Permis de construire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’architecture ou l’urbanisme image illustrant le [[droit <adj>]]
Cet article est une ébauche concernant l’architecture ou l’urbanisme et le droit.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section adopte un point de vue régional ou culturel particulier et nécessite une internationalisation. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Merci de l'améliorer ou d'en discuter sur sa page de discussion ! Vous pouvez préciser les sections à internationaliser en utilisant {{section à internationaliser}}.

Le permis de construire ou permis de construction est un document officiel qui autorise la construction ou la rénovation d'un bâtiment à usage d'habitation, industriel ou autre.

France[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Le droit de construire est étroitement réglementé par un ensemble de textes, dont les buts ont varié (respect des normes d'hygiène et de construction) et consistent essentiellement à maîtriser :

  • le développement urbain,
  • l'équilibre entre les zones urbaines et agricoles, de logements, d'emplois,
  • l'implantation et la répartition des équipements publics.

Historique[modifier | modifier le code]

L'autorisation de travaux de l'édit du grand voyer de France du instaura une première police de l'alignement, qui fut maintenue en 1791 et renforcée par la loi du 16 septembre 1807 avec la création des plans et servitudes d'alignements dans les villes de plus de 2 000 habitants. À Paris seulement, la permission de bâtir (en réalité un droit d'opposition) fut ensuite instituée par l'article 4 modifié du décret-loi du 26 mars 1852 relatif aux rues de Paris. Puis le permis de bâtir fut instauré dans les agglomérations de plus de 20 000 habitants par l'article 11 de la loi sur la santé publique du 15 février 1902, complétée par son décret du 13 août 1902. Mais ce permis résultait en fait toujours de la police de l'alignement ou de la salubrité, jusqu'à ce que soit créée la police de l'urbanisme par la loi Cornudet du 14 mars 1919. Cette dernière entraîna la transformation du permis de bâtir en permis de construire par l'article 10 de la loi du 19 juillet 1924 dans les communes de plus de 10 000 habitants et du département de la Seine, dotées d'un plan d'aménagement, d'embellissement et d'extension. L'exigence du permis de construire fut généralisée à toutes les communes de France par la loi du du gouvernement de Vichy, afin de remplacer les diverses autorisations qu'il fallait auparavant obtenir pour pouvoir construire.

Définition[modifier | modifier le code]

Le permis de construire est une autorisation administrative obligatoire qui permet à toute personne (physique ou morale, publique ou privée) d'édifier une construction.

Il permet de vérifier que la construction envisagée respecte les différentes règles issues du code de l'urbanisme régissant le droit à construire, et notamment le document d'urbanisme applicable, qui détermine notamment les surfaces maximales, hauteurs, aspects, destinations de la construction, etc. Le document d'urbanisme définit notamment la surface constructible sur chaque parcelle de terrain, les types de bâtiments autorisés (logements, activités, agricoles...), les hauteurs permises, ainsi que des servitudes d'utilité publique applicables au terrain.

Par contre, il n'a pas pour objet d'assurer le respect des règles de droit privé ou des normes de construction ou d'habitabilité. À ce titre, il est « délivré sous réserve du respect du droit des tiers ».

La réglementation du permis de construire a été profondément réformée par l'ordonnance du 8 décembre 2005 et le décret d'application du 5 janvier 2007, entrés en vigueur le 1er octobre 2007[1].

Constructions existantes[modifier | modifier le code]

Le permis de construire est exigible pour les construction, modification ou rénovation exécutées sur des constructions existantes, dans les cas prévus seulement aux articles R. 421-13 à 17-1 du code de l'urbanisme, à l'exception des travaux soumis par ces dispositions à déclaration préalable, de simple entretien ou de réparations ordinaires, dans les circonstances suivantes :

  • création d’une surface de plancher ou d'emprise au sol supérieure à 20 m2 ou, dans les zones urbaines des plan locaux d'urbanisme, supérieure à 40 m2 lorsque la surface finale ne dépasse pas le seuil de recours obligatoire à un architecte (150 m2 pour les maisons individuelles) ;
  • modification des structures porteuses ou de la façade d'un bâtiment, mais seulement si elle s'accompagne d'un changement de destination des locaux concernés ;
  • travaux sur un immeuble en tout ou partie inscrit (et non pas classé[2]) monument historique ;
  • travaux de réalisation d'une opération de restauration immobilière (rénovation lourde collective) dans un plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV).

