Architecture gothique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Style gothique)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gothique.
Façade Ouest de la basilique Saint-Denis (gothique primitif)
La Sainte-Chapelle, Paris (gothique rayonnant)
Cathédrale Saint-Étienne de Toul, Toul, (gothique flamboyant)

L'architecture gothique ou art français (en latin francigenum opus) est un style architectural d'origine française qui s'est développé à partir de la seconde partie du Moyen Âge en Europe occidentale. Elle apparaît en Île-de-France et en Haute-Picardie au XIIe siècle sous la dénomination Opus Francigenum, signifiant « œuvre française ». Elle se diffuse rapidement au nord puis au sud de la Loire et en Europe jusqu'au milieu du XVIe siècle et même jusqu'au XVIIe siècle dans certains pays. L'esthétique gothique et ses techniques se perpétuent dans l'architecture française au-delà du XVIe siècle, en pleine période classique, dans certains détails et modes de constructions. Enfin, un véritable renouveau apparaît avec la vague de l'historicisme du XIXe siècle jusqu'au début du XXe siècle. Le style a alors été qualifié de néo-gothique.

Sommaire

Nom et étymologie[modifier | modifier le code]

Cathédrale de Sées : vue de la nef vers le chœur.

L'architecture dite « gothique » apparaît initialement en Île-de-France sous le nom de « Francigenum Opus » (ou « opus modernum »), signifiant littéralement « œuvre française ». Trois siècles plus tard, ce sont les italiens de la Renaissance qui ont renommé « gotico » ce style architectural d'origine française. Le terme « gotico » est, semble-t-il, utilisé pour la première fois par le peintre Raphaël vers 1518 dans un rapport au pape Léon X sur « la conservation des monuments antiques » : Raphaël considère que les arcs en ogive de l'architecture gothique rappellent la courbure des arbres formant les cabanes primitives des habitants des forêts germaniques – un mythe qui refait surface chez les romantiques – et fait référence, de manière neutre, à l'art gothique du Ve siècle, désignant par contre l'« art français » médiéval sous le terme art tudesque[1]. « Gotico » est ensuite repris dans un sens péjoratif par le critique d'art Giorgio Vasari en 1530, faisant, lui, référence au sac de Rome par les « barbares » Goths. L'art gothique était donc l'œuvre de barbares pour les Italiens de la Renaissance, car il aurait résulté de l'oubli des techniques et des canons esthétiques gréco-romains. L'art gothique a également été critiqué par quelques auteurs français tels que Boileau, La Bruyère ou Jean-Jacques Rousseau, avant d'être réhabilité par des architectes comme Francesco Borromini ou Jan Blažej Santini-Aichel inventeur du style baroque gothique[2].

« [Le] fade goût des ornements gothiques,
Ces monstres odieux des siècles ignorants,
Que de la barbarie ont produit les torrents... »

— Molière

La plupart des archéologues et des historiens de l'art réfutent ce jugement et montrent que, par rapport à l'architecture romane qui la précède, l'architecture gothique n'est pas tant une rupture qu'une évolution.

Son identité très forte est autant philosophique qu'architecturale. Elle représente probablement, de ces deux points de vue, l'un des plus grands accomplissements artistiques du Moyen Âge.

Esthétique de l'architecture gothique[modifier | modifier le code]

Même s'il est courant de définir l'architecture gothique par l'usage de l'arc brisé (l'« ogive » des anciens antiquaires qui remplace l'arc en plein cintre) permettant aux murs de gagner en hauteur, la voûte sur croisée d'ogives qui permet à l'édifice de prendre en largeur et l'arc-boutant pour étayer la maîtresse voûte, on ne saurait réduire un style architectural précis, ou tout autre art, à des caractéristiques techniques. Opposer le roman au gothique par l'usage du plein cintre ou celui de l'ogive est absurde et n'a pas de sens historiquement[3]. L'époque gothique est juste marquée par leur utilisation de plus en plus systématique qui permet, entre autres, d'évider plus largement les murs, ce qui conduit les maîtres d'œuvre, dans leur quête effrénée de la lumière, à la quasi-disparition de la paroi et à son remplacement par d'immenses verrières dans l'architecture rayonnante[4].

À l'encontre d'une idée reçue, l'arc brisé, la voûte sur croisée d'ogives et l'arc-boutant ne sont pas des inventions gothiques. Ils sont utilisés bien avant l'apparition des premiers bâtiments gothiques[note 1],[note 2]. Caractéristiques de l'époque gothique, l'arc brisé et l'arc-boutant sont employés dans l'architecture romane de Bourgogne et généralisés très tôt par les cisterciens, la voûte sur croisée d'ogives apparaît dans l'architecture romane normande[5].

De nombreux autres procédés architecturaux ou décoratifs ont été employés. L'alternance de piles fortes et piles faibles rythme la nef et renforce ainsi l'impression de longueur, d'horizontalité. Le rapport hauteur/largeur de la nef accentue ou diminue la sensation de hauteur de la voûte. La forme des piles, la décoration des chapiteaux, la proportion des niveaux (grandes arcades, triforium, fenêtres hautes)... participent tous à l'expression de l'esthétique de l'architecture gothique :

Ainsi, les éléments architecturaux ont été mis au service de choix et de recherches esthétiques. Ils n'ont été que des outils pour obtenir les effets recherchés. Pour élever les nefs toujours plus haut, il a fallu améliorer la technique de l'arc-boutant. Pour augmenter la lumière et évider les murs, l'usage de l'arc brisé était mieux adapté. Les piles fasciculées ont homogénéisé l'espace et donné une sensation de logique aux volumes.

Enfin, l'esthétique de l'architecture gothique est généralement associée à une polychromie, à l'intérieure et à l'extérieure, notamment pour les sculptures, les arcs et les moulures, mais aussi fréquemment sur les les parois. Ces décors ont fait l'objet des recherches de l'archéologie du bâti, discipline qui a pris son essor dans les années 1990. Contrairement à la vision que le public en a aujourd'hui, les églises à l'époque gothique sont parfois revêtues d'une épaisse couche d'enduit ou de mortier ornés d'un faux appareil ou de couleurs produites par des pigments, de la feuille d'or ou des inclusions de matériaux polychromes (voire pour les toitures par des tuiles vernissées ou des tables de plomb polychromes). Cette ornementation chromatique, tout en contribuant à la protection de l'église, notamment du gel, participe à  l'effet de transparence, favorisant la confusion visuelle entre la paroi et l'enveloppe et niant la réalité lithique de l’édifice sous le voile d'une luminance incarnée[7].

Historique[modifier | modifier le code]

Le style gothique apparaît essentiellement en Haute-Picardie[8] et en Île-de-France, les tout premiers édifices « protogothiques » naissant dans la région francilienne. La principale hypothèse pour expliquer ces lieux de naissance francilien et picard est qu'ils sont essentiellement peuplés à cette époque de monuments paléochrétiens, notamment de cathédrales à murs fins, charpentées et percées de nombreuses baies. Ces régions sont donc déjà préparées aux choix techniques et esthétiques du gothique. De plus, elles voient l'avènement des Capétiens et la consolidation de l'État qui, à mesure de l'annexion des fiefs féodaux, impose comme symbole du pouvoir royal le renouvellement de ces édifices. Enfin, elles sont à la frontière de régions dynamiques au niveau des inventions architecturales : la Bourgogne (arc brisé inventé à l'abbaye de Cluny, arcs-boutants inventés à Cluny et Vézelay), la voûte sur croisée d'ogives du monde anglo-normand (cathédrale de Durham, abbaye de Lessay). Lieu de passage, de brassage, la Picardie et l'Île-de-France voient les premiers maîtres gothiques synthétiser toutes ces influences[9].

Le style évolue dans le temps : au gothique dit « primitif » (XIIe siècle) succèdent en France le gothique « classique » (1190-1230 environ), puis le gothique « rayonnant » (v.1230 - v.1350) et enfin le gothique « flamboyant » (XVe / XVIe siècle). En France, l'arrivée en 1495 d'une colonie d'artistes italiens à Amboise va donner naissance à un style hybride de structure gothique et de décor Renaissance, c'est le style Louis XII[10],[11]

Son expansion géographique se fait essentiellement en Europe occidentale et l'architecture gothique se décline en de nombreuses variantes locales : gothique angevin, normand, perpendiculaire...

Tableau des principaux édifices religieux gothiques en France
Ville Dates (début de construction) Hauteur sous nef (en mètres) Longueur totale (en mètres)
Sens environ 1135
24
113
Saint-Denis 1135
28,92 (voûte 13°)
108,16
Noyon environ de 1140
22
102
Rouen vers 1145 à 1506
28
144
Cambrai 1148 (détruite en 1794)
27
Laon 1155
25
110
Paris 1163
35
128
Saint-Quentin 1170
34
123
Strasbourg 1190 à 1439
31
142
Bourges 1192
38
118
Chartres 1194
37
130
Angers XIIe siècle
24,7
90
Troyes 1208 - XVIIe siècle
29,50
114
Reims 1211
38
149
Toul 1210-1220
30
100
Auxerre 1215
30
98
Le Mans environ 1220
24 (nef), 34 (chœur)
120
Amiens 1220 - 1288
42,50
133,50 (intérieur)
145 (hors œuvre)
Beauvais 1225 - 1569
48
70
Metz 1235 à 1520
41,77
123

Avant le gothique : l'art roman[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Art roman.
Sainte Madeleine du Vézelay (nef romane et choeur gothique primitif).

Depuis la fin du Xe siècle, les églises sont construites dans le style roman commun à une grande partie de l'Europe occidentale : les nefs sont souvent couvertes d'une voûte en berceau ; les murs sont épais et soutenus par des contreforts massifs situés à l'extérieur. Le nombre et l'ampleur des fenêtres sont limités et l'intérieur des édifices est décoré par des fresques aux couleurs vives.

Les historiens d'art actuels, se basant sur les découvertes de l'archéologie du bâti, tendent à diminuer la rupture entre les styles roman et gothique, en démontrant que l'héritage antique n'a pas été complètement oublié du style gothique. Les sculpteurs et les architectes s'inspirent souvent des méthodes romaines. La maîtrise précoce de l'art du vitrail se retrouve dans les églises du haut Moyen Âge dont les verrières prennent place à des endroits précis de l'édifice, en lien probablement avec la liturgie. La quête de lumière s'intensifie dans l'architecture carolingienne qui fait un usage accru du vitrail, lequel investit toutes les baies des édifices religieux[12]. Les murs épais des églises romanes peuvent être percés dans leur niveau supérieur de larges baies qui apportent davantage de lumière, caractéristique notamment des grandes églises normandes de la seconde moitié du XIe siècle[13].

Le gothique primitif ou protogothique : 1130-1180[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Occident au XIIe siècle.
Déambulatoire de la Basilique de Saint-Denis.

Bien que des éléments techniques utilisés par les maîtres d'œuvre de l'époque existent depuis de nombreux siècles (ogive), l'édification du chœur et de la façade de la basilique Saint-Denis et de la cathédrale Saint-Étienne de Sens sont généralement considérés comme les premiers jalons majeurs dans la genèse de l'esthétique gothique en architecture[14],[15].

Les premiers édifices gothiques apparaissent vers les années 1130-1150 en Île-de-France et surtout en Picardie.

À cette époque, la croissance démographique (en lien avec la croissance agricole et commerciale) commande une augmentation de la taille des édifices religieux (les cathédrales de Trèves et de Genève au IVe siècle sont cependant immenses, au regard de leur population, ce qui traduit une autre motivation : l'orgueil des évêques ou abbés à l'origine de la construction de ces premiers édifices gothiques puis le « patriotisme urbain »[16]). La religion, le culte des reliques sont une composante essentielle de la vie des fidèles.

La diffusion des innovations techniques rend le travail plus productif. Enfin, les villes et le commerce se développent, ce qui entraîne l'émergence d'une riche bourgeoisie qui souhaite s'émanciper du pouvoir de la seigneurie féodale dès le XIe siècle par l'obtention de franchises (droit d'impôts, de justice...) et l'exemption de droits seigneuriaux précisées dans les chartes de communes. Cette bourgeoisie souhaite s'émanciper aussi du pouvoir ecclésiastique en tenant ses conseils municipaux non plus dans les églises, mais dans les hôtels de ville dont les beffrois concurrencent les clochers. Au gré des circonstances, ces trois pouvoirs s'affrontent ou s'allient (il peut même y avoir concurrence entre le clergé cathédral et celui des autres églises paroissiales dont la responsabilité de la collecte et l'administration des fonds pour sa construction est assurée par le conseil de fabrique) pour le financement de nouvelles églises et cathédrales.

Ces sources de financement sont essentiellement les revenus de l’évêque (c'est lui qui est toujours à l'initiative de ces premiers édifices gothiques, le chapitre de chanoines prendra le relai au milieu du XIIIe siècle à mesure que les chanoines jouent un rôle plus important), les dons de nobles (donations en « pure, perpétuelle et irrévocable aumône » ou demande de messes), de bourgeois (notamment pour leur salut), de corporations (se faisant par exemple représenter dans les vitraux en retour) et les contributions de tous les fidèles (quêtes, indulgences, transport des reliques...)[17].

Premières réalisations[modifier | modifier le code]

Même si elle ne fut consacrée qu'en 1163, les travaux de la cathédrale Saint-Étienne de Sens ont commencé en 1135 et de fait elle est considérée comme la première des cathédrales gothiques. Néanmoins, les premiers essais ne concernent pas les cathédrales.

Les églises et abbatiales de Saint-Martin de Paris (chœur de 1130) et de Saint-Germer-de-Fly (1135) présentent déjà quelques traits du gothique. Elles sont antérieures à l'abbatiale de Saint-Denis, mais celle-ci est une des premières constructions religieuses encore debout à se démarquer nettement du style roman[9].

L'abbaye bénédictine de Saint-Denis est un établissement prestigieux et riche, grâce à l'action de Suger, abbé de 1122 à 1151. Ce dernier souhaite rénover la vieille église carolingienne afin de mettre en valeur les reliques de saint Denis dans un nouveau chœur : pour cela, il souhaite une élévation importante et des baies qui laissent pénétrer la lumière.

