Montbazon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montbazon
Photographie en couleurs de maisons dans une vallée au milieu d'arbres.
Photographie en couleurs d'un donjon surmonté d'une statue. Photographie en couleurs d'un château qu'un artiste au premier plan est en train de peindre.
De haut en bas et de gauche à droite :
vue du bourg depuis la forteresse ;
le donjon et le château d'Artigny.
Blason de Montbazon
Blason
Montbazon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Intercommunalité Communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre
Maire
Mandat
Sylvie Giner
2020-2026
Code postal 37250
Code commune 37154
Démographie
Gentilé Montbazonnais
Population
municipale
4 428 hab. (2018 en augmentation de 8,5 % par rapport à 2013)
Densité 681 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 18″ nord, 0° 42′ 52″ est
Altitude Min. 52 m
Max. 92 m
Superficie 6,50 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Tours
(banlieue)
Aire d'attraction Tours
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Monts
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montbazon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montbazon
Liens
Site web ville-montbazon.fr/

Montbazon est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Le premier événement majeur dans l'histoire de Montbazon est la construction, à l'initiative de Foulques Nerra, d'un site castral en haut d'un promontoire à la fin du Xe ou au début du XIe siècle. À ses pieds, l'espace se structure en un bourg pendant tout le Moyen Âge avec notamment, au XVe siècle, l'édification d'une enceinte. Vers 1550, la paroisse de Montbazon est créée et, à la fin du XVIe siècle, la seigneurie devient un duché pairie. La route royale d'Espagne de Paris aux Pyrénées traverse la ville au milieu du XVIIIe siècle et la présence de cet axe de communication, devenu N 10 s'avère déterminante au moment des Trente Glorieuses : Montbazon est d'un accès facile pour les personnes travaillant à Tours. La population municipale montbazonnaise augmente sans cesse depuis lors et, en 2018, elle atteint 4 428 habitants.

Le site castral fondé par Foulques Nerra et dont les propriétaires les plus connus sont Hercule de Rohan-Montbazon (XVIe siècle) ou William Perry Dudley (XXe siècle) constitue l'élément patrimonial le plus remarquable de la commune. S'y ajoutent plusieurs châteaux et manoirs comme le château d'Artigny, reconstruit par son propriétaire, le parfumeur François Coty des années 1910 à 1934.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Montbazon est situé sur le cours moyen de l'Indre. La ville se trouve à environ 12 km au sud de Tours, « à vol d'oiseau »[1]. Dans la partie centrale du canton de Monts, elle est rattachée à l'unité urbaine, au bassin de vie, à l'aire urbaine et à la zone d'emploi de Tours[I 1]. Seules trois communes sont limitrophes de Montbazon, Veigné l'entourant très largement du nord-ouest au sud-est.

Communes limitrophes de Monts
Veigné
Monts Monts
Sorigny

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs représentant les strates géologiques affleurantes d'un territoire.
Carte géologique simplifiée de Montbazon[2].
  • Bourg
  • Limites communales
  • c4-6B : craie blanche (Turonien)
  • c4-6S : argiles à silex (Sénonien)
  • e7-Re7 : calcaire lacustre de Touraine (Ludien)
  • eP : éboulis des plateaux (Tertiaire)
  • N : sables éoliens (Quaternaire)
  • Fx-y : alluvions de terrasses (Quaternaire)
  • Fz : alluvions récentes (Quaternaire)

La géologie de Montbazon repose sur une succession de strates sédimentaires crétacées caractéristiques du sud du Bassin Parisien. Un peu plus tard, au Ludien, c'est cette fois du calcaire lacustre (e7) qui se dépose et qui donne son unité géologique à cette partie de la Touraine, la Champeigne, en comblant une fosse géologique formée à l'est de Veigné (synclinal de Courçay)[3] ; ce calcaire lacustre, localement très dégradé (Re7), parfois meuliérisé, est présent sur une épaisseur atteignant 7 m[M 1]. Se rencontrent également, mais très localement, des sables éoliens (N) du Quaternaire. L'Indre a profondément entaillé toutes ces strates sédimentaires jusqu'aux assises crétacées, craie blanche (C4-6B) du Turonien ou argiles à silex (C4-6S) du Sénonien, ces deux dernières formations étant parfois démantelées en éboulis (eP) vers l'aval de l'Indre. Au nord du territoire, un profond méandre de cette rivière est caractérisé par la présence, dans sa boucle, d'alluvions anciennes de terrasses (Fx-y) déposées lors des glaciations quaternaires de Mindel, Riss et Würm[4] — des gravières furent un temps exploitées[3] —, alors que les alluvions plus récentes (Fz) occupent le lit majeur de la rivière[5].

La forme particulière du territoire montbazonnais, comme encastré dans celui de Veigné, est dû à la création de la paroisse qui, vers 1550, s'est faite aux dépens de celle de Veigné[6]. Montbazon est une commune de petite taille, près de deux fois et demie plus exiguë que la moyenne des communes françaises[7].

Le plateau qui culmine à 92 m au sud-est du territoire, descend vers l'Indre, en pente douce à l'est, de manière plus abrupte à l'ouest. La vallée de l'Indre, pour sa part, se développe entre 55 m en amont et 52 m en aval. L'éperon qui supporte le site castral domine la vallée de l'Indre d'une trentaine de mètres[6].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte représentant les différents cours d'eau d'un territoire.
Réseau hydrographique de Montbazon.

La commune est traversée d'est en ouest par l'Indre (6,038 km). Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 14,28 km, comprend un autre cours d'eau notable, le Bourdin (0,274 km), et quatre petits cours d'eau pour certains temporaires[8],[9].

L'Indre, d'une longueur totale de 279,4 km, prend sa source à une altitude de 453 m sur le territoire de Saint-Priest-la-Marche dans le département du Cher et se jette dans la Loire à Avoine, après avoir traversé 58 communes[10]. Les crues de l'Indre sont le plus souvent de type inondation de plaine[Note 1]. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon de l'Indre tourangelle[12], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Monts. Le débit mensuel moyen (calculé sur 14 ans pour cette station) varie de 4,51 m3/s au mois de septembre à 34 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 236 m3/s le , la hauteur maximale relevée a été de 5,56 m ce même jour[13],[14]. Ce cours d'eau est classé dans les listes 1[Note 2] et 2[Note 3] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Au titre de la liste 1, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux. Au titre de la liste 2, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant[15],[16]. Sur le plan piscicole, l'Indre est classée en deuxième catégorie piscicole. Le groupe biologique dominant est constitué essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[17].

photographie en couleurs d'un cours d'eau vu depuis un pont.
L'Indre à Montbazon (juillet 2016).

Le Bourdin, d'une longueur totale de 14,8 km, prend sa source dans la commune de Louans et se jette dans l'Indre à Veigné, après avoir traversé 5 communes[18]. Sur le plan piscicole, le Bourdin est également classé en deuxième catégorie piscicole[17].

En 2019, la commune est membre de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre qui est elle-même adhérente au syndicat d'aménagement de la vallée de l'Indre. Créé par arrêté préfectoral du à la suite des crues historiques de et , ce syndicat a pour vocation d'une part l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau par des actions de restauration de zones humides et des cours d'eau, et d'autre part de participer à la lutte contre les inondations par des opérations de sensibilisation de la population ou de restauration et d'entretien sur le lit mineur, et sur les fossés situés dans le lit majeur de l'Indre appelés localement « boires », et de l'ensemble des cours d'eau du bassin versant de l'Indre[19].

Deux zones humides[Note 4] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « la vallée de l'Indre : de la RN10 à l' A10 » et « la vallée de l'Indre : des Prés Germains à la Vennetière »[20],[21].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme l'ensemble des communes d'Indre-et-Loire, Montbazon bénéficie d'un climat tempéré océanique dit dégradé[22], caractérisé par des températures clémentes, même en hiver. Aucun mois n'est véritablement sec, les précipitations mensuelles moyennes étant toujours supérieures à 40 mm[23].

Les données météorologiques recueillies sur plusieurs années à Joué-lès-Tours, commune proche de Montbazon, montrent une pluviométrie moyenne annuelle de l'ordre de 665 mm (entre 49 et 65 mm par mois) pour 165 jours de précipitations. La durée moyenne annuelle d'ensoleillement s'établit à 1 821 heures (de 54 en décembre à 244 en juillet). La moyenne des températures minimales mensuelles n'est jamais négative et seuls 49 jours de gel par an sont enregistrés. La moyenne des températures maximales mensuelles reste modérée avec 24,7 °C en juillet. Les vents dominants soufflent du sud-ouest ou du nord-est[24].

Paysages naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'une vaste pelouse naturelle avec des bosquets d'arbres.
Site naturel inscrit.

Bois et forêts représentent près de 30 % de la surface communale, soit un pourcentage sensiblement égal à celui des prairies et des terres agricoles, alors que les zones urbanisées et industrielles occupent presque 40 % de la superficie de la commune[8]. Les prairies sont principalement cantonnées dans la vallée inondable de l'Indre, les espaces boisés se rencontrant également au bord de l'Indre, mais aussi sur les franges méridionales du territoire[6].

