Vallée de Joux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vallée de Joux
Vue depuis la Dent de Vaulion sur le lac de Joux, le lac Brenet et l'ensemble de la vallée de Joux.
Vue depuis la Dent de Vaulion sur le lac de Joux, le lac Brenet et l'ensemble de la vallée de Joux.
Massif Massif du Jura
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Jura-Nord vaudois
Communes Le Chenit, L'Abbaye, Le Lieu
Coordonnées géographiques 46° 35′ nord, 6° 13′ est
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Vallée de Joux
Géolocalisation sur la carte : Suisse
(Voir situation sur carte : Suisse)
Vallée de Joux
Orientation aval sud-ouest
Longueur 25 km
Type Val et poljé
Écoulement Orbe
Voie d'accès principale N 79

La vallée de Joux est une vallée située dans le sud-ouest du massif du Jura, dans le canton de Vaud (Suisse). Son nom était aussi celui de l'ancien district de La Vallée, disparu le .

Elle est composée de trois communes : Le Chenit, Le Lieu et L'Abbaye qui comptent plusieurs villages et hameaux.

C'est l'un des berceaux de l'horlogerie et de nombreux ateliers des plus fameuses manufactures horlogères suisses s'y trouvent, comme Breguet, Audemars Piguet, Blancpain, Jaeger-LeCoultre, etc.

Les habitants de la vallée de Joux sont appelés les Combiers. Quand ils parlent de leur région, ils disent simplement : « La Vallée ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation, topographie[modifier | modifier le code]

La vallée de Joux est située à environ 50 kilomètres au nord de Genève et au nord-ouest de Lausanne, à une altitude moyenne de 1 000 mètres (niveau moyen des lacs : 1 008 mètres). Sa longueur est d'environ 25 kilomètres.

Elle est composée de trois communes qui comptent plusieurs villages, et hameaux dont :

  • Le Chenit, qui se compose de 4 villages (appelés « fractions de commune ») Le Sentier (chef-lieu de commune), Le Brassus, L'Orient, Le Solliat et des hameaux Chez-le-Maître, La Golisse, Le Campe, Le Rocheray, Les Piguet-Dessous, Les Piguet-Dessus, Le Marchairuz,
  • Le Lieu, qui contient les villages de Le Lieu (chef--lieu de commune), Le Séchey et Les Charbonnières, ainsi que le hameau des Esserts-de-Rive,
  • L'Abbaye, qui contient les villages de L'Abbaye (chef-lieu de commune), Le Pont, Les Bioux.

Quoi qu'elle constitue le prolongement de la vallée française autrefois dénommée des Landes[note 1], elle constitue une région géographique bien individualisée distincte des régions avoisinantes par ses caractères dominants : l'altitude et l'isolement. C'est un bassin fermé, selon René Meylan[1].

La vallée de Joux comprend trois lacs : deux dans le vallon principal : le lac de Joux (environ 10 km de long) et le lac Brenet et un troisième dans la combe supérieure : le lac Ter. Ces trois étendues d'eau confèrent à cette région un paysage varié, entre forêts d'épicéas, pâturages et cultures.

Géologie[modifier | modifier le code]

Photographie infrarouge de la dent de Vaulion prise depuis la vallée de Joux.

Géologiquement, la vallée de Joux est un vaste poljé. Les plissements qui le déterminent s'étendent sur une trentaine de kilomètres entre la dépression de Saint-Cergue à Morez et le décrochement de Vallorbe-Pontarlier[2]. Sans tenir compte des plissements secondaires, vers l'est, du côté de la plaine vaudoise, s'étend la chaîne du mont Tendre (1 678,8 m) qui relie le Marchairuz à Petrafelix. Vers l'ouest, la vallée est fermée par le Risoud[note 2], qui culmine au Gros Crêt (1 419 m) et s'étale en un vaste plateau ondulé dont la ligne de faîte est approximativement suivie par la frontière franco-suisse. La forêt du Risoux est essentiellement constituée d'épicéas et représente une des plus vastes étendues forestières de Suisse[3]. Au nord, le décrochement transversal forme la dent de Vaulion (1 482 m) en chevauchant la terminaison du synclinal de Joux par les parois de l'Aouille (1 147 m) et des Agouillons (1 124 m et 1 168 m)[4].

Du côté oriental se glisse en outre un synclinal peu prononcé mais ininterrompu qui va des Amburnex jusqu'à Vaulion. Samuel Aubert l'appelle « la Haute-Combe »[5], bien que ce toponyme ne figure sur aucun document cartographique. En fait elle porte plusieurs noms, suivant les lieux : Combe-des-Crosets, des Prés-de-Bière, des Amburnex. À l'ouest de la vallée principale, court parallèlement un vallon beaucoup plus étroit, autrefois dénommée « Combe-du-Lieu ». Une crête boisée, souvent rocheuse, La Côte, sépare les deux dépressions. Divers ravins, parfois transformés en torrents, coupent cette crête. Des entonnoirs assurent, jusqu’à un certain point, l’écoulement des eaux, mais les bas-fonds tourbeux ne manquent pas. La combe supérieure parallèle ne présente pas la régularité de la vallée principale. Des seuils séparant divers bassins la partagent en un certain nombre de tronçons[6].

Climat[modifier | modifier le code]

L’orientation de la vallée lui est défavorable au point de vue du climat. Le vent du nord s’engouffre dans cette « Sibérie vaudoise » et la balaie avec rage. À cette altitude, il faut compter avec des hivers singulièrement rudes[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

La région faisait partie de l’immense étendue qualifiée de desertum jurense par Grégoire de Tours. Il semblerait toutefois singulier que les Romains (voire auparavant les Helvètes ou les Séquanes) n’aient pas utilisé à l’occasion la longue dépression caractéristique de la haute vallée de l'Orbe[note 3] reliant la voie de Saint-Cergue à celle d’Ariolica (Pontarlier). Un modeste chemin dut se faufiler dès une haute époque à travers les marécages et les fondrières du vallon.

Ainsi s’expliquerait peut-être qu’au Ve siècle, saint Romain et son frère saint Lupicin (« pères du Jura ») aient songé à fonder l'abbaye de Romainmôtier à près de quinze lieues de leur monastère de Condat (Saint-Claude)[note 4]. Un service d’étapes se serait bientôt imposé le long de ce probable chemin. C’est ainsi que, dès le VIe siècle peut-être, quelques ermites auraient habité la Vallée[8], et que dut apparaître l’établissement religieux de Dom Poncet[note 5], aux abords du poissonneux lac Ter, dans la combe Du Lieu. C’est aussi, en conséquence, possiblement à partir de cette époque que durent débuter de modestes défrichements et cultures de la Vallée[note 6].

Cette dépendance de la maison mère n’atteignit semble-t-il jamais une grande dimension : seule une douzaine de moines auraient résidé au Lieu-Poncet[9],[note 7]. La Vallée demeure ainsi de longs siècles durant dans la mouvance de l’illustre abbaye bénédictine de Saint-Oyend de Joux (Saint-Claude). Cette principauté monastique jurassienne[note 8] va toutefois progressivement décliner au cours du Moyen Âge.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Ce déclin va aller de pair avec la volonté des seigneurs de Grandson-La Sarraz, déjà bien implantés dans la région, d’expansion vers l’ouest[10], et donc dans cette partie nord-est de la haute vallée de l’Orbe. Ebal Ier de Grandson-La Sarraz orchest l’établissement dans la Vallée d’un ordre de moines rival de ceux de saint Benoît, celui des Prémontrés. Les « moines blancs » s’installèrent sur la rive orientale du lac de Joux[11], entre 1126 et 1134[12].

Avec la fondation de cette communauté religieuse, les Grandson-La-Sarraz, obtenaient de fait un droit de regard sur la nouvelle abbaye et ses terres, seraient à même de contrôler un vaste territoire, de mieux surveiller les lieux de passage, de même que les frontières avec les seigneurs à l’Ouest sans les heurter directement[13],[note 9],[note 10].

Un conflit entre les deux monastères devint toutefois inévitable ; celui-ci nous est connu par plusieurs actes, répartis entre le milieu du XIIe siècle et le tout début du XIIIe siècle. Il prit très vite de l’ampleur et dépassa un cadre strictement local, car il s’agit de régler la question de la possession de la vallée de Joux, en l’absence de toute délimitation territoriale et juridictionnelle fixe/précise dans cette région[14].

Un premier document, de 1156[15], prévoit une limitation du développement ultérieur de l’établissement du Lieu, que celui-ci revienne à l’abbaye du Lac en cas d’abandon, et l’extension de l’autorité spirituelle de l’évêque de Lausanne à celui-ci[note 11] (l’un des deux arbitres du litige était justement l’évêque Amédée de Lausanne ...). En 1157, un nouvel acte[note 12] vient préciser la question de la possession de la Vallée entre l’abbaye du Lac et celle de Saint-Oyend[16]. Si, cette fois-ci, l’évêque de Lausanne n’est plus l’un des deux arbitres[note 13], l’issue de ce second arbitrage, aux allures de compromis, demeure favorable en pratique aux prémontrés : l’emplacement de l’abbaye du Lac revient aux prémontrés[note 14] (sauf si abandon, retour à Saint-Oyend), les prémontrés étant redevables à Saint-Oyend d’une redevance annuelle (droits de pêche et de pâturage)[note 15]. Saint-Oyend cède en outre au monastère du Lac la possession du Lieu, en contrepartie du versement d’un cens annuel par les frères du Lieu, et de limitations à l’extension du Lieu, telle une zone neutre inconstructible entre Mouthe et le Lieu-Poncet[note 16].

Une bulle de 1177 du pape Alexandre III, confirmant les possessions de l’abbaye du Lac, mentionne entre autres : « l’endroit lui-même et toute la vallée dans laquelle votre abbaye est établie, de tous côté ». Or, si, dans ce document, l’abbaye semble posséder toute la Vallée, il peut être avancé que cette mention est surtout la marque de la puissance et des prétentions de l’abbaye du Lac, allant jusqu’à revendiquer toute la Vallée[17] (faisant ainsi abstraction des redevances et cens annuels et perpétuels à Saint-Oyend). De son côté, Saint-Oyend semble avoir également ignoré certains aspects de l’arbitrage de 1157, la Vallée étant citée comme possession, sans restriction ni réserve, de l’abbaye bénédictine, dans un acte de confirmation des biens de celle-ci en 1184, par l’empereur Frédéric Ier. Or ces dispositions sont à prendre avec caution, ledit acte reprenant les termes de délimitation de la Vallée d’une fausse charte de Charlemagne[18].