Suger décide d'achever la construction de sa nouvelle abbatiale en s'inspirant du nouveau style entraperçu dans la cathédrale Saint-Étienne de Sens. En 1140, il fait édifier une nouvelle façade occidentale du type « harmonique », en s'inspirant des modèles normands de l'âge roman, comme l'abbatiale Saint-Étienne de Caen qui offre un bel exemple de façade harmonique normande, rompant avec la tradition carolingienne du massif occidental. En 1144, la consécration du chœur de la basilique marque l'avènement d'une nouvelle architecture. Reprenant le principe du déambulatoire à chapelles rayonnantes en le doublant, il innove en prenant le parti de juxtaposer les chapelles, autrefois isolées, en les séparant par un simple contrefort. Chacune des chapelles comporte de vastes baies jumelles munies de vitraux filtrant la lumière. Le voûtement adopte la technique de la croisée d'ogives qui permet de mieux répartir les forces vers les piliers.

Le premier art gothique s’étend durant la seconde partie du XIIe siècle dans le Nord de la France. Le clergé séculier est alors tenté par un certain faste architectural. Saint-Denis passe pour le prototype : mais ce parti, très audacieux, ne sera pas immédiatement compris et suivi (façade harmonique, double déambulatoire, voûtes d'ogives). La cathédrale Saint-Étienne de Sens est un autre exemple initiateur de ce mouvement, moins audacieux que Saint-Denis : alternance des supports (piles fortes et piles faibles), voûtes sexpartites, murs qui restent relativement épais - l'utilisation des arcs-boutants ne se généralisera qu'à la période gothique classique (même s'il font leur première apparition attestée à Saint-Germain-des-Prés[18], dès les années 1150) jusqu'à la découverte de cet élément architectural en 1130 à Cluny[9]). Toutefois, des innovations telles que l'absence de transept qui unifie l'espace et un éclairage plus abondant, peuvent être constatées.

L'élévation du gothique primitif se fait alors sur quatre niveaux : Grandes arcades, tribunes, triforium et fenêtres hautes, les tribunes devenant ainsi l'une des caractéristiques principales des années 1140-1180 comme aux cathédrales de Laon, Noyon, Saint-Germer-de-Fly et bien que remanié à Senlis... Les apports de Sens sont compris plus vite que ceux de Saint-Denis. La cathédrale de Sens va avoir davantage de répercussions et rapidement de nombreux édifices vont suivre son exemple, au nord de la Loire dans un premier temps.

La cathédrale de Laon présente encore une forme « archaïque » en conservant une élévation à quatre niveaux, dont des tribunes. Le contrebutement de la nef, malgré des voûtes sexpartites et une alternance piles fortes / piles faibles, n'est pas encore pleinement résolu.

Tableau des principaux édifices du gothique primitif en France
Ville Édifice Début des travaux[19] Fin des travaux (gros-œuvre) Date de la consécration
Sens Saint-Étienne 1135 Entre 1490 et 1517 1164
Noyon Notre-Dame de Noyon 1145 1235
Senlis Notre-Dame de Senlis 1153 inconnue
Laon Notre-Dame de Laon 1155 1235
Soissons Saint-Gervais-et-Saint-Protais 1176 1212 pour le principal de l'œuvre

Le gothique classique : Chartres contre Bourges 1180-1230[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Dès l'époque de Philippe-Auguste, à la fin du XIIe siècle, la monarchie française s'affirme avec une expansion de son pouvoir et de son territoire : faisant suite à sa rivalité avec les Plantagenêts, l'Aquitaine et la Normandie sont rattachés à la France dès le début du XIIIe siècle, l'achèvement de la croisade des Albigeois, en 1229, se termine par l'annexion du comté de Toulouse en 1271[20]. Le Saint Empire romain germanique perd également son prestige au profit du Roi de France à la suite de la bataille de Bouvines. La France s'impose ainsi comme la première puissance de l'occident chrétien qui se manifestera par les deux croisades du règne de Saint-Louis et la fondation à Paris de la première université d'Europe.

Les caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le gothique classique ouvre ce qu'on appelera au XIIIe siècle, le "Siècle des cathédrales" : Il correspond à la phase de maturation et d'équilibre des formes (fin XIIe-1230 environ). Des centaines d'églises sont construites ou modifiées dans les villes et villages ou pour les monastères en tenant compte des nouveaux principes dès la fin du XIIe siècle. Dans les cathédrales, le rythme et la décoration se simplifient et l'architecture s'uniformise : L'élan vertical est de plus en plus prononcé tandis que l'arc boutant, qui enjambe les bas-côtés pour transmettre la poussée de la voûte centrale, devient un organe essentiel. Son utilisation systématique permet à Chartres, la création régulière grâce à la voûte sexpartite et l'abandont du principe de piles alternées très marqué à Sens. C'est dans le domaine royal de la dynastie capétienne en pleine affirmation que le style trouve son expression la plus classique[21].

Pour cette période, on commence à connaître le nom des architectes, notamment grâce aux labyrinthes (Reims). Les maîtres d'œuvre rationalisent la production en ayant progressivement recours à la préfabrication des pierres de taille en carrière, et à la standardisation[22] des modules de maçonnerie[23]. La mise au point des arcs-boutants permet de supprimer les tribunes qui jusqu'alors jouaient ce rôle. Les autres pays d'Europe commencent à s'intéresser à cette nouvelle forme architecturale comme en Angleterre à Cantorbéry et Salisbury ou en Espagne à Tolède et Burgos.

Opposition du modèle chartrain et du modèle de Bourges[modifier | modifier le code]

Les historiens de l'art envisagent très tôt le projet ambitieux de la cathédrale de Chartres comme étant le prototype du gothique classique : c'est le modèle chartrain où l'on va rechercher l'équilibre entre les lignes verticales et les lignes horizontales ainsi que la planitude des murs.

Cathédrale de Chartres, nef et choeur (1194-1230).

La construction de la cathédrale chartraine s'inscrit dès 1194 dans un contexte d'émulation générale faite d'échanges et de transferts d'expérience[24] : rendu possible grâce au perfectionnement du contrebutement et à la meilleure maîtrise de la croisée d'ogives, on sacrifie les tribunes si caractéristiques des années 1140-1180. Le grand vaisseau adopte désormais une élévation à trois niveaux : grandes arcades, triforium et fenêtres hautes. De l'étagement sur un seul plan, on obtient une planitude nouvelle de la paroie murale.

La base des piliers se réduit par rapport à Noyon et le tore inférieur plus écrasé commence à déborder de l'aplomb du socle. Le mise en place d'un nouveau type de pilier à quatre colonnes engagées va pouvoir créer une répétition à l'infini tout en augmentant visuellement l'élan vertical. Les grandes arcades en arcs brisés sont agrandies et profilées d'un méplat reposant entre deux tores sur des colonnes à supports engagés. Pour ne pas rompre l'élan des lignes verticales, les crochets des chapiteaux sont désormais remplacés par des bagues de feuillages appliquées à la corbeille. L'abandon du voûtement sexpartite au profit d'un voûtement quadripartite dit barlong, est une grande innovation créant une ordonnance régulière obtenue par la suppression définitive de l'alternance des supports. Elle est pourtant subtilement rappelée en tant que motif décoratif, par la variation du dessin des piliers qui sont alternativement circulaire et octogonal[25]. Le triforium à quatre arcades brisées, soulignées par deux bandeaux profilés en amandes, devient ici "continu", créant ainsi une puissante horizontale[26]. Autre nouveauté, les murs ne devenant plus un soutien mais plutôt une clotûre, les fenêtres hautes peuvent dorénavant occuper toute la largeur du mur développant ainsi l'espace réservé aux verrières[27] : Composées de deux lancettes géminées systématiquement brisées, ces fenêtres atteignent maintenant la même hauteur que les grandes arcades, amenant ainsi plus de lumière à l'édifice. Elles sont surmontées d'une grande rose à huit lobes qui permettent l'épanouissement de la technique du vitrail[28].

Cette élévation à trois niveaux ne sera pourtant pas reconnue comme un acte fondateur du gothique classique. C'est bien la transformation de la perception des volumes et de l'espace intérieur par la planitude des murs et par cet équilibre nouveau entre les lignes verticales et les lignes horizontales qui marquera une réelle avancée. L'esthétique définie aura une grande postérité. Le modèle chartrain sera non seulement repris à Reims et à Amiens, mais également à l'étranger, en Angleterre d'abord, dans les cathédrales de Cantorbéry et Salisbury, puis en Espagne à Burgos et plus tard dans le Saint Empire romain germanique, à la cathédrale de Cologne.

Cathedrale de Bourges, interieur (1195-1230).

Face au modèle chartrain, la cathédrale de Bourges, dès 1195, représente une autre esthétique : Contrairement à la cathédrale de Chartres, les effets recherchés sont essentiellement des jeux de volumes avec une perspective longitudinale et un profil pyramidal.

Henri de Sullyarchevêque de Bourges fait une donation au chapitre de la cathédrale de Bourges pour la construction d'un nouvel édifice. L'archevêque est frère de Eudes de Sully, évêque de Paris, d'où une similitude de plan et d'élévation avec la cathédrale Notre-Dame de Paris. Si l'idée d'un double déambulatoire est reprise, le transept est ici supprimé, contribuant à la sensation d'unité de l'espace et de longueur de l'édifice, totalement dépourvu de l'axialité appuyée qui caractérise le modèle chartrain. Nouveauté de l'époque, toutes les moulures et les chapiteaux ont la même hauteur, avec deux diamètres seulement de colonnettes, quelle que soit leur position dans l'édifice[29]. Si comme à Chartres, les tribunes sont sacrifiées pour une élévation à trois niveaux, on reste pourtant fidèle comme à Paris, à la voûte gothique sexpartite, ce qui entraîne dans la nef centrale, l'adoption d'une alternance de piles faibles et fortes qui sera habilement dissimulée par la présence de huit colonettes engagées sur un cylindre. Cette plasticité se maintiendra d'ailleurs en Bourgogne, à Saint-Etienne d'Auxerre ou à Notre-Dame de Dijon.

L'effet obtenu surprend ainsi bien par l'absence de transept que par une ouverture visuelle sur le double bas-côté se prolongeant autour du chœur : en résulte une perspective longitudinale avec une impression d'immmense espace intérieur libéré de tout cloisonnement et dont les volumes ouvrant les uns sur les autres entrent en totale opposition avec le modèle chartrain qui met surtout l'accent sur la hauteur et l'axe menant au chœur[30]. On aboutit ainsi au profil pyramidal de la coupe transversale, les cinq nefs étant hautes respectivement de 9 mètres, 21,30 mètres et 37,50 mètres[30] depuis les bas-côtés extérieurs jusqu'à la nef centrale. En complément, le modèle de Bourges offre une recherche nouvelle sur la lumière : les collatéraux intérieurs, dotés de triforiums, ont une élévation à trois niveaux et la disposition des nefs, chacune pourvue de fenêtres hautes, permet d'apporter un éclairage latéral s'additionnant à celui du sommet de la nef centrale et du chœur.

Malgré toutes ces innovations, le modèle de Bourges aura peu de postérité : il ne sera seulement repris qu'à Saint-Julien du Mans, remanié à Saint-Pierre de Beauvais et ne se retrouvera à l'étranger qu'à Sainte-Marie de Tolède.

Tableau des principaux édifices du gothique classique en France
Ville bénéficiaire Édifice Début des travaux[19] Fin des travaux (gros-œuvre) Date de la consécration
Reims Notre-Dame de Reims 1211 1275 1360
Bourges Saint-Étienne 1195 1230 le 13 mai 1324
Amiens Notre-Dame d'Amiens 1220 1264 1455
Chartres Notre-Dame de Chartres 1194 environ 1220 1260
Toul Saint-Étienne de Toul vers 1210 1497 (façade) environ 1400

Le gothique rayonnant : 1230-1380[modifier | modifier le code]

Le XIIIe siècle : Le siècle des cathédrales[modifier | modifier le code]

Encore une fois, ce style est né à Saint-Denis avec la réfection des parties hautes du chœur de l'abbatiale en 1231. Il s'impose réellement à partir des années 1240 ; les édifices alors en chantier prennent immédiatement en compte cette nouvelle « mode » et changent partiellement leur plan. Le gothique rayonnant va se développer peu à peu jusqu'en 1350 environ, et se répandre dans toute l'Europe avec une certaine homogénéité. Des architectes français seront employés jusqu'à Chypre ou en Hongrie[31].

Les églises deviennent de plus en plus hautes. Sur le plan technique, c'est l'utilisation d'une armature de fer (technique de la « pierre armée ») qui permet des bâtiments aussi vastes et des fenêtres aussi grandes[32].

Les fenêtres s'agrandissent jusqu'à faire disparaître le mur : les piliers forment un squelette de pierre, le reste étant de verre, laissant pénétrer une lumière abondante. La surface éclairée est encore augmentée par la présence d'un triforium ajouré comme à Châlons. À Metz, la surface vitrée atteint 6 496 m2. Les fenêtres sont en outre caractérisées par des remplages d'une grande finesse qui ne font pas obstacle à la lumière, fondés sur l'exploitation de figures simples tracées au compas fournissant des figures lobées à trois, quatre, cinq découpes ou plus. La rose, déjà très utilisée auparavant, devient un élément incontournable du décor (Notre-Dame de Paris, transept ; façade de la cathédrale de Strasbourg).

On notera aussi une certaine unité spatiale : les piliers sont tous identiques ; la multiplication des chapelles latérales permet aussi d'agrandir l'espace de la cathédrale.

Le pilier est le plus souvent fasciculé, c'est-à-dire entouré de multiples colonnettes rassemblées en faisceau. Contrastant avec la tendance du pilier fasciculé, tout un groupe de cathédrales et grandes églises adoptent cependant des piles cylindriques à l'imitation de la cathédrale Saint-Étienne de Châlons.

Le XIVe siècle : Vers une rupture?[modifier | modifier le code]

Le XIVe siècle est un siècle marqué par les problèmes économiques et une crise agricole liée au début du Petit âge glaciaire. Divers troubles sociaux à Paris, avec les bourgeois menés par le prévôt Etienne Marcel mais également dans le monde paysan avec la Jacquerie ou dans les milieux artisanaux déjà structurés de la Flandre[33]. A ceci s'ajoute la peste noire qui décime le tiers de la population européenne alors que la guerre de cent ans monopolise les financements et installe l'insécurité, ne favorisant plus les réalisations coûteuses. La frénésie de construction entamée au XIIIe siècle perd nettement de son souffle. Il y a d'ailleurs davantage de restaurations. On se contente souvent d'ajouter des chapelles entre les contreforts des bas-côtés : avec le développement de la devotio moderna, elles sont construites et décorées aux frais d'un donateur, d'une confrérie ou d'un particulier.