L'« Indre et ses abords au pont de Montbazon », caractérisés par une pelouse munie de quelques aménagements en aval du pont et bénéficiant de rives plantées d'arbres de part et d'autre de l'ouvrage, constituent un site naturel inscrit depuis 1943 sur près de 10 ha[25] ; les roselières du bord de l'Indre constituent un important abri faunistique. Les coteaux calcaires de la rive gauche de l'Indre abritent une flore particulière où se retrouvent plusieurs espèces d'Orchidées sauvages et des plantes rares dans la région comme la Digitale jaune ou l'Élatine fausse alsine[26].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montbazon est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[27],[28],[29]. Elle appartient à l'unité urbaine de Tours, une agglomération intra-départementale regroupant 38 communes[30] et 358 316 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[31],[32].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Tours dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[33],[34].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (45,3 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (36,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (38,3 %), forêts (27,4 %), prairies (17,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (7 %), zones agricoles hétérogènes (5,3 %), terres arables (4,1 %)[35].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[36].

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Montbazon et l'ensemble de l'Indre-et-Loire en 2017[I 2],[I 3].

Le logement à Montbazon en 2017.
Montbazon Indre-et-Loire
Parc immobilier total (en nombre d'habitations) 2 012 321 881
Part des résidences principales (en %) 90,3 86,8
Part des logements vacants (en %) 7,7 8,6
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 72,3 59,1

Depuis 1968 le nombre de résidences secondaires et de logements occasionnels a diminué presque de moitié, alors que dans le même temps le nombre total de logements est multiplié par trois. Les logements construits avant 1946 ne représentent que 14 % du parc total des résidences principales. Le rythme des constructions neuves s'accélère ensuite puisque le parc immobilier est multiplié par 7,8 depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Entre 1971 et 1990 notamment, 30 logements sont construits par an. Les logements sont de grande taille : plus des trois quarts d'entre eux comptent quatre pièces ou plus et près de la moitié des ménages occupent leur logement depuis plus de 10 ans[I 2].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Carte représentant par un jeu de couleurs les zones d'un territoire selon les dates d'urbanisation.
Évolution de l'urbanisation à Montbazon.
Photographie en couleurs d'un immeuble inachevé au milieu d'un terrain vague.
Immeuble en cours de construction.

Le promontoire et sa forteresse d'une part, l'Indre et ses bras multiples d'autre part sont les éléments structurants du bourg médiéval. Les premières maisons se construisent au pied de la forteresse, sur la rive gauche de d'Indre, selon une disposition rayonnante par rapport à la pointe du promontoire ainsi que sur une île enserrée entre deux bras de l'Indre. Au XVIIIe siècle, la nouvelle route d'Espagne récemment percée entraîne dans un premier temps la destruction d'anciennes maisons situées sur son tracé et l'alignement des façades préservées, avant que de nouvelles constructions ne soient édifiées, selon le principe du village-rue[M 2].

À partir des années 1960, la forte croissance démographique liée au développement économique de Tours, très proche, entraîne l'édification de nombreux pavillons individuels ou dans des résidences, mais aussi des immeubles collectifs à l'ouest de la commune sur la rive gauche de l'Indre ; c'est ainsi que le plateau de la Baffauderie, planté en vignes au XIXe siècle[VD 1], est loti en plusieurs phases. L'extension de l'habitat concerne également le nord et l'est de la commune, sur la rive droite, où les zones urbanisées rejoignent celles de Veigné, créées à la même époque. Quelques îlots boisés subsistent toutefois au sein de la trame urbaine[26].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

photographie en couleurs d'un cours d'eau dont le niveau attend la base d'une passerelle et qui noie les rives.
Crue de l'Indre à Montbazon (février 2021).
Photographie d'un bloc de maçonnerie encastré entre deux maisons dans une ruelle.
Éboulement du massif de la forteresse (2019).

La commune de Montbazon est exposée au risque de crues de l'Indre, généralement provoquées par de fortes pluies sur son bassin versant. Son territoire est inclus dans la zone couverte par le plan de prévention du risque inondation de la vallée de l'Indre[37]. D'importantes inondations de l'Indre sont mentionnées à Montbazon en 1691, 1770 (la plus importante de toutes), 1910, 1919, 1977, 1979, 1982 (submersion de la place de la mairie) et 1983[38],[S 1].

Le risque de mouvements de terrain et d'éboulement est estimé fort à Montbazon, d'après une étude du BRGM en 1991[39]. Le promontoire supportant la forteresse est fragile, composé de tuffeau creusé de très nombreuses cavités naturelles ou artificielles. Le , le bord septentrional du massif supportant la forteresse s'éboule partiellement, avec une partie de l'enceinte castrale, sur des habitations situées en contrebas[40].

Le risque lié à la succession retrait/gonflement des argiles est important sur le plateau au sud du territoire, faible dans la vallée, en lien avec la nature géologique des strates affleurantes[41].

La commune de Montbazon est soumise à un risque sismique faible (niveau 2 sur une échelle de 1 à 5)[42]. Les chroniques ne semblent pas indiquer de séismes fortement ressentis à Montbazon au cours des siècles passés, au contraire des communes proches[43].

Développement urbain et projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

En raison de sa situation dans le seconde couronne de Tours, bien desservie par la route, Montbazon a vu le nombre de ses habitants plus que doubler en moins de quarante ans, grâce à la création de zones pavillonnaires et de deux résidences seniors ; la hausse du prix du foncier est importante. Les communes voisines sont dans la même dynamique démographique. Montbazon envisage d'augmenter sa population jusqu'à 5 000 habitants sans dépasser ce plafond[44].

À partir de 2021, une réflexion est engagée au niveau communal pour réviser à nouveau le plan local d'urbanisme dans l'optique de « redéfinir de façon harmonieuse et modérée [l']urbanisation ». Il importe également de tenir compte des dispositions du SCOT et de l'évolution de la réglementation (lois Grenelle I, Grenelle II et ALUR). Enfin, il convient de maîtriser la construction dans les dents creuses pour éviter l'engorgement des voies de circulation les desservant[45].

La commune envisage en outre de mettre en place une aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine ; l'adhésion à l'association Petites Cités de caractère de France est envisagée[SC 1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Infrastructure autoroutière et routière[modifier | modifier le code]

Photographie d'une pont sur lequel circulent de nombreuses voitures.
Pont Saint-Jean-Baptiste (juillet 2016)

La ville est, dans les années 1950 à 1970, connue pour ses embouteillages et ses bouchons interminables, la nationale 10 (déclassée en D 910) qui relie Paris au sud-ouest de la France traversant le centre-ville : un goulet d'étranglement se forme entre le pont sur l'Indre au nord et la côte du donjon au sud. Malgré l'ouverture en 1977 de la section Chambray-lès-Tours − Poitiers de l'autoroute A10 qui absorbe une partie du trafic, la traversée demeure parfois difficile[46].

L'autoroute A10 ne traverse pas le territoire communal mais emprunte, au sud-ouest, la limite entre Montbazon et Monts. Pour accéder à cette autoroute, les Montbazonnais doivent prendre la D 910 vers le nord puis la D 37 vers l'ouest jusqu'à la sortie no 24 (Chambray-sud), ou bien la D 910 vers le sud jusqu'à la sortie no 24 (Sorigny), soit dans les deux cas un trajet d'environ dix minutes.

Dans le centre-ville de Montbazon, la D 910 croise la D 17 qui suit la vallée de l'Indre.

Réseaux de transports collectifs[modifier | modifier le code]

Montbazon est desservie par la ligne H (Tours — Sainte-Maure-de-Touraine) du réseau Rémi[47] ainsi que par la ligne TER Tours — Loches, dont certaines rotations, par train ou par autocar, font halte à la gare de Montbazon[48].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait d'une carte ancienne en couleurs avec délimitation d'un territoire communal.
Montbazon (limites communales en jaune) sur la carte de Cassini.

Onomastique partielle du toponyme Montbazon[49] :


Les mentions anciennes de la localité sont : XIe siècle. Mons Basonis, 1206 Montis Bazonis, XIIIe siècle. Oppidum Montebazonium, 1277 Mont Bazon, 1344 Montbazon[51]. Le terme Mons Basonis désigne le « Mont de Bason », « mont » se rapportant à un édifice fortifié sur une hauteur et « Bason » étant l'anthroponyme, d'origine germanique, d'un personnage non identifié, également à l'origine du toponyme Bazonneau[49].

Le lieu-dit « la Pommeraie » désigne certainement un endroit anciennement planté de pommiers[52]. « La Bretonnière » fait peut-être référence à un peuplement breton (lire britannique), lorsque ce peuple fut chassé par les Anglo-Saxons à partir du Ve siècle[53].

Histoire[modifier | modifier le code]

De la Préhistoire à l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'une pierre taillée.
Biface acheuléen (Somme).

Les terrasses alluvionnaires de la vallée de l'Indre ont livré des outils paléolithiques de l'Acheuléen et du Moustérien, bifaces, racloirs et nucléus[54]. Des silex et des tessons de poterie, sur un autre site proche de l'Indre, témoignent de l'occupation humaine au Néolithique[26],[4]. En 1988, la prospection aérienne révèle, dans une roselière du bord de l'Indre, des traces interprétées par Jacques Dubois comme celles d'un « bâtiment avec cour » mais qu'il ne date pas[55].

Un chemin probablement antique, traverse l'Indre au moyen d'un ou plusieurs gué, un peu en aval du pont moderne. Passant non loin du cimetière de Montbazon, il escalade ensuite le plateau pour passer au sud du château d'Artigny et se diriger vers Artannes, étant brièvement souligné par la limite communale entre Montbazon au nord et Sorigny au sud[56].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Une charte rédigée entre 996 et 1006 indique que les moines de Cormery se plaignent auprès du roi que Foulques Nerra, comte d'Anjou, construit un castellum sur leur terre de Montbazon[57]. Ce premier donjon domine un point stratégique de l'Indre qui témoigne des luttes opposant le Faucon Noir aux comtes de Blois : la construction d'une ceinture de forteresses doit alors permettre à Foulques Nerra de s'assurer le contrôle de toute la Touraine[58].