En 1186, Frédéric Barberousse confirma l’arbitrage de 1157[note 17]. La querelle entre les deux abbayes prend fin par un acte de 1204 (concession aux frères du Lac de la possession du Lieu-Poncet pour un cens annuel en sous de Genève)[19], puis par un autre de 1220 (les chanoines n’étant plus en mesure de fournir de truites, conversion du cens annuel de 160 truites, pour l’abbaye du Lac, en sous de Genève, en plus du cens pour le Lieu-Poncet)[20].

Enfin, de faux actes de 1186, 1220, 1235, 1244, 1273 et 1277, sont vraisemblablement établis en 1334 en vue d’affirmer la grandeur de la maison La Sarraz et de légitimer les droits des Grandson-La-Sarraz sur l’abbaye et sur la Vallée[21].

Le cens à verser annuellement mis à part, la Vallée est désormais de facto rattachée au pays de Vaud et fait partie de la seigneurie des Clées. Locataires du Lieu-Poncet auprès de Saint-Claude, les chanoines prémontrés du Lac firent longtemps exploiter leurs domaines à l'ouest du lac de Joux par des valets. Ils songèrent plus tard à les aberger à des particuliers. Le l'abbé du Lac Pierre Ier donne en abergement au nommé Perrinet Bron quelques terres restées désertes depuis le départ des moines du couvent du Lieu[22]. Avec lui, considéré dès lors comme le premier habitant laïc de la Vallée, commence la colonisation de celle-ci. Jusqu'ici elle semble n'avoir été habitée que par des religieux. À l'exception des prairies autour de l'abbaye et de quelques champs cultivés par les valets des religieux, tout le territoire demeurait encore celui des « joux noires » impénétrables et encombrées de fondrières. Quoi que gérants de tous les fonds défrichés, les religieux ne peuvent cependant les sous-aberger qu'avec l'accord du seigneur de La Sarraz. Cet état de fait n'est donc pas propre à favoriser les progrès de la colonisation. Pour attirer des défricheurs à se condamner volontairement à des travaux pénibles en venant se fixer dans cette contrée sauvage, il faut leur offrir certains privilèges compensatoires. En , Aymon de la Sarraz accorde à l'abbé et aux chanoines du Lac « le droit de recevoir librement des habitants de toute condition et de tous pays, dans la partie orientale du lac depuis Petrafelix jusqu'à l'abbaye et du côté de bise jusqu'à l'Orbe et au lac Brenet[23] » soit toute la rive orientale des lac de Joux et Brenet. Cet accord donne aux religieux la faculté d'aberger les fonds, d'extirper des bois, de clore des prés et de bâtir des maisons en leur donnant en outre moyenne et basse juridiction avec bans, amendes, échutes, mainmorte, etc. En retour de ces concessions, l'abbé ou ses abergataires payent au seigneur de la Sarraz pour chaque habitant faisant feu un ras (quarteron) d'avoine et une géline (poule) ; ceux qui ne peuvent fournir la poule paient une cense de six deniers lausannois[note 18].

Ces conditions créent ainsi deux catégories d'habitants de la Vallée : ceux de la rive droite, dépendant du monastère, libres de toute corvée, n’acquittant qu'une redevance foncière fixe et très modeste : ils sont dits « francs abergeants ». Ceux de la rive occidentale, les habitants du Lieu ne sont pas concernés par l'acte de 1307 : ils restent justiciables du baron de la Sarraz notamment taillables et corvéables[note 19]. Un village apparaît bientôt au pied de la colline du Vieux-Môtier : la villa de Loco (nom qu’on lui donne dans les documents d'époque) qui deviendra Le Lieu. Une église ou chapelle s’édifie avant 1416, au lieu-dit à la Cité[24]. Les habitants de la jeune localité se constituent en communauté parfois appelée Association des hommes du Lieu. Un document de 1396 est le premier à le signaler[25],[26]. Son territoire comprend alors la vallée entière, à l’exception des biens domaniaux du monastère. Le développement rapide de la localité coïncide avec la période de décadence dont a souffert le monastère du Lac sous l’abbatiat de Jean de Lutry (1322-1330). Pour coloniser la Combe-du-Lieu, on fait probablement monter de la plaine, nombre d’abergataires ou de valets inoccupés à la suite de l’aliénation des biens du couvent.

Période savoyarde[modifier | modifier le code]

Le François de la Sarraz, en manque de trésorerie, vend la Vallée à Louis de Savoie, fils du comte Vert (Amédée VI)[27]. Jusqu'à la conquête bernoise de 1536, La Vallée devient donc savoyarde. Les bourgeois du Lieu, vu leur dépendance des Clées, sont affranchis de tout péage et gabelle en 1371[28], puis de l’astriction (obligation) au maintien de la place des Clées (1393)[29].

Apparaissent fatalement des conflits entre le monastère prémontré et ses sujets du Lieu, notamment en 1458 au sujet de droit de pêche[30]. De 1458 à 1488[31], la question de la taille et des corvées met aux prises l'abbé du Lac et les bourgeois. Sur la route de Petrafelix, les habitants du Lieu attaquent et rossent copieusement l'abbé Jean de Tornafoll jugé trop exigeant et tatillon sur les taxes. Il est ligoté et amené au Lieu où il est contraint d'accorder l'affranchissement de la taillabilité. Les autorités ne l'entendent pas de cette oreille et les prévenus doivent faire amende honorable à demi nus tenant un cierge devant l'autel de l'abbatiale. En 1488 l’arbitrage de l’évêque de Lausanne tranche le différend relatif aux dîmes ecclésiastiques que les habitants du Lieu se refusaient à payer[32].

Le monastère du Lac a alors du plomb dans l’aile : la règle n’y est plus observée. Des familles de colons viennent s’installer dans l’enceinte même de l’abbaye : Vinet Rochat et ses fils venant de Rochejean dans l'actuel département du Doubs ([33]), en 1492, Humbert Berthet et ses fils deviennent concessionnaires sur la Lionne, à condition d'y établir une scierie à proximité de la forge des Rochat (origine des Berney de L'Abbaye[34]), enfin les Guignard, également d’origine bourguignonne, venant de Foncine (). En 1514, les descendants de Vinet Rochat se rendent acquéreurs d'un vaste mas de prés aux Charbonnières. À côté de l'agriculture ils s'y livrent à l'industrie : un martinet, une meule et une scierie fonctionnent sur la Sagne[35]. En 1524, ces mêmes Rochat obtiennent la concession de l'entonnoir principal du lac Brenet : ils y édifient des moulins, battoirs et scieries. Les usines de Bonport vont durer jusqu'à l'aube du XXe siècle[36].

Au cours du XVe siècle, des idées réformatrices pénètrent dans la Vallée. Le procès intenté à Étienne Aubert, recteur du Lieu, le pour cause d'hérésie en témoigne. Le malheureux meurt dans les prisons l'abbaye du Lac pendant son instruction, puis le procès se conclut par son acquittement, un peu tardif[37].

Période bernoise[modifier | modifier le code]

En 1536, Jean-François Nägeli conquiert le Pays de Vaud. La reddition des Clées le par son châtelain Jean de Valeyres entraîne donc la soumission de la Vallée, sa dépendance. Par voie hiérarchique, elle est alors rattachée au bailliage d'Yverdon.

Le dernier abbé, Claude Pollens, jure fidélité aux nouveaux souverains. Il est même un temps l'administrateur des biens de l'abbaye (1538[38]). Par la suite, Besson se convertit au protestantisme, se marie et se retire à Cuarnens où il a obtenu en fief tout le domaine de la grange éponyme. Il ne renonce à ses droits sur le couvent qu'en 1542[39]. Les bâtiments du monastère sont abergés « à perpétuité » à Claude de Glâne, seigneur de Villardin (), puis à Jean de Valeyres () et enfin à Jaques Berney en 1600[40]. Les pierres taillées provenant des démolitions représentent un matériau de choix pour bâtir, en on ne se gêne pas pour l'utiliser. Berne d'ailleurs ne semble pas s'y opposer, car elle voit ainsi le moyen de faire disparaître les vestiges du culte catholique. Les Combiers, en conflit fréquent avec le monastère du Lac, soumis parfois à des humiliations déplacées, saluent sans doute avec soulagement le nouveau régime politique et acceptent la nouvelle religion sans trop rechigner, les réfractaires gagnant la Comté voisine.

« À noter pourtant que certaine éminence, sur la Montagne-des-Chaumilles, au territoire du Chenit, répondit longtemps au nom significatif de Crêt-des-Idoles. Cette appellation daterait-elle de l’époque de la Réformation et rappellerait-elle que les occupants des rares fermes de la région y venaient pendant la belle saison pratiquer les cérémonies interdites, à l’abri de toute dénonciation possible ? – Nous ne le saurons jamais. Au Lieu, les croix qui couronnaient les hauteurs disparurent, non sans laisser des traces durables dans la topographie. Ce qui restait des édifices bénédictins servit de carrière ou acheva de s’écrouler. Le calvaire et l’oratoire présumés subirent le même sort. Les vestiges du sentier à lacets suivi par les processions disparurent sous les herbes folles. L’ours remplaça la croix de Savoie sur les bâtiments publics. »

— A. Piguet, la commune du Lieu de 1536 à 1646, vol. 1, p. 2-3

Les nouveaux maîtres s'appliquent à maintenir les droits que les Combiers avaient du temps des religieux. Ils continuent à disposer librement de vastes pâturages pour leur bétail, de la faculté de couper du bois pour leur affouage, la construction, la réparation de leurs maisons et pour leur artisanat (la boissellerie surtout) : ce droit est appelé ici « droit de bocherage ». Il n'a pas grande importance à l'origine mais il joue au XVIIIe siècle un rôle capital dans les procès signalés plus loin. Le droit de pêche à la ligne (l'utilisation de filets ou autres instruments étant soumise à autorisation), apanage immémorial des habitants, est également maintenu[28]. De nouveaux droits viennent s'y ajouter : la faculté de sous-aberger des terrains demeurés vierges à des bourgeois, voire à des étrangers et le droit de four. C'est ainsi que les communes de Bursins et de Burtigny obtinrent la tranche du mas de Praz-Rodet située à orient de l’Orbe, jusqu’au ruisseau du Brassus le [41]. De cette manière, plusieurs communes de la plaine devinrent propriétaires de terrains à la Vallée[42].

En revanche, les allocations de sel que les religieux touchaient des sires de Salins sont abolies : le prix du sel monte alors jusqu'à 30 florins, chiffre exorbitant pour les pauvres de l'époque[43]. Diverses épidémies de peste ravagent tant le Pays de Vaud que la Franche-Comté de 1536 à 1600. La Vallée n'est bien entendu pas épargnée : de 1565 à 1575, on ne parvient même pas à maîtriser le fléau[43].