Disparition des châpiteaux dans le choeur de Cathedrale Saint-Just de Narbonne (1336-1354).

Les réalisations de cette époque sont encore qualifiées de rayonnante sans que rien de précis ne vienne justifier cette appellation. Abandonnant l'art monumental, on note une miniaturisation dans la sculpture où les thèmes profanes se développent. On découvre le réalisme et la sculpture devient progressivement indépendante de son support.[34] L'aspect purement décoratif est de plus en plus recherché et si l'esprit de raffinement l'emporte sur la simplicité robuste, l'évolution stylistique reste pourtant mesurée, sans doute liée à la baisse du nombre de constructions.

Le Midi semble plus créatif que les vieux foyers septentrionaux dont les édifices les plus marquants ont été élevés un siècle plus tôt : Les réalisations de la famille de Jean Deschamps restent prépondérentes comme à Narbonne, Rodez, Carcasonne, clermont ou Bordeaux. Au nord, des chantiers d'envergures se développent toutefois à Saint-Urbain de Troyes et sur la façade de la cathédrale de Strasbourg.

Certaines innovations qui seront importantes au siècle suivant, se font déjà jour : l'évolution générale se fait vers un évidement extrême des murs et le chapiteau étant progressivement abandonné, les nervures des voûtes viennent alors se prolonger directement dans les colonnettes des piliers (Saint-Just-et-Saint-Pasteur de Narbonne). Le désir de multiplier les lignes ascendantes conduit à diminuer le diamètre des colonnes engagées qui tendent à se confondre avec de simples moulures. La base des piliers dont la scotie est supprimée, prend à la fin de la période, l'allure d'une assiette renversée[34].

Le triforium ajouré en claire voie, généralisé dès le milieu du XIIIe siècle, voit son espace réduit par l'espace croissant réservé à l'ouverture des fenêtres hautes. Cette évolution est visible dans la technique de l'arc-boutant : On s'apperçoit que la seule partie qui travaillent sont l'extrados qui transmet la poussée des voûtes et l'intrados qui la soutient. Les parties intermédiaires et les écoinçons, se voient ainsi de plus en plus évidés, ajourés de rosaces ou de tréfles à quatre lobes (Saint-Urbain de Troyes)[34].

Le Gothique international : l’âge des princes, 1380-1420[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gothique international.

Historique[modifier | modifier le code]

Les conditions générales des années 1380-1420 n'apparaissent guère propices à un nouvel épanouissement. À la suite des famines et surtout des implacables épidémies de pestes qui se sont succédé dès le milieu du XIVe siècle, s'est instaurée une véritable dépression démographique. S'y adjoint une instabilité politique : si les victoires de Charles V n'avaient plus laissé aux anglais que la possession de cinq villes dans le royaume, les conflits de la Guerre de cent ans reprennent de plus belle lorsqu'en 1392, son fils Charles VI donne des signes d'aliénation. Les grands ducs de France se disputent alors le pouvoir. Dès 1405, la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons est telle qu'elle conduit à l'intervention étrangère et au Traité de Troyes de 1420 par lequel, à peine conscient, le roi déshérita son fils Charles VII au profit du roi d'Angleterre Henri V.

Parallèlement, la crise pontificale qui touche le catholicisme aboutit au Grand Schisme d'occident (1378 - 1417), divisant pendant quarante ans la chrétienté catholique en deux courants rivaux tout en laissant les fidèles sans véritable guide spirituel. Deux successions pontificales simultanées, l'une à Rome et l'autre à Avignon, provoquent alors une crise profonde du sentiment et de la pensée religieuse : malgré leur élection, chaque tenant en titre étant qualifié d'antipape par ses adversaires.

Au milieu de cette tourmente, pourtant, un certain nombre de princes tels que les frères du roi, Jean de Berry, Louis d'Anjou et Philippe le Hardi se comportent en grands mécènes : Au temps des souverains va succéder celui de l’âge des princes. Se dressent alors de somptueuses résidences où la décoration souvent remarquable témoigne d'un progrès des aménagements intérieurs déjà esquissés sous Charles V.

Au cours de ce mouvement, les cours européennes les plus puissantes cherchent également à s"étonner les unes les autres à travers leurs constructions, dans le seul but d'affirmer leur pouvoir. Celui-ci impose une nouvelle esthétique en faisant appel à une génération d'artistes tous très jeunes[35]. La mobilité d'architectes de renom, dont le prestige dépasse les frontières de la France, permet de diffuser en retour les innovations artistiques du temps, effaçant pour un temps, les spécificités nationales, créant ainsi un style international. Charles IV à Prague, les frères de Charles V, les papes à Avignon ou encore les Visconti à Milan, interviennent désormais directement sur l'activité artistique, d'où le terme de style aristocratique[36]. Cette recherche nouvelle d'élégance précieuse annonce d'ailleurs les commandes futures de bourgeois enrichis au cours du XVe siècle. Dès cette époque, l'intervention du monde laïque commence d'ailleurs à déterminer les axes de l'évolution des formes qui deviennent tributaires des commanditaires.

Au cours de cette période, si l'architecture gothique, désormais au service de la propagande politique, reste fidèle au formes du XIVe siècle, elle s'engage pourtant sur des voies audacieuses dont les éléments nouveaux, au rôle déterminant, seront pleinement exploité au siècle suivant[33].

Les caractéristiques[modifier | modifier le code]

Choeur de Saint Guy de Pragues (1344-1420) par Matthieu d'Arras puis Peter paler.

Entre la fin du XIVe et le début du XVe siècle, le gothique international[37] est une phase transitoire de l'art gothique témoignant de la proximité de caractères présents dans l’art de régions parfois fort éloignées, de l’Europe occidentale. Pouvant s'exprimer à l'échelle d'une cité[33], c'est un art brillant pliant les formes traditionnelles de l'architecture au rythme d’une écriture souple, tout en privilégiant les courbes et le raffinement : art de cour, il témoigne du goût prononcé de la société princière, pour les fastes et le cérémonial. Certains historiens de l'art ont parfois remis en doute son caractère international[38], préférant même le considérer, « à de nombreux égards, [comme] non réellement pertinent […] dans la mesure où il tend à aplanir les différences comme les détails de la transmission [artistique][39]», préférant désigner ce mouvement comme un style aristocratique, terme qui le définit également avec justesse[40].

La guerre de Cent Ans et le grand schisme d'Occident provoquèrent la désagrégation progressive du mécénat religieux et royal, si présents durant le Moyen Âge et qui tendait jusqu'alors à maintienir des écoles locales. Désormais, ce sont les princes qui s'attachent à leur service un nombre croissant d’artistes, d'architectes ou de sculpteurs portant alors le titre de "valet de chambre" de l’hôtel du prince. Celui-ci n’impliquait pas par lui-même de fonction particulière, mais indiquait que l'artiste possédait un rang et en recevaient une pension, tout en restant libre de répondre aux commandes d'autres cours princières. Ces artistes étaient donc aussi hommes de cour et en adoptaient l’esprit et les mœurs. Nul doute que le raffinement de l’art de l’époque en ait été redevable. Les enluminures des frères Limbourg dans les « Très Riches Heures » de leur mécène Jean de Berry sont un reflet des constructions nouvelles de l'époque et de cette vie de cour partagée avec la société princière. La mobilité d'architectes de renom, dont le prestige dépasse les frontières de la France, permet de diffuser en retour les innovations artistiques du temps, avant que l'affirmation de systèmes corporatifs stricts du début du XVe siècle, ne réaffirment les spécificités nationales.

À Prague, l'Empereur Charles IV, qui avait opté dans un premier temps pour une conception française en faisant appel à Mathieu d'Arras, à la cathédrale Saint-Guy, y renonce, au profit d'une conception révolutionnaire. Peter Parler à la fin du XIVe siècle, abandonne le principe de la travée pour une conception unitaire du volume, affirmée par le dessin du triforium et surtout par le mode de couvrement. Cette dominante monumentale marque l'ensemble de la production. Elle apparaît avec netteté dans le domaine de la sculpture où l'on abandonne la formule éclatée de la première moitié du siècle pour accompagner à nouveau l'architecture (chartreuse de Champmol). La conséquence en est une conception plastique qui rejoint celle du début du XIVe siècle mais qui demeure originale[35].

Tour de Jean-sans-Peur, 1410, Paris.

Dès les années 1380, le mécénat de Jean Ier de Berry, frère de Charles V, s'illustre par l'édification de bâtiments d'aspect monumental, déjà marqués par les débuts de l'art gothique flamboyant dont l'architecte Guy de Dammartin est un des initiateurs[41] : Dans la Sainte-Chapelle de Riom, le remplage des fenêtres forment des courbes et des contre-courbes, articulées en soufflets et mouchettes, ce qui en fait l'un sinon le premier exemple ce nouveau style. Au Palais comtal de Poitiers, la reconstruction de la Tour Maubergeon est l'occasion pour l'architecte d'adopter une traduction monumentale du nouveau style flamboyant afin de réaliser pour le prince, un édifice hautement symbolique, offrant à la ville l’image d’une tour à l’architecture raffinée et porteuse d’un message iconographique fort[41]. Au premier étage, l’ancienne salle du sénéchal, transformée en une « salle à parer », manifeste cet abandon progressifs des chapitaux, réduit ici à une simple moulures. L'ogive peut pénètrer alors sans interruption dans la colonne qui la supporte. Les piliers octogonaux se modèlent d'arêtes à angles vifs, montant alors d'un seul jet depuis le sol jusqu'à se fondre dans les voûtes. Faisant le lien avec ces travaux, Jean de Berry fait reprendre le pignon sud de la Grande Salle qui est en connection avec la Tour Maubergeon : On reconstruit l’estrade noble surmontée d'une triple cheminée monumentale, créée pour l'occasion, composée d'un triple conduit extérieur détaché du mur. Ses dimensions monumentales, 10 m de long sur 2 m, manifestent de cette monumentalité recherchée à l'époque en provoquant l'étonnement. Guy de Dammartin avait déjà fait l’expérience de la même commande pour le pignon sud de la Grande salle du palais de Bourges. Cependant, alors qu’à Bourges la triple cheminée était couronnée d’une arcature aveugle, celle du Palais comtal de Poitiers est dominée par un ouvrage décoratif s’apparentant davantage à l’art de l’orfèvre qu’à celui du maître-maçon : S’opposant à la masse horizontale des trois cheminées, une triple arcature surmontée de gâbles se détache devant un grand fenêtrage de quatre jeux de lancettes formant une puissante source d’éclairage et comportant les mêmes « soufflets » et « mouchettes » qu'à la Sainte-Chapelle de Riom.

Dernier vestige de l'hôtel des ducs de Bourgogne, la Tour de Jean-sans-Peur, présente un grand escalier à vis, inspiré de celui construit sous Charles V au Louvre. L'élimination progressive du chapiteau, observé à Narbonne puis au Palais comtal de Poitiers, a favorisé peu à peu une analogie entre la colonne et l'arbre, les nervures et les branches[42], s'exprimant clairement dans le décor végétal de la voûte d'escalier de cette tour datant de 1410 : d'un pot central, partent des branches de chêne sur lesquelles grimpe du houblon, rejointes par des branches d'aubépine naissant des murs.

Dans le mécénat de Louis d'Anjou, troisième frère de Charles V  : Si les mêmes tendances flamboyantes de Riom sont reprises au niveau des remplages de la chapelle du château d'Angers, la vrai nouveauté s'exprime lors de la reconstruction du château de Saumur, surnommé « château d'amour » par le roi René. Dans un contexte civil, la multiplication nouvelle des ornements de couronnement et le percement de fenêtres dans les courtines du château fort, véhicule une notion inédite de luxe alors que l'abondance des ouvertures et des motifs architecturaux participe à la féerie du château. Déjà à la fin du XIVe siècle, cette propriété quasi-magique du palais largement ouvert sur l'extérieur était apparue lorsque Guillebert de Mets évoquait la fastueuse demeure parisienne de Jacques Ducy, alors clerc à la Chambre des Comptes[43].

La dominante monumentale marquant l'ensemble de la production artistique de l'époque dont la sculpture, apparaît avec netteté lorsque Philippe le Hardi, fait appel en 1383, au maitre d'oeuvre Claus Sluter pour réaliser, prés de Dijon, le chantier de sa Chartreuse de Champmol. Les quelques éléments sculptés qui nous sont aujourd'hui parvenus , montrent cette volonté d'accompagner à nouveau l'architecture. Par ailleurs, la Vierge à l'enfant au pilier central du portail, reflète la tradition de l'époque sous influence flamande : jambe d'appui et jambe libre, drapé en volutes, sensation de tension, d'énergie et de "dialogue" entre la Vierge et son enfant.

Le Gothique flamboyant : 1420-début XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

La construction du Temple par Jean Fouquet (vers 1420, BNF) : Dans ce chantier de la cathédrale, métaphore de l'édifice religieux en tant que Jérusalem céleste, des peintres sur un échafaudage, le long de la façade de droite entre les rosaces, terminent le revêtement polychrome.

A partir du XVe siècle, la reprise de l'activité artistique de chacune des grandes capitales européennes, se fait sentir dans tous domaines, avec cependant, une nette prédominance pour l'architecture. À nouveau, c'est elle qui retient l'attention générale en provoquant la réunion d'artistes tels que Jean de Beauce, les frères Grappin,  Simon Moycet puis Martin Chambiges. Reprenant les innovations artistiques apparues lors du gothique international, l'affirmation des systèmes corporatifs stricts du début du XVe siècle, réaffirment dès lors les spécificités nationales.

En France, alors que le roi Charles VI meurt de sa folie, son fils Charles VII, ne peut se faire sacrer à Reims, alors sous contrôle anglais. Faute de soldats, il se retrouve d'ailleurs dans l'incapacité de reprendre le contrôle de la totalité du territoire et n'hérite en 1422, que d'un petit morceau du royaume de France, alors partagé en trois parties : Le duché du duc de Bedford qui règne depuis les terres anglaises, le duché de Bourgogne et le royaume dit "de Bourges" de Charles VII.

