Vence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vence (homonymie).
Vence
Vence
Vence
Blason de Vence
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Grasse
Canton Vence
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Métropole Nice Côte d'Azur
Maire
Mandat
Catherine Le Lan
2017-2020
Code postal 06140
Code commune 06157
Démographie
Gentilé Vençois, Vençoise
Population
municipale
18 536 hab. (2014)
Densité 472 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 43′ 25″ nord, 7° 06′ 51″ est
Altitude Min. 40 m – Max. 1 033 m
Superficie 39,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Vence

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Vence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vence
Liens
Site web vence.fr

Vence est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Vençois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à environ 20 km de Nice, entre mer et montagnes, surplombée par le col de Vence, Vence fait partie de ce que l'on appelle le moyen pays. Ces montagnes calcaires, les « baous », donnent à la région un relief très accidenté.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vence
Courmes
Coursegoules
Bézaudun-les-Alpes Saint-Jeannet
Tourrettes-sur-Loup Vence La Gaude
Saint-Jeannet
Tourrettes-sur-Loup La Colle-sur-Loup
Saint-Paul-de-Vence
Cagnes-sur-Mer

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vence offre un relief assez irrégulier lorsque l'on passe des petites collines des Baous à des pentes raides.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs petits cours d'eau traversent la commune de Vence  : la Cagne (qui se jette dans la Méditerranée), la Lubiane (affluent de la Cagne), le Malvan, le Claret, la Billoire, le Suveran...

Le Riou est une petite rivière qui fait partie de l'hydrographie de Vence une station de pompages des eaux y est aussi installée

et cette eau se retrouve aux robinets des habitants et des fontaines.

Climat[modifier | modifier le code]

La ville de Vence a un climat méditerranéen (Csb). Les étés sont chauds et secs et les hivers doux avec beaucoup de pluie. La température moyenne sur l'année est 13,3 °C.

Graphique du climat de Vence.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

En 1881, Nice obtient l'ajout d'une liaison reliant Nice à Grasse par Vence à la Ligne Central-Var. Exploitée à partir de 1892 par la Compagnie des chemins de fer du Sud de la France, puis par les Chemins de fer de Provence. La liaison disparaitra en 1944 avec la destruction du Viaduc du Pont-du-Loup par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale.

Il n'existe plus aujourd'hui de Voie ferrée à Vence, celle-ci ayant été requalifiée en route.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

De 1911 à 1932, Vence était reliée à Cagnes sur Mer par les Tramways des Alpes-Maritimes.

Aujourd'hui, la ville est desservie par les lignes de bus 46, 47, 94, 400 et 510 des Lignes d'Azur et dispose d'une station d'autopartage Auto Bleue.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Ouintion au IIe siècle, Civitas Vintiensium vers 400, De Ventio en 585.

En provençal : Vença selon la norme classique ou Vènço selon la norme mistralienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le territoire de la commune de Vence a livré des indices d'occupation remontant aux époques les plus anciennes. Certaines grottes des baous semblent avoir été occupées au Paléolithique et au Néolithique[1]. Certaines d'entre elles semblent avoir servi de bergerie ou d'abris de bergers durant l'âge du bronze et l'âge du fer. Elles sont aussi fréquentées durant l'Antiquité, le Moyen Âge et l'époque moderne.

On note l'existence d'habitats fortifiés (oppidums) sur certaines hauteurs. Le plus grand nombre est occupé à la fin de l'âge du fer, les fouilles sur le site du Baou des Noirs ont cependant livré des traces d'occupation remontant à la fin de l'âge du bronze et au premier âge du fer[2]. Le Baou des Blancs semble fondé à la fin de l'âge du fer, mais fait l'objet d'une réoccupation importante durant l'Antiquité tardive[3].

Avant la conquête des Alpes par Auguste et la création de la province des Alpes-Maritimes dans le dernier quart du Ier siècle av. J.-C., le territoire de Vence est sous le contrôle de la tribu des Nerusii[4] dont le nom apparaît sur le Trophée des Alpes avec celui des autres tribus locales vaincues par Auguste.

À partir de l'ère chrétienne, Vence est fondée et devient chef-lieu de cité. Les restes antiques de la cité de Vence sont très mal connus à l'exception des bornes milliaires délimitant la voie romaine via Ventiana, et des inscriptions majoritairement mises au jour dans le sous-sol du centre ville[5] et actuellement intégrées à la maçonnerie de la cathédrale de Vence datant des XIe et XIIe siècles dans sa forme actuelle.