Pont médiéval.

Dès 997, le donjon passe aux mains des adversaires de Foulques en la personne d'Eudes II de Blois-Champagne : la Touraine est alors disputée entre les Blois et les Anjou, ces derniers cherchant à étendre leur territoire vers l'ouest aux dépens des premiers. Foulques réussit à le reprendre quelques années avant sa mort survenue en 1040[M 3].

C'est en 1123 qu'apparaît dans les textes la première mention d'une église à Montbazon, distincte de la chapelle du château : un jugement opposant moines et forestiers y est rendu[57]. En 1175, Henri II Plantagenêt, héritier des anciens comtes d'Anjou, lance d'importants travaux d'agrandissement du site castral avec la construction de la tour ronde de l'entrée ainsi que des murailles. Ces constructions sont réalisées avec la pierre brute extraite directement du plateau calcaire supportant le donjon. Cela permet en même temps de créer un fossé défensif. La forteresse est reprise au début du XIIIe siècle par le roi de France Philippe Auguste qui, en 1206, en fait don à Philibert Savary, déjà propriétaire du château de Villandry. Sous saint Louis, des maisons commencent à se construire au pied de l'éperon, de part et d'autre d'un bras de l'Indre et forment un petit bourg. L'une des voies traverse l'Indre et sa vallée[M 4]. Une partie de la population réside dans les faubourgs mais dépend de la paroisse de Veigné ; une chapelle, rue des Moulins, accueille ces habitants lors des offices, l'église de Montbazon proprement dite étant réservée aux habitants du bourg. Les marchés, toutefois, se déroulent dans le faubourg de la Butte-Rabault, sur l'emplacement de la moderne place des Marronniers, et accueillent tous les habitants, sans distinction de lieu de résidence[M 5]. Ces marchés deviennent progressivement, avec ceux de Château-Renault, les plus importants de la Touraine[59].

Au début de , le Prince Noir et une partie de ses troupes cantonnent à Montbazon mais, apprenant la prochaine arrivée de Jean le Bon venant d'Amboise, les Anglais évacuent la ville et se replient vers Châtellerault[M 6]. Aucune chronique de l'époque ne laisse à penser que Montbazon ait eu à souffrir de dommages particuliers liés à la Guerre de Cent Ans[M 7].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Construction de l'enceinte urbaine et création du duché-pairie[modifier | modifier le code]

caret représentant le tracé de l'enceinte médiévale d'une ville reporté sur le plan moderne.
Tracé de l'enceinte du XVe siècle.
Photographie en couleurs d'une portion de muraille percée d'une porte.
La porte des Moulins, vue depuis l'intérieur de la citadelle.

En 1425, un nouveau château de style Renaissance est construit en face du vieux donjon mais, dès le XVIe siècle, il n'est plus régulièrement habité car les seigneurs de Montbazon lui préfèrent d'autres demeures ; son entretien n'est plus, dès lors, suffisant[60]. Dans les années 1470, peut-être à l'instigation de Louis XI, la ville de Montbazon est fortifiée. L'enceinte protège d'une part la ville, sur la rive gauche de l'Indre où elle se rattache aux murailles du château et d'autre part le faubourg de l'Aumône, entre deux bras de l'Indre. La porte des Moulins, sous laquelle passe la rue du même nom au sud-est de l'enceinte, en est l'ultime vestige[VD 2].

Vers 1550, un ordre de l'officialité de Tours crée la paroisse de Montbazon. Pour lui assurer des revenus, onze fermes, représentant une surface de 641 ha, sont soustraites du territoire de Veigné pour constituer la dîme de la nouvelle paroisse[M 8]. La seigneurie de Montbazon devient un comté en 1547 par décision d'Henri II. En , le comté est érigé en duché pairie pour Louis VII de Rohan prince de Guéméné au XVIe siècle par Henri III. Comme Louis VII de Rohan meurt sans postérité dès 1589, Henri IV, par lettres de , renouvelle ce statut en faveur d'Hercule de Rohan-Guéméné, frère et beau-frère de Louis VII. En 1699, ce duché est le plus riche et étendu du royaume, après celui d'Orléans : il couvre 1 800 km2 sur 41 paroisses et s'étend de Joué-lès-Tours au nord à Abilly au sud[61].

Percée de la route d'Espagne et aléas climatiques[modifier | modifier le code]

Carte représentant le tracé d'un ancien pont restitué sur le cadastre moderne.
OpenStreetMap Tracé de l'ancien pont de Montbazon.
Photographie en couleurs d'une règle fixée verticalement sur un mur et indiquant des hauteurs d'eau;
Repère de crue.

Au milieu du XVIIIe siècle, d'importants travaux d'aménagement modifient considérablement la physionomie de Montbazon. La route royale d'Espagne de Paris aux Pyrénées est percée dans la ville, à l'ouest et au pied de la citadelle médiévale[62]. La porte occidentale de la ville, qui se trouve sur son tracé, est détruite et les remparts urbains démantelés pour servir de remblais, comme bien des édifices de la forteresse[M 9]. Les façades des maisons donnant sur la nouvelle rue, datant pour la plupart des XVe et XVIe siècles, sont rhabillées[VD 3]. Le cours de l'Indre est partiellement détourné, un bras passant au niveau de l'actuelle place André-Delaunay (place de la mairie) étant asséché et comblé. Un nouveau pont en pierre (pont Saint-Jean-Baptiste) est construit sur l'Indre, entre 1754 et 1758 sous la direction de Mathieu Bayeux[VD 4]. Il remplace l'ancien pont médiéval qui se trouvait en amont, dont la culée sud était construite à l'extrémité de la rue Emmanuel-Brault, et qui traversait l'Indre et les prés bas par une succession d'arches et de digues[63]. Ces aménagements demandent d'important remblais ; une grande partie des enceintes de la ville et de la forteresse, devenues inutiles, ainsi que le château-neuf et sa chapelle, sans entretien depuis longtemps et délabrés, sont abattus[60].

En , des pluies importantes sur les bassins versants de l'Indre et de son affluent l'Indrois provoquent la plus importante crue de la rivière enregistrée jusqu'au XXIe siècle. Si elle ne fait pas de victimes à Montbazon, les habitants ayant pu quitter leurs domiciles inondés pour se réfugier sur les hauteurs, les dégâts matériels sont très importants. La gravité de la crue est renforcée, au dire des chroniqueurs de l'époque, par la présence du pont et de levée de la route d'Espagne, nouvellement construits, qui font obstacle à l'écoulement des eaux[64].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Période révolutionnaire[modifier | modifier le code]

Dessin en noir et blanc d'un donjon ruiné muni à son sommet de bras articulés.
Château de Montbazon avec le télégraphe Chappe.

Le cahier de doléances présenté par le tiers-état de Montbazon à l'occasion des états généraux de 1789 comprend nombre de souhaits fréquemment rencontrés : simplification du système d'imposition au profit d'une seule taxe proportionnelle aux richesses, biens et revenus du clergé régulier redistribués aux membres du clergé séculier. D'autres dispositions sont cependant notées, comme une amélioration des conditions de vie et de la solde des soldats, mais aussi des préoccupations plus locales, au premier plan desquelles des travaux sur l'Indre pour prémunir la ville des crues et rendre la rivière navigable[65].

Le vicaire Nicolas Ragneau, connu pour ses idées progressistes voire pro-révolutionnaires, devient le premier maire de Montbazon en et au mois de mai suivant une milice communale, dont les pouvoirs sont strictement encadrés, est mise en place[66]. La forteresse souffre dans cette période ; par manque d'entretien, la partie supérieure du donjon et l'avant-corps s'effondrent[M 10] et les créneaux des parties sauvegardées sont arasés : ils sont considérés comme des « symboles de despotisme ». En 1794, la fabrication de poudre au Ripault, à Monts, requiert d'importantes quantités de salpêtre ; c'est pour le récupérer que deux des portes de ville subsistantes sont détruites[M 11]. En , les biens des émigrés, dont la famille de Rohan, sont confisqués et vendus aux enchères ; le donjon est acheté par un vitrier de la commune pour la somme de 1 000 F[M 12].

Premier et Second Empires[modifier | modifier le code]

Photographie d'un petit bâtiment en bordure d'une voie ferrée.
Gare de Montbazon.

Le donjon de Montbazon sert d'entrepôt au début du XIXe siècle et son sommet accueille, entre 1823 et 1852, un télégraphe Chappe, relais entre Chambray-lès-Tours et Sorigny sur la ligne de Paris à Bayonne[67]. En 1860, le site est acheté par un mécène et restauré de manière à pouvoir y installer en 1866 une statue de la Vierge haute de 9,5 mètres, subventionnée par l'impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III[68].

La guerre de 1870 touche Montbazon. Vers le , un régiment d'artillerie prussien s’installe sur la commune. Le 21 du même mois, le préfet allemand administrant l'Indre-et-Loire demande à la commune de subvenir aux dépenses de la troupe à hauteur de 24 402 F ; la somme est finalement portée à 34 472 F, ce qui contraint le maire de Montbazon, le , à recourir à un emprunt remboursable en 18 ans pour pouvoir payer le solde de cette contribution[69].

À l'occasion de la mise en service de la ligne de chemin de fer de Joué-lès-Tours Loches, la gare de Montbazon est inaugurée le [VD 5].

XXe et XXIe siècles[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un monuments sur lequel est gravée une liste de noms.
Monument aux morts.