Suite à l'intervention de Jeanne d'Arc, la tendance s'inverse pourtant. Après avoir délivré Orléans, assiégée par les Anglais, elle redonne de l'espoir et du courage aux partisans de Charles VII. Traversant les terres anglo-bourguignonnes, la Chevauchée vers Reims permet au roi de confirmer sa légitimité en se faisant sacrer à Reims le dimanche 17 juillet 1429. Dès lors en position de force, Charles VII parvient, au cours du Traité d'Arras de 1435, à renverser l'alliance entre les ducs de Bourgogne et de Bedford à son avantage. Dès 1444, il peut signer la Trêve de Tours, première étape vers la fin de la Guerre de cent ans qui s'achèvera à la Bataille de Castillon en 1453. Son fils Louis XI lui succède en 1461, c'est un homme complexe et un fin diplomate qui saura imposer son pouvoir et régner sur un vrai royaume. Mais, trop occupé à unifier la France, il ne sera pas un grand commanditaire, laissant les grands feudataires du royaume et quelques grands bourgeois, dont Jacques Coeur, assumer ce rôle.

Cette fin des hostilités avec l’Angleterre, amène à la reconstruction d’un pays meurtri. Elle touche les campagnes, et les villes, dont les bâtiments, jusque-là de bois, sont désormais en pierre. Signe des temps, l'architecture des bâtiments est souvent monumentale : il y a une volonté affichée d'éblouir et de marquer la puissance urbaine retrouvée à cette époque par des emprunts au vocabulaire architectural des édifices religieux[44].

Le gothique flamboyant est plus un style qu'une période, le qualificatif « flamboyant » aurait été employé pour la première fois par Eustache-Hyacinthe Langlois, « antiquaire » normand, pour décrire les motifs en forme de flammes articulés en soufflets et mouchettes, se développant en nombre dans les remplages les baies, les rosaces ou sur les gâbles de l'époque.

Appelé parfois abusivement « gothique tardif » ou « gothique Baroque », c'est probablement en Angleterre qu'il est apparu, avec des fenestrages flamboyants dès le milieu du XIVe siècle. En France, c'est à la Sainte-Chapelle de Riom, dans les années 1380, que Guy de Dammartin se fait l'un des initiateurs de ce nouveau style[41]. On en voit également les prémices, à Paris, lors de l'édification, à la même époque, de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle (reconstruite au XIXe siècle)[45] et lors de la réalisation de la rose de la Sainte Chapelle de Vincennes. La Champagne restée un temps en retrait, se plie au nouveau style lors de l'arrivée, vers 1450, de maîtres maçons tels que Florent Bleuet, actif à Troyes et à la basilique Notre-Dame de l'Épine.

Historiquement, le style gothique flamboyant, aboutissant à la phase transitoire du Style Louis XII, peut être considéré comme la dernière manifestation d'un art du Moyen Âge, s'opposant d'une certaine manière au mouvement qui, amorcé dès le concours du dôme de Florence en 1418, distingue une école d'architecture proprement italienne, donnant lieu à la Première Renaissance.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Voûtes de la Chapelle du Saint-Esprit de Rue (vers 1515).

Par rapport à la période précédente, la structure des édifices reste la même ; mais leur décor évolue vers un ornement exubérant, caractérisé par une grande virtuosité dans la stéréotomie (taille de la pierre). La technique de la « pierre armée » de la période rayonnante fait place à la « pierre taillée » : cela explique par exemple que les rosaces soient de dimensions plus modestes[32], même si elles se font plus aériennes reposant sur des structures plus légères comme dans la Sainte-Chapelle de Vincennes.

Les façades flamboyantes présentent la caractéristique d'être ouvragées sur plusieurs plans. Les motifs curvilinéaires, les arabesques développées en courbes et contre-courbes dominent désormais les remplages, recouvrant les surfaces de leurs motifs jusqu'à étouffer parfois la sculpture, en évoquant, comme disait Michelet « des flammes, des cœurs ou des larmes ». Parallèlement, la brisure des arcs s'assouplit, s'abaisse progressivement en anse de panier ou se redresse en accolade surmontés de gables comme dans les réalisations de Jean de Beauce à la Trinité de Vendôme, ou d'arcs en cloches (Maison des Têtes de Valence, Croisillon sud, cathédrale de Senlis).

Parallèlement, les plans et les élévations des églises, tantôt à nef unique, tantôt à trois vaisseaux d'inégale hauteur, tantôt églises-halles, manifestent du même esprit inventif présidant le style gothique flamboyant.

A l'intérieur des édifices, la spatialité évolue à travers une recherche de fusion entre les volumes : les grandes arcades s’allongent encore, surmonté d'un triforium aveugle ou incorporé en tant que claire-voie aux fenêtres hautes, réduisant ainsi l’élévation à deux niveaux (Saint-Ouen de RouenCathédrale de Sées). A partir d'une réflexion sur les monuments du XIVe siècle, on aboutit à une remise en cause des recherches sur la transparence et la lumière et à un retour à la muralité (château de Vincennes)[35].Tandis que dans le choeur, les murs tendent à disparaitre suite à la dimension croissante des fenêtres à réseaux flamboyants (basilique de Saint-Nicolas-de-Port), les murs reprennent de l'importance entre les ouvertures dans la nef permettant un éclairage diffus. Désormais, les arcades qui ne récuse plus une certaine muralité, créent un espace intermédiaire qui permet par une ornementation et un éclairage différenciés, de définir des espaces sociaux et culturels privilégiés (Co-cathédrale de Bourg-en-Bresse, basilique de Saint-Nicolas-de-Port). Les chapiteaux sont parfois réduits à des bagues décoratives, ou disparaissent, laissant les moulures de l'ogive pénètrer sans interruption dans la colonne qui la supporte (Salle des gros piliers du Mont Saint-Michel). Les piliers qui se creusent, ondulent en spirales ou se modèlent d'arêtes à angles vifs, montent alors d'un seul jet depuis le sol en se fondant aux voûtes. Les multiples colonnettes qui les flanquaient sont remplacées par des nervures tendant à se fondre avec le mur tandis que leur base prend des formes diverses : buticulaire, torsadée, flacon prismatique.

Dès l'époque du gothique international, Peter Parler abandonne à Saint Guy de Prague, le principe de la travée pour une conception unitaire du volume, affirmée par le dessin du triforium et surtout par le mode de couvrement. La travée n’apparaît plus désormais comme l’élément fondateur du volume intérieur : Cette dominante monumentale marque l'ensemble de la production du XVe siècle. Elle apparaît avec netteté dans le domaine de la sculpture où l'on abandonne la formule éclatée du siècle précédent pour accompagner à nouveau l'architecture[35]. La conséquence en est une conception plastique qui rejoint celle du gothique rayonnant mais qui demeure originale. Si la structure des voûtes sur croisée d'ogives ne disparaît pas comme en Angleterre, le couvrement se complique, avec l’apparition de liernes et de tiercerons. Les nervures alors se multiplient, s'entrecroisent, se recoupent avec une grande fantaisie, tout en s'enrichissant comme sur les voûtes de la chapelle du Saint-esprit de Rue, de clefs pendantes ou cul-de-lampe, véritable prouesse technique (portail de Guillaume Le Roux à Notre dame de Louviers).

En France, les continuations de ce style qualifiées de « gothique tardif », concernant tout particulièrement les éléments décoratifs, peuvent subsister jusqu'au XVIe siècle, dans certaines régions, telles que la Lorraine ou la Normandie, à la basilique de Saint-Nicolas-de-Port ou Saint-Maclou de Rouen. Ses derniers feux ne s'éteindront d'ailleurs qu'au cours des XVIIe s-XVIIIe siècle, dans un mouvement appelé le "Gothique des temps modernes"[46] : C'est ainsi que la cathédrale Sainte-Croix d'Orléans qui, détruite en 1599 par les huguenots, sera reconstruite dans le style gothique flamboyant d'origine[47]. On peut même citer, au début du XVIIIe siècle, un projet d'église pour les Célestins d'Orléans par Guillaume Hénault, en gothique flamboyant. L'Angleterre connaissant alors quant à elle le gothique perpendiculaire, qui apparaît notamment au cloître de Gloucester, œuvre probable de Thomas de Cambridge. Certaines régions germaniques voient se développer un gothique particulièrement sobre, aux surfaces blanches subtilement fragmentées en formes géométriques polygonales, citons l'Albrechtsburg de Meissen par Arnold de Westphalie, ainsi que de nombreux édifices de Slavonice en actuelle République tchèque.

Exemples d'édifices flamboyants[modifier | modifier le code]

Le Style Louis XII : transition entre Art Gothique et Première Renaissance, 1495-1530[modifier | modifier le code]

Le style Louis XII (1495 à 1525/1530)[10],[11] est un style de transition, un passage très court entre deux époques éblouissantes, la période Gothique et la Renaissance. Il qualifie une époque où l'art décoratif partant de l'arc ogival et du naturalisme gothique s'acheminera vers le plein cintre et les formes souples et arrondies mélés de motifs antiques stylisés typiques de la Première Renaissance : il y a encore beaucoup de gothique au château de Blois, il n'y en a plus au tombeau de Louis XII à Saint-Denis.

Dès 1495, une colonie d'artistes italiens fut installée à Amboise et travailla en collaboration avec des maîtres maçons français. Cette date est généralement considérée comme étant le point de départ de ce nouveau mouvement artistique. Il serait regrettable pourtant de déterminer ce nouveau style au seul apport italien : Des relations existent entre la production architecturale française et celle du platéresque espagnol et l'influence du Nord, surtout d'Anvers est notable aussi bien dans les arts décoratifs que dans l'art de la peinture et du vitrail.

La Tour du Lion, vers 1510, château de Meillant.

Les limites du Style Louis XII sont assez variables, en particulier lorsqu'il s'agit de la province en dehors du Val de Loire. Outre les dix-sept années du règne de Louis XII (1498-1515), cette période comprend la fin du règne de Charles VIII et le commencement de celui de François Ier, faisant débuter le mouvement artistique en 1495 pour le faire s'achever vers 1525/1530[49], l'année 1530 correspondant à un véritable tournant stylistique, généralement considéré comme la pleine acceptation de la Renaissance.

Dans les travaux décoratifs de la fin de la période de Charles VIII, on observe une tendance bien marquée à se séparer de l'arc ogival pour se rapprocher du plein cintre. L'influence des réalisations de Bramante à Milan pour Ludovic Sforza  est perceptible dans la partie inférieure de l'aile Charles VIII au château d'Amboise : Si la partie supérieure du bâtiment est gothique, la façade du promenoir des gardes présente telle une loggia, une série d'arcades en plein cintre qui marque des travées rythmées de pilastres lisses. En général, les formes ornementales n'ont déjà plus la gracilité particulière de l'époque ogivale, le rythme des façades s'organise de façon plus régulière avec la superposition des ouvertures en travées et la coquille, élément important de la décoration  Renaissance, fait déjà son apparition. Cette évolution est particulièrement perceptible au Château de Meillant dont les travaux d'embellissement voulus par Charles II d'Amboise débutent dès 1481 : si la structure est restée pleinement médiévale, la superpositon des fenêtres en travées reliées entre-elles par un cordon à pinacles, annonce le cadrillage des façades sous la Première Renaissance. De même, on remarque l'entablement à oves classique surmonté d'une balustrade gothique et le traitement en Tempietto de la partie haute de l'escalier hélicoïdal avec sa série d'arcatures en plein cintre munies de coquilles.

Si à la fin du règne de Charles VIII, l'apport d'ornements italiens viennent enrichir le répertoire flamboyant, il y a désormais sous Louis XII toute une école française qui s'ouvre à l'italie avec de nouvelles propositions, établissant ainsi les principes d'un style de transition[50].

Eléments italiens dans l'encadrement et le soubassement de la claire-voie (1513-1529, Clôture du Chœur, cathédrale de Chartres).

En sculpture l'apport systématique d'éléments italiens voire la réinterprétation "gothique" de réalisations de la renaissance italienne est manifeste au Saint sépulcre de Solesmes où la structure gothique reprend la forme d'un arc de triomphe romain flanqué de pilastres à candélabres lombards. Les feuillages gothiques désormés plus déchiquetés et alanguis comme à l'Hôtel de Cluny de Paris, se mèlent à des tondi avec portraits d'empereurs romains au Château de Gaillon.

En architecture, l'utilisation de la "brique et pierre", pourtant présente sur les édifices dès le xive siècle, tend à se généraliser (château d'Ainay-le-VieilAile Louis XII du Château de Bloisl'hôtel d’Alluye de Blois). Les hauts toits à la française avec tourelles d'angles et les façades à escalier hélicoïdal font perdurer la tradition mais la superposition systématique des baies, le décrochements des lucarnes et l'apparition de loggias influencées de la villa Poggio Reale et du Castel Nuovo de Naples sont le manifeste d'un nouvel art décoratif où la structure reste pourtant profondément gothique. La propagation du vocabulaire ornemental venu de Pavie et de Milan a dès lors un rôle majeur tout en étant ressentie comme l'arrivée d'une certaine modernité. Il serait regrettable pourtant de déterminer ce nouveau style au seul apport italien : Des relations existent entre la production architecturale française et celle du platéresque espagnol et l'influence du Nord, surtout d'Anvers est notable aussi bien dans les arts décoratifs que dans l'art de la peinture et du vitrail.

Dans cet art en pleine mutation, les jardins deviennent plus important que l'architecture : L'arrivée à Amboise d'artistes italiens dont Pacello da Mercogliano fut à l'origine sous Charles VIII de la création des tous premiers jardins de la Renaissance française grâce à de nouvelles créations paysagistes, l'installlation d'une ménagerie.et des travaux d'acclimatation agronomique conduites à partir de 1496 aux "Jardins du Roy" alors situés au sein du Domaine royal de Château-Gaillard. En 1499, Louis XII confia la réalisation des jardins du Château de Blois à la même équipe qui fut engagée par la suite par Georges d'Amboise pour réaliser des parterres sur différents niveaux sous son Château de Gaillon.

En conclusion, le style Louis XII montre que l'on veut désormais autant étonner les français que les italiens : C'est à partir de la fantaisie avec laquelle sont incorporées les nouveautés italiennes dans les structures encore toutes médiévales françaises que naîtra vers 1515/1520 la Première Renaissance[51].

Dès 1530, déclin de l'art gothique à la Renaissance[modifier | modifier le code]

Église Saint-Eustache (Paris), structure gothique, détails Renaissance.

Les humanistes de la Renaissance souhaitaient un retour aux formes classiques héritées de l'Antiquité, considérée comme un modèle de perfection. Le terme « gothique » est employé pour la première fois par Giorgio Vasari en 1550 pour désigner l'art médiéval, avec une connotation péjorative : il est fait référence aux Goths, des barbares, dont les armées avaient notamment envahi l'Italie et pillé Rome en 410.