Le , LL.EE. concèdent au citoyen Jean Herrier l'autorisation de construire des hauts fourneaux, forges et martinets sur le cours du Brassus[44] en un lieu où se situait une ancienne usine abandonnée[45]. L'industrie métallurgique y subsiste plusieurs siècles, grâce à la force motrice du ruisseau et aux forêts qui fournissent du combustible en abondance. Le minerai de fer provient des mines des Charbonnières et du Risoud, mais également de la Bourgogne voisine. À part la métallurgie proprement dite, la principale industrie exercée par les habitants de cette époque est le charbonnage : de nombreuses meules permettent de fournir en charbon de bois les forges naissantes. Le village des Charbonnières leur doit son nom.

En 1566, la Vallée est rattachée au bailliage de Romainmôtier[46].

Le , la commune du Lieu vend son mas de Praz-Rodet à deux gentilshommes verriers français : Julian-David Duperron, de Saint-Lô en Cotentin, et François Prévost, de Beaulieu en Poitou. Un troisième industriel se joint à eux vers 1558-1559 : Pierre Le Coultre, originaire de Lizy-sur-Ourcq au diocèse de Meaux. Sachant pouvoir utiliser certains bancs de roche siliceuse pour la fabrication du verre, ils y établissent une verrerie qui dure peu de temps : jusqu'en 1563 où ils revendent l'ensemble du mas à la ville de Morges. Duperron regagne son Cotentin natal, emmenant avec lui son fils, le futur cardinal Jacques Duperron, né à Orbe en 1556. Pierre Le Coultre, lui, demeure à la Vallée où il épouse la fille de Michel Corcul, un autre réfugié huguenot. Malgré sa brève existence cette verrerie allait en inspirer plusieurs autres et constituer une activité industrielle importante avant l'apparition de l'horlogerie. Ainsi Pierre Le Coultre et Zacharie, fils de Michel Corcul et beau-frère de Le Coultre fondent une seconde verrerie à La Thomassette en 1559. Le , ils en fondent une troisième à L'Ordon, près de la Combe-du-Moussillon, comme les autres d'une durée de vie éphémère. Il faut attendre un siècle (1698) pour voir apparaître une quatrième verrerie aux Grands-Plats, propriété de David d’Aubonne, seigneur de Préverenges[47]. L'Abbaye connut également une verrerie sur la rive droite de la Lionne à la même époque, Le Lieu, en revanche n'en compta jamais. En France, la profession de verrier était fort considérée : d'authentiques nobles l’exercèrent souvent. Son simple exercice anoblissait le roturier, d’où jalousie des autres corps de métier et mépris des nobles de naissance. La gentilhommerie verrière assurait l’exemption de la taille et des autres redevances du commun peuple. En revanche, la profession obligeait souvent ses membres à résider hors des limites étroites de la Vallée. C'est ainsi qu'on en retrouve à Montricher[48], à Berolle[49], etc.

La verrerie utilisait comme matière première le sable, soit le calcaire que l'on trouvait sur place et la potasse que l'on devait extraire des cendres de bois, en général du hêtre. Celui-ci était séché et incinéré, puis les cendres ainsi obtenues et maintenues à l’état très pur (à l’abri de tout mélange avec de la terre ou de petites pierres) étaient lessivées de manière à en retirer les principes solubles. On évaporait ensuite cet extrait liquide jusqu’à l’obtention d’une masse solide à structure cristalline, soumise enfin à une forte calcination. La potasse prête, il s’agissait de fabriquer le verre lui-même en chauffant tous ces ingrédients dans un four. On imagine aisément la quantité de bois dévorée par cette industrie : il fallait environ 185 m3 de bois pour obtenir 100 kg de potasse. LL.EE. finirent par interdire les verreries pour préserver les forêts ()[50]. Samuel Aubert y voit l'origine de l'aspect actuel des crêtes du Jura, pratiquement toutes déboisées dans cette région, alors que rien ne s'oppose à l'établissement de la forêt comme c'est le cas en d'autres lieux[51].

Il existait de longue date une rivalité entre les habitants des deux versants du Risoud[note 2]. Celle-ci se manifestait parfois par de simples altercations mais se terminait souvent par des horions, voire des coups de feu. Tant les Combiers que les Bourguignons vivaient sans cesse sur leurs gardes. On lit dans un document de 1778 :

« Dans ces quartiers du Mont-Jura (...) les hommes vont au temple en tout temps avec le fusil et la baïonnette comme prêts incessamment à combattre et pendant le service divin, ils ont le fusil entre les jambes ou bien ils le mettent à des râteliers qui sont faits exprès dans un coin du temple. Ils en usent ainsi en vertu d'un ancien usage où ils étaient autrefois, de se tenir en garde contre les irruptions des Bourguignons dont ils se défiaient[52]. »

— Ruchat, A., États et délices de la Suisse, op. cit., p. 372

En 1565, on voulut fixer la limite du côté des Rousses et mesurer exactement la lieue vulgaire dont il était fait mention de l'acte de Frédéric Barberousse de 1186[note 20]. La tradition rapporte qu'un Combier et un Comtois partirent au même instant en suivant le cours de l'Orbe. Le Comtois faisait de longues enjambées pendant que le Combier marchait à tout petits pas. Au bout d’une heure, un espace considérable séparait les deux champions. Les deux députés des deux seigneuries firent planter la borne juste au milieu des points extrêmes atteints par les coureurs[53]. Cet épisode est très certainement une légende. Il ne put de toute façon pas mettre les parties d'accord, puisque l'année suivante déjà, en 1566, une conférence des députés du roi d'Espagne Philippe II de Habsbourg, cousin de Maximilien II, empereur du Saint-Empire romain germanique (dont dépendait la Franche-Comté) et de LL.EE. de Berne décidait de soumettre la cause à des arbitres extérieurs.

Le , la rive droite des lacs, autrefois nommée « Combe-de-L'Abbaye » obtient sa séparation d'avec la commune jusqu'alors unique du Lieu et se constitue en une communauté distincte : c'est l'apparition documentaire de la commune de L'Abbaye[54],[26].

En 1576, Jérôme Varro de Genève allié aux Chabrey du Faucigny, établis sur les anciennes terres du domaine abbatial direct au Brassus obtiennent l'érection de leur domaine en un fief noble : la seigneurie du Brassus[55],[56]. Ce royaume lilliputien va prendre une certaine importance grâce aux usines qui y sont établies sur le ruisseau du Brassus depuis la fin du XVe siècle déjà[45]. On y voit aussi la construction d'une gentilhommière à tourelle, reprise par son ancien fermier Rochat et qui devient plus tard l'hôtel de La Lande. Ce fief va durer 108 ans : jusqu'en 1684, date à laquelle Dominique Chabrey vend la seigneurie à LL.EE[57]. Les armoiries actuelles de la fraction de commune du Brassus reproduisent les armes de ces deux familles.

Au début du XVIIe siècle, un brasseur d'affaire genevois, Hippolyte Rigaud, rachète plusieurs établissements industriels à la Vallée. Il s'agit entre autres de la forge de L'Abbaye, fondée par Gabriel et Michel Berney (1544), cédée par la suite aux Varro de Genève, d'une raisse[58] reprise des Languetin, et d'une tannerie, également à L'Abbaye et surtout des usines de l'entonnoir de Bonport sur le lac Brenet, reprise en 1602 des Rochat. En 1605, le sieur Rigaud est le plus important contribuable de la Vallée, mais il n'y habite probablement pas. En vue d’assurer le développement de ses usines métallurgiques, Rigaud a obtenu le monopole de l’exploitation des mines de fer dans toute l’étendue de la Vallée, soit les mines des Charbonnières, du Solliat au Risoud, du Bas-du-Chenit et de L'Abbaye. Le transport du minerai s'effectue au moyen de lourds radeaux manœuvrés sur les lacs. Rigaud, qui sait ses établissements de Bonport d’un faible rendement, n'hésite pas à les sacrifier à son aciérie de L’Abbaye. Une élévation éventuelle du niveau des lacs de quelques mètres pourrait permettre à ses radeaux chargés du minerai des Charbonnières de passer plus facilement du petit au grand lac. À cette fin, il bouche l'entonnoir de Bonport au moyen d'un gros plot de bois, provoquant la montée progressive des eaux des lacs, qui finissent par déborder. Une injonction du émanant de LL.EE. ordonne le débouchage de Bonport sans mentionner qui supportera les frais. On ignore également comment on s'y prit à cet effet[59].

Vers 1638 à la fin de la Guerre de Trente Ans, les Suédois de Bernard de Saxe-Weimar ravagent la Comté espagnole. Une bande franchit la frontière. Nous sommes un dimanche matin, à l’heure du sermon, seule une vieille, la femme de Jaques Mignot, reste à sa ferme de La Vuarraz. À l’arrivée de l’ennemi, cette courageuse personne bat du tambour, donnant l’éveil. Les cloches sonnent et les fidèles sortent leurs fusils déposés au temple même sur un râtelier. Les Suédois poursuivis réussissent à repasser la frontière. Seule la perte d’un cheval est à déplorer[60].

Le [26], c'est au tour du Chenit de se séparer de la commune mère du Lieu. La Vallée compte désormais les trois communes actuelles.

Le , les députés d'Espagne et de Berne parviennent enfin à se mettre d'accord sur le tracé de la frontière. Le traité est signé et les bornes sont plantées le . Une de ces bornes a subsisté jusqu'à nos jours sur le pâturages des Grands-Plats : la borne du Carroz, sur laquelle on voit le lion d'Espagne et l'ours de Berne avec la date 1649. Une seconde date est rajoutée (1824), cette fois avec la fleur de lys française et l'écusson vaudois[61].

Le , un incendie ravage la chapelle saint Théodule (ou petit temple) du Lieu. Dans ce sinistre, toutes les archives de la Vallée disparaissent, le juge Nicole parle de « perte irréparable »[62]. Lucien Reymond relate la catastrophe dans sa notice de 1864 en y ajoutant certains détails :

« Le village devenu grand et populeux, fut anéanti, presque en entier par un incendie (…) il n’échappa que quelques maisons dans la partie inférieure (…) les archives, qui renfermaient tous les documents importants de la Vallée, brûlèrent, ce qui a été une perte immense et irrémédiable pour notre contrée. »

— L. Reymond, Notice (1864), p. 34-35

Sa seconde notice de 1887 s'exprime en des termes identiques[63]. À sa suite, le Dictionnaire historique du canton de Vaud relaie l'assertion d'une destruction complète du village du Lieu[64]. Or cette affirmation est inexacte, comme l'a démontré Auguste Piguet[65] : seule la chapelle saint Théodule fut la proie des flammes. Le livre du Conseil se trouvait alors chez le secrétaire qui l'avait opportunément emporté chez lui : en échappant au désastre, il nous restitue également le film des événements. La perte des documents n'en reste pas moins fort préjudiciable à l'histoire combière.