Selon les articles L. 441-1 et L. 451-1 et suivants du code de l'urbanisme, les deux autres types de permis (permis d'aménager et permis de démolir) peuvent êtrent combinés avec le permis de construire.

Une procédure simplifiée, la déclaration préalable de travaux ou DP, est applicable pour les travaux suivants sur les constructions existantes :

  • création d'une Surface de plancher ou d'emprise au sol supérieure à 5 m2 et dont aussi bien la surface de plancher que l'emprise au sol sont inférieures ou égales à 20 m2 (ou à 40 m2 dans le cas précité relatif aux permis de construire) ;
  • transformation en surface de planchers de plus de 5 m2 clos et couverts initialement déductibles ;
  • changement de destination seulement d’un bâtiment existant ;
  • travaux ayant pour effet de modifier l’aspect extérieur d’un bâtiment existant, hors ravalement ;
  • travaux de ravalement de bâtiments protégés localement ou situés en sites ou abords protégés ou dans les communes ayant soumis les ravalement à autorisation ;
  • travaux proposés de suppression ou de modification d'un élément identifié par le plan local d'urbanisme ou par délibération du conseil municipal comme présentant un intérêt patrimonial, écologique, etc... ;
  • travaux de modification de décorations, immeubles par nature ou par destination attachés à perpétuelle demeure, lorsqu'elles sont protégées par un PSMV et, seulement lors de l'élaboration de ce plan, les travaux à l'intérieur des bâtiments.

À compter du , les surfaces exprimées en SHON ou SHOB sont considérées comme exprimées en surface de plancher[3].

Constructions nouvelles, aménagements et installations[modifier | modifier le code]

En vertu de l'article R. 421-1 du code l'urbanisme, toute construction nouvelle (isolée sur tout ou partie d'un terrain nu) est soumise à permis de construire, à l'exception, des constructions dispensées de toute formalité (R. 421-2 à 8-2 du C.U.) et des constructions relevant d'une déclaration préalable.

Certaines constructions nouvelles sont en effet soumises à simple déclaration préalable par les articles R. 421-9 à 12 du code de l'urbanisme, en raison de leur nature ou de leurs faibles dimensions (piscines, éoliennes, serres, clôtures, etc...), à moins qu'elle ne soient dispensées d'autorisation, comme certaines constructions temporaires (R. 421-5 à 7 du C.U.). Ces critères varient également en fonction des servitudes spécifiques applicables localement. De telles servitudes de protection du patrimoine ou de l'environnement peuvent ainsi exiger l'obtention d'un permis de construire là où une simple déclaration ou une dispense d'autorisation suffirait ailleurs.
De même, certains aménagements et installations saisonnières ou non (affouillements, coupes d'arbres, mobile-homes, caravanes, etc...) sont dispensés de permis d'aménager et soumis à simple déclaration préalable par les articles R. 421-23 à 25 dudit code, en fonction de leurs dimensions, durée, etc...

Il convient en effet de toujours vérifier si tel ou tel terrain ou bâtiment est ou non inclus dans une zone d'urbanisme particulière : protection de l'environnement, protection de monument historique... ou zone possédant ses propres critères, susceptibles d'entraîner des conditions supplémentaires et/ou plus astreignantes pour l'obtention des permis et des déclarations préalables.

Démarche[modifier | modifier le code]

Le dépôt du permis de construire s'effectue à la mairie du lieu de propriété. D'autres renseignements administratifs, sont aussi parfois indispensables, il faut alors se renseigner auprès des services compétents : le service d'urbanisme de la mairie, la DDT, DDCSPP, DRAC, Service départemental de l'architecture et du patrimoine, le gestionnaire de voirie... On peut rechercher le cas échéant des renseignements plus techniques sur le sous-sol, l'hydrologie, les anciennes carrières (à Paris : Inspection générale des Carrières).

Le permis de construire doit mettre en œuvre les divers textes réglementaires applicables localement, le Plan d'occupation des sols (P.O.S.) maintenant remplacé progressivement par le Plan local d'urbanisme (P.L.U.) ou la carte communale, ainsi que, dans certains cas, le règlement des lotissements.