Le dédain pour cet art fut tel qu'on projeta même de détruire la cathédrale Notre-Dame de Paris pour la remplacer par un nouvel édifice. Ce projet ne put cependant se concrétiser lorsqu’éclata la Révolution. La vente ou l'abandon des biens de l'Église entraîna la disparition de nombreux chefs-d'œuvre de l'architecture gothique, dont la plus grande partie furent des abbayes, mais aussi plusieurs cathédrales comme Arras, Cambrai ou Liège (Belgique).

Malgré ce dédain affiché, le gothique connaît encore de beaux succès dans la première moitié du XVIe siècle[52]. Les formes gothiques disparaissent progressivement, se mêlent aux formes Renaissance comme dans l'église Saint-Eustache à Paris où un décor renaissant habille une structure gothique[32]. Certaines églises gothiques de la fin du XVIe siècle ont subi des influences de l'art de la Renaissance dans leur architecture, comme la cathédrale Notre-Dame du Havre.

Le Gothique des temps modernes : XVIIe-XVIIIe siècles[modifier | modifier le code]

Les réalisations de style Gothique au XVIIe et XVIIIe siècle est surprenant, incongru et dérange nos habitudes de classifications. Durant cette période pourtant, il arrive en milieu rural qu'une église ou qu'une petite chapelle soient édifiées dans un style gothique tardif : Citons pour exemples la chapelle Saint-Samson de Trégastel, dont le chantier entrepris à la fin du XVIe s, ne sera achevé que vers 1630, ou encore au début du XVIIIe s, le projet de Guillaume Hénault pour les Célestins d'Orléans en style flamboyant. La survivance de ce style est alors imputée à un certain traditionnalisme, pour ne pas parler d'archaïsme. Mais en milieu urbain, où les constructeurs ont le choix et connaissent ce qui se fait de mieux, le choix de bâtir dans un style gothique démodé paraît plus surprenant[46]. Si les chantiers de cette période, font souvent suite aux destructions survenues lors des guerres de religion, le recours presque systématiquement au style gothique paraît curieux. Les cas des cathédrales de Narbonne, de Nantes et d'Orléans représentent trois exemples majeurs de cette tendance pouvant répondre à cette interrogation.

Narbonne, le transept inachevé, XVIIIe siècle.

A la Cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur de Narbonne, les travaux se poursuivent normalement jusqu'en 1340 mais quand il devint nécessaire pour les achever d'abattre une partie des remparts, les édiles de la ville bloquèrent le projet. Ajouté à la Grande Peste et au manque de moyens, cette décision provoque un tel ralentissement que la construction est finalement abandonnée en 1587, date de la consécration. C'est en 1708 seulement que sous la volonté de l'archevêque Charles Le Goux de la Berchère de nouveaux travaux sont entrepris dans une tentative d'achèvement de l'édifice. Un projet grandiose prévoyait l'édification d'une nef gothique à neuf travées surmontée d'un dôme à la croisée des transepts, indiquant la volonté de suivre certains usages contemporains. Après la mort de l'archevèque en 1719, les travaux sont continués par son successeur mais faute de financements suffisants, restent en suspens, malgré une reprise entre 1839 et 1842. Les restes de ces réalisations forment aujourd'hui la cour Saint Eutrope. Lors de la reconstruction au début du XVIIIe siècle, on reprend les piliers cylindriques du choeur gothique en plus massifs afin de supporter les voutes de la future nef. La décoration est toutefois différentes. La sculpture du Moyen-Âge, passée de mode est modifié par des moulures classicisantes : Dans le choeur, de fines colonnettes allèges les piliers, au contraire dans la nef du debut du XVIIIe siècle, elles sont remplacés par des pilastres classiques très peu saillants. Par ailleurs, le traitement du triforium à quatre ogives est beaucoup plus sec que celui du choeur gothique du XIVe siècle, conformément à ce qui se pratiquaient au XVIIe-XVIIIe siècle dans les moulurations des arcs brisés. Pourtant autant, l'élévations à trois niveaux et surtout la forme pentagonales des chapelles, le voûtement en croisées d'ogives, les arcs brisés indiquent une volonté de continuité avec le reste de l'édifice. En revanche, certains éléments n'appartiennent pas au vocabulaire architectural ou décoratif gothique : baie en linteau en forme d'arc, pilastres excessivement plats, corniches de forme classique, châpiteaux ioniques et fronton en plein cintre.... Cette fidélité au gothique médiéval et l'application d'éléments contemporains définissent ce gothique du XVIIe-XVIIIe siècle[46].

Fidélité au gothique mais placage d'éléments classiques, XVII e s, Cathédrale de Nantes, Bras sud.

A la Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes, si la façade est achevée dès la fin du xve siècle et les tours en 1508, la nef et les collatéraux resteront inachevés à partir du début du xvie siècle. En plein XVIIe siècle pourtant, les travaux sont repris tout en repectant le style gothique a voûte gothique de la nef, le bras sud du transept et les arcs-boutants. Un projet d'achèvement du XVIIe siècle (dont il reste une maquette) envisageait d'ajouter un transept gothique ainsi qu'un chevet court, adossé aux remparts. [48][48][48][48][49][49][49][49][49][48][48][43][43][43][41][41][40][40][40][40][40][40][40]L'édifice sera achevé au XIXe siècle[53]. Dans cet exemple encore, les réalisations du XVIIe siècle n’altèrent en rien ni la qualité ni la cohérence du style gothique médiéval de la cathédrale, même si comme à Narbonne, on note une interprétation classicisante des sculptures médiévale dans les réalisations modernes de l'édifice[53].

Devise latine de Louis XIV, fin XVIIe s, Sainte Croix d'Orléans, transept sud,.

Durant la deuxième guerre de religion, un petit groupe de huguenots fanatiques, s'introduit dans la cathédrale médiévale Sainte-Croix d'Orléans au cours de la nuit du 23 au 24 mars 1568 et fait sauter les quatre piliers de la croisée des transepts. Les piliers s'effondrent, entraînant le clocher, la sphère de cuivre le surmontant, les voûtes du chœur, et la nef. Seules restent intactes les chapelles absidiales rayonnant autour du chœur, ainsi que les deux premières travées de la grande nef. Des travaux de déblaiement et d'aménagement provisoires seront effectués rapidement[47]. Le , le roi Henri IV revient de Bretagne, après avoir signé l'Édit de Nantes qui va mettre fin aux guerres de religion. À Orléans, il promet de lancer, aux frais de l'État, la reconstruction de la cathédrale en style gothique. Il scelle la première pierre le 18 avril 1601, en apposant une plaque sur un des piliers subsistants. Le , le roi et la reine Marie de Médicis posèrent la première pierre du nouvel édifice. Le chœur est terminé en 1623. En 1627, on jette les fondations du transept gothique qui sera achevé en pleine époque baroque, en 1636. Le transept nord est achevé en 1643, et le transept sud en 1690. Leurs façades à l'élévation classicisante, comportent alors la marque du Roi Soleil, introduisant l'art moderne de l'époque dans l'édifice de style gothique flamboyant. Son portrait et sa devise Nec pluribus impar figurent également, avec la date d'achèvement de 1679, au centre de la rosace située au-dessus du portail du transept sud. La devise peut se traduire par : « Il suffirait à [gouverner] plusieurs [royaumes] »[54]. L'architecte Étienne Martellange y œuvra au XVIIe siècle, suivi au XVIIIe siècle par Jacques V Gabriel qui créa les stalles et la clôture du chœur et Louis-François Trouard. En 1739, commence l'édification du portail "gothique" occidental surmonté des deux tours, prolongement de la grande nef. La vieille façade romane, qui a survécu à toutes les destructions est pourtant démolie. La nouvelle réalisation, jusqu'à la base des tours, est terminée en 1773. Les deux premiers étages des tours sont construits durant les dix années suivantes, alors qu'il faut renforcer le portail qui menace de s'effondrer. La Révolution suspend les travaux, il ne manque à l'édifice "gothique" que ses deux tours. On ne reprend finalement les travaux qu'en 1817. Le roi Charles X inaugure l'achèvement des travaux le , pour le 400e anniversaire de la levée du siège des Anglais, par Jeanne d'Arc et son armée : un perron monumental mélant festons d'inspiration gothique et éléments néo-classique prend place devant la cathédrale, parallèlement à la percée de la nouvelle rue Jeanne d'Arc et à la création du grand parvis de la cathédrale.

On peut conclure avec ces trois exemples pris à Narbonne, Nantes et Orléans, que la volonté de continuer les édifices dans le style gothique initial, même avec des aménagements au goût du jour, a pu vouloir affirmer la continuité de l'église, dans des régions trés marqués par le protestantisme, à travers la cathédrale, édifice majeur et symbolique du monde catholique. Du reste, l'architecture gothique devient dès cette époque, sous l'influence d'historiens et d'architectes tels que Soufflot, le symbole même de l'église en France. On peut citer l'opinion de Montesquieu qui pourtant n'aimait pa ce style : "Il semble que le gothique convienne mieux aux églises qu'une autre architecture, la raison m'en paraît de ce que le gothique n'étant pas en usage, il est plus différent de notre manière de bâtir des maisons ; de façon que le culte de Dieu semble plus distingué des actions ordinaires"[46]. De même l'architecte bordelais Jean-Baptiste Lartigue ayant conçu en 1776 un projet de façade gothique pour la cathédrale de sa ville, appuya son choix par les considérations suivantes : "Nos temples gothiques offrent par leur légéreté apparente et par leur élévation prodigieuse, des beauté que l'on ne retrouve ni à Saint Roch, ni à Saint-Sulpice, ni dans les églises modernes du genre grec : Ici notre esprit admire..., mais dans les églises gothiques, c'est l'âme qui est émue."[55]

Au XIXe siècle, le romantisme réhabilite le gothique : le néo-Gothique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Style néogothique.

La construction d'édifices caractéristiques de l'architecture gothique n'avait pas complètement cessé au XVIe siècle, tant en AngleterreOxford), qu'en FranceTours) ou en ItalieBologne). En Angleterre, l'architecte baroque Christopher Wren construisit la Tom Tower pour le collège de Christ Church (Oxford) et son étudiant Nicholas Hawksmoor ajouta les tours occidentales à l'abbaye de Westminster, toutes en style gothique en 1722.

La cathédrale de Cologne, commencée aux XIIIe (choeur) et XIVe siècle (façade), et continuée au XIXe siècle en respectant les plans précis du Moyen Âge.

Lorsqu'au XVIIIe siècle naquit le mouvement romantique, l'intérêt pour l'ensemble du Moyen Âge, y compris l'architecture gothique, se développa, et ce mot perdit sa connotation négative. Des amateurs comme Horace Walpole créèrent des demeures avec détails « gothick ». Le roman de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris (1831) relance l'intérêt pour les cathédrales d'Île-de-France.

S'inspirant des travaux de recherche de Jean-Baptiste-Antoine Lassus et d’Eugène Viollet-le-Duc, de nombreux édifices, notamment religieux, imitent le style médiéval : à Paris un exemple fameux est l'église Sainte-Clotilde. Dès 1840, la basilique Notre-Dame de Bonsecours près de Rouen, inaugure l'ère des églises néogothiques, suivie de peu à Nantes par l'église Saint-Nicolas. Suivent, entre autres, le Sacré-Cœur de Moulins dans l'Allier, l'église Saint-Vincent-de-Paul (Réformés-Canebière) à Marseille, l'église Saint-Paul de Strasbourg, etc., sans oublier, notamment, la finition de cathédrales jamais achevées comme à Moulins et surtout à Clermont-Ferrand avec ses hautes flèches.

En Allemagne, la cathédrale de Cologne est un cas particulier, elle fut terminée de 1842 à 1880 en suivant le projet médiéval. La nef, dont la base avait été construite au Moyen Âge, fut terminée en élévation sur le modèle du chœur, comme elle était prévue à l'origine, idem pour le transept. La très haute façade occidentale à deux tours fut construite en respectant scrupuleusement un grand plan sur parchemins (de 4,05 m de hauteur) très précis du projet d'origine, datant du XIVe siècle, et parvenu exceptionnellement jusqu'à nos jours. De cette façade, la plus ambitieuse jamais entreprise au Moyen Âge, seule la tour sud avait été commencé jusqu'à 50 m de hauteur sur des fondations de 14 m de profondeur. Atteignant désormais 157 m de hauteur, la cathédrale de Cologne est devenue pour un temps la plus haute construction de l'humanité lors de son achèvement en 1880, telle que l'avaient conçu et rêvé les bâtisseurs médiévaux. En revanche, en l’absence de plan, les deux façades du transept ont dû être inventées au XIXe siècle, mais en s'inspirant des éléments de la façade occidentale afin d'assurer au mieux l'unité et l'harmonie de l'édifice.

Les innovations techniques permettant aux constructions de s'affranchir de certaines contraintes qui dictaient leur forme, une nouvelle architecture réinterprète son patrimoine historique, et après le néo-classique, le néogothique fait son apparition, particulièrement en Angleterre suivie par les États-Unis dans les années 1840. Ce style était utilisé pour les bâtiments nouveaux comme les gares (Gare de Saint-Pancras à Londres), les musées (musée d'histoire naturelle de Londres, Smithsonian Institution) et le palais de Westminster. À la suite d'Oxford, ce style connaît un grand succès dans les universités américaines, telles que Yale.

Le succès du néo-gothique se prolongea jusqu'au début du XXe siècle dans de nombreux gratte-ciel, notamment à Chicago et New York. En Europe, le monument le plus célèbre s'inspirant de l'héritage gothique tout en s'en démarquant très nettement dans le style organique propre à Gaudi est probablement la Sagrada Família à Barcelone (Espagne).

Les différentes formes locales[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Le gothique angevin[modifier | modifier le code]

Voûtes de la grande salle des malades, ancien hôpital Saint-Jean d'Angers.

Le gothique angevin, également appelé gothique Plantagenêt, se distingue par des façades différentes de celles d'Île-de-France qui ne comportent pas trois portails. Le chevet ne comporte pas non plus systématiquement d'arcs-boutants, comme la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers dont le chevet est un simple mur vertical. Mais ce sont surtout les voûtes qui caractérisent le gothique angevin : la voûte angevine présente un profil très bombé (clef de voûte sensiblement plus haute que les doubleaux et les formerets), alors que la voûte francilienne est plus plate (clef de voûte au même niveau que les doubleaux et les formerets).