Trente-huit soldats montbazonnais perdent la vie au cours de la Première Guerre mondiale[70]. Devant l'afflux des blessés dans les hôpitaux de Tours, un premier hôpital s'ouvre à Montbazon en dans l'ancien hôtel Dieu, puis un second en rue des Moulins[S 2].

Entre les deux guerres, deux châteaux de Montbazon sont rachetés sont profondément modifiés par leurs nouveaux propriétaires : William Perry Dudley restaure la forteresse où il habite en compagnie de Lililan Whitteker et François Coty rebâtit entièrement le château d'Artigny.

En , le gouvernement français, devant l'avancée des troupes allemandes, quitte Paris et s'installe en Touraine du 12 au . Le contrôleur financier de la Marine nationale est accueilli au château de la Grange Rouge tandis que l'amiral François Darlan, chef d'état-major de la Marine, réside au château d'Artigny[VD 6]. Ce château est ensuite transformé en hôpital et ses façades repeintes en couleurs sombres pour ne pas attirer l'attention de l'aviation[S 3]. Montbazon doit en outre faire face à l'augmentation temporaire de sa population : de nombreux réfugiés ais fuient les bombardements de leur ville[VD 6]. En 1944, si des actions isolées visent l'occupant (sabotages de véhicules), aucun réseau organisé de résistance ne semble se mettre en place dans la commune elle-même[S 4]. Le , les troupes allemandes couvrent leur retraite en faisant sauter le pont : une arche est détruite, une autre endommagée. Une passerelle provisoire est mise en place en attendant la reconstruction de l'ouvrage en 1947[VD 7]. Sous le mandat de son maire Sébastien Paul Guillaume-Louis, Montbazon se dote d'équipements modernes : dispositif d'adduction d'eau potable, électricité, centre de secours des pompiers[S 5],[71],[Note 7]. Depuis les années 1960, Montbazon, devenue une banlieue de Tours, connaît une importante croissance démographique, s'accompagnant d'un développement industriel et d'une extension des secteurs dédiés à l'habitat que la relative exiguïté du territoire communal limite cependant[26].

L'étude d'un projet de fusion entre Veigné et Montbazon est reportée après les élections municipales de 2020[72].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

photographie d'un bâtiment à étages pavoisé de drapeaux tricolores.
Hôtel de ville.

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Du point de vue administratif, Montbazon appartient à l'arrondissement de Tours[73].

Du point de vue électoral, Montbazon est rattachée à la 3e circonscription de l'Indre-et-Loire[74]. Depuis le redécoupage cantonal de 2014, Montbazon est l'une des dix communes qui composent le canton de Monts[75] alors qu'elle était le chef-lieu de son propre canton avant ce redécoupage.

Depuis le et la suppression du tribunal d'instance de Loches, le tribunal d'instance de Tours est compétent pour l'ensemble du département. Toutes les juridictions intéressant Montbazon sont ainsi regroupées à Tours, à l'exception du tribunal administratif et de la cour d'appel qui siègent à Orléans[76], préfecture de la région Centre-Val de Loire.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Montbazon et vingt-et-une autres communes composent la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre[77]. Jusqu'au , elle relevait de la communauté de communes du Val de l'Indre. Cette situation lui confère en outre un rattachement de fait au « Pays Indre et Cher », qui a pour mission de « coordonner diverses missions transversales confiées par les collectivités, dans les domaines de l’aménagement du territoire, de l’environnement, de l’économie et du patrimoine »[78]. Montbazon est également l'une des trente-six communes adhérant au syndicat d'aménagement de la vallée de l'Indre[79].

Le « syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire » (SIEIL), fondé en 1937, assure le contrôle et la coordination de l'ensemble des concessionnaires opérant en Indre-et-Loire dans le domaine de la distribution de gaz et d'électricité ; il intervient également sur le renforcement des réseaux de distribution d'électricité[80]. Pour toutes les communes d'Indre-et-Loire, Tours exceptée, l'adhésion au service « Électricité » du SIEIL à titre individuel est rendue obligatoire par arrêté préfectoral en date du [81].

Montbazon est l'une des 107 communes d'Indre-et-Loire adhérentes au syndicat intercommunal « Cavités 37 » dont les principaux rôles sont de réaliser des relevés topographiques et des diagnostics géologiques des cavités (caves, grottes, carrières…) ; il peut intervenir en contexte de sinistre ou de catastrophe naturelle et, lors de l'établissement d'un document d'urbanisme, il a également vocation à conseiller les communes sur les risques d'effondrement de terrains[82],[83].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Comme en témoignent les résultats d'élections publiés sur le site du ministère de l'Intérieur[84], l'électorat de Montbazon, lors des consultations au suffrage universel direct qui se sont déroulées depuis 2010, a apporté son soutien à une liste ou candidat présentés par la droite dans près de 60 % des consultations[Note 8].

Élection présidentielle la plus récente[modifier | modifier le code]

En 2017, au deuxième tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron (La République en marche), élu, a obtenu 74,34 % des voix et Marine Le Pen (FN), 25,66 %. Le taux de participation s'est élevé à 79,71 %[85].

Élection municipale la plus récente[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 3 500 et 4 999, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de 27[86].

Lors des élections municipales de 2020, les 27 conseillers municipaux ont été élus à l'issue du premier tour ; le taux de participation était de 50,61 %. Ont obtenu[87] :

Suffrages exprimés 1 664 27 sièges à pourvoir
Liste Tête de liste Tendance politique Suffrages Pourcentage Sièges acquis Var.
Montbazon avec cœur et passion Sylvie Giner LDVD 1 146 68,87 %
23 / 27
NL[Note 9]
Montbazon, ma ville Frédéric Bontoux LDVD 518 31,13 %
4 / 27
NL[Note 9]

La liste Montbazon avec cœur et passion obtient quatre sièges au conseil communautaire.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires[88],[S 6].
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1790 Nicolas Ragneau   Vicaire
1791 1791 Alexandre de La Roche   Propriétaire
1791 1791 Pierre-Mathieu Archevesque   Aubergiste
1792 1792 Jean-Pierre-François Augeron   Notaire
1793 1794 Antoine-François Marin    
mai 1794 18 juillet 1794 Jean Durand    
18 juillet 1794 1794 Urbain Leroux   Notaire
5 décembre 1794 1795 Louis-Joseph Bassereau   Notaire
24 novembre 1795 1800 Antoine-Élie Gillet   Notaire
26 juillet 1800 1812 Louis-Joseph Bassereau   Notaire
1er janvier 1813 1815 Étienne-Pierre de Ruffray   Militaire retraité
29 mai 1815 1815 Pierre-Gabriel Rolland   Maître de poste
18 octobre 1815 1817 Étienne-Pierre de Ruffray   Militaire retraité
25 décembre 1817 1831 Pierre-Gabriel Rolland   Maître de poste
5 octobre 1833 14 juin 1844[Note 10] Antoine-Élie Gillet (fils)   Notaire
19 juin 1844 1847 Louis-Joseph Bassereau (fils)   Notaire
26 avril 1847 1865 Gabriel Renault (père)   Médecin
26 avril 1865 1876 Gabriel Renault (fils)   Médecin
26 avril 1876 avril 1902[Note 11] Emmanuel Brault   Chef d'entreprise, président de la chambre de commerce
avril 1902 27 décembre 1938[Note 12] André Delaunay Rad. Médecin, conseiller général (1925-1938)
23 janvier 1939 [Note 13] Sébastien Paul Guillaume-Louis Rad. puis SFIO Chirurgien, conseiller général (1939-1945, 1946-1947),
président du Conseil général d'Indre-et-Loire (1945-1946, 1947-1957)
1967[Note 14] Roger Aubert   Cadre d'entreprise
1967 22 février 1972[Note 15] Jean Arthur Le Bourg   Chirurgien
1972 1977 Jean Bonneri SE Cadre SNCF
1977 1983 Pierre Méry   Retraité de la Marine marchande
1983 1989 Louis Le Bescam DVD Retraité de la Marine, conseiller général (1985-1992)
mars 1989 26 avril 1995[Note 16] Régis Ramage DVD Conseiller général (1992-1995)
juin 1995 mars 2001 Jean-Pierre Caroit   Chef d'entreprise
mars 2001 mars 2008 Philippe Audet DVD Courtier d'assurances
mars 2008 mai 2020 Bernard Revêche DVD Administrateur de sociétés
23 mai 2020[89] En cours Sylvie Giner DVD Gérante de sociétés, vice-présidente du Conseil départemental d'Indre-et-Loire

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Eau potable et assainissement[modifier | modifier le code]

La gestion des ressources en eau potable et le traitement collectif des eaux usées sont organisés de manière mutualisée pour les deux communes de Montbazon et Veigné.

L'alimentation en eau potable repose sur deux forages situés à Montbazon et qui exploitent la nappe phréatique du Cénomanien ; plus de 7 000 habitants sont abonnés sur les deux communes[90].

Le traitement des eaux usées pour les deux communes est assuré de manière collective par une unique station d'épuration à boues activées d'une capacité de 12 000 EH installée à Montbazon. Après traitement, les eaux épurées sont rejetées dans l'Indre. Plus de 10 000 habitants des deux communes sont desservis en 2017[91].

Déchets ménagers[modifier | modifier le code]

Les habitants de Montbazon ont accès à la déchèterie de Sorigny, la proche parmi celles gérées par la communauté de communes[92]. La communauté de communes organise en outre la collecte en porte-à-porte des déchets ménagers et recyclables et des conteneurs répartis sur le territoire recueillent le verre[SC 2].