Fondée par les Ligures[4], puis cité romaine de Vintium, elle vit croître sa puissance avec le christianisme et devint une importante ville épiscopale à partir du IVe siècle.

Au Ve siècle, Vence possède un évêché sous le règne de l'empereur Constance III. Le premier évêque de Vence dont l'existence est avérée est Severus (419-442). D'après la tradition locale fondée sur des sources ecclésiastiques, la cathédrale aurait été édifiée à l'emplacement du temple de Mars Vintius dont l'existence est attestée par une inscription.

En 973, à la suite de la victoire de Guillaume Ier de Provence contre les Sarrasins à la Bataille de Tourtour, celui-ci nomme l'un de ses capitaines, Léotger Ruffi ou Laugier le Roux, Comte de Cagnes et de Vence et lui offre la main de sa fille Odille. Le fils de Léotger, Raimbaud, n'ayant pas eu de descendance mâle, le comté revint au Comte de Provence en 1189[6]. C'est à cette époque que fut fondée une commanderie templière, la commanderie Saint Martin[7], sur le territoire de la commune sur le Baou des Blancs.

Par le jeu du partage de l'empire de Charlemagne, Vence et la Provence sont rattachées au Saint-Empire romain germanique. En 1191, l'empereur Henri VI accorde à la république de Gênes la ville et le territoire de Monaco, ce qui conduira à la rébellion contre les comtes de Provence dans la ville de Nice. Le 6 juillet 1215, le parti des aristocrates niçois prend le contrôle de Nice et proclame l'indépendance de la ville par rapport au comte de Provence. En 1228, inquiète de la nouvelle influence acquise par Raimond Bérenger IV ou V de par son mariage avec Béatrice de Savoie, la ville de Nice conclut une alliance avec les villes de Grasse et de Draguignan et signe une convention avec la république de Pise. En réaction, le comte de Provence Raimond Bérenger IV ou V envoie son armée[8] commandée par Romée de Villeneuve, viguier et baile de Provence[9]. Il soumet Nice en 1229 et Vence en 1230. En 1231, il fera construire les remparts de Vence.

Durant les Guerres d'Italie, la cité ainsi qu'une grande partie de la provence passera sous la domination des troupes de Charles Quint. La légende rapporte qu'en 1538, présent dans la région pour la signature de la Paix de Nice, François Ier visite Vence et offre à ses habitants un Frêne encore visible de nos jours sur la place du même nom [réf. nécessaire].

Jusqu'à la Révolution française, la cité vécut sous la domination des barons de Villeneuve, dont Romée de Villeneuve fut le fondateur de la lignée de Vence[10], et de ses évêques qui étaient co-seigneurs de Vence.

Parmi ses nombreux évêques, il y eut un pape, Paul III, deux académiciens, Godeau et Surian et trois saints, Prosper, Véran et Lambert. La Révolution chassa le dernier évêque, Mgr Pisani, qui refusa de prêter serment sur la Constitution, et supprima l'évêché.

Henri Matisse s'installe à Vence, villa « Mon Rêve » en 1943, il y conçoit tout l'intérieur de la chapelle du Rosaire de Vence dite aussi « Chapelle Matisse ». L'artiste Jean Vincent de Crozals sert de modèle pour les dessins du Christ de Matisse dans la chapelle [11].

Depuis 1945[modifier | modifier le code]