Le dossier de demande comporte un formulaire, le plan de situation du terrain, le "plan de masse" (plan du terrain sur lequel sont figurés le nivellement, les édifices à construire, les réseaux, les voies de desserte), les élévations et coupes permettant de se représenter avec précision l'importance et l'aspect de la (ou des) future(s) construction(s), une note descriptive, et des "documents d'insertion" (perspectives ou photomontages) permettant d'apprécier l'impact visuel du projet sur le paysage.

Instruction de la demande[modifier | modifier le code]

La demande est examinée par le service d'urbanisme de la mairie ou de l'intercommunalité, ou par les services préfectoraux, pour vérification de la conformité de la demande avec les divers règlements et principalement le document d'urbanisme applicable à la commune. Parallèlement, le dossier est soumis à l'avis des divers services ou commissions compétents à l'échelon local ou départemental (par exemple : les Pompiers pour les questions de sécurité, l'Architecte des Bâtiments de France pour les sites protégés, etc.).

Lors du dépôt de la demande, l'administration précise au demandeur le délai dans lequel la réponse devra être apportée. Généralement fixé à deux mois, ce délai est prolongé par la loi pour tenir compte de l'importance du projet ou pour permettre la consultation de commissions diverses.

Selon le résultat de l'instruction, le maire de la commune (ou, exceptionnellement le préfet) accorde ou refuse le permis. Cette décision peut, dans certains cas, être tacite, lorsqu'aucune réponse formelle n'est notifiée au demandeur à l'échéance du délai légal d'instruction.

La décision de permis de construire peut être contestée par les tiers (voisins proches, associations...) si elle ne respecte pas les règles applicables. Ces personnes disposent d'un délai de deux mois après affichage sur le terrain des principales caractéristiques de l'arrêté accordant le permis pour formuler un recours en annulation.

Le préfet dispose également d'un délai de deux mois pour contester la légalité d'un permis de construire, lorsqu'il est délivré par le Maire dans une commune dotée d'un document d'urbanisme, au titre de ce qu'on appelle le contrôle de légalité.

Le maire peut également revenir sur la décision délivrée pendant un délais de 3 mois, au titre du « droit de retrait », s'il estime que la décision initiale était illégale et après avoir demandé au bénéficiaire ses observations.

Il est donc prudent de ne pas entreprendre les travaux avant l'achèvement de cette période de recours.

Affichage[modifier | modifier le code]

Dès l'obtention du permis de construire, celui-ci est publié en mairie (affichage administratif).

Il doit impérativement être affiché, de manière à ce qu'il soit visible depuis la voie publique, sur le terrain par le propriétaire, dans les formes définies par les textes (cf. art A 424-17 du Code de l'urbanisme). La date de mise en place de cet affichage démarre le délai légal (deux mois) durant lequel les tiers ont la possibilité de contester la légalité du permis de construire, s'ils estiment que leurs droits sont lésés par la réalisation du projet. C'est pourquoi il est conseillé de faire constater la réalité de cet affichage par deux, voire trois constats d'huissier.

Pour que le délai de recours puisse courir, il faut que le panneau reste en place de manière ininterrompue durant deux mois. Si l'affichage du permis sur le terrain est interrompu (par exemple effacement des mentions, ou panneau arraché) pendant le délai de deux mois, même brièvement, l'affichage doit être recommencé. À défaut, le délai de recours ne commence pas à courir.

En outre, le panneau est censé rester en place pendant toute la durée du chantier.

Coût[modifier | modifier le code]

Le permis de construire (autorisation administrative) proprement dit est gratuit. En revanche, les honoraires de l'architecte, lorsque celui-ci est sollicité sont à négocier avec lui.

Dans le cadre d'un permis de construire, le recours à un architecte (inscrit au tableau de l'ordre des architecte) est obligatoire quelle que soit la surface construite si le Maître d'ouvrage est une société. Les particuliers construisant pour eux-mêmes sont dispensés de recours à un architecte si la surface de plancher et l'emprise au sol de la construction sont inférieures à 150m² (depuis le 1er Mars 2017)[4].

Le recours obligatoire à un architecte dans le cadre d'une demande de permis de construire consiste au minimum en une mission de conception du projet, la finalité de cette mission étant l'élaboration du dossier de demande de permis de construire et sa signature[5].

Les honoraires d'un architecte sont en général calculés en fonction de l'importance et de la complexité du projet, et peuvent être définis en pourcentage du montant estimé des travaux, ou forfaitaires.