Fleurissement[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2020, le Conseil national des villes et villages fleuris de France attribue deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[93].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'évolution de la capacité d'autofinancement, un des indicateurs des finances locales de Montbazon, sur une période de dix ans[94] :

Capacité d'autofinancement (CAF) à Montbazon de 2010 à 2019
Résultats exprimés en €/habitant.
Strate : communes de 3 500 à 5 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.
2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019
Montbazon 387 133 152 191 190 -16 104 211 154 156
Moyenne de la strate 166 181 181 177 165 174 177 179 183 191

CAF de Montbazon CAF moyenne de la strate

Depuis 2010, la capacité d'autofinancement de la commune[Note 17], se caractérise par de fortes variations ; l'exercice 2015 fait ressortir une valeur légèrement négative. Le fonds de roulement[Note 18] est presque toujours nettement inférieur à celui des autres communes de même taille — il est même négatif en 2012. Le résultat comptable[Note 19], toujours positif, est extrêmement fluctuant[94],[Note 8].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Montbazon sont appelés les Montbazonnais[49].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La population de la paroisse de Montbazon évolue entre 160 et 222 feux entre 1687 et 1787, dernière année où cette méthode de recensement « familial » est utilisée, avec une tendance à l'augmentation à partir du milieu des années 1740[99].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[100]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[101].

En 2018, la commune comptait 4 428 habitants[Note 20], en augmentation de 8,5 % par rapport à 2013 (Indre-et-Loire : +1,25 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8009478881 0201 0801 1801 1811 1161 145
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0961 0741 0901 0321 1791 1811 1971 1431 143
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1271 1501 1611 1501 0891 0861 0961 6971 267
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 6221 9032 4473 0113 3543 4343 7133 9044 140
2018 - - - - - - - -
4 428--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[102] puis Insee à partir de 2006[103].)
Histogramme de l'évolution démographique
Soldes de variation annuelle de la population de Montbazon
exprimés en pourcentages[I 4],[Note 21].
1968 - 1975 1975 - 1982 1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2007 2007 - 2012 2012 - 2017
Taux de variation annuel de la population en augmentation + 3,7 % en augmentation + 3,0 % en augmentation + 1,4 % en augmentation + 0,3 % en augmentation + 1,7 % en augmentation + 0,4 % en augmentation + 1,4 %
Solde naturel + 0,8 % + 0,2 % + 0,3 % + 0,3 % + 0,5 % + 0,6 % + 0,6 %
Solde migratoire + 2,8 % + 2,8 % + 1,1 % 0,0 % + 1,3 % - 0,1 % + 0,8 %

La population montbazonnaise reste relativement constante des années 1840 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, entre 1 000 et 1 100 habitants. C'est alors que s'amorce une croissance démographique, assez régulière des années 1960 jusqu'à 2017. Sur la période 1968-2017, où des données plus détaillées sont disponibles, cette croissance est le fruit d'un solde migratoire toujours positif, à une exception près, mais aussi d'une évolution naturelle où les naissances sont toujours plus nombreuses que les décès[Note 8].

Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Montbazon en 2017 en pourcentage[I 5].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ans ou +
1,0 
7,2 
75 à 89 ans
8,0 
14,7 
60 à 74 ans
16,3 
18,9 
45 à 59 ans
20,4 
20,5 
30 à 44 ans
21,0 
15,7 
15 à 29 ans
13,5 
21,6 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2017 en pourcentage[I 6].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ans ou +
2,1 
7,6 
75 à 89 ans
10,2 
16,5 
60 à 74 ans
17,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,2 
18,4 
30 à 44 ans
17,5 
18,2 
15 à 29 ans
17,4 
18,4 
0 à 14 ans
16,3 

Le pourcentage de la population communale âgée de plus de 45 ans s'établit en 201& à 45,8 %, soit 1.2 point de moins que la moyenne départementale[I 7],[I 8].

Petite enfance, enseignement et jeunesse[modifier | modifier le code]

photographie en couleurs d'un complexe de bâtiments avec un portrait stylisé sur la façade de l'un d'eux.
Entrée du collège Albert-Camus.

Montbazon dispose d'une maison d'assistance maternelle pouvant accueillir seize enfants[SC 3], dix-neuf assistantes maternelles proposant leurs services sur la commune[SC 4].

Deux établissements du cycle primaire sont présents sur la commune : l'école maternelle Jean-Le Bourg (sept classes) et l'école élémentaire Guillaume-Louis[SC 5]. Le collège public Albert-Camus (vingt-deux classes) et le collège privé Saint-Gatien accueillent les élèves de la sixième à la troisième. Les collégiens des communes de Sorigny, Veigné et Villeperdue sont également scolarisés au collège Albert-Camus[SC 6]. La carte scolaire départementale prévoit en outre que la scolarité se poursuive au lycée Jean-Monnet de Joué-lès-Tours[104].

Santé, services d'urgence et sécurité[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un alignement de garages et d'un tourelle métallique peinte en rouge.
Centre de secours.

De nombreux professionnels dans le domaine de la santé sont installés à Montbazon, médecins généralistes ou spécialistes, pharmacie, laboratoire d'analyses médicales[SC 7]. Les hôpitaux les plus proches de Monts sont le centre hospitalier régional universitaire de Tours, à Chambray-lès-Tours et le pôle santé Léonard-de-Vinci situés tous deux à Chambray-lès-Tours à environ un quart d'heure de trajet automobile de Montbazon.

La commune accueille centre de première intervention (CPI) des sapeurs-pompiers[105].

Une brigade de gendarmerie est installée sur le territoire montbazonnais[106].

Sports et culture[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un grand bâtiment.
Gymnase de la Baffauderie.

Équipements collectifs[modifier | modifier le code]

Montbazon dispose de quatre salles accessibles aux particuliers et aux associations ; elles accueillent aussi des manifestations cultures, des expositions, etc.[SC 8].

Plusieurs équipements sportifs sont implantés sur le territoire. Au nord de l'Indre, dans le parc de la Grange-Rouge et à proximité se trouvent les équipements de plein air : terrain multi-sports, courts de tennis, minigolf, skatepark. Les gymnases et structures couvertes sont regroupés au sud de l'Indre, non loin du collège Albert-Camus[SC 9].

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Médias et numérique[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Nouvelle République du Centre-Ouest consacre quelques pages de son édition Indre-et-Loire à l’actualité du canton de Monts. La commune de Montbazon édite annuellement un bulletin d'informations municipales. La chaîne de télévision TV Tours Val de Loire et la station de radio France Bleu Touraine relaient les informations locales.

Le , Montbazon lance sa web radio. Elle consiste à faire connaître l'actualité de Montbazon et à écouter de la musique 24 heures sur 24.

La commune ne possède pas en 2020 de réseau à haut débit par fibre optique[107].

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune dépend de la paroisse Saint-Brice au sein du doyenné de Loches lui-même partie de l'archidiocèse de Tours, au même titre que six autres doyennés[108]. L'église Notre-Dame accueille, en alternance avec d'autres églises de la paroisse, des offices dominicaux[109].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2015, le revenu fiscal médian par ménage est de 38 113 , alors que la moyenne départementale s'établit à 32 011  et que celle de la France métropolitaine est de 32 409 [I 9]. La même année, le revenu disponible par ménage est de 24 070  dans la commune[I 10] contre une moyenne de 21 750  au niveau départemental[I 11]. En outre, le taux de pauvreté est de 5,0 % des ménages fiscaux à Montbazon[I 12] alors qu'il s'établit à 13,0 % au niveau départemental[I 13].

Emploi[modifier | modifier le code]

Les deux tableaux ci-dessous présentent les chiffres-clés de l'emploi à Montbazon et leur évolution de 2007 à 2017[I 14],[I 15] :

Structure de la population active de Montbazon (37)
en 2007 et 2017.
Montbazon 2007 Montbazon 2017 Évolution
Population de 15 à 64 ans 2 432 2 622 en augmentation - 7,8 %
Actifs (en %) 74,2 78,8 en augmentation + 6,2  %
dont :
Actifs ayant un emploi (en %) 69,2 72,7 en augmentation + 5,1 %
Chômeurs (en %) 5,1 6,1 Increase Negative.svg + 19,6 %
Évolution de l'emploi à Montbazon (37) en 2010 et 2015.
Montbazon 2007 Montbazon 2017 Évolution
Nombre d'emplois dans la zone 1 575 1 323 en diminution - 16,0 %
Indicateur de concentration d'emploi 93,4 68,5 en diminution - 26,7 %

De 2007 à 2017, l'évolution de l'emploi à Montbazon est notable. La population active augmente de manière significative, tout comme le pourcentage d'actifs. Pour autant, sur la même période, les emplois proposés à Montbazon sont beaucoup moins nombreux, ce qui induit une détérioration importante de l'indicateur de concentration d'emploi.

Le taux de chômage, selon les critères définis lors du recensement, a fortement augmenté et touche plus de 15 à 20 % des jeunes de 15 à 24 ansselon leur sexe, les plus pénalisées étant les femmes[I 15]. Sur les 1 931 Montbazonnais pourvus d'un emploi, seuls 299 travaillent dans la commune elle-même[I 16],[Note 8].

En 2015, les trois plus importants des 338 établissements installés à Montbazon emploient ensemble plus de 200 salariés sur les 927 recensés sur le territoire communal[I 17]. Ce sont la commune elle-même, une entreprise de confection d'uniformes haut de gamme et une unité de transformation de viande de boucherie.

