Gare de Mortcerf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mortcerf
Image illustrative de l’article Gare de Mortcerf
Bâtiment voyageurs de la gare en 2010.
Localisation
Pays France
Commune Mortcerf
Adresse Avenue de la Gare
77163 Mortcerf
Coordonnées géographiques 48° 47′ 21″ nord, 2° 54′ 27″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TransilienLigne P du Transilien
Caractéristiques
Ligne(s) Gretz-Armainvilliers à Sézanne
Voies 2 (+ 1 voie de garage)
Quais 2 (+ 1 quai marchandises)
Transit annuel 108 000 voyageurs (2015)
Zone 5 (tarification Île-de-France)
Altitude 106 m
Historique
Mise en service

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Mortcerf

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Mortcerf

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

(Voir situation sur carte : Seine-et-Marne)
Mortcerf

La gare de Mortcerf est une gare ferroviaire française de la ligne de Gretz-Armainvilliers à Sézanne, située, en lisière de la forêt de Crécy, sur le territoire de la commune de Mortcerf, dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Elle est mise en service en 1861 par la compagnie des chemins de fer de l'Est

C'est une halte voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains de la ligne P du Transilien.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 106 m d'altitude, la gare de Mortcerf est située au point kilométrique (PK) 55,925 de la ligne de Gretz-Armainvilliers à Sézanne, entre les gares ouvertes de Marles-en-Brie et de Guérard - La Celle-sur-Morin[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En juillet 1859[2], la compagnie des chemins de fer de l'Est, qui vient de disposer des terrains de l'emprise de la voie ferrée, peut commencer les travaux du tronçon de Gretz à Mortcerf de la future ligne de Gretz à Sézanne. Elle procède à la mise en service commercial de ce tronçon le 2 février 1861[2]. Des difficultés du au terrains retardent la mise en service du tronçon suivant, de Mortcerf à Coulommiers, qui n'intervient que le 2 avril 1863[2].

En 1872[3], la compagnie du chemin de fer de Seine-et-Marne met en service le premier tronçon à voie métrique de Lagny à Villeneuve-le-Comte de sa future ligne de Lagny à Mortcerf. C'est finalement la Compagnie de chemins de fer départementaux qui ouvre en 1902 une deuxième gare édifiée en face de la première pour accueillir le terminus de sa ligne d'intérêt local lors de la mise en service de son deuxième tronçon de Villeneuve-le-Comte à Mortcerf. La ligne est fermée dans sa totalité en 1933[4].

En 2015, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 108 000 voyageurs[5].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Éloignée d'environ cinq cents mètres du centre de Mortcerf, la halte SNCF, à entrée libre, a conservé son ancien bâtiment voyageurs, aujourd'hui fermé[6]. L'équipement comporte notamment, des abris de quais, une passerelle un accès aux quais sécurisé par un passage au-dessus des voies, des panneaux d'informations et un automate[6] pour les titres de transport Transilien.

Desserte[modifier | modifier le code]

La halte est desservie par des trains de la ligne P du Transilien (réseau Paris-Est).

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parking pour les véhicules est aménagé à côté de la gare. La gare ne dispose d'aucune correspondance avec des lignes de bus.

Gare marchandises[modifier | modifier le code]

La gare dispose d'une voie de garage avec un quai d'embarquement.

Patrimoine ferroviaire[modifier | modifier le code]

L'ancien bâtiment voyageurs, fermé au service ferroviaire, abrite le poste d'aiguillage commandé depuis Tournan-en-Brie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 001 à 600, vol. 1, La Vie du rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « [002/1] Gretz-Armainvilliers - Coulommiers », p. 34.
  2. a b et c René-Charles Plancke, Histoire du chemin de fer de Seine-et-Marne : tome I de la vapeur au TGV, édition Amatteis, Le Mée-sur-Seine, 1991, p. 278.
  3. Site rue du petit train, Ligne des CFD de Lagny à Mortcerf lire en ligne (consulté le 6 mars 2011).
  4. Site Fédération des amis des chemins de fer secondaires, Les chemins de fer secondaires en France : 77 département de Seine-et-Marne, lire en ligne (consulté le 6 mars 2011).
  5. « Fréquentation en gares – Mortcerf », sur SNCF Open Data, traitement du 10 février 2017 (onglet informations) (consulté le 15 mars 2017).
  6. a et b Site SNCF Transilien, Les gares transilien : Mortcerf lire en ligne (consulté le 15 mars 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le chemin de fer de Lagny à Mortcerf », Magazine des tramways à vapeur et des secondaires (MTVS), no 44,‎ (ISSN 0150-116X),
  • René-Charles Plancke, Histoire du chemin de fer de Seine-et-Marne, t. I : De la vapeur au TGV, Le Mée-sur-Seine, Édition Amatteis, , 511 p. (ISBN 2-86849-105-7), « La ligne de Gretz à Sézanne », p. 277-297.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Cartes postales anciennes du début des années 1900.

  • Mortcerf - La Gare, 1654, Phototypie, A., Château-Thierry.
  • Mortcerf - La Gare, édit. Gruot, Crécy.
  • Mortcerf - La Gare, éditions L. Saillard, Mortcerf.
  • Mortcerf - La Gare, édition Christianne.
  • Mortcerf (S.-et-M.) - La Gare, édit. Maurice, Mortcerf.
  • Gares de Mortcerf, édit Bonvié.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Paris-Est Marles-en-Brie Transilien Ligne P du Transilien Guérard - La Celle-sur-Morin Coulommiers