Le , l'Illustre Chambre des bois publie un règlement au sujet des bois de ban[66]. Celui-ci modifie le doit de bocherage signalé plus haut en permettant aux propriétaires du sol de mettre en défend ou de banaliser une portion de la surface du terrain boisé. Auparavant les abergataires ne devenaient propriétaires que du pâturage, ils ne pouvaient disposer des bois que pour l'entretien et l'usage de leurs chalets. Telle fut l'origine de ces bois à ban répandus sur toutes nos montagnes. Le juge Nicole se contente le signaler en disant : « Je ne m'arrêterai pas à en expliquer le contenu, puisqu'il est assez connu de chacun »[67] : c'est dire l'importance que prenait ce droit aux yeux de Combiers de l'époque[68].

La population ayant passablement crû au cours du siècle, de nombreux jeunes gens s'enrôlent dans des régiments étrangers, au service de la France, de l'Angleterre, de la Hollande, etc. Quelques-uns parviennent même à des situations avantageuses, comme un nommé Capt qui devient chambellan du roi Frédéric-Guillaume III de Prusse[69]. En 1712, les compagnies des trois communes participent aux guerres de Villmergen[70]. C'est à la suite de cet épisode qu'est fondée l'abbaye des Fusiliers du Chenit.

Au cours des années suivantes, Joseph Guignard, qui a fait un apprentissage dans le pays de Gex, devient le premier lapidaire de la Vallée. Lucien Reymond fixe la date de cet événement à l’année 1712[71], information reprise par Marcel Piguet[72]. En réalité Joseph Guignard a été présenté au temple du Sentier le [73], ce n’est donc que bien plus tard qu’il a pu introduire l’industrie lapidaire à la Vallée. On compte 150 pierristes dans la commune du Chenit en 1749 selon le pasteur Agassiz[74]. C'est le début de cette industrie à la Vallée : celle-ci a été précédée par diverses tentatives issues de la métallurgie : serrurerie, coutellerie, fabrication d'horloges, etc. Selon le juge Nicole, c'est l'incendie des forêts du mont Tendre dû à une sécheresse en 1705 qui en est à l'origine. La plupart des habitants qui vivaient du charbonnage et du charriage du bois en sus de leurs modestes exploitations agricoles se voient réduits à la misère, ils se tournent alors vers d'autres débouchés[75].

En 1740, Samuel Olivier Meylan introduit l'horlogerie à la Vallée. On peut s'étonner de son apparition tardive, malgré la proximité immédiate de Genève où elle était florissante dès le XVIe siècle. En fait, les premiers horlogers établis au Pays de Vaud ont trouvé appui auprès de LL.EE. pour s'ériger en corporation (ou maîtrise) et se sont armés d'un règlement défensif en monopolisant dans leur intérêt la vente des montres en Pays de Vaud. Ce règlement exige cinq ans d'apprentissage chez un maître breveté, après quoi le jeune horloger devient membre de la corporation avec titre de maître et le droit de former des apprentis. La longueur de l'apprentissage représente en fait une véritable muraille et l'accès à la profession reste l'apanage d'une portion très restreinte de la population. Samuel Olivier Meylan en fait les frais, puisqu'après son apprentissage à Rolle, il croit pouvoir se dispenser de faire soumission à la corporation pour conserver sa liberté de travail. La maîtrise le somme alors de renvoyer son apprenti, de sorte qu'il part pour Neuchâtel avec son élève, puis se présente devant la maîtrise de Moudon pour y réaliser son chef-d'œuvre. À la même époque, d'autres jeunes gens partent apprendre le métier à l'extérieur : Pierre Henri Golay de Derrière-la-Côte, à Fleurier (1742) et Abraham Samuel Meylan de L'Orient, la même année à Rolle[76],[77]. Tel est le point de départ de cette nouvelle activité et avec elle le succès qu'on lui connaît aujourd'hui.

Samuel Olivier Meylan inspire un siècle et demi plus tard au docteur Jakob Hofstätter, un médecin soleurois établi à la Vallée, une nouvelle romanesque qu'il intitule « Le premier horloger du val de Joux », publié dans la Feuille d'avis de 1927[78] et rééditée en 1979[79]. Auguste Piguet lui consacre également un article dans la même « Feuille »[80].

Les excès du bocherage éveillent l'attention de la Chambre des bois qui intente un procès à la commune du Chenit soutenue par celle du Lieu. Le procès du Risoud ou Grand Procès passe par toute la filière judiciaire. LL.EE. à la fois juges et parties obtiennent naturellement gain de cause et s'attribuent l'ensemble de la forêt en vertu du droit régalien ()[81]. Cette décision aurait pu avoir des conséquences désastreuses si l'art lapidaire et l'horlogerie n'avaient pris leur essor à la même époque. En revanche nous lui devons d'une certaine manière l'existence actuelle de la magnifique forêt du Risoud.

Le , la Vallée reçoit un visiteur de marque en la personne de l'écrivain Johann Wolfgang von Goethe, venu en compagnie du duc Charles-Auguste de Saxe-Weimar-Eisenach et du baron Wedel. Partis de Rolle, dans l’après-midi, la nuit les surprit en route. Parvenus au Marchairuz en trois heures, les voyageurs croient apercevoir un lac. C’est un épais brouillard recouvrant la Vallée. Plutôt que de chercher asile au logis de La Lande, hanté par les ouvriers bruyants et animés des forges, les trois cavaliers préfèrent descendre dans une maison particulière.

« La compagnie d’un capitaine nous assura bon accueil dans une maison où il n’était pas coutume d’héberger des étrangers. Elle ne se distinguait en rien quant à la construction des bâtiments ordinaires, sauf toutefois que le local qui occupait le milieu servait conjointement de cuisine, de chambre familiale et d’antichambre. De là on pénétrait de plain-pied dans les autres pièces. L’escalier tendant à l’étage y prenait aussi naissance. Sur l’un des côtés de ce local, le feu brûlait à même le sol sur des dalles. Une vaste cheminée, solide et propre, tapissée de planches, accueillait la fumée. Les portes des fours s’apercevaient dans un coin. Le sol du local était entièrement planchéié, à l’exception des abords de la fenêtre et de l’évier qui étaient pavés. On distinguait tout autour, même au plafond sur les poutres, une quantité d’objets de ménage, tous dans un certain état de propreté[82]. »

— Goethe, Briefe aus der Schweiz, 27.10.1779, Genève

La journée du 25 fut remplie par l’ascension de la Dent-de-Vaulion. Au retour, vers les quatre heures, les excursionnistes trouvèrent un dîner refroidi. L’hôtesse s’excusa en assurant qu’il avait été à point vers midi. Les jeunes étrangers n’y firent pas moins grand honneur[83].

La fin du XVIIIe siècle voit également l'apparition d'une nouvelle industrie : la dentellerie, venue de France. De nombreux réfugiés huguenots avaient tenté sans succès durable de l'introduire sur le sol vaudois, alors que cette industrie prospérait depuis longtemps dans les montagnes neuchâteloises. La tradition rapporte qu’un garçonnet de 10 ans, Abraham Louis Reymond du Solliat, émerveilla un étranger de passage par sa dextérité dans le maniement des fuseaux. Vers la même époque, le nommé Jaques Abraham Joseph Meylan, dit le Bossu, du Solliat, occupe une vingtaine d’ouvrières. Meylan, puis sa femme et ses filles représentent à la Vallée l’important commerce de dentelle des frères Rosselet aux Verrières. Le débouché principal est le midi de la France, les dentelliers se rendent régulièrement aux foires de Beaucaire. L'industrie dentellière dure jusque vers 1820-1830. Une épidémie de choléra y met fin en 1831. Pendant la Révolution et l'Empire, la dentelle devient un objet de contrebande fort prisé entre Mouthe et la Vallée[84].

Vers la fin du siècle également, les idées révolutionnaires pénètrent à la Vallée[85]. Les publications incendiaires et les chansons satiriques passent aisément la frontière. Les négociants en pierres fines qui reviennent de France influencent une partie de la population, surtout au Chenit. Philippe Berney, placier, des Bioux, est arrêté et détenu à Aarburg[86]. David Golay du Chenit, est banni pour « propos déplacés ». En 1795, Jaques-David Rochat prend la direction des mécontents : il propose d'établir une école des métiers. Le comité directeur du Chenit prend alors le nom de Société des amis de la liberté du Chenit[87]. Des arbres de la liberté sont plantés à la Vallée. À l'autre bout du vallon, au Lieu, les idées révolutionnaires passent beaucoup moins bien, on regrette les Bernois, l'arbre de la liberté y est arraché. Lausanne fait occuper militairement la commune[88]. En 1798 est proclamée la République helvétique : le Pays de Vaud devient le canton du Léman. La France exige un contingent de 18 000 hommes : des Combiers vont mourir sur les champs de bataille d'Allemagne, d'Autriche et de Russie. En 1803, Napoléon impose à la Suisse l'Acte de médiation : c'est l'indépendance vaudoise.

Période vaudoise[modifier | modifier le code]

Le , Philippe Berney édifie une stèle à L'Orient frappée des initiales NM (Napoléon médiateur). Le colonel Samuel-Henri Rochat (1783-1861) compose l'hymne vaudois.

La manufacture d'horlogerie de la maison Louis Audemars est fondée au Brassus en 1811[89].

L'année 1816 est connue comme « l'année sans été ». Comme dans le reste de l'Europe, la disette frappe la Vallée. C'est à cette date qu'est fondé l'hôpital du Chenit à L'Orient. Cet organisme de bienfaisance dure jusqu'en 1940. De par les lois d’assistance bernoises, les communes étaient tenues de secourir leurs ressortissants, leurs familles et descendants tombés dans le besoin avec pour résultat des charges écrasantes pour certaines communautés de la montagne et un fardeau léger pour les communes de la plaine d’où l’on essaimait guère[90].

En 1833, Antoine Le Coultre (1801-1881) fonde un modeste atelier d'horlogerie, la manufacture Le Coultre & Cie au Sentier, embryon de la future marque horlogère Jaeger-LeCoultre[91].

En 1837, on inaugure un nouveau temple au Brassus[92].