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous détaille le nombre d'établissements[Note 22] implantés à Montbazon selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés[I 18] :

Établissements actifs par secteur d'activité au .
Total % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 338 100,0 233 78 16 8 3
Agriculture, sylviculture et pêche 1 0,3 1 1 0 0 0
Industrie 18 5,3 7 7 2 2 0
Construction 31 9,2 21 9 1 0 0
Commerce, transports, services divers 231 68,3 159 56 10 4 2
dont commerce et réparation automobile 55 16,3 40 11 2 2 0
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 57 16,9 45 6 3 2 1
Champ : ensemble des activités.

De 2016 à 2018, ce sont 90 nouvelles entreprises qui sont créées à Montbazon.

La surface agricole utilisée, de 159 ha, qui peut inclure des parcelles situées sur d'autres communes, ne permet pas à l'agriculture d'être une composante importante de l'économie locale. Une seule exploitation a son siège sur le territoire montbazonnais.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture militaire[modifier | modifier le code]

Le donjon de Montbazon[111] est l'un des premiers donjons médiévaux, datant de l'an 1000 environ. Il fait partie des nombreux donjons attribués à Foulque Nerra. Les remparts du XVe siècle protégeaient le logis. Initialement, la hauteur du donjon était de 36 mètres[112]. Sa forme rectangulaire est typique de l'époque (pas de problème d'artillerie). Le château devint la propriété de la famille Rohan vers 1490. Au sommet du donjon, l'abbé Chauvin fit mettre en place, en 1866[112], la statue représentant le Vierge portant l'enfant Jésus mesurant 9,50 m de hauteur et pesant 8 tonnes. Le château est visitable et a été aménagé pour le public après des années d'abandon. En 2000, un projet de restauration du donjon a été lancé grâce à une initiative privée. En 2007, les travaux de consolidation et de réparation sont arrivés à leur terme, permettant l'accueil du public dans l'édifice. Les interventions suivantes, en 2010, aboutissent au dégagement de trois niveaux des passages souterrains et à l'aménagement des différentes salles de musées et d'accueil du public. Depuis 2010, l’association des Chevaliers du Faucon Noir, reconnue d’intérêt général, est chargée de la gestion de la forteresse et propose des visites et des animations[113]. Le donjon fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du , le site castral fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du [114].

La motte de Bazonneau est une motte artificielle d'environ 40 m de diamètre et 10 m de haut, située à quelque 600 m au sud-sud-est du donjon principal et encore partiellement entourée de douves. La date de son édification et son rôle, élément de défense avancée de la citadelle ou au contraire motte édifiée par ses assiégeants, font encore débat[115].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-Bonne-Aide est reconstruite en de 1851 à 1862 en style néo-roman, à l'emplacement de l'ancienne église Notre-Dame édifiée au XIIe siècle et appartenant à l'abbaye de Cormery[51],[116]. Ses murs sont revêtus intérieurement de peintures au pochoir.

L'hôtel-Dieu, fondé au début des années 1470, est implanté le long de la route de Tours (actuelle rue Emmanuel-Brault) jusque vers 1740 avant que la nouvelle route d'Espagne ne soit percée. Il fonctionne jusqu'en 1799, lorsqu'il est transformé en tannerie. Il en subsiste la chapelle, partiellement inscrite comme monument historique en 1981[117].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Architecture civile[modifier | modifier le code]

Le château d'Artigny est reconstruit entre 1912 et 1928 en remplacement d'un manoir de style Louis XV édifié en 1769 sur le modèle du château de Champlâtreux (Val-d'Oise). Il sert de résidence, six mois par an, au parfumeur, patron de presse et homme politique François Coty. Depuis 1959, c'est un grand hôtel[118].

Le manoir de la Grange Rouge est situé non loin de la rive droite de l'Indre et de la D910. Construit au XVe siècle mais presque entièrement détruit au XIXe siècle, il conserve son rez-de-chaussée surélevé d'un étage et prolongé à l'ouest par des constructions modernes. Depuis 1959, propriété de la commune, il est intégré à un centre de loisirs[119].

La construction de la métairie de la Vennetière, non loin de la Grange Rouge, ne semble remonter bien avant le début du XVIIe siècle. Fortement délabré, le corps de bâtiment principal conserve sa façade orientale aux fenêtres à meneaux largement murées. Le pignon sud s'orne lui aussi d'une fenêtre à meneaux murée. Lors de la crue de 1770, le logis de la Vennetière est inondé par plus de 2,50 m d'eau[120].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le pont Saint-Jean-Baptiste est réalisé en suivant les plans de l'ingénieur des Ponts et Chaussées Mathieu Bayeux ; il est construit entre 1754 et 1758 et permet à la route d'Espagne (actuelle D910) de traverser l'Indre. Malgré sa violence, la crue de l'Indre de 1770 ne le détruit pas.

L'hôtel de ville, construit à l'emplacement d'un ancien bras de l'Indre, repose sur des pilotis qui assurent la stabilité de ses fondations[121],[VD 8]. L'édifice est réalisé en 1836 sur des plans de Gustave Guérin pour ce qui est de son rez-de-chaussée. Son entrée est alors protégée par un porche à colonnes surmonté d'un fronton triangulaire, mais ce dispositif est par la suite démoli et un étage dans le style Restauration est ajouté en 1883[122]. Une horloge fabriquée par Paul Odobey fils à Morez (Jura) est installée sur sa toiture et son mécanisme toujours fonctionnel est visible dans une salle à l'étage inférieur[123].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Une maison, rue Putsinus, date de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle. Elle était sans doute composée d'un atelier ou d'une échoppe au rez-de-chaussée et d'un logis au premier étage, accessible par un escalier extérieur et une porte ouverte dans le pignon. La construction de l'enceinte urbaine, au XVe siècle, l'inclut dans le périmètre remparé.

L'auberge Notre-Dame-de-l'Image, du nom d'une ancienne enseigne sur un poteau devant sa façade, sur la place de la mairie, garde cette fonction d'auberge entre 1621 — c'est la date de sa première mention dans les textes, mais elle remonte peut-être à la toute fin du XVIe siècle — et 1986, date à laquelle elle est transformée en maison de retraite[124].

Le grand moulin établi sur l'Indre, en contrebas de la forteresse est l'ancien moulin ducal que la crue de l'Indre a emporté en 1770. Il est reconstruit puis agrandi en 1859. Restauré en 1938 puis 1954, il cesse de fonctionner en 1976 quand les derniers meuniers partent à la retraite. le bâtiment est par la suite aménagé en gîte rural[121].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Montbazon en littérature[modifier | modifier le code]

Honoré de Balzac (1799-1850) a souvent visité Montbazon qui est un des sites de son roman Le Lys dans la vallée (1836) et auquel il fait souvent référence. « Là, vous eussiez dit d'un petit coin de la Suisse. La prairie, sillonnée par les ruisseaux qui se jettent dans l'Indre, se découvre dans sa longueur, et se perd en lointains vaporeux. Du côté de Montbazon, l'œil aperçoit une immense étendue verte, et sur tous les autres points se trouve arrêté par des collines, par des masses d'arbres, par des rochers[125]. »

Le comédien et écrivain Patrick Burgel prend pour modèle une maison de Montbazon qu'il habite lui-même dans son roman La Maison qui n'oublie pas paru en 1993 et où il relate l'histoire d'une demeure qui est le siège de phénomènes paranormaux[126].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Foulques Nerra (965/970-1040) est un comte d'Anjou qui fait construire, aux alentours de l'an mille, un ouvrage fortifié à Montbazon, ce qu'indique une charte de cette époque ; il est possible qu'il s'agisse du donjon dans son état primitif, qu'il perd et reprend dans sa lutte contre la maison de Blois[58].

Hercule de Rohan-Montbazon (1568-1654) est duc de Montbazon. C'est pour lui que Henri IV élève Montbazon au titre de duché-pairie. Il préfère pourtant habiter le château de Couzières qu'il fait reconstruire à Veigné, et c'est là qu'il meurt le [127].

Jules Baillarger (1809-1890) est un médecin aliéniste né à Montbazon où son père tient l'auberge Notre-Dame-de-l'Image[128].

Joseph Marie François Spoturno dit François Coty (1874-1934) est un industriel parfumeur. Il fait entièrement reconstruire le château d'Artigny entre 1912 et 1932[118].

Sébastien Paul Guillaume-Louis (1878-1957) est un chirurgien et homme politique (radical socialiste puis SFIO). Né à Pointe-à-Pitre, il est maire de Montbazon de 1939 à 1941 puis de 1945 à sa mort en 1957[129]. Un groupe scolaire de la commune porte son nom.

Philippe Bertault (1878-1970), est un prêtre et homme de lettres né et mort à Montbazon. Auteur d'une thèse sur Bossuet, il publie ensuite plusieurs ouvrages consacrés à l'œuvre d'Honoré de Balzac[130].

Lilian Whitteker (1881-1979), artiste peintre américaine, réside au château de Montbazon de 1922 à 1970[131]. Une rue de la commune porte son nom.

William Perry Dudley (1891-1965), ami de la précédente, est propriétaire, de 1922 jusqu'à sa mort, du château de Montbazon qu'il restaure[131]. Une des rues de la commune porte son nom.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montbazon

Les armes de Montbazon se blasonnent ainsi :

De gueules aux neuf macles d'or accolées et aboutées, ordonnées 3, 3 et 3[132].

Le blason est repris des armes de la famille de Rohan, propriétaire de Montbazon de 1492 à la Révolution française[133].