Ce système, typique du milieu du XIIe siècle, est une combinaison d'influences du renouveau gothique (voûte d'ogives) et de l'architecture romane de l'ouest de la France (églises à files de coupoles comme la cathédrale Saint-Front de Périgueux ou la cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême). Il se caractérise par une nef à vaisseau unique, c'est-à-dire sans bas-côtés, et des voûtes d'arêtes très bombées qui poussent peu à dévers et qui ne nécessitent pas d'arcs-boutants.

Parmi les plus beaux exemples de voûtes angevines peuvent être cités la cathédrale Saint-Maurice d'Angers et l'ancien hôpital Saint-Jean d'Angers, actuel musée Jean-Lurçat.

Le gothique normand (fin du XIIe siècle - début du XIIIe siècle)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Architecture normande.

La Duché de Normandie des Plantagenêts est très tôt associée au mouvement gothique dont le premier exemple apparait dans la nef de la cathédrale de Lisieux, (1167-1174). Cette précocité s’explique par le commanditaire de l’ouvrage, l’évêque Arnoul (1141-1181). Prélat de premier plan, il découvre les nouveautés architecturales du gothique naissant lorsqu'il se rend à la consécration de l'abbaye Saint-Denis[56] le . Ses bonnes relations avec l'abbé Suger, l'incita sûrement à faire appel à un maître d’œuvre français.

Suite à ses victoires face à Jean sans Terre, Philippe-Auguste annexe le territoire au domaine royal en 1204 : L'influence de l’art gothique francilien survient alors rapidement dans l'architecture militaire : Depuis Paris, la forteresse médiévale du Louvre inspire non seulement les donjons de Rouen et de Lillebonne mais aussi les tours Talbot de Falaise et du Prisonnier de Gisors.

Pour autant, les éléments traditionnellement normands résistent dans l'architecture religieuse, tout particulièrement en Basse-Normandie. Le chœur de l'abbatiale Saint-Étienne de Caen est le premier construit après la fin du duché (1204). Néanmoins, les survivances normandes sont toujours visibles dans la nef : coursière et largeur du vaisseau central sont typiquement normands. La reconstruction du chœur de la cathédrale de Bayeux (vers 1230) respecte la tradition normande : arcs brisés très aigus, tympans ajourés de trèfles, voussures, absence de statues, lumière.

Le cloître de la Merveille du mont Saint-Michel reconstruit dans le style architectural normand, avec tailloirs des chapiteaux circulaires, écoinçons en pierre de Caen, motifs végétaux, est achevé en 1228.

À Coutances, la reconstruction de la nef précède celle du chœur (vers 1220-1235). Ces deux parties de l'édifice sont de style normand : les chapiteaux à tailloir circulaire évidé, les arcs élancés et leur modénature accentuée sont des signes évidents de la résistance au style gothique français. De même, la tour-lanterne, spécificité normande. Le style régional apparaît aussi sur la façade de la cathédrale, qui offre des lignes verticales vertigineuses.

L’extrémité du chœur de la cathédrale de Lisieux édifiée au XIIIe siècle, révèle également un revirement par rapport à la nef de style francilien. Le maître d’œuvre, différent du temps d’Arnoul, imposa le style gothique normand : les colonnes qui composent les arcades sont doubles, les tailloirs prennent une forme circulaire ou polygonale, des trilobes percent les murs. Surtout, le style gothique apparaît beaucoup plus évolué et élancé : un triforium remplace les fausses tribunes de la nef, les arcades se resserrent, les colonnes s’affinent, les moulurations se perfectionnent.

Située au dessus du transept, la tour-lanterne est une spécificité normande depuis l'âge roman : on la retrouve au XIIIe siècle, dans de nombreuses églises telles que Saint-Martin de Langrune-sur-Meret , Saint-Ouen de Rots, Notre-Dame d'Étretat et Notre-Dame-des-Labours de Norrey-en-Bessin, dans de nombreuses abbayes dont la Trinité de Fécamp et Saint-Pierre-sur-Dives, et dans presque toutes les cathédrales de la province dont la cathédrale de Lisieux, de Coutances, de Rouen ou d'Évreux. La cathédrale de Sées n'en comporte pas, mais elle était prévue à l'origine. Cette architecture a grandement influencé l'art gothique en Angleterre, où la présence d'une tour centrale est la règle. Exceptionnellement, il en existe aussi ailleurs comme par exemple en Espagne à la cathédrale de Burgos ou en Suisse à la cathédrale de Lausanne.

Le gothique méridional[modifier | modifier le code]

Église des Dominicains d'Arles
Gothique méridional.

Le gothique méridional, également appelé gothique toulousain, ou encore gothique languedocien, désigne un courant de l'architecture gothique développé dans le Midi de la France, principalement dans les régions où se développa le catharisme et qui eurent à subir la répression religieuse et militaire venue du Nord. Les régions concernées sont donc les départements actuels de la Haute-Garonne (Toulouse), le Tarn (Albi), le Tarn-et-Garonne (Montauban), l’Ariège, le Gers, l’Aude, les Pyrénées-Orientales, l’Hérault, ainsi que ponctuellement dans d’autres départements limitrophes. Une autre partie, adjacente, de l’autre côté des Pyrénées, concerne l’Aragon et la Catalogne, avec des similitudes mais cependant des origines différentes marquées par l’influence mudéjare.

Après l'éradication politique de l'aristocratie cathare lors de la croisade des Albigeois (1209-1229), il reste à reconquérir les esprits. Outre la mise en place de l'Inquisition, la « reprise en main » par la hiérarchie catholique donna lieu à de nombreuses constructions ou reconstructions d’édifices religieux, mais aussi civils. Le clergé cathare, dont les parfaits, avaient tant combattu le luxe de Église catholique romaine qu'on mis dès lors l'accent sur un style architectural plus austère et plus dépouillé[57] qu'au Nord du Royaume de France.

Le gothique méridional se caractérise par une expression architecturale marquée par une grande austérité et une forte muralité. Les édifices prennent souvent un aspect militaire et défensif avec l'utilisation de contreforts à la place d'arcs-boutants.

Après l’épisode cathare, la reprise en main des fidèles passe par le prêche (d’où la fondation par Dominique de Guzmán de l’ordre des Frères prêcheurs). Pour cela, on privilégie la nef unique, qui favorise l’acoustique et place tous les fidèles sous le regard du prédicateur. La nef est bordée de chapelles latérales, logées entre les contreforts, et surmontées des grandes baies étroites permettant un éclairage réduit (exemples : cathédrale Sainte-Cécile d'Albi, cathédrale Saint-Fulcran de Lodève, cathédrale Saint-Pierre de Montpellier). Toutefois, la présence d’une nef unique n’est pas nécessairement liée à cette volonté, mais peut l’être à d’autres considérations, ou à une nef unique préexistante. À l’inverse, la très large nef des Jacobins de Toulouse se trouve divisée par une rangée de piliers, mais n’en constitue pas moins une seule entité.

Beaucoup d'édifices de ce style ne possèdent pourtant pas de bas-cotés et sont couverts par des charpentes reposant sur des arcs diaphragmes (Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Gruissan).

Au-delà de ces poncifs, il convient en fait de souligner le caractère exceptionnel de la cathédrale d’Albi dans la sphère du gothique méridional. En effet, si Sainte-Cécile relève par essence d’une expression du gothique bien différente de celle des grandes cathédrales du nord (Chartres, Reims, ou Bourges), elle n’en reste pas moins un unicum au sein même de sa famille. Ces proportions s’apparentant au gothique septentrional démarquent la cathédrale d’Albi des principales églises du gothique méridional. En effet, aucun autre vaisseau ne dépasse une soixantaine de mètres de longueur (cathédrales de Lavaur, Saint-Bertrand de Comminges, Lodève, Augustins de Toulouse, Saint-Jacques de Montauban) à l’exception de Saint- Etienne de Toulouse, construction hybride sans unité, et de Saint-Jean-Baptiste de Perpignan. La hauteur maximale des voûtes de ces églises culminent à 28 mètres à Saint-Bertrand de Comminges, mais la hauteur moyenne se situe entre 20 et 25 mètres (Notre-Dame de la Dalbade, Jacobins et Augustins de Toulouse, cathédrales de Lavaur et Lodève, églises de la ville basse de Carcassonne).

Toute construction utilisant de préférence le matériau local, le gothique méridional des régions de Toulouse, Montauban, Albi fait appel majoritairement à la brique (brique foraine) qui est devenue un de ses signes distinctifs. Les bâtisseurs ont utilisé des techniques adaptées à ce matériau, comme l’arc en mitre typique du « gothique toulousain ». La brique se prête à des compositions décoratives géométriques, en revanche il y a peu de sculptures intégrées à l’architecture. Selon le type d’argile employée, les briques peuvent être moulurées ou arrondies par abrasion. Certains édifices utilisent la pierre avec parcimonie pour créer des contrastes de couleurs. Les régions voisines placées sous cette influence mais où domine la pierre ont souvent repris le même vocabulaire architectural.

Si on applique essentiellement le terme de gothique méridional à des édifices de culte, églises et cathédrales, les principes de leur architecture peuvent se retrouver dans des bâtiments servant à d’autres usages : sobriété de la construction, absence ou limitation de la décoration sculptée, aspect massif, éléments de défense. On peut citer à Toulouse les hôtels particuliers, le collège Saint-Raymond ; à Albi, le palais de la Berbie, etc.

En Angleterre[modifier | modifier le code]

Contrairement au reste de l'Europe, le gothique anglais s'est développé en trois phases. On distingue le gothique « primaire », le gothique « curvilinéaire » et le gothique « perpendiculaire ».

Le gothique primaire[modifier | modifier le code]

Le gothique primaire (ou « Early English gothic ») se développe du XIIe siècle jusqu'en 1250.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le développement le plus important et caractéristique de la période du gothique primaire est l'utilisation de l'ogive aussi bien pour la nef que pour des portes et des fenêtres. Les fenêtres cintrées sont étroites par rapport à leur hauteur et sont sans entrelacs. Bien que l'ogive équilatérale est le plus souvent utilisée, l'ogive en lancette se retrouve fréquemment et est une grande caractéristique du style. Au lieu d'être massif, les piliers sont composés de minces tiges individuelles entourant un pilier central. Des entrelacs avec des trèfles à trois ou quatre feuilles sont introduits dans les rosaces présentes dans la nef et dans le transept. Les feuillages qui ornent les chapiteaux sont d'une grande beauté et s'étendent aux tympans, aux bossages... Dans les tympans, des arches, des travaux héraldiques sont occasionnellement rencontrés.

Exemple notables[modifier | modifier le code]

La cathédrale de Salisbury est un superbe exemple de ce style.

Le gothique curvilinéaire[modifier | modifier le code]

Il commence vers 1250 et va durer un siècle environ. Le gothique curvilinéaire (ou « decorated style ») se distingue par des baies gothiques très travaillées. Elles comprennent des meneaux qui séparent les différentes parties de la fenêtre. À l'intérieur du bâtiment, les colonnes sont plus fines et plus élégantes que celles du gothique primaire.

Certains auteurs divisent le decorated style en deux périodes : tout d'abord le geometric, caractérisé par des fenêtres aux remplages verticaux en lancettes, puis le curvilinear, qui correspondrait au gothique flamboyant, avec des remplages en mouchettes et soufflets.[réf. nécessaire]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le « decorated style » est caractérisé par ses entrelacs de fenêtres. Les fenêtres sont divisées par des meneaux parallèles étroitement espacés. Sur la partie supérieure de la fenêtre, les meneaux se ramifient et se croisent pour former des entrelacs comprenant souvent des trèfles à trois ou quatre feuilles. Le style curvilinéaire était d'abord géométrique puis fluide en raison de l'omission des cercles dans les entrelacs. Cette évolution des entrelacs est souvent utilisée pour délimiter les deux périodes : « geometric » et « curvilinear ».

Les intérieurs de cette période comportent souvent de hautes colonnes aux formes plus élancées et plus élégantes qu'au style précédent. Les voûtes deviennent plus complexes grâce à une augmentation du nombre de nervures.

Le gothique perpendiculaire[modifier | modifier le code]

Voûtes en éventail de l'abbaye de Bath.

Typiquement britannique, le gothique perpendiculaire voit le jour vers 1340, lors de la transformation du chœur de la cathédrale de Gloucester et de la construction de son cloître.

Ce style se caractérise par une redéfinition des volumes intérieurs et des masses extérieures. De grandes baies distribuent largement la lumière dans les salles et les nefs, suivant des lignes horizontales et verticales qui sont à l'origine du terme « perpendiculaire ». Apparaissent également les voûtes en éventail (« fan vaults ») qui cassent le verticalisme des lignes architecturales, créant un effet dynamique très décoratif. Ces voûtes sont particulièrement remarquables dans la chapelle Henri-VII de l'abbaye de Westminster, l'abbaye de Bath, la cathédrale de Peterborough et King's College Chapel de Cambridge. À l'extérieur, les arcs-boutants sont parfois supprimés.

Abandonné vers 1520, le gothique perpendiculaire connaît un certain regain dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, tel le palais de Westminster vers 1850.

En Belgique et aux Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Le gothique brabançon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gothique brabançon.

Le style gothique brabançon est une variante que l'on retrouve dans plusieurs monuments situés sur le territoire du Brabant historique, c'est-à-dire en Belgique (provinces de Brabant et d'Anvers) ainsi qu'au sud des Pays-Bas (province de Brabant-Septentrional), et dans les régions avoisinantes. Né au XIIIe siècle sous l'influence du gothique français, le gothique brabançon ne tarde pas à acquérir des caractéristiques propres.

Le gothique tournaisien[modifier | modifier le code]

Le gothique tournaisien (parfois appelé gothique scaldien) est un style architectural gothique primitif ou romano-gothique de transition, typique de l'ancien comté de Flandre.

Dans le Saint-Empire romain germanique et l'État de l'ordre Teutonique[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Élisabeth de Marbourg (église-halle de pierre).

Le gothique rhénan[modifier | modifier le code]

S'inspirant du plan roman-rhénan hérité des cathédrales ottoniennes à deux chevets, cette forme architecturale, bien que souvent abandonnée à la période gothique, se retrouve dans certains édifices — principalement en Lorraine —, mais également dans les régions voisines, comme l'Alsace, la Champagne-Ardenne ou encore la Franche-Comté.

C'est le cas :

Par ailleurs, le gothique rhénan a conduit plus tard à la construction de flèches audacieuses, comme celle de la collégiale Saint-Thiébaut de Thann, ou celles de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg. Ces tours dotées d'une flèche sont typique de l'architecture germanique.