Au Brassus, le voit le premier numéro typographié de la Feuille d'avis de La Vallée réalisée par François Dupuis, de Gressy, à la demande du Cercle des Amis du Brassus[93]. Elle avait été précédée dès 1838 par des numéros autographes réalisés par M. Dumas, régent au Brassus[94]. Ce périodique, véritable trait d'union de tous les Combiers continue fidèlement de paraître tous les jeudis, comme à son origine. Plusieurs personnalités combières bien connues ont souvent contribué à sa rédaction, Auguste Piguet, Samuel Aubert, Claude Berney, etc.

Le , le village du Lieu est à nouveau ravagé par un incendie, 34 maisons sont détruites[95]. Auguste Reymond prend des photographies du désastre qui deviennent plus tard célèbres ; il constitue en même temps le premier reportage photographique sur la Vallée[96]. Le sinistre a pour conséquences de remodeler complètement l'aspect du village jusqu'à rectifier les rues principales.

Lors de la Guerre franco-allemande de 1870, des soldats de l'armée de l'Est commandées par le général Charles-Denis Bourbaki se réfugient à la Vallée en franchissant le Risoud au cours d'un hiver terrible ([97]), empruntant le Chemin-des-Mines au-dessus du Solliat, le Chemin-des-Piguet et le Chalet-Capt pour atteindre le Brassus, le chemin Chez-Claude au-dessus du Lieu et aussi le Pré-Gentet et la Grand-Combe pour atteindre Le Pont et les Charbonnières. Stationnées provisoirement dans les temples et les maisons particulières, les troupes sont ensuite évacuées vers la plaine vaudoise puis dispersés dans toute la Suisse, sauf le Tessin. En tout, ce sont 12 000 hommes, 500 chevaux et 9 canons qui transitent par la Vallée. Le , il ne reste plus à la Vallée que les éclopés. Le chalet de la Thomassette est utilisé pour abriter les soldats atteints de maladies contagieuses. L'un d'eux, trop malade pour pouvoir donner son nom y meurt, inconnu et loin des siens. Un modeste monument y a été élevé sur sa tombe[98]. L'état de délabrement de ces malheureux a laissé un souvenir durable dans la population combière qui s'est largement mobilisée pour leur porter secours et réconfort[99]. Cet épisode eut également des conséquences inattendues : les stocks d'armes et de munitions abandonnés par les soldats constituèrent de véritables arsenaux familiaux, redoutables en cas d'incendie, hélas fréquents en ces lieux...

De 1875 à 1885, une grave crise horlogère frappe la Suisse et tout particulièrement la Vallée. Les industriels américains se sont mis à produire des composants de montres si précis qu'ils deviennent interchangeables sur les différents modèles. Les exportations vers les États-Unis chutent de 75 %. Obligées de réagir, les entreprises se lancent à leur tour dans la fabrication des pièces sur machines à haute précision[100].

Vers la fin du XIXe siècle, une nouvelle industrie prend un essor fulgurant : la production de glace extraite des lacs, congelés jusque tard dans la saison dans la chaîne du Jura. Ce matériau est destiné aux grands hôtels de la Riviera lémanique, voire à ceux de Dijon ou de Paris, où il est fort prisé des restaurateurs et de leurs clients avant l'invention des congélateurs. Le transport s'effectue d'abord par char via la route de Petrafelix et le col du Mollendruz[101]. On s'imagine sans peine la perte phénoménale de matière qui en résulte. La Société des glacières du Pont décide donc de faire construire une voie ferrée pour convoyer plus rapidement la précieuse marchandise et commandite la dite construction[102]. Le , la ligne Vallorbe – Le Pont est inaugurée[103]. La Vallée est désormais rattachée au Pays de Vaud par les soins de la Compagnie de la Suisse occidentale et du Simplon. L'industrie de la glace poursuit sa belle aventure, malgré plusieurs faillites et le recul des activités durant la première guerre mondiale. Dans la nuit du 2 au , un incendie détruit entièrement les glacières du Pont, le coup est dur mais pas fatal : les glacières poursuivent leur activité jusqu'à leur fermeture définitive en 1942[104].

Le , un cyclone ravage la Vallée de bout en bout[105], mais principalement Le Chenit où le hâmeau du Crêt-des-Lecoultre est rayé de la carte. Partie de la région de St-Claude, qu'elle détruit entièrement, la tornade suit les combes du Jura jusque dans la région du Creux-du-Van. Cette catastrophe, décrite comme « un torrent de foudre et d'électricité » laisse un souvenir profond dans les mémoires pendant des dizaines d'années. Le chemin de fer récemment construit assure les années suivantes l'exploitation de l'énorme quantité de bois couchés laissés par l'ouragan.

Le , le téléphone est installé à la Vallée. Le réseau est distinct entre le bureau central du Sentier les des bureaux intermédiaires privés au Brassus et au Pont. Le Lieu est relié au central du Sentier[106].

Après des années d'affrontement sur son tracé (suivra-t-il la rive orientale ou occidentale du lac ?) et son écartement (utilisera-t-on une voie métrique, une voie Decauville ou encore une voie normale comme celle du Vallorbe-Le Pont ?), le chemin de fer Pont-Brassus est inauguré en le [107]. Il longe la rive occidentale en utilisant une voie normale. La question du tracé de la ligne divise pour la première fois les Combiers entre eux. Parmi les perdants, les partisans de la ligne orientale par L'Abbaye et Les Bioux donc, figure Lucien Reymond, qui prévoyait même de la prolonger au plus vite jusqu'aux Rousses[108].

Le , se constitue une « Société pour le développement du village du Sentier » présidée par Henri Gallay[109]. Elle souhaite la création de structures de proximité pour organiser certains services que la commune n'est pas en mesure de mettre en place, à cause de l'éloignement des hameaux entre autres. Les villages assurent leur propre service du feu, la voirie est encore inexistante, par exemple. C'est ainsi que le , le village du Sentier est autorisé par le Grand Conseil vaudois à se constituer officiellement en fraction de commune[110].

L'année 1901 voit la création de la Compagnie vaudoise des lacs de Joux et de l'Orbe, suivie aussitôt de la construction de l'usine électrique de La Dernier (1901-1902) qui assure la fourniture électrique de la Vallée (1903)[111]. Un tunnel est creusé sous le mont d'Orzeires dès La Tornaz en direction de Vallorbe qui sert de conduite forcée. Quatre siècles après Rigaud l'entonnoir de Bonport est définitivement bouché et la question des inondations périodiques est enfin réglée.

Le 1er juin, l'École d'horlogerie du Sentier (actuellement École technique de la vallée de Joux) est inaugurée[112],[113]. Elle a été construite à l'instigation de la Société industrielle et commerciale.

Dans sa séance du , le Grand Conseil vaudois autorise le village de L'Orient-de-l'Orbe à se constituer en fraction de commune et à porter dorénavant le nom de L'Orient[114].

Le , c'est le Brassus qui se constitue à son tour fraction de commune[115].

Le , l'Hôtel de La Lande, au Brassus est détruit par un incendie[116]. Construit vers 1660, il avait été rehaussé en 1855. Sa reconstruction dure plusieurs années : il n'est finalement complètement rénové qu'en 1955[117].

Le est inaugurée l'infirmerie du Chenit, futur hôpital de La Vallée. Sa genèse a été longue : les premières requêtes pour sa construction datent de 1866 où divers fonds et legs conduisent à la création d'un comité qui établit un rapport en vue de la création d'une infirmerie de district. Le bâtiment sous sa forme actuelle, situé au Sentier, n'est inauguré que le [118]. Il n'est plus actuellement qu'un membre du réseau des « Établissements hospitalier du Nord vaudois » (eHnv).

Activités[modifier | modifier le code]

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

Vallée de Joux
Une vue aérienne de la station serait la bienvenue.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Jura-Nord vaudois
Site web www.myvalleedejoux.ch
Géographie
Coordonnées 46° 36′ 52″ nord, 6° 14′ 42″ est
Massif Massif du Jura
Altitude 1 010 m
Altitude maximum 1 445 m
Altitude minimum 1 010 m
Ski alpin
Remontées
Nombre de remontées 11
Téléskis 11
Total des pistes 42 km
Installations
Nouvelles glisses
1 snowpark à L'Orient
Ski de fond
Total des pistes 220 km

La vallée de Joux accueille quatre stations de ski, qui coopèrent au sein d'une offre forfaitaire commune :

Si l'on prend en compte la totalité des pistes des quatre stations, il s'agit du domaine skiable le plus étendu du Jura suisse. Toutefois les stations sont situées chacune à quelques kilomètres de route l'une de l'autre. Il n'est donc de fait pas possible de parler de domaine skiable relié skis aux pieds. La pratique du ski nocturne est possible du mardi au vendredi sur une piste du domaine de L'Orient. La luge peut être pratiquée dans la vallée à divers endroits, toutefois sans aide de remontée mécanique. Six itinéraires ont été aménagés pour pratiquer la raquette à neige.

Industrie[modifier | modifier le code]

La vallée de Joux est un haut lieu de l'horlogerie réputé pour abriter le développement et la fabrication des plus grandes complications de montres[119]. Les marques horlogères suivantes y sont notamment établies :

L'industrie horlogère profite largement de la proximité de la France en matière de main-d'œuvre[120]. La présence de ces entreprises dans la région est source de dynamisme importante pour toute la région. La production horlogère à la vallée de Joux se concentre principalement sur le haut de gamme[121].