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une inondation de plaine se produit lorsque le niveau d'un cours d'eau, généralement à la suite de fortes précipitations, monte progressivement jusqu'à l'envahissement du lit moyen, voire du lit majeur, pendant une période plus ou moins longue[11].
  2. Le classement en liste 1 est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  3. Ce classement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  4. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Le centre de secours construit par Paul Guillaume-Louis est démoli lors de l'aménagement de la place des Anciens Combattants.
  8. a b c et d Ces commentaires, ne résultant pas d'une analyse statistique des données présentées, n'ont qu'une valeur strictement indicative.
  9. a et b Nouvelle liste en 2020.
  10. Antoine-Élie Gillet meurt en cours de mandat le .
  11. Emmanuel Brault démissionne de son mandat de maire en pour raisons de santé.
  12. André Delaunay meurt en cours de mandat le .
  13. Sébastien Paul Guillaume-Louis meurt en cours de mandat le .
  14. Roger Aubert meurt en cours de mandat en 1967.
  15. Jean Arthur Le Bourg meurt en cours de mandat le .
  16. Régis Ramage meurt en cours de mandat le 26 avril 1995.
  17. La « capacité d'autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement ; cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus (CAF - remboursements de dettes) s’ajoute aux recettes d’investissement (dotations, subventions, plus-values de cession) pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[95].
  18. Le « fonds de roulement », différence entre les financements à plus d'un an et les immobilisations, permet de combler le décalage entre l'encaissement des recettes et le paiement des dépenses[96].
  19. Le résultat comptable est la différence entre produits et charges de fonctionnement.
  20. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  21. En raison des valeurs arrondies à la première décimale fournies par l'Insee, les totaux peuvent paraître inexacts.
  22. Selon la définition de l' Insee, « l'établissement est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'entreprise[110]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche communale » (consulté le ).
  2. a et b « Chiffres clés - Logement en 2017 à Montbazon » (consulté le ).
  3. « Chiffres clés - Logement en 2017 en Indre-et-Loire » (consulté le ).
  4. « POP T2M - Indicateurs démographiques » (consulté le ).
  5. « POP T3 - Population par sexe et âge en 2017 à Montbazon » (consulté le ).
  6. « POP T3 - Population par sexe et âge en 2017 en Indre-et-Loire » (consulté le ).
  7. « POP T0 - Population par grandes tranches d'âges à Montbazon en 2017 » (consulté le ).
  8. « POP T0 - Population par grandes tranches d'âges en Indre-et-Loire en 2017 » (consulté le ).
  9. « Fichier FILO_DEC_COM Revenus déclarés par communes en 2015 » (consulté le ).
  10. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Montbazon (37) » (consulté le ).
  11. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 en Indre-et-Loire » (consulté le ).
  12. « REV G1 - Taux de pauvreté par tranche d'âge du référent fiscal en 2018 à Montbazon (37) » (consulté le ).
  13. « REV G1 - Taux de pauvreté par tranche d'âge du référent fiscal en 2018 en Indre-et-Loire » (consulté le ).
  14. « EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité. » (consulté le ).
  15. a et b « EMP T5 - Population Emploi et activité. » (consulté le ).
  16. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone. » (consulté le ).
  17. « CEN T2 - Postes salariés par secteur d'activité au 31 décembre 2015. » (consulté le ).
  18. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité à Montbazon (37) au 31 décembre 2015 » (consulté le ).
  • Site de la commune :
  1. « Lettre d'informations municipales 2020 » [PDF] (consulté le ), p. 22.
  2. « Les déchets » (consulté le ).
  3. « Maison d'assistantes maternelles » (consulté le ).
  4. « Assistantes maternelles montbazonnaises » (consulté le ).
  5. « Les écoles » (consulté le ).
  6. « Les collèges » (consulté le ).
  7. « Santé » (consulté le ).
  8. « Salles communales » (consulté le ).
  9. « Équipements sportifs » (consulté le ).
  • Montbazon et Veigné aux temps jadis, [L'auteur], 1976 :
  1. Maurice, Présentation, p. 9.
  2. Maurice, La route d'Espagne, p. 84-85.
  3. Maurice, Le Faucon noir, p. 26.
  4. Maurice, Montbazon au Moyen Âge, p. 35.
  5. Maurice, Montbazon au Moyen-Âge, p. 36.
  6. Maurice, La Guerre de Cent Ans, p. 41-43.
  7. Maurice, La Guerre de Cent Ans, p. 46.
  8. Maurice, Présentation, p. 8.
  9. Maurice, La route d'Espagne, p. 86-88.
  10. Maurice, La Révolution au jour le jour, p. 117.
  11. Maurice, La Révolution au jour le jour, p. 123.
  12. Maurice, La Révolution au jour le jour, p. 126.
  • Montbazon : souvenirs et documents du vingtième siècle, CLD, 1995 :
  • Le Pays de Montbazon, Alan Sutton, 1997 :
  • Autres références :
  1. « Orthodromie entre Montbazon et Tours », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  2. « Carte géologique de Montbazon », sur Géoportail (consulté le ).
  3. a et b Couderc 1987, p. 874.
  4. a et b Pierre Audin, Un affluent méconnu de la Loire : l'Indre en Touraine, capricieuse et secrète, SERIA, , 132 p., p. 26-27.
  5. « Carte géologique de la France au 1/50 000 - Langeais » [PDF], sur le site Ficheinfoterre du BRGM (consulté le ).
  6. a b et c Couderc 1987, p. 539.
  7. Christophe Meunier, Géographie : Professeur des écoles : Oral, admission - CRPE 2017, Dunod, , 256 p. (ISBN 978-2-10-075579-0, lire en ligne), p. 73.
  8. a et b « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le ).
  9. « Carte hydrologique de Montbazon », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le ).
  10. « Fiche Sandre - l'Indre », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le ).
  11. « Les inondations lentes », sur Observatoire régional de Risques majeurs en Provence-Alpes Côte d'Azur (consulté le ).
  12. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 19.
  13. « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le ).
  14. « Station hydrométrique K7522620, l'Indre à Monts », sur le site de la banque Hydro (consulté le ).
  15. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  17. a et b (id) « Décret no 58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le ).
  18. « Fiche Sandre - le Bourdin », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le ).
  19. « Objectifs du SAVI », sur http://www.savi37.fr/ (consulté le ).
  20. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le ).
  21. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le ).
  22. « Les climats du monde », sur le site de l'encyclopédie Larousse (consulté le ).
  23. Pierre Leveel, Histoire de Touraine et d'Indre-et-Loire, Chambray-lès-Tours, CLD, , 991 p. (ISBN 978-2-85443-157-5), p. 20.
  24. « Plan local d'urbanisme - Rapport de présentation » [PDF], sur le site de Monts (consulté le ), p. 69.
  25. « Indre et ses abords au pont de Montbazon » [PDF], sur le site de la DREAL Centre-Val de Loire (consulté le ).
  26. a b c et d Couderc 1987, p. 540.
  27. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  28. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  29. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  30. « Unité urbaine 2020 de Tours », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  31. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  32. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  33. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  34. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  35. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  36. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  37. « Règlement du PPRI de la vallée de l'Indre » [PDF], sur cdn2 3.reseaudesvilles.fr (consulté le ).
  38. Pierre Audin, Un affluent méconnu de la Loire : l'Indre en Touraine, capricieuse et secrète, SERIA, , 132 p., p. 30 sqq.
  39. E. Bilien et R. Pasquet, « Cartographie des risques prévisibles de mouvements de terrain en Indre-et-Loire - étude générale », sur Infoterre (consulté le ), p. 10.
  40. « Indre-et-Loire : plusieurs maisons évacuées après des éboulements à Montbazon » (consulté le ).
  41. « Carte d'aléa Retrait/gonflement des argiles pour Montbazon », sur Géorisque (consulté le ).
  42. « Nouveau zonage sismique en Indre-et-Loire » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le ).
  43. Jean-Mary Couderc, La Touraine insolite : série 3, Chambray-lès-Tours, CLD, , 237 p. (ISBN 2-85443-287-8), p. 17.
  44. « À Montbazon, on s’arrache les terrains pourtant chers au m² », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  45. « Montbazon : urbanisme et PLU au conseil municipal », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  46. Daniel Pépin, « Le bouchon du siècle sur la Nationale 10 : j'y étais ! », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  47. « Dépliant horaires 2019 ligne H » [PDF], sur le site de Rémi (consulté le ).
  48. « Ligne Tours-Loches » [PDF], sur ter-sncf.com (consulté le ).
  49. a b et c Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré, , 303 p. (ISBN 978-2-916043-45-6), p. 153.
  50. Jean-Jacques Bourassé, « Cartulaire de Cormery, précédé de l'histoire de l'abbaye et de la ville de Cormery, d'après les chartes », Mémoire de la Société archéologique de Touraine, Tours, t. XXXI,‎ , p. 62, charte no XXIII (lire en ligne).
  51. a et b Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. IV, , 430 p. (lire en ligne), p. 282.
  52. Stéphane Gendron, Noms de lieux du Centre, Paris, Éditions Bonneton, , 232 p., p. 164.
  53. Stéphane Gendron, Noms de lieux du Centre, Paris, Éditions Bonneton, , 232 p., p. 71.
  54. Jean-Claude Yvard, « L’industrie acheuléenne de la moyenne terrasse de l'Indre à Montbazon », Bulletin de la Société des Amis du Grand-Pressigny, no 17,‎ , p. 31-32.
  55. Jacques Dubois, « Archéologie aérienne: prospections de 1987, 1988 et 1989 en Touraine », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XLII,‎ , p. 109 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  56. Pierre Audin, « Les gallo-romains dans la vallée de l'Indre, III - de Cormery à Monts », Le Val de l'Indre, no 5,‎ , p. 16-17.
  57. a et b Lorans 1996, p. 91.
  58. a et b Audin 2012, p. 45.
  59. Brigitte Maillard, « Les mercuriales de Montbazon », Le Val de l'Indre, no 18,‎ , p. 25.
  60. a et b Pierre Leveel, « Le Château-Neuf de Montbazon (XVe et XVIIIe siècles) », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LV,‎ , p. 133-137 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  61. Pierre Audin, « Le duché de Montbazon dans la vallée de l'Indre tourangelle », Le Val de l'Indre, no 22,‎ , p. 5-11.
  62. Lorans 1996, p. 92.
  63. Alain Chaynès, « Le vieux pont de Montbazon », Bulletin de l'Association de recherches archéologiques et subaquatiques,‎ , p. 2-8.
  64. Pierre Audin, Un affluent méconnu de la Loire : l'Indre en Touraine, capricieuse et secrète, SERIA, , 132 p., p. 34.
  65. T. Massereau, Recueil des cahiers de doléances des bailliages de Tours et de Loches et catalogue général du bailliage de Chinon aux états généraux de 1789, Orléans, Imprimerie moderne, , 639 p., p. 215-219.
  66. Pierre Audin, « La révolution à Montbazon (1790-1795) », Le Val de l'Indre, no 6,‎ , p. 42-43.
  67. Pierre Audin, « Le télégraphe Chappe à travers la Touraine (1823-1853) », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. LI,‎ , p. 250-253 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  68. Nicolas Faucherre, « Le château de Montbazon », Bulletin des amis du pays lochois, no 18,‎ , p. 119.
  69. Alain Jacquet, « 1870-1914 : les conséquences de la guerre franco-prussienne dans notre vallée, de Reignac à Montbazon », Le Val de l'Indre, no 15,‎ , p. 23-31.
  70. « Montbazon - Monument aux Morts (Relevé no 21915) », sur MémorialGenWeb (consulté le ).
  71. [Collectif], Dictionnaire des scientifiques de Touraine, Tours, Presses universitaires François Rabelais, , 414 p. (ISBN 978-2-8690-6433-1), p. 237.
  72. « La fusion de Veigné et de Montbazon est repoussée à 2020 », sur France Bleu (consulté le ).
  73. « Les nouveaux arrondissements », sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire, (consulté le ).
  74. « Les circonscriptions législatives d'Indre-et-Loire », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le ).
  75. Décret no 2014-179 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département d'Indre-et-Loire.
  76. « Les juridictions », sur le site du conseil départemental de l'accès aux droits d'Indre-et-Loire, (consulté le ).
  77. « Accueil », sur le site de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre (consulté le ).
  78. « Le Pays Indre et Cher vote son budget », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  79. « Territoire », sur le site du SAVI (consulté le ).
  80. « Électricité : activités » [html], sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le ).
  81. « Présentation » [html], sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le ).
  82. « Nos Adhérents », sur le site Cavité 37 - Syndicat intercommunal (consulté le ).
  83. « Nos missions - Auprès des communes », sur le site Cavité 37 - Syndicat intercommunal (consulté le ).
  84. « Les résultats d'élections », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  85. « Commune de Montbazon - Résultats de la commune au 2d tour », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  86. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  87. « Résultats municipales 2020 à Montbazon », sur Le Monde (consulté le ).
  88. Paul Lesourd, Les registres des délibérations municipales de la commune de Montbazon (Indre-et-Loire), Tours (réimpr. 1893), 55 p., hors-texte (Maires de Montbazon depuis 1790).
  89. « Sylvie Giner a été élue maire », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ 26 m&i 2020 (lire en ligne).
  90. « CC Touraine Vallée de l'Indre / eau potable : territoire de Montbazon-Veigné », sur services.eau.france.fr (consulté le ).
  91. « CC Touraine Vallée de l'Indre / assainissement collectif : territoire de Montbazon-Veigné », sur services.eau.france.fr (consulté le ).
  92. « Déchèteries », sur le site de la communauté de communes Touraine Vallée de l'Indre (consulté le ).
  93. « Les communes labellisées », sur le site des villes et villages fleuris (consulté le ).
  94. a et b « Les comptes des communes - Montbazon », sur un site du ministère de l'Action et des Comptes publics (consulté le ).
  95. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 34, [lire en ligne].
  96. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 36, [lire en ligne].
  97. « Jumelage entre ville de France et de Royaume-Uni », Annuaire Mairie (consulté le ).
  98. (en) « British Towns Twinned with French Towns », Complete France (consulté le ).
  99. Jean-Michel Gorry, Paroisses et communes de France. Dictionnaire d'histoire administrative et démographique. Indre-et-Loire, Paris, CNRS, , 480 p. (ISBN 978-2-222-03681-4), p. 320.
  100. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  101. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  102. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  103. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  104. « Zones de recrutement des collèges et des lycées - département d'Indre-et-Loire » [PDF], sur le site de l'académie d'Orléans-Tours (consulté le ), p. 22.
  105. « Les centres d'incendie et de secours d'Indre-et-Loire », sur le site du SDIS 37 (consulté le ).
  106. « Contacter une brigade de gendarmerie ou un commissariat de police/Montbazon », sur le site de la Gendarmerie nationale (consulté le ).
  107. « Montbazon (37250) », sur Ariase (consulté le ).
  108. « La paroisse », sur le site de la paroisse Saint-Brice de la vallée de l'Indre (consulté le ).
  109. « Notre-Dame - 37250 Montbazon », sur messe.info (consulté le ).
  110. « Établissement - Définition », sur INSEE (consulté le ).
  111. Arlette Novak, « Historique du donjon de Montbazon (Indre et Loire) », sur arynok.free.fr, (consulté le ).
  112. a et b « Forteresse de Montbazon », sur forteressedufauconnoir.com.
  113. Voir sur forteressedemontbazon.com.
  114. « Site castral de Montbazon », notice no PA00097870, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  115. Audin 2011, p. 45.
  116. Pascale Lafargue, Le Passé retrouvé, Fernand Lanore, , 158 p. (ISBN 978-2-85157-155-7, lire en ligne), p. 74.
  117. Notice no PA00097871, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  118. a et b Audin 2001, p. 912.
  119. Montoux 1982, p. 165-168.
  120. Montoux 1982, p. 168-169.
  121. a et b Audin 2001, p. 908.
  122. Pierre Audin, Dictionnaire du bassin de l’Indre en Touraine, seconde édition mise à jour le 1er janvier 2020, Monts, SERIA, , 284 p., p. 163.
  123. « Motnbazon - Des visiteurs épris de patrimoine », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  124. Ludovic Vieira, « L'auberge Notre-Dame-de-l'Image », bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XLIV,‎ , p. 507-516 (ISSN 1153-2521, lire en ligne).
  125. Édition dite du Furne, vol. 7, p. 287, et aussi p. 261-2, 287, 460.
  126. Jacques Vendenschrick, En qui n'oublie, Cheyne eds., , 57 p. (ISBN 9782841161898).
  127. Audin 2008, p. 45.
  128. Pierre Audin, Dictionnaire du bassin de l’Indre en Touraine : seconde édition mise à jour le 1er janvier 2020, Monts, SERIA, , 284-passage=158 p..
  129. Michel Laurencin, Dictionnaire biographique de Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, , 607 p. (ISBN 978-2-8544-3210-7), p. 307-308.
  130. Pierre Audin, Dictionnaire du bassin de l’Indre en Touraine : seconde édition mise à jour le 1er janvier 2020, Monts, SERIA, , 284-passage=159 p..
  131. a et b Ludovic Vieira, Lilian Whitteker, la dame de Montbazon, exposition rétrospective 12-19 juin 1997, Joué-les-Tours, [l'auteur], , 31 p., p. 9 et 9bis.
  132. « Montbazon », sur le site de l'armorial des villes et des villages de France (consulté le ).
  133. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. IV, , 430 p. (lire en ligne), p. 302-304.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Publications spécifiquement consacrées à Montbazon[modifier | modifier le code]