En juin 1976, elle est classée quatrième dans la liste des plus belles communes d'Europe publiée par le magazine National Geographic.[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Vence a été récompensée par le label « Ville Internet @@@ »[12].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1850 1851 Marcelin Maurel
1851 1852 Jean-Louis Feraud
1852 1861 Christophe-Clement Trastour
1861 1871 Marcelin Maurel
1871 1871 Henri-Louis Isnard
1871 1900 Henri-Louis Isnard
1900 1901 Anthony Mars
1901 1915 Joseph Bougearel
1915 1921 Antoine Vernin
1921 1926 Henri Giraud
1926 1941 Joseph Ricord
1941 1944 Henri Einesy
1944 1945 Marcel Benoît CR
1945 1959 Émile Hugues
1959 1983 Jean Maret
1983 1983 Jacques Falcoz RPR Conseiller général du canton de Vence
1983 1989 Bernard Demichelis UDF-RPR Conseiller général du canton de Vence
1989 2001 Christian Iacono UDF Radiologue
2001 2008 Pierre Marchou RPR puis UMP Avocat
2008 2009 Christian Iacono[13] Parti radical Radiologue à la retraite
2009 2014 Régis Lebigre UMP[14]-Parti radical Élu à la suite de la démission de Christian Iacono
2014 2017 Loïc Dombreval SE
puis LREM
Député LREM (2017-) Chef d'entreprise
Président de la commission environnement, mer et forêt du Conseil Régional Provence Alpes Côte d'Azur, vice-Président de la Métropole de Nice Côte d'Azur, Président du Syndicat intercommunal du Pays de Vence.
2017 en cours Catherine Le Lan Élue à la suite de la démission de Loïc Dombreval.
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[15],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 18 536 habitants, en diminution de -3,37 % par rapport à 2009 (Alpes-Maritimes : 0,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 615 2 657 3 020 3 045 3 612 3 156 3 165 3 101 2 974
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 733 2 710 2 755 2 828 2 770 2 761 2 903 3 103 3 043
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 124 3 208 3 498 3 090 4 192 4 876 5 495 5 685 6 278
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
7 874 9 420 11 385 13 119 15 330 16 982 18 931 19 160 18 536
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Écoles maternelles
    • École maternelle du Suve
    • École maternelle du Centre
    • École maternelle Lei Bigaradie
    • École maternelle Signadour
    • École maternelle de l'Ouest (maternelle des Baous)
  • Écoles élémentaires
    • École élémentaire St-Michel
    • École élémentaire Toreille
    • École élémentaire du Suve
    • École élémentaire Marc Chagall
    • École élémentaire Célestin Freinet (école publique à statut spécifique)
  • Collège
    • Collège de La Sine
  • Lycée
    • Lycée Henri Matisse.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Depuis 1971, le groupe folklorique La Brissaudo maintient la culture et les traditions vençoises.

Économie[modifier | modifier le code]

Comme Saint-Paul-de-Vence, cité jumelle internationalement connue pour ses ateliers et galeries d'artistes, fleuron de la Côte d'Azur riche de son cadre exceptionnel et de patrimoine culturel, Vence abrite dans la Cité historique et ses abords de nombreuses galeries d'Art (plus de 35), deux musées et cultive l'art de vivre provençal.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Les statues du Calvaire de Vence : Bois polychrome des XVIIe et XVIIIe siècles.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La place du Grand-Jardin, lieu du marché
  • Les Remparts de la cité historique, bourg médiéval
  • Le château de Villeneuve (Fondation Émile-Hugues)[18]
  • L'ex-galerie Beaubourg de Pierre et Marianne Nahon - Château Notre-Dame-des-Fleurs
  • La place Clemenceau dans le centre historique
  • La place du Peyra, ancien forum au Moyen Âge et sa fontaine
  • Le frêne planté en 1538, offert par François Ier
  • Les Colonnes romaines ou colonnes des Marseillais, Place du Grand-Jardin, Place Godeau
  • Commanderie de Saint-Martin (Château St-Martin)
  • Les Fontaines de la Foux, 25 en tout.(alimentées par le Riou)

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Cathédrale de la Nativité-de-Notre-Dame, XIIe siècle.
  • Chapelle des Pénitents Blancs, avenue Isnard, construite en 1614, Issue de la confrérie de la miséricorde 1523, la confrérie des pénitents blancs est fondée en 1567 sous le patronage de Saint Bernardin (devenu lieu d'exposition).
  • Chapelle Notre-Dame des Missions, avenue des Alliés (moderne)
  • Chapelle Sainte-Anne, chemin du Baric placée sous le vocable de Notre Dame des Douleurs, consacrée en 1617.
  • Chapelle rurale Saint-Raphaël, chemin des Plantiers construite au XIVe siècle (rénovée en 1988). Centre religieux de l’ancienne commune des Malvan rattachée à Vence en 1792.
  • Chapelle rurale Saint-Lambert, chemin de Vosgelade construite en 1881
  • Chapelle rurale Sainte-Colombe, chemin de Sainte-Colombe construite durant le Haut Moyen Âge.
  • Chapelle rurale Sainte-Élisabeth, ancien chemin de Saint-Paul XIVe siècle
  • Chapelle Sainte-Bernadette, rue Saint-Michel à la maison de retraite La Vençoise.
  • Chapelles du calvaire, six chapelles le long du chemin du grand Calvaire.
  • Chapelle du Rosaire de Vence dite "Chapelle Matisse", avenue Matisse. La première pierre de la chapelle fut posée, le 11 décembre 1949. L’inauguration et la consécration à Notre Dame du Rosaire, eurent lieu le 25 juin 1951.
  • Chapelle Saint-Croix, devenue propriété privée.
  • Chapelle Saint-Pons, avenue du colonel Meyere, devenue propriété privée.
  • Chapelle Saint-Crépin, avenue des Alliés.
  • Chapelle Notre-Dame de Bon Voyage chemin des Anciens Combattants.
  • Chapelle Saint-Martin, domaine Saint-Martin, avenue des Templiers.
  • Chapelle des Crottons devenue Notre Dame des Fleurs, au château Notre-Dame des Fleurs, allées des Cerisiers.
  • Chapelle des Pénitents Noirs, a été démolie en 1911 pour laisser passer le tramway, qui lui aussi a disparu.
  • Chapelle Saint-Pancrace (détruite en 1926). Offerte par les seigneurs de Villeneuve.
  • Temple protestant rue de la Résistance.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Religieuses[modifier | modifier le code]