Le Sondergotik[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Marie de Lübeck (briques, structure et plan basilical).
Église Sainte-Marie de Gdańsk (église-halle de briques).

Ce terme fut créé par Kurt Gerstenberg (de) en 1913 dans un contexte politique de confrontations nationalistes. Aujourd'hui il est controversé. Il s'applique à trois types d'édifices distincts, individualisés, mais qui peuvent aussi être une combinaison des deux ou trois types suivants :

De nombreux édifices religieux allemands ont adopté le style gothique et certaines de ses réalisations dans les pays germaniques sont des œuvres d'art exceptionnelles, comme : la cathédrale de Cologne (au plan inspiré de celui d'Amiens), celles d'Ulm (plus haute flèche néo-gothique en pierre du monde), de Fribourg-en-Brisgau, de Ratisbonne, de Vienne (Autriche), de Prague, etc., toutes construites dans un style peu différencié de celui que l'on trouve en France.
Au nord de l'Allemagne, en Pologne, et les régions autour de la mer Baltique, dans les villes hanséatiques ou influencées par elles, la pierre fait place à la brique, ce qui limite fortement l'emploi de motifs sculptés : c'est le Backsteingotik, le gothique de brique que l'on trouve notamment à Lübeck (par ex. l'église Sainte-Marie et la Holstentor), à Stralsund (par ex. l'hôtel de ville), à Gdańsk (par ex. l'Église Sainte-Marie), Malbork (la forteresse teutonique de Marienbourg, à Toruń (par ex. la maison natale de Nicolas Copernic), ou encore à Riga en Lettonie. L'Église Sainte-Marie de Lübeck a un plan basilical, l'Église Sainte-Marie de Gdańsk est une des églises-halle les plus vastes.

L'église-halle comprend en général une nef et des bas-côtés de hauteur égale. Il y a aussi des églises-halles construites en pierre, notamment en Westphalie. De même, ce type d'église se rencontre fréquemment dans l'extrême Nord de la France ainsi qu'en Flandre et aux Pays-Bas. La cathédrale Notre-Dame de Munich et l'église Saint-Martin de Landshut, en Allemagne du sud, sont des église-halles gothiques, édifiées en grande partie en brique.

En Italie[modifier | modifier le code]

– Voir aussi la (it) liste des cathédrales et grandes basiliques gothiques italiennes (it.wiki)

L'Italie n'a pas entièrement intégré l'art gothique venu du nord de l'Europe. Quelques historiens de l'art considèrent la cathédrale de Milan comme le seul monument religieux véritablement gothique de ce pays. Certaines églises, comme les cathédrales de Sienne ou d'Orvieto, intègrent des éléments décoratifs empruntés à l'art gothique puis adaptés ou combinés à des traditions architecturales plus locales, d'autres édifices, même si l'ensemble de leur structure ressort du gothique, revèlent dans le détail des éléments qui s'éloignent de ce style architectural.

En Espagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Architecture gothique en Espagne.

À Séville, le monumental minaret de la mosquée - désaffecté depuis la Reconquista - s'est vu flanqué d'une cathédrale gothique tardive qui restera la plus vaste du monde. Ses dimensions impressionnantes ont été autorisées par un allègement dû à l'absence de charpente permise par une faible pluviosité. Les cathédrales du nord de la péninsule (à Burgos, León) sont des transpositions de l'art gothique français. La cathédrale de Palma de Majorque se caractérise par un volume intérieur exceptionnel et des voûtes reposant sur des piliers extrêmement élancés.

Cathédrale de Séville, la plus vaste cathédrale gothique du monde..

À partir de 1480 et jusqu'à 1520 se développe le style plateresque (plateresco en espagnol). C'est un style architectural de transition entre l'art gothique et la Renaissance. La première phase du style plateresque est également appelée « gothique hispano-flamand », ou encore « style isabélin » ou « des Rois catholiques », car il s'est développé dans les pays de la couronne de Castille, sous le règne des « Rois catholiques », Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon. Les formes du gothique flamboyant sont encore dominantes, et les éléments Renaissance restent peu utilisés ou de façon mal comprise (selon les canons de la Renaissance artistique). On retrouve la prédominance des motifs héraldiques et épigraphiques. L'un des traits de décoration les plus marquants est l'utilisation récurrente des symboles du joug, des flèches et de la grenade, qui font directement référence aux deux monarques espagnols. On retrouve également le motif des boules pour décorer les édifices. Le style isabélin est particulièrement bien représenté par les œuvres des architectes Enrique de Egas, Juan de Álava ou encore Diego de Riaño.

Honoré de Balzac rend hommage au style gothique espagnol, particulièrement à celui de la première cathédrale de Cadix, à l'origine gothique. « L'église, due aux libéralités d'une famille espagnole couronne la ville. La façade hardie, élégante, donne une grande et belle physionomie à cette petite cité maritime. N'est-ce pas un spectacle empreint de toutes nos sublimités terrestres que l'aspect d'une ville dont les toits pressés, presque tous disposés en amphithéâtre devant un joli port, sont surmontés d'un magnifique portail à triglyphe gothique, à campaniles, à tours menues, à flèches découpées[61]? »

Premier gothique (XIIe siècle)[modifier | modifier le code]

Exemples notables[modifier | modifier le code]

Gothique rayonnant (XIIIe siècle)[modifier | modifier le code]

Exemples notables[modifier | modifier le code]

Gothique mudéjar[modifier | modifier le code]

Ce style résulte de la rencontre des styles chrétiens et musulmans à partir du douzième siècle dans la péninsule ibérique.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le style mudéjar est caractérisé par l'utilisation principale de la brique. Les formes géométriques typiquement islamiques dominent et apparaissent sur les murs et le sol par des carrelages complexes. On utilise la céramique. L'utilisation du bois pour les toits est caractéristique de ce style, ils sont plats et couverts de nombreux motifs géométriques. On retrouve aussi le stuc peint.

Au Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Né à l'époque des Croisades, l'art gothique a laissé quelques témoignages inattendus dans les pays du Levant, comme à Chypre[62] où les cathédrales latines de Nicosie (Cathédrale Sainte-Sophie de Nicosie) et Famagouste (mosquée Lala Mustapha Pacha) furent ensuite converties en mosquées.

Techniques utilisées dans l’architecture gothique[modifier | modifier le code]

L’architecture romane a remplacé l’idée de la basilique charpentée par celle de la basilique voûtée qui nécessite des murs d’appui épais, le plus souvent renforcés par des contreforts accolés de place en place.

L’architecture gothique amène une solution aux problèmes de forces que connaît l’art roman[63]. Par ce changement, on peut alors édifier des parties beaucoup plus hautes, plus légères et plus lumineuses. En effet, l’arc brisé, la croisée d'ogives et l’arc-boutant permettent d’équilibrer efficacement les forces tout en allégeant la structure et en permettant l’ouverture de larges baies. Ainsi, les murs épais de l’architecture romane sont remplacés par des piles et des murs bien plus allégés dans l’architecture gothique. Une église gothique est un monument éminemment structuré et planifié. Les concepts physiques sur lesquels repose l’architecture gothique ne seront toutefois théorisés qu’à partir du XVIe siècle[réf. nécessaire].

L'ogive[modifier | modifier le code]

L'une des caractéristiques de l'architecture gothique est le transfert de la pression exercée par la voûte du mur vers des arcs. Le roman a pratiqué en fin de période la voûte d'arêtes, l'arête étant déterminée par l'intersection de deux voûtes; certaines de ces arêtes étaient déjà brisées. Ce système transférait déjà une partie de la pression de la voûte vers les piliers où aboutissaient les arêtes. Les pierres formant l'arête étaient cependant difficiles à travailler, les arêtes étaient souvent irrégulières. Dans un premier temps, on eut l'idée d'habiller ces arêtes de pierres travaillées séparément pour régulariser le tracé. Presque simultanément, on s'aperçut que l'alignement de pierres pouvait servir non seulement de décoration, mais aussi de support à la voûte elle-même. On les appela ogifs, puis ogives.[réf. nécessaire]

L’arc-boutant[modifier | modifier le code]

Quelques termes d'architecture.

L'arc-boutant est un étai formé d'un arc en maçonnerie qui contrebute la poussée latérale des voûtes en croisées d'ogives. Il reprend non seulement la fonction des contreforts de l'architecture romane, mais permet aussi de limiter la force des vents et de la pluie sur les fenêtres hautes. Enfin, il est souvent associé au système d'évacuation des eaux de pluie de la toiture, comme pour la première fois à la cathédrale d'Amiens.

L'arc brisé[modifier | modifier le code]

Arc dont la courbe inférieure est formée à partir de deux demi-arcs symétriques s’appuyant l’un sur l’autre.

La culée[modifier | modifier le code]

Contrefort massif maçonné supportant les arcs-boutants.

Le pinacle[modifier | modifier le code]

Les pinacles sont des petits édicules au sommet des arcs-boutants. Parfois en plomb et de forme pyramidale de base polygonale (ou simplement une flèche ou pointe), ils servent en premier lieu à augmenter la masse des arcs-boutants pour améliorer l’équilibre des forces issues des murs. Ils sont parfois ajourés et ornés de fleurons servant de couronnement, ajoutant donc une fonction décorative.

Le triforium[modifier | modifier le code]

Galerie, souvent voûtée, ouverte sur l'intérieur et aménagée latéralement au-dessus des bas-côtés de la nef d’une église. Comme les arcs-boutants, le triforium fait partie des éléments qui contrebutent les poussées des voûtes. Il n'a aucune fonction liturgique ou de circulation dans l'édifice.

Tympan gothique de la Chapelle Sainte-Croix de Forbach.

Le tympan[modifier | modifier le code]

Le tympan est la surface verticale d'un fronton remplissant le carré délimité par les corniches, ou la partie verticale d'un portail, comprise entre le linteau et un arc plein-cintre ou une voûte d'ogive. Il est surmonté par des archivoltes.

Il est souvent utilisé pour présenter un bas-relief en façade des églises d’architecture gothique.

Proportions d’un édifice gothique[modifier | modifier le code]

Genèse de la croisée d’ogives.

Si l’arc en plein cintre donnait satisfaction pour la construction d’une nef simple munie d’une voûte dite en berceau, il convenait mal à la croisée du transept et de la nef. Il en résultait, aux diagonales de l’intersection, des arcs elliptiques aplatis beaucoup plus fragiles. L’effondrement de la coupole de l’église Hagia Sophia à Constantinople avait illustré ce problème.

La solution fut de réserver la robustesse des arcs en plein cintre aux diagonales de la croisée, ce que l’on appelle une croisée d’ogives. La projection orthogonale de cette croisée selon l’axe de chacune des nefs donne alors une demi-ellipse posée dans sa hauteur, très résistante en son sommet. Par chance, il existe une bonne approximation de cet arc pour cette époque où, sur le chantier, à défaut de bons moyens de calcul et de mesures précises il vaut mieux recourir à des tracés simples à exécuter : il s’agit d'un arc brisé composé de deux arcs de cercle centrés respectivement au premier et au troisième quart de la distance à franchir.

Cette approximation est souvent observable à une légère déformation de la voûte de la croisée à l'endroit où elle se raccorde aux nefs.

Décoration[modifier | modifier le code]

Il y a de grandes portes, les édifices sont à la fois hauts et fins, il y a des flèches souvent pointues et ciselées, des vitraux nombreux et colorés, représentant des scènes très complètes des évangiles, il y a des rosaces sur la façade des cathédrales, des statues sur des colonnes contre les murs à l'extérieur. Il y a aussi des sculptures, des gargouilles et des anges.

Les vitraux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vitrail.

Le style roman permettait des ouvertures limitées et des jeux de contraste entre ombre et lumière.

Au nord, ce parti pris structurel rendait probablement les bâtiments très sombres. Des ouvertures plus grandes ont dû être envisagées pour laisser pénétrer la lumière. Mais l'arc en plein cintre ne permet pas de percer des ouvertures suffisamment grandes pour la luminosité tant recherchée par l'art gothique, sans risquer d'affaiblir les murs. Les forces latérales appliquées aux murs sont très importantes et on ne peut envisager d’élever la voûte sans renforcer les murs pour contrebuter la poussée résultante. Il faut néanmoins nuancer cette vision de l'église romane relativement sombre, opposée à l'église gothique baignée de lumière[64].

L’arc brisé et la croisée d'ogives permettent d'équilibrer les forces sur des piles. Les murs n’ont donc plus à supporter le poids de la structure et peuvent alors être ouverts vers l'extérieur. La lumière devient donc suffisamment abondante pour que les peintre-verriers puissent jouer à la colorer par des vitraux. Ces derniers ne laissent rien voir de l’extérieur, mais laissent entrer la lumière. Cependant, l'expression « cathédrale de lumière » est à nuancer : les vitraux qui filtrent la lumière naturelle ont tendance à assombrir les églises et cathédrales d'autant plus que la fumée des bougies et des encens encrassent les murs et vitraux qui se colmatent et s'opacifient au cours des siècles (vitraux lixiviables)[65] ; le clergé du XVIIe siècle et surtout du XVIIIe siècle qui recherche plus de clarté privilégie ainsi les vitreries claires aux bordures décoratives et les vitraux en grisaille qui rendent les églises moins sombres[66]. Les vitraux sont censés être édifiants pour les fidèles et représentent bien souvent des scènes bibliques, la vie des saints ou parfois même la vie quotidienne au Moyen Âge, constituant une véritable « Bible des pauvres ». Ils sont considérés comme de véritables supports imagés, à la façon d'une bande dessinée, pour le catéchisme des fidèles supposés n'avoir alors qu'à lever les yeux. En réalité, cette conception utilitariste de l'art médiéval est fausse, les vitraux existant comme œuvres d'art par elles-mêmes, car certaines verrières étaient trop hautes[67] pour être lisibles, leurs scènes bien souvent trop petites et souvent situées à hauteur d'œil n'étaient pas interprétables (à l'exception des grands classiques qu'étaient la Nativité, l'Assomption, etc.) par les fidèles (le catéchisme originel ne s'adressant pas aux fidèles, mais aux prêtres)[68].

Mais au-delà de la représentation iconographique, c'est aussi pour toute la symbolique de la lumière que l'on avait recours aux vitraux durant le Moyen Âge, et plus particulièrement pendant la période dite gothique. Selon Vitellion, intellectuel du XIIIe siècle, on distingue deux sortes de lumières : la lumière divine (Dieu) et la lumière physique (la manifestation de Dieu). Les vitraux étaient alors chargés de transformer la lumière physique en lumière divine, autrement dit de faire entrer la présence divine dans la cathédrale.