  • Pierre Audin, « La Révolution à Montbazon 1790-1795 », Le Val de l'Indre, no 6,‎ , p. 41-48.
  • Pierre Audin, « Le château de Montbazon et ses seigneurs », Le Val de l'Indre, no 20,‎ , p. 35-46. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, , 967 p. (ISBN 978-2-85443-136-0).
  • Jacques Maurice, Montbazon et Veigné aux temps jadis, Veigné, L'auteur, , 151 p. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Éric Syssau, Montbazon : souvenirs et documents du vingtième siècle, Chambray-lès-Tours, CLD, , 234 p. (ISBN 2-85443-298-3). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Ludovic Vieira et Pierre Duchemin, Le Pays de Montbazon, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, coll. « Mémoire en images », , 128 p. (ISBN 978-2-84253-106-5). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Publications consacrées à la géographie et l'histoire départementales[modifier | modifier le code]

  • Pierre Audin, « Montbazon », dans Jean-Luc Flohic (dir.), Patrimoine des communes d'Indre-et-Loire, t. I et II, Paris, Flohic, , 1408 p. (ISBN 2-8423-4115-5).
  • Pierre Audin, La Touraine autour de l'an mil : inventaire des sources historiques et archéologiques : Mémoire de la Société archéologique de Touraine, t. LXIX, , 151 p.
  • Élisabeth Lorans, Le Lochois du Haut Moyen Âge au XIIIe siècle : territoires, habitats et paysages, Tours, Publication de l'Université de Tours, , 289 p. (ISBN 2-86906-092-0).
  • André Montoux, Vieux logis de Touraine, vol. V, Chambray-lès-Tours, CLD, , 222 p. (ISBN 978-2-85443-004-2).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]