Littéraires[modifier | modifier le code]

Plaque sur la maison de Gombrowicz

Artistiques[modifier | modifier le code]

Pédagogues[modifier | modifier le code]

  • Célestin Freinet (1896-1966), et Élise Freinet (1898-1983) ont créé sur la colline du Pioulier une école expérimentale en 1935, à la suite d'un conflit violent avec la mairie de Saint-Paul-de-Vence où Freinet enseigna de 1928 à 1932. L'École Freinet fut fermée pendant la guerre, après l'internement de Freinet en mars 1940. Après la guerre, Freinet et Élise Freinet ouvrirent à nouveau leur école. Mondialement connue, cette école fut rachetée par l'État à la suite d'un accord entre Madeleine Freinet et Lionel Jospin (ministre de l'Éducation nationale). Cette école publique à statut expérimental accueille 66 élèves de la maternelle au CM2. L'Institut Freinet de Vence, en lien avec des laboratoires universitaires, a pour mission la sauvegarde de la pédagogie spécifique de cette école.

Politiques[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • Yvon Lambert (1946), galeriste et marchand d'art contemporain.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Aspremont

D'azur à une tour crènelée de cinq pièces d'argent, maçonnées de sable

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Castellan, Histoire de Vence et du pays vençois
  • G. Castellan, Une cité provençale dans la Révolution
  • Verrier, Petite histoire de Carros et du canton de Vence
  • Les Gouaches découpées de la chapelle de Vence : quatre volumes de Henri Matisse
  • Edmond Brun, Antoine Léandre Sardou, Vérification des inscriptions romaines de Vence, dans Annales de la Société des lettres, sciences et arts des Alpes-Maritimes, 1877, tome 4, p. 173-180 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « LES CULTURES ACHEULÉENNES ET MOUSTÉRIENNES DANS LES ALPES-MARITIMES ET EN LIGURIE », sur academia.edu,
  2. « L'oppidum du Baou-des-Noirs à Vence par Jean Latour », sur persee.fr,
  3. « Le Baou des Noirs à Vence (Alpes-Maritimes). Dernières fouilles, Jean Latour, Laurent Bouby, Isabelle Rodet-Belarbi et Marie Bui-Thi-Mai », sur https://halshs.archives-ouvertes.fr/,
  4. a et b « Histoire de Vence, cité, évêché, baronnie, de son canton et de l'ancienne viguerie de Daint Paul Du Var par l'Abbé E.Tisserand », sur http://gallica.bnf.fr,
  5. « Les inscriptions de la cité de Vence (Vintium) par Cinzia Vismara », sur persee.fr,
  6. « La Provence artistique & pittoresque : journal hebdomadaire illustré, numéro 89, page 46 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 14 octobre 2015)
  7. « La Commanderie de Saint-Martin sur la base Mérimée », sur http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/,
  8. « Louis Durante, Histoire de Nice: depuis sa fondation jusqu'à l'année 1792 : avec un aperçu des évènements qui ont eu lieu pendant la révolution française à tout 1815 inclusivement, tome premier,p. 192-197, Turin, 1823 », sur google.fr,
  9. « Jean-Joseph Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, tome 5, p. 991, Amsterdam, 1768 », sur google.fr,
  10. [1] Histoire généalogique de la maison de Villeneuve en Languedoc Par Pavillet, 1830
  11. Annelies Nelck, Matisse à Vence - l'olivier du Rêve, Annelies Nelck, , 184 p. (ISBN 2-9512982-0-X), p. 154-158
  12. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 18/12/2009.
  13. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  14. « "Sarkothon" : vos élus aident-ils à renflouer l'UMP ? », sur http://www.nicematin.com/, Nice-Matin, (consulté le 28 septembre 2013)
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  18. Site officiel de la fondation Émile-Hugues.
  19. Le Monde, 28 février 2014, p. 16.