Toujours dans la mentalité médiévale, on associait le sombre ou l'absence de lumière au Malin[réf. nécessaire]. Ainsi, quand un fidèle entrait dans la cathédrale, il se sentait protégé du mal par Dieu et cela grâce à la luminosité des vitraux. On retrouve une explication du lien entre Dieu et la lumière dans la Bible, dès le livre de la Genèse (1, 4-5): « Dieu vit que la lumière était bonne et Dieu sépara la lumière des ténèbres... » Cette métaphore se trouve en de nombreux versets, par exemple en l'évangile selon saint Jean 3, 19 : « La lumière est venue dans le monde et les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. »

Le contexte historique dans lequel cette théologie de la Lumière s'est mise en place est décrite dans l'œuvre de l'historien Georges Duby (plus particulièrement dans son livre Le Temps des cathédrales - Gallimard - 1976 - pages 121 à 162).

« Je suis la lumière du monde ; celui qui Me suit ne marche point dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. »

— Évangile selon Jean, VIII, 12

En outre, la lumière provenant des vitraux a pour but de délimiter un microcosme céleste au cœur de l'église.

Le fer[modifier | modifier le code]

Reconstitution du marteau hydraulique de l'abbaye de Fontenay.

L'utilisation du marteau hydraulique, développé par les moines cisterciens de l'abbaye de Fontenay en 1220, permet de fabriquer des barres de plus de 3 cm d'épaisseur (ce que ne pouvait pas faire les forges à bras) et augmente fortement la productivité, ce qui favorise la production de dizaines de tonnes de fer[69] nécessaires à la construction d'une cathédrale (tirants, chaînages, barlotières des vitraux)[70].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La cathédrale de Durham, l'abbatiale de Lessay sont entièrement voûtées d'ogives, mais conservent l'esthétique du roman anglo-normand.
  2. « Puis, il faut bien le dire tout de suite, l'ogive ou plutôt l'arc en tiers-point que l'on s'imagine encore être le signe distinctif d'une ère en architecture, ne l'est pas en réalité, comme l'ont très nettement expliqué Quicherat et, après lui, Lecoy de la Marche. L'École des Chartes a, sur ce point, culbuté les rengaines des architectes et démoli les lieux communs des bonzes. Du reste, les preuves de l'ogive employée en même temps que le plein-cintre, d'une façon systématique, dans la construction d'un grand nombre d'églises romanes, abondent : à la cathédrale d'Avignon, de Fréjus, à Notre-Dame d'Arles, à Saint-Front de Périgueux, à Saint-Martin d'Ainay à Lyon, à Saint-Martin-des-Champs à Paris, à Saint-Étienne de Beauvais, à la cathédrale du Mans et en Bourgogne, à Vézelay, à Beaune, à Saint-Philibert de Dijon, à la Charité-sur-Loire, à Saint-Ladre d'Autun, dans la plupart des basiliques issues de l'école monastique de Cluny » Huysmans, Joris-Karl, La cathédrale

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ce rapport est aussi daté de 1510 et attribué à Bramante ou Baldassarre Peruzzi (source : Roland Recht, Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, volume 146, no 3, 2002, p. 1033)
  2. (en) Fiske Kimball, George Harold Edgell, History of Architecture, Research & Education Association, (ISBN 978-0-8789-1383-1), p. 215
  3. Nicolas Reveyron, « Les bâtisseurs de cathédrales. Les secrets de fabrication d'un chef-d'oeuvre », L'Histoire, no 249,‎ , p. 50.
  4. Jean-Paul Deremble, « L'espace ecclésial comme réception de la lumière chrétienne », Arts sacrés, no 16,‎ , p. 34-41.
  5. Maylis Baylé, L'architecture normande au Moyen Âge, C. Corlet, , p. 399.
  6. Roland Bechmann, Les Racines des cathédrales, Payot, , 330 p..
  7. (en) Arnaud Timbert, « La quête de la transparence », Arts Sacrés, no 24,‎ juillet-août 2013, p. 10-15.
  8. Thiebaut Jacques, Les Cathédrales gothiques en Picardie, CRDP d'Amiens, 1987 (ISBN 978-2-86615-001-3) p. 3.
  9. a, b et c Christine Le Goff, Gary Glassman, documentaire Les Cathédrales dévoilées, 2011, synthèse des dernières découvertes archéologiques et historiographiques sur le gothique en France.
  10. a et b Robert DUCHER (photogr. Pierre Devinoy), Caractéristiques des styles, Paris, FLAMMARION Editeur, , 410 p. (ISBN 9782080113597), p80.
  11. a et b Léon Palustre (dir.), L'architecture de la Renaissance, Paris, 7 rue Saint-Benoît, ancienne maison Quentin, Libraires-Imprimerie réunies, (ISBN 9781508701187).
  12. Peter Kurmann, La Façade de la cathédrale de Reims, 2 volumes, Payot (ISBN 2-6010-0630-7), CNRS, 1987 (ISBN 2-2220-4013-2).
  13. Frédéric Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie: évolution des techniques et des structures de charpenterie du XIIe au XIIIe siècles, Publications du CRAHM, , p. 161.
  14. Sauerländer Willibald, Le Siècle des cathédrales - 1140-1260, Paris Gallimard, 1989 (ISBN 978-2-07-011172-5).
  15. Erlande-Brandenburg 1982, p. 214.
  16. Jacques Le Goff, Héros du Moyen Âge, Le roi, le saint, au Moyen Âge, Gallimard Quarto, , 1320 p..
  17. Henry Kraus, À prix d'or : Le financement des cathédrales, Cerf, , 368 p..
  18. Alain Erlande-Brandenburg et Anne-Bénédicte Mérel-Brandenburg : Histoire de l'architecture française du Moyen Âge à la Renaissance, éditions Mengès/éditions du patrimoine, 1995 (ISBN 978-2-85620-367-5).
  19. a et b de la partie gothique
  20. Le Roy Ladurie (Emmanuel), Histoire de France des régions, Seuil, 2001, p. 284.
  21. Branner Robert, St. Louis and the Court style in Gothic architecture, Londres, A. Zwemmer, 1965 (ISBN 0-302-02753-X)
  22. Il existe des schémas de standardisation dans un document datant du XIIIe siècle, Le Carnet de Villard de Honnecourt.
  23. Dieter Kimpel, « Le développement de la taille en série dans l'architecture médiévale et son rôle dans l'histoire économique », Bulletin monumental, no 125,‎ , p. 195-222.
  24. (en) Richard Pestell, « The design sources for the cathedrals of Chartres and Soissons », Art History, t. 4,‎ , p. 1-13.
  25. Jean-Marie Guillouët, Memento Gisserot d'architecture gothique, Éditions Jean-Paul Gisserot, , p. 21.
  26. Arnaud Timbert, Chartres: Construire et restaurer la cathédrale (XIe - XXIe s.), Presses Universitaires du Septentrion, , p. 41.
  27. Alain Erlande-Brandenburg, L'art gothique, Citadelles & Mazenod, , p. 511.
  28. Arnaud Timbert, Chartres: Construire et restaurer la cathédrale (XIe - XXIe s.), Presses Universitaires du Septentrion, , p. 40.
  29. Roland Recht, Le croire et le visible, Gallimard, 1999, p. 205 et suivantes.
  30. a et b Roland Recht, Le croire et le visible, Gallimard, 1999, p. 205 et suivantes.
  31. Ainsi, Villard de Honnecourt a travaillé sur la cathédrale de Košice [réf. nécessaire].
  32. a, b et c Alain Erlande-Brandenburg, Architecture romane, Architecture gothique, Jean-Paul Gisserot, 2002 (ISBN 978-2-87747-682-9)
  33. a, b et c Jean-Pierre Caillet et Fabienne Joubert, L'Art du Moyen-Âge, Imprimerie Pollina, Luçon, Gallimard, , 589 p. (ISBN 9782070742028), p. Vers un art international?, P208
  34. a, b et c Jean-Pierre Willesme, La grammaire des styles : L'Art Gothique, Bel, Flammarion, coll. « La grammaire des styles », , 63 p. (ISBN 9782080103475)
  35. a, b, c et d ERLANDE-BRANDENBURG,, « GOTHIQUE ART », Encyclopædia Universalis [en ligne],‎ (lire en ligne)
  36. Marianne Barrucand (dir.), Catherine Jolivet-Lévy et Fabienne Joubert, L'Art du Moyen Âge, 5 Rue Sébastien Bottin, 75007 Paris, Gallimard, coll. « Manuels d'histoire de l'art », , 592 pages p., 165 x 230 mm (ISBN 9782070742028)
  37. Du nom de la huitième exposition tenue sous les auspices du Conseil de l'Europe au Kunsthistorisches Museum de Vienne du 7 mai 1962 au 31 juillet 1962. Lire en ligne. Page consultée le 4 juillet 2012.
  38. (en) Définition du « style gothique international » sur le site de la Web Gallery of Art. Lire en ligne. Page consultée le 4 juillet 2012.
  39. (en) Luke Syson et Dillian Gordon, Pisanello : Painter to the Renaissance Court, Londres, National Gallery Company, 2001, p. 58. (ISBN 978-1857099324).
  40. (en) Ingo F. Walther, Robert Suckale, Manfred Wundram, Masterpieces of Western Art: A History of Art in 900 Individual Studies from the Gothic to the Present Day, Taschen, 2002, p. 22. Lire en ligne. (ISBN 3-8228-1825-9).
  41. a, b et c Guyotjeannin Olivier et Plagnieux Philippe, « Documents comptables et histoire de la construction, Guy de Dammartin et la cheminée de la grande salle de Poitiers. », Bulletin Monumental, vol. tome 164, no n°4,‎ année 2006, pp. 377-382 (DOI 10.3406/bulmo.2006.1385, [www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_2006_num_164_4_1385 lire en ligne])
  42. Recht, Roland, « L'élimination du chapiteau à l'époque gothique : vers un "6e ordre" d'architecture ? », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. Volume 146, no Numéro 3,‎ , pp. 1019-1039 (DOI 10.3406/crai.2002.22497, [www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2002_num_146_3_22497 lire en ligne])
  43. Le Roux de Lincy et L.M. Tisserand, Le Paris de Charles V et de Charles VI vu par des écrivains contemporains., Caen, Paradigme,
  44. « HÔTEL DE VILLE DE COMPIÈGNE », sur http://www.encyclopedie.picardie.fr,‎ (consulté le 15 mars 2017)
  45. Jean-Pierre Willesme, L'art gothique, in Grammaire des styles, Flammarion, Paris, 1982.
  46. a, b, c et d Hélène Rousteau, « La nef inachevée de la cathédrale de Narbonne: un exemple de construction en style gothique au XVIIIe siècle », Bulletin Monumental, vol. Volume 153, no Numéro 2,‎ , pp. 143-165 (DOI 10.3406/bulmo.1995.3576, lire en ligne)
  47. a et b Jean Nivet, Sainte-Croix d’Orléans, Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l'Orléanais, n° hors-série, 1984, p. 64, 72.
  48. Jean-Pierre Willesme, op. cité, p. 35
  49. Léon Palustre (dir.), L'architecture de la Renaissance, Paris, 7 rue Saint-Benoît, ancienne maison Quentin, Libraires-Imprimerie réunies, (ISBN 9781508701187)
  50. Léon Palustre (dir.), L'architecture de la Renaissance, Paris, 7 rue Saint-Benoît, ancienne maison Quentin, Libraires-Imprimerie réunies, (ISBN 9781508701187)
  51. (en) Harold Donaldson Eberlein, Abbot Mcclure, Edward Stratton Holloway, The Practical Book of Interior Decoration, philadelphie et Londres, J.B Lippincott Company, , 424 pages p. (ISBN 9781372345036)
  52. Le Gothique de la Renaissance, site de l'INHA : http://www.inha.fr/spip.php?article1480
  53. a et b Les cryptes de la Cathédrale de Nantes
  54. Jean Nivet, Les transepts de la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans et la devise de Louis XIV “Nec pluribus impar”, Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l'Orléanais, Nouvelle série, t. XIV, no 111, 1996, p. 17-34 (p. 33).
  55. Héliot Pierre, « L'héritage médiéval dans l'architecture de l'Anjou et de l'Aquitaine au XVIIe et XVIIIe siècles. », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, vol. Volume 67, no Numéro 30,‎ , pp. 143-159 (DOI 10.3406/anami.1955.6044, lire en ligne)
  56. « La cathédrale de Lisieux: sa place dans les débuts de l'art gothique » dans Annuaire des cinq départements de la Normandie, Congrès de Lisieux, 1968, p. 19-26.
  57. La cathédrale Sainte-Cécile, page 6
  58. Eugène Voltz, « L'église Sainte-Croix de Bouzonville », Les Cahiers lorrains, 2e et 3e trimestres 1984
  59. F.-X. Kraus, Kunst und Altertum im Elsass-Lothringen, Strasbourg, 1876
  60. Grassnick, Martin (éditeur), Die Architektur des Mittelalters, maison Springer Vieweg, 1982, (recherche Google:) pp. 74–77, b) Sondergotik… Norddeutsche Backsteingotik
  61. La Duchesse de Langeais, 1832, Édition Furne de 1845, vol.IX, p. 112
  62. Enlart, Camille, L'art gothique et la renaissance en Chypre : illustré de 34 planches et de 421 figures, Paris, E. Leroux, , 416 p. (lire en ligne)
  63. A Arquitectura Gótica em Portugal, Mario Tavares Chicó, éd. Livros Horizontes, p. 135-177 notamment.
  64. René Crozet, L'art roman, Quadrige/PUF, , p. 71
  65. Yves Miserey, « La fin annoncée des vitraux du Moyen Âge », sur Le Figaro,‎
  66. L'art du vitrail - Cécile Delarue, Écomusée du Pays de Brocéliande, 2011 [PDF] (voir archive)
  67. Les verrières basses, à portée de vue, racontent plutôt des moments de la vie du Christ et des Saints alors que les hautes présentent de grands personnages (la Vierge, les apôtres, etc.)
  68. Yves Combeau, L'Histoire de Notre-Dame de Paris : 850 ans... et toujours aussi belle !, Canal Académie, 23 décembre 2012
  69. Cathédrale de Rouen : 15 t. Cathédrale de Troyes : 25 t. Cathédrale du Mans : 19 t.
  70. Arnaud Timbert, L'homme et la matière: l'emploi du plomb et du fer dans l'architecture gothique, Éditions A&J Picard, , p. 79