Personnalités liées à la région[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Registres de la paroisse réformée du Sentier. Eb 126, Chavannes-près-Renens, Archives cantonales vaudoises,
  • Frédéric Jean Charles de Gingins-La Sarra, Mémoire sur le Rectorat de Bourgogne, Lausanne, M. Ducloux, coll. « Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire de la Suisse romande » (no 1, [1re] partie),
  • Jacques-David Nicole, Recueil historique sur l'origine de la vallée du Lac-de-Joux, l'établissement de ses premiers habitants, celui des trois communautés dont elle est composée, et particulièrement du Chenit, Lausanne, M. Ducloux, coll. « Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire de la Suisse romande » (no 1, 2e partie), (lire en ligne)
  • FAVJ, Feuille d'avis de la vallée de Joux, Le Sentier puis Le Brassus, Impr. Dupuis puis Baudat, 1840-›
  • Frédéric Jean Charles de Gingins-La Sarra, Annales de l'abbaye du Lac-de-Joux depuis sa fondation jusqu'à sa suppression en 1536, Lausanne, M. Ducloux, coll. « Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire de la Suisse romande » (no 1, 3e partie),
  • Lucien Reymond, Notice sur la vallée du lac de Joux, Lausanne, Impr. G. Bridel, (lire en ligne)
  • Lucien Reymond, La vallée de Joux : notice, Lausanne ; Paris, Impr. G. Bridel ; Libr. de la Suisse française, , 2e éd.
  • Hector Golay, La vallée de Joux : 1860 à 1890, Lausanne, Impr. G. Bridel, coll. « Feuilles d'utilité publique » (no 16),
  • RHV, Revue historique vaudoise, Lausanne, Société vaudoise d'histoire et d'archéologie, 1893-› (ISSN 1013-6924)
  • Marcel Piguet, Histoire de l'horlogerie à la vallée de Joux, Le Sentier, impr. R. Dupuis,
  • Samuel Aubert, La flore de la vallée de Joux : étude monographique, Lausanne, impr. Corbaz, 1901 (thèse, philosophie, zurich, 1901)
  • Ernest Aubert, La vallée de Joux de 1890 à 1905 : mémoire lu (…), au Pont, le 4 septembre 1905, Lausanne, Impr. G. Bridel, coll. « Résumés historiques / Société vaudoise d'utilité publique » (no 2),
  • DHV, Dictionnaire historique géographique et statistique du canton de Vaud / Eugène Mottaz [éd.], Lausanne, F. Rouge, 1914-1921 (ISBN 978-2-05-100437-4 et 2-05-100437-4)
  • René Meylan, La vallée de Joux : les conditions de vie dans un haut bassin fermé du Jura : étude de géographie humaine, Neuchâtel, impr. Attinger, 1929 (thèse, lettres, lausanne, 1929)
  • Daniel Aubert, Monographie géologique de la vallée de Joux (Jura vaudois), Berne, Kümmerly et Frey, 1943 (thèse, sciences, lausanne, 1939)
  • Auguste Piguet, Le territoire et la commune du Lieu jusqu'en 1536, Le Sentier, impr. R. Dupuis,
  • Samuel Aubert, La vallée de Joux, Neuchâtel, Éd. du Griffon, coll. « Trésors de mon pays » (no 36),
  • (de) Hans Conrad Peyer, « Die Entstehung der Landesgrenze in der Vallée de Joux : ein Beitrag zur Siedlungsgeschichte des Juras », Revue suisse d'histoire, Zurich [puis] Bâle, Zeitschrift für schweizerische Geschichte, vol. 1, no 3,‎ , p. 429-451 (ISSN 0036-7834, lire en ligne)
  • Charles-Édouard Rochat, L'Abbaye : 1571-1971, édité à l'occasion du 400e anniversaire de la commune, Lausanne, Rencontre,
  • Auguste Piguet, Le territoire et la commune du Lieu de 1536 à 1646, Les Charbonnières, Éd. Le Pèlerin, coll. « Études et documents » (no 21-24), 1978 (4 vol.)
  • Jean-Claude Aubert, La vallée de Joux, Neuchâtel, Éd. du Griffon, coll. « Trésors de mon pays » (no 156),
  • Éric Berney, Histoire d'une famille : les Berney à l'Abbaye en la vallée de Joux depuis 1492, Le Sentier, impr. Valcomp,
  • Rémy Rochat (dir.) (ill. Julien-Hippolyte Devicque), Merveilleuse vallée du Lac-de-Joux, Le Sentier, Éd. Le Pèlerin,
  • Claire Martinet, L'abbaye prémontrée du Lac de Joux : des origines au XIVe siècle, Lausanne, Univ. de Lausanne, Faculté des lettres, coll. « Cahiers lausannois d'histoire médiévale » (no 12), (ISBN 2-940110-03-4)
  • Louis Audemars-Valette, Récit historique sur la fraction de commune et la paroisse du Brassus, dès la fondation des couvents de la vallée de Joux à nos jours, Le Brassus, Impr. Dupuis,
  • Auguste Piguet, Monographie folklorique de la vallée de Joux, Les Charbonnières, Éd. Le Pèlerin, coll. « Études et documents » (no 48-52), 1997-1999 (5 vol.)
  • Roger Guignard et Anne-Lise Vullioud, Vallée de Joux, une île à l'envers, Pontarlier/Fleurier, Presses du Belvédère, (ISBN 978-2-88419-184-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Soit la région de Bois-d'Amont. Seul un mur de pierres sèches qui coupe le thalweg à angle droit trahit l’emplacement de la frontière artificielle, établie dès le XIIe siècle.
  2. a et b La graphie « Risoux » est probablement née de la ressemblance avec le mot « Joux ». Néanmoins plusieurs spécialistes estiment que la graphie « Risoud » est plus conforme à la toponymie originelle. Voir : H. Delacrétaz, « Une énigme toponymique, Risoud ou Risoux ? », FAVJ, nos 7, 8, 10, 50 (15.02, 22.02, 08.03, 13.12),‎
  3. Dont l’actuelle Vallée de Joux, partie nord-est (et aval) de ladite haute vallée de l’Orbe.
  4. Après que le roi burgonde Chilpéric, alors à Genève, leur fit don de terres dans la forêt du Jura, et qu’ils se rendirent en pèlerinage à Agaune.
  5. Ou saint Point (Pontius).
  6. Défrichement qui est poursuivi et développé dans le cadre des installations plus pérennes de colons qui sont organisées à partir du XIVe siècle ; Claire Martinet, p. 20 et cf. ci-après (observation faite que s’agissant de la partie sud-ouest/amont de la vallée – Bois d’Amont et Les Rousses, l’installation pérenne des 1ers colons semble avoir été plus tardive, d’un siècle au moins).
  7. Sans que l’on sache toutefois précisément si ceux-ci eurent disposé, ou pas, ponctuellement ou pas, de valets ou de serfs ; Dom P. Benoît estime que les moines de Saint-Claude, en quittant le Lieu en 1157, y laissèrent des colons, et que « ceux-ci y étaient sans doute établis depuis l’origine de la fondation », soit depuis cinq ou six siècles ; Tome II, p. 63, §1346.
  8. Il convient de préciser que ladite principauté dépendait directement du roi de Bourgogne puis de l’empereur germanique, en tant que fief d’empire, et qu’elle et sa Terre ne rentre dans le giron du comté de Bourgogne (future Franche-Comté), qu’à partir de la fin du XIIIe ou même XIVe siècle. En conséquence de quoi la vallée de Joux ne peut être considérée comme ayant fait partie, à un moment quelconque de son histoire, du comté de Bourgogne (mais avec un passé commun avec ses voisins jurassiens, en ce qu’elle aura fait partie, même avec très peu d’habitants, pendant quasi le millénaire médiéval, de ce qui s’apparentait à une entité politique jurassienne indépendante).
  9. Vis-à-vis de la déclinante abbaye de Saint-Oyend de Joux, mais aussi des seigneurs laïcs rivaux, notamment les Cossonay, Cuarnens (dont le rôle dans la fondation de l’abbaye est a posteriori gommé par les Grandson-la-Sarraz), et s’agissant de l’Ouest, les sires de Salins et comtes de Bourgogne ; ces derniers stoppent d’ailleurs au XIIIe siècle l’expansion vers l’ouest des Grandson-La-Sarraz, Claire Martinet, p. 21 note 41.
  10. L’évêque de Lausanne semble également avoir eu quelque intérêt à ce nouvel établissement monastique. Sa reconnaissance par Girold de Faucigny lui permettait en effet de revendiquer l’abbaye ainsi que le territoire attenant comme partie intégrante de son diocèse. C’est ainsi que l’appui de celui-ci dans la fondation de l’abbaye prémontrée du Lac de Joux a pu être, au moins en partie, motivée par l’augmentation, ou en tout état de cause, par la fixation des limites occidentales de son territoire diocésain, qui jusqu’alors n’étaient pas encore clairement définies. Ainsi, le litige qui très vite opposa l’abbaye de Saint-Oyend à celle du Lac de Joux exprima-t-elle probablement la confusion régnant dans la délimitation des frontières diocésaines.Claire Martinet, p. 21, reprenant à son compte Hüffer, « Die Abteien und Priorate », p. 13-14.
  11. À l’issue de cet arbitrage, l’évêque de Lausanne, en plaçant la communauté du Lieu sous sa juridiction, réussit de ce fait à faire reconnaître son autorité spirituelle sur l’ensemble de la vallée de Joux (au détriment de l’abbé de Saint-Oyend, qui s’estime en revanche confirmé dans son droit antique/féodal de suzeraineté par les actes de 1157 et 1186).
  12. Probablement à la demande des bénédictins de Saint-Oyend.
  13. Il a dû être estimé que celui-ci était juge et partie, le litige touchant de nouveau aux frontières de son diocèse ; il a été remplacé par l’archevêque et légat Etienne II de Vienne.
  14. Plus précisément, l’abbé de Saint-Oyend concède à perpétuité la possession du lieu où est établie l’abbaye du Lac et qu’il prétendait lui appartenir, à l’abbé du Lac et à ses chanoines, mais en cas d’abandon, l’abbé de Saint-Oyend rentre en possession de tous les droits qu’ils cède.
  15. De cette manière, les revendications de Saint-Oyend furent reconnues, sans pour autant que soient remises en cause les décisions de l’arbitrage de 1156.
  16. Dom P. Benoît, Tome II, p. 63-64 (auquel renvoie Claire Martinet dans la note 1 p. 45) remarque que l’abbaye de Saint-Oyend cède l’usufruit (i.e. un droit d’occupation) de tous les lieux en litige, que celle du Lac accepte et s’engage à payer une redevance annuelle et perpétuelle, qu’elle reconnaît ce faisant tenir un fief (et non pas posséder un alleu), et que dès lors, à l’aune du droit féodal, l’abbé de Saint-Oyend demeurait, aux termes de cet acte de 1157, le suzerain de toute la vallée de Joux, et l’abbé du Lac son vassal (cependant, même si le versement de la redevance se perpétue pendant plusieurs siècles, la portée pratique de ce raisonnement juridique s’atténue au fil du temps, de par toutes les personnes qui vont dès lors occuper et animer concrètement/de facto la Vallée, par la vente de la Vallée en 1344, fût-elle fondée sur des titres de propriété falsifiés, et, en tout état de cause, par la conquête bernoise en 1536).
  17. L’évêque de Lausanne se trouvait personnellement à la diète de Mulhouse lors de cette confirmation, Claire Martinet, p. 21-22 note 43.
  18. Telle est l'origine du ras de focage dû au château de La Sarraz.
  19. Par exemple, les prestations personnelles du feu de Perrinet Bron en 1304 se montent à :
    • une journée de charroi deux fois l'an pour voiturer les denrées du seigneur et pour l'entretien de ses bâtiments ;
    • trois corvées ou journées de charrue par an pour labourer ses terres ;
    • une journée de faucheur pour le coupage de ses foins et moissons (les bergers et fruitiers en sont exemptés) ;
    • un chapon soit une poule ;
    • chaque ménage doit en outre la collation, c'est-à-dire des vivres pour la valeur de trois deniers.
  20. Pour mémoire (cf. supra), l’empereur Frédéric Barberousse confirmait, dans une charte de 1186, l’arbitrage de 1157 sur les droits de l’abbaye du Lac dans la Vallée. Cependant, une fausse charte Barberousse, censément de la même date, et vraisemblablement rédigée en 1334, a repris les termes de la charte authentique, en y insérant, entre autres mentions, une délimitation de la Vallée (reprise, « officialisée », « validée », de facto, par l’acte de vente de 1344). C’est donc de la fausse charte précitée de 1186 que provient la mention de délimitation de la lieue commune/vulgaire par rapport au Lac des Rousses (« usque ad unam leucam vulgarem propre lacum dictum Quinzonet [lac des Rousses]... ») ; Claire Martinet, p. 51-60 et 121-125 (doc 12 et 13).

