirque quitte Paris. Et c’est forts des connaissances acquises avec ce spectacle que les quatre frères Bouglione s’installent au Cirque d’hiver de Paris[3].

Cimetière de Lizy-sur-Ourcq avec la tombe de la famille Bouglione.

De 1934 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

  • 28 octobre 1934 : les quatre frères Bouglione reprennent le Cirque d’hiver de Paris, payé comptant en pièces d’or alors qu’il est convoité par la Famille Amar. Le nom de Bouglione devient inséparable du lieu dans lequel beaucoup de grands artistes se produisent, de Pauline Borelli, la première dompteuse, à l’écuyère Emilie Loisset, de Léotard à Lilian Hetzen, des Fratellini à Grock et Achille Zavatta, d’Alex à Pipo, d’Albert Rancy à Gilbert Houcke… « La Perle du Bengale », « La Princesse Saltimbanque », « Les Aventures de la Princesse de Saba », trois pantomimes célèbres, spectacles grandioses dans lesquels les Bouglione sont passés maîtres.
  • 15 décembre 1940 : sous l’occupation, le Cirque d’hiver de Paris connaît le désagréable entracte d’une direction allemande.
  • 22 mars 1941 : retour des Bouglione. Mais le Cirque d’hiver de Paris servit et sert toujours de cadre à d’autres manifestations : réunions sociales et politiques, meetings, matchs de catch.
  • 1947 : premier gala de l’Union des Artistes avec Gaby Morlay.
  • 1949 : création du mouvement contre le racisme.
  • 1955 : Carol Reed y tourne « Trapèze » avec Gina Lollobrigida et Burt Lancaster. Puis se succèdent « Émilie Jolie », « Barnum », « Astérix », Jacques Higelin, Guy Bedos, Diane Dufresne…, Cirque Chinois, « Festival Mondial du Cirque de Demain », « Cirque du Soleil ».
  • 1984 : face au déclin du spectacle circassien concurrencé par la télévision, le Cirque d’Hiver est loué comme salle de spectacle (théâtre, récital).
  • Hiver 1997 : réouverture de la piste nautique pour le spectacle « Crescendo ».
  • 1999, la nouvelle génération Bouglione (avec à sa tête Francesco Bouglione, fils de Joseph - dit Sampion - Bouglione et d’Anna Bouglione) reprend le cirque d’Hiver : ce sont « Salto », « Piste », « Trapèze », « Le Cirque » (qui célébrait l’anniversaire des 150 ans du monument), « Voltige », « Bravo » « Audace », « Artistes », « Vertige », « Étoiles », « Festif », « Prestige », « Virtuose », "Eclat" et "Phénoménal".
  • Une partie de la famille installe en Belgique un cirque (sous le nom de Firmin Bouglione) qui tourne uniquement dans ce pays.

« Festif » le cent cinquantenaire du trapèze volant[modifier | modifier le code]

En 2009, c’est un spectacle anniversaire pour le cent cinquantenaire du trapèze volant, inventé par le Français Jules Léotard en 1859 au Cirque d’hiver de Paris, alors Cirque Napoléon. En ce milieu du XIXe siècle, les trapézistes sont particulièrement en vogue mais se limitent à l’utilisation de matériel fixe. Lorsque le jeune homme introduit son utilisation dans un spectacle de cirque, jusqu’alors réservée aux gymnases, il révolutionne la discipline : elle devient plus dynamique, plus périlleuse aussi. Léotard invente également un maillot moulant et dépourvu de manches – le léotard –, et libère ainsi ses mouvements. Très vite, il effectue le premier passage entre deux trapèzes par un saut périlleux. Les prouesses de Léotard font alors le tour du monde et inspirent notamment en 1867 The Daring Young Man on The Flying Trapeze, chanson populaire du Britannique George Leybourne.

Le Musée du Cirque[modifier | modifier le code]

La famille Bouglione possède un musée privé de 180 m2 dans le cirque d’Hiver. Les objets exposés ont été collectés par Émilien Bouglione puis par son fils, Louis-Sampion, et datent majoritairement du Second Empire : costumes, photographies, affiches, documents[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir l’article LES BOUGLIONE sur l’encyclopédie Universalis.
  2. Sylvestre Barré-Meinzer, Le cirque classique, un spectacle actuel, L’Harmattan, (lire en ligne), p. 247.
  3. Émission Envoyé Spécial sur France 2 « Bouglione, une histoire de cirque Streaming », 2011.
  4. Sandrine et Francesco Bouglione, émission C’est de famille sur Europe 1, 8 août 2011.
  5. Section Musée sur le site officiel du cirque d’Hiver.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Sampion Bouglione & Marjorie Aiolfi, Le Cirque d’Hiver, Flammarion, Paris, 2002. (ISBN 2-08-010798-4)