Enfin le fait de réaliser une construction peut donner lieu à la perception d'un impôt spécifique au profit de la commune, payable en deux fois : la taxe locale d'équipement ou, à compter du 1er mars 2012, la taxe d'aménagement (payable 12 mois et 24 mois après l'obtention du permis de construire).

Depuis l'application de la réglementation thermique 2012 il est nécessaire de fournir un justificatif de prise en compte de cette réglementation; ce justificatif est obtenu via une étude thermique qui est facturée par un bureau d'étude thermique.

Durée de validité[modifier | modifier le code]

En vertu de l'article R424-17 du Code de l'Urbanisme, la durée de validité d'un permis de construire est de trois ans (décret n° 2016-6 du 5 janvier 2016). Le permis de construire devient caduc à l'issue de ce délai.

Cependant la validité peut-être prolongée d'un an sur demande expresse du bénéficiaire. La demande doit être faite deux mois minimum avant la caducité de l'autorisation et il faut que l'administration réponde avant l'expiration du délai de validité du permis.

Cette prolongation d'un an peut être demandée deux fois, portant ainsi le délai de validité à cinq ans au maximum.

Des allongements provisoires avaient auparavant été instaurés par décrets :

  • le décret du 19 décembre 2008 : les permis délivrés à partir du 20 décembre 2008 et avant le 31 décembre 2010 ont une validité de trois ans [6]. Le chantier doit donc être commencé avant ce délai. Une prolongation (une fois) du permis de construire peut être demandée au moins deux mois avant la fin de validité.
  • le décret n°2014-1661 du 29 décembre 2014 : le délai de validité des permis de construire intervenus au plus le 31 décembre 2015 est porté à trois ans. La règle s'applique aussi aux autorisations en cours de validité à la date de publication du décret (le 30/12/2014). Il est abrogé par le décret n° 2016-6 du 5 janvier 2016.

Le permis est également périmé si, en cours de travaux, le chantier est interrompu pendant plus d'une année consécutive.

Déclaration d'ouverture et d'achèvement de travaux et certificat de conformité[modifier | modifier le code]

À l'ouverture du chantier, le maître d'ouvrage doit déposer en mairie un formulaire de déclaration d'ouverture de chantier (DOC).

À l'achèvement des travaux un formulaire doit être également déposé en mairie : une déclaration attestant l'achèvement et la conformité des travaux (DAACT). Les services compétents peuvent provoquer alors une visite pour vérifier la conformité de la réalisation avec les plans déposés, et contester la déclaration du maître de l'ouvrage sous un délai de 3 mois ou 5 mois. Ce document sera ultérieurement indispensable en cas de vente ou de modification de la construction.

Au bout du délai de 3 ou 5 mois, si l'administration n'a pas contesté la conformité des travaux déclarée par la DAACT, la conformité des travaux est acquise automatiquement, de manière tacite. En effet, l'autorité compétente (en règle générale, le maire) ne délivre plus de certificat de conformité depuis la réforme de 2007 du code de l'urbanisme, c'est le pétitionnaire qui déclare sur l'honneur que les travaux réalisés sont conformes.

Le bénéficiaire de l'autorisation peut cependant demander par écrit une attestation de non contestation de la conformité à l'autorité compétente.

Québec[modifier | modifier le code]

Au Québec, le permis est nécessaire pour toute construction neuve. Un permis différent, le permis de rénovation, est nécessaire pour toute rénovation à une propriété existante, hormis quelques rares exceptions. Cependant, beaucoup de rénovations intérieures sont faites sans permis dans les immeubles d'habitation.

Généralement, les documents suivants sont exigés pour une demande de permis :

  • un plan de situation ;
  • l'acte notarié de l'acquisition ;
  • un certificat d'implantation fait par un arpenteur-géomètre pour une nouvelle construction ou pour un agrandissement ;
  • les plans architecturaux, de structure et d'aménagement extérieur ;
  • un plan montrant un éventuel déboisement du terrain ;
  • un plan montrant les installations septiques à être aménagés et la localisation de tout puits, lac, cours d'eau, bâtiment, arbre et/ou limites de terrain.

Les permis étant délivrés par les autorités compétentes des différentes municipalités ou municipalités régionales de comté, les conditions d'obtention peuvent varier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Formulaires à télécharger[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]