Références[modifier | modifier le code]

  1. René Meylan, p. 8
  2. Daniel Aubert, « Le chevauchement de la Dent-de-Vaulion », Bulletin de la Société vaudoise des sciences naturelles, Lausanne, Impr. Corbaz, vol. 58, no 235,‎ , p. 204-208
  3. Nicolas Zaric, La forêt du Grand Risoud, Lausanne, Service cantonal forêts et faune, coll. « Balades en forêts cantonales vaudoises » (no 3),
  4. René Meylan, p. 8-9
  5. Samuel Aubert, « La Haute-Combe », La Revue, Lausanne, vol. XLVIII, no 78 (19.03),‎
  6. A. Piguet, Monographie folklorique, vol. 1, p. 3
  7. A. Piguet, Monographie folklorique, vol. 1, p. 4
  8. Claire Martinet, p. 20 et 46
  9. Paul Benoit, Histoire de l'abbaye et de la terre de Saint-Claude, t. 1, Montreuil-sur-mer, Impr. de la Chartreuse de Notre-Dame des Prés, , p. 192-193 (§ 349)
  10. Claire Martinet, p. 21
  11. (la) Charles-Hyacinthe Hugo, Sacri et canonici ordinis praemonstratensis annales..., t. 2, Nanceii, apud viduam J.-B. Cusson et A.-D. Cusson, , (col. III et IV) ; Claire Martinet, p. 25
  12. Claire Martinet, p. 14-17 (l’année de fondation de l’abbaye étant située à l’intérieur de cette période).
  13. Claire Martinet, p. 19-21 et 28
  14. Claire Martinet, p. 45-46
  15. Claire Martinet, p. 47
  16. Mémoire sur le Rectorat de Bourgogne, p. 179-181 (doc. 17) ; Claire Martinet, p. 47-49 et 112-114 (doc. 8)
  17. Claire Martinet, p. 49
  18. Claire Martinet, p. 49-50. Cette fausse charte, censément de l’an 793, fut vraisemblablement rédigée par les moines de Saint-Oyend au XIe ou XIIe siècle ; la démonstration de la falsification aurait été effectuée par René Poupardin, « Études sur les deux diplômes de Charlemagne pour l’abbaye de Saint-Claude », Le Moyen Age, 16, 1903, p. 345-346.
  19. Claire Martinet, p. 50
  20. Claire Martinet, p. 56-57
  21. Claire Martinet, p. 51-83 et 96-97 ; l’auteur en serait Aymon de Montferrand-La Sarraz, leur existence démontrée pour la première fois par Peyer 1951, p. 429-461. Le faux de 1186 ajoute à la charte authentique Barberousse de la même date une partie sur les La Sarraz (non mentionnés dans la vraie), attestant qu’Ebal de La Sarraz et ses descendants posséderaient en plus des droits sur le village et le château de La Sarraz, des droits sur les territoires du Jura, qu’Ebal aurait reçus en fief de l’empereur et de ses prédécesseurs, et qu’il avait également le droit de construire des villes, des villages et des châteaux. Y figure également une délimitation de la Vallée, ensuite reproduite dans l’acte de vente de la Vallée en 1344. Le faux de 1220 modifie l’acte authentique de la même date, et attribue à l’abbé de Saint-Oyend les propos suivants « … Nous, en cela, ne voulons nullement déroger aux droits que lesdits religieux et le seigneur Ebal, seigneur de La Sarraz, fondateur de l’abbaye du Lac, possède sur les joux et territoires de cette abbaye. Nous confessons et reconnaissons donc que nous ne possédons et ne devons en rien posséder une quelconque juridiction ou droit de mère et mixte empire sur les joux et frontières de ladite abbaye, si ce n’est seulement sur un territoire d’une lieue ordinaire, définie selon l’usage du Pays de Vaud, à partir du Lac des Rousses ... ». De même, des faux de 1235 et 1244 font déclarer par l’abbé du Lac, la mère empire et la juridiction complète d’Ebal et de ses héritiers sur le territoire de l’abbaye et à partir du village de Cuarnens, celui de 1244 reprenant la délimitation du faux 1186 (et 1220). Le faux de 1277 tend également à légitimer les droits des La Sarraz sur la Vallée et sur les flancs du Jura.
  22. Annales, p. 39-40 ; L. Reymond, Notice (1864), p. 24
  23. Donations faites à l'abbaye du Lac de Joux par Etienne de Vienne et Marguerite de Jor (Joux), au nom de son fils, Aymon de La Sarraz, encore mineur – Annales, p. 40 ; 189-192 (doc. XXVII) ; Martinet 1994, p. 1169-172 (doc. 42)
  24. La visite des églises du diocèse de Lausanne en 1416-1417, Lausanne, G. Bridel, coll. « Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire de la Suisse romande 2e série » (no 11),
  25. Annales, p. 237 (doc. XXXIX)
  26. a b et c Franz-Raoul Campiche, « Origine des communes de la Vallée, d'après des documents authentiques », FAVJ, no 34 (19.08), 38 (16.09), 41-43 (7.10 - 21.10),‎
  27. Annales, p. 213-225 (doc. XXXII) ; Nicole, Recueil historique, p. 300-301 (§ 11) ; Claire Martinet, p. 193-198 (doc. 51)
  28. a et b Nicole, Recueil historique, p. 302-303 (§ 12)
  29. Annales, p. 232-234 (doc. XXXVII)
  30. Annales, p. 251-264 (doc. XLV)
  31. Annales, p. 347-352 (doc. LXIII)
  32. Annales, p. 323-333 (doc. LXI)
  33. Annales, p. 293-299 (doc. LII)
  34. Éric Berney, p. 8-11
  35. A. Piguet, la commune du Lieu jusqu'en 1536, p. 128
  36. A. Piguet, la commune du Lieu jusqu'en 1536, p. 135
  37. Annales, p. 86, 300-303 (doc. LIII)
  38. C.-E. Rochat, L'Abbaye, p. 38
  39. C.-E. Rochat, L'Abbaye, p. 40
  40. A. Piguet, la commune du Lieu de 1536 à 1646, p. 4-5, vol. 1
  41. A. Piguet, la commune du Lieu de 1536 à 1646, p. 30-31, vol. 1
  42. Adrien Besson, Paul-Auguste Golay et Maurice Reymond-Curchod, « Pâturages possédés dans le Jura par quelques communes de la plaine », RHV, Lausanne, vol. 31, no 9,‎ , p. 238-243 (lire en ligne)
  43. a et b A. Piguet, la commune du Lieu de 1536 à 1646, p. 38-39, vol. 1
  44. Annales, p. 306-307 (doc. LXXV)
  45. a et b Auguste Piguet, « Défrichements au Brassus sous le régime savoyard ; anciennes usines », FAVJ, nos 21-25 (24.05-21.06),‎
  46. C.-E. Rochat, L'Abbaye, p. 48
  47. Auguste Piguet, « Notes sur les anciennes verreries de la Vallée », FAVJ, nos 21-26 (21.05-25.06),‎
  48. Frédéric Besson, Les verriers de Montricher : 1704-1737 : Guillaume de Sebetal, paysan de Gessenay à Montricher et ses descendants, Apples, F. Besson,
  49. Pierre-Yves Favez, « Le Coultre de Berolle : une dynastie de verriers », Bulletin généalogique vaudois, Chavannes-près-Renens, Cercle vaudois de généalogie, vol. 17,‎ , p. 169-178
  50. Nicole, Recueil historique, p. 395-397 (§ 79)
  51. Samuel Aubert, « Anciennes verreries et forêt », Journal forestier suisse, Berne [puis] Zürich, Société forestière suisse, vol. 85, no 6,‎ , p. 122-125
  52. Abraham Ruchat, « La vallée du lac de Joux », État et délices de la Suisse, ou description historique et géographique des treize cantons suisses et de leurs alliés, Neuchâtel, Samuel Fauche, vol. 2,‎ , p. 372-373 (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2010)
  53. Nicole, Recueil historique, p. 368-369 (§ 54)
  54. C.-E. Rochat, L'Abbaye, p. 50-53
  55. Charles-Abel Piguet, La seigneurie du Brassus : 1576-1684, Le Sentier, Impr. Dupuis,
    Supplément à la Feuille d'avis de la vallée de Joux, op. cit., 1936, n° 36: (08.10)
  56. Maurice Reymond, « La seigneurie du Brassus », RHV, Lausanne, vol. 67,‎ , p. 179-199 (lire en ligne)
  57. Audemars-Valette, Histoire du Brassus, p. 19-26
  58. Une scierie.
  59. Auguste Piguet, « Contribution à l'affaire Rigaud », FAVJ, nos 5-7, 9 (01.02, 08.02, 15.02, 01.03),‎
  60. Nicole, Recueil historique, p. 363-364 (§ 50)
  61. « Les Grands-Plats », DHV, vol. 1,‎ 1914-1921, p. 819
  62. Nicole, Recueil historique, p. 397 (§ 79)
  63. L. Reymond, Notice (1887), p. 119
  64. « Le Lieu », DHV, vol. 2,‎ 1914-1921, p. 142-143
  65. Auguste Piguet, « Le grand (?) incendie du Lieu en 1691 », RHV, Lausanne, vol. 50,‎ , p. 108-110 (lire en ligne)
  66. L'Avoyer et Conseil de la ville de Berne, Règlement souverain au sujet des bois de bamps du 15 juillet 1700, Les Charbonnières, Éd. Le Pèlerin, coll. « Études et documents » (no 174),
  67. Nicole, Recueil historique, p. 390 (§ 73)
  68. L. Reymond, Notice (1864), p. 57-58
  69. Auguste Piguet, « Nos premiers Cap », FAVJ, nos 44-47 (03.11-25.11),‎ (lire en ligne, consulté le 24 février 2020)
  70. Les guerres de Villmergen
  71. L. Reymond, Notice (1864), p. 70
  72. Histoire de l'horlogerie à la vallée de Joux, p. 18
  73. Registres de la paroisse réformée du Sentier. Eb 126, p. 142
  74. Histoire de l'horlogerie à la vallée de Joux, p. 18-21
  75. Nicole, Recueil historique, p. 393-395 (§ 78)
  76. Histoire de l'horlogerie à la vallée de Joux, p. 23-25
  77. L. Reymond, Notice (1864), p. 76-79
  78. Jakob Hofstätter, « Le premier horloger du val de Joux », FAVJ, no 2 (13.01) sqq.,‎
  79. Jakob Hofstätter, Le premier horloger du val de Joux, Les Charbonnières, Éd. Le Pèlerin,
  80. Auguste Piguet, « À propos de Samuel-Olivier Meylan », FAVJ, no 11 (16.03),‎
  81. Nicole, Recueil historique, p. 446-447 (§ 105) ; Illustre et Suprême Chambre des appellations du Païs de Vaud, Procédure instruite entre l'Illustre et Haute Chambre des bois et forêts de la Ville et République de Berne, actrice et intimée, et les communautés du Chenit et du Lieu, en la vallée du lac de Joux, défenderesses et appelantes de la sentence rendue le 27 mars 1759, Berne, S. Kupfer,
  82. Johann Wolfgang von Goethe, Voyage à la vallée de Joux : (œuvres choisies) [« Briefe aus der Schweiz »], Les Charbonnières, Éd. Le Pèlerin, coll. « Voyages à la vallée de Joux » (no 4),
  83. P., « Goethe au Brassus et sur la Dent de Vaulion », FAVJ, no 13 (28.03),‎  ; E. P.-L., « J.W. de Goethe à La Vallée en 1779 », FAVJ, no 36 (04.09),‎  ; E. P.-L., « Goethe et la vallée de Joux », FAVJ, no 43 (22.10),‎  ; Manfred Schenker, « Une vieille maison au Brassus où logea Goethe », FAVJ, no 9 (02.03),‎
  84. Auguste Piguet, « Notre ancienne industrie dentellière », Folklore suisse, Bâle, Société suisse des traditions populaires, vol. 33, no 2,‎ , p. 21-28
  85. Auguste Piguet, « L'an 1798 au Chenit », FAVJ, nos 8-21 (18.02-19.05),‎  ; François Jéquier, « Une révolution paisible : la vallée de Joux en 1798 d'après les archives du Comité de surveillance de la Commune du Chenit », RHV, Lausanne, vol. 85,‎ , p. 111-152 (lire en ligne)
  86. Ernest Capt, « Philippe Berney », RHV, Lausanne, vol. 34,‎ , p. 33-34 (lire en ligne) ; Eugène Mottaz, « Philippe Berney », RHV, Lausanne, vol. 34,‎ , p. 67-75 (lire en ligne)
  87. Société des amis de la liberté du Chenit, Profession de foi politique de la Société des Amis de la Liberté du Chenit, District de la vallée du Lac-de-Joux, Canton du Léman, avec un recueil de quelques discours qui y ont été prononcés ; suivis d'une relation de la Fête civique dans la commune du Chenit, le 17 août 1798, S. l., s. n., ca 1798
  88. Rémy Rochat, La révolution de 1798 dans la commune du Lieu, Les Charbonnières, Éd. Le Pèlerin, coll. « Études et documents » (no 46),
  89. Notice historique sur la manufacture d'horlogerie de la Maison Louis Audemars fondée en 1811 au Brassus, canton de Vaud (Suisse), Lausanne, Impr. Corbaz, 1873 (i. e. 1863)
  90. Auguste Piguet, « L'assistance publique régionale à travers les âges et l'ex-hôpital du Chenit », FAVJ, nos 19-40 (12.05-06.10) ; 33-47 (16.08-22.11),‎ 1943-1944
  91. François Jéquier et Chantal Schindler-Pittet, De la forge à la manufacture horlogère (XVIIIe-XXe siècles) : cinq générations d'entrepreneurs de la vallée de Joux au cœur d'une mutation industrielle, Lausanne, (Impr. centrale), coll. « Bibliothèque historique vaudoise » (no 73),
  92. Anselme Vermeil et Adolphe Bauty, Sermons prononcés à l'occasion de la dédicace du temple du Brassus par MM. les pasteurs Vermeil et Bauty le 24 septembre 1837, Lausanne, M. Ducloux,  ; Le 150e anniversaire de la dédicace du Temple du Brassus : 1837-1987, Le Brassus, Paroisse du Brassus,
  93. « Création de la Feuille d'avis de La Vallée », Audemars-Valette, Histoire du Brassus,‎ , p. 81-82
  94. « Édition spéciale : 150e anniversaire 1840-1990 », FAVJ, no spécial (13.12),‎
  95. David des Ordons (i.e. Paul-Auguste Golay), « L'incendie du Lieu en 1858 », FAVJ, no 27 (02.07),‎  ; Rémy Rochat, L'incendie du Lieu de 1858, Les Charbonnières, Éd. Le Pèlerin, coll. « Études et documents » (no 162),
  96. Charles-Henri Favrod, Daniel Aubert et Pierre Aubert, Auguste Reymond : photographe de La Vallée : 1825-1913, Yverdon, Éd. de la Thièle, (ISBN 2-8283-0022-6) ; La vallée de Joux d'Auguste Reymond : photographies de 1850 à 1910, Yverdon, Éd. de la Thièle, (ISBN 2-8283-0040-4)
  97. Constant Guignard [et al.], Les Bourbaki, Les Charbonnières, Éd. Le Pèlerin, coll. « Études et documents » (no 75),
  98. Le mémorial de la Thomassette consulté le 01.11.2010 ; Wilfred Berney, Le soldat inconnu et la tombe de l’interné consulté le 01.11.2010
  99. H. Golay, La vallée de Joux : 1860 à 1890, p. 9-13 ; Marie-Louise Julia Aubert, « Lettre à son fiancé (Louis-Henri Philippe Aubert) : Derrière-la-Côte, 31 janvier, 2 février, 3 février 1871 », Que-dit-on ?, Le Sentier, vol. 41, no 412 (octobre),‎ (lire en ligne)
  100. Pierre-Yves Donzé, Histoire de l’industrie horlogère suisse : de Jacques David à Nicolas Hayek (1850-2000), Neuchâtel, Éditions Alphil ; Presses universitaires suisses, coll. « Histoire et horlogerie », , 206 p. (ISBN 978-2-940235-51-3)
  101. Rémy Rochat, Glacières du Pont, Lac de Joux, Suisse : 1879-1942, Les Charbonnières, Éd. Le Pèlerin, coll. « Études et documents / Matériaux pour une histoire des glacières » (no 79, 3),
  102. Charles Cramer, Mémoire sur la Société anonyme pour l'exploitation de la glace des lacs de la vallée de Joux : 1883, Les Charbonnières, Éd. Le Pèlerin, coll. « Études et documents / Matériaux pour une histoire des glacières » (no 13, 1),
  103. « Inauguration du chemin de fer Pont-Vallorbes », FAVJ, nos 44, 45 (04.11, 05.11),‎  ; Rémy Rochat, Cent ans d'histoire du chemin de fer Le Pont- Vallorbe : 1886-1986, Les Charbonnières, l'auteur,
  104. Rémy Rochat, Pour une histoire chronologique des glacières du Pont : 1879-2005, Les Charbonnières, Éd. Le Pèlerin, coll. « Études et documents » (no 265),
  105. Louis Gauthier, « Notice sur le cyclone du 19 août 1890 : en France et à travers la vallée de Joux », Bulletin de la Société vaudoise des sciences naturelles, Lausanne, Impr. Corbaz, vol. 27, no 103,‎ , p. 1-39
  106. Marcel Paccaud, Le Sentier pas à pas, Le Brassus, impr. Baudat, , p. 57
  107. Armand Roh, Chemin de fer Pont-Brassus : 1899-1974, Le Sentier ; Lausanne, impr. Roland Dupuis ; impr. Couchoud,
  108. Lucien Reymond, « Quelques mots sur le projet de chemin de fer Le Pont-Sentier-Brassus », FAVJ, no 1 (04.01),‎
  109. « Constitution d'une Société pour le développement du village du Sentier », FAVJ, no 32 (11.08),‎
  110. Marcel Paccaud, Le Sentier pas à pas, Le Brassus, impr. Baudat, , p. 45
  111. Robert Golay, « Les installations de la Compagnie vaudoise des Forces motrices des lacs de Joux et de l'Orbe et leur développement », Bulletin technique de la Suisse romande, Lausanne, Société vaudoise des ingénieurs et architectes, vol. 11-12 (13.06),‎
  112. Chantal Schindler-Pittet, « La création de École d'horlogerie de la vallée de Joux », RHV, Lausanne, vol. 84,‎ , p. 163-185 (lire en ligne)
  113. Chantal Schindler-Pittet, De l'École d'horlogerie à l'École technique de la vallée de Joux, Le Sentier, ETVJ, impr. Baudat,
  114. Roland Zahnd-Meylan, Histoire de la fraction de commune de L'Orient, Le Brassus, impr. Baudat,
  115. Henri-Daniel Audemars et Marcelle Goy, Fraction de commune Le Brassus : 1908-1983 : 75e anniversaire, Le Brassus, impr. Dupuis,
  116. « L'incendie de l'Hôtel de la Lande au Brassus », FAVJ, no 40 (04.10),‎
  117. Géo (i. e. Olivier Giriens), « L'hôtel de La Lande rénové », FAVJ, no 4 (26.01),‎
  118. Louis Meylan, « Hôpital de la vallée de Joux : inauguration le vendredi 27.8.82 », FAVJ, no 34 (25.08), éd. spéciale,‎  ; Hôpital de la vallée de Joux : plaquette éditée à l'occasion de l'inauguration, 26-27 août 1982, Le Brassus, impr. Dupuis,
  119. Complications horlogères - Productions audiovisuelles
  120. Population active étrangère, scris.vd.ch, Statistique Vaud .
  121. L’horlogerie investit par millions dans la Vallée de Joux, c-a-d.fr.