Simon de Cyrène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Simon.
image illustrant un saint catholique image illustrant le christianisme
Cet article est une ébauche concernant un saint catholique et le christianisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Simon de Cyrène aidant Jésus à porter sa croix, « station » d'un chemin de croix à Münster.

Simon de Cyrène est un personnage biblique qui, d'après les évangiles synoptiques, fut réquisitionné par les soldats romains pour porter la croix de Jésus alors qu'il était conduit au Calvaire pour y être crucifié. Il n'est mentionné nulle part ailleurs dans les Saintes Écritures.

L'homme qui porte la croix dans les évangiles[modifier | modifier le code]

On le trouve dans les trois évangiles synoptiques:

  • dans l'évangile selon Matthieu:« En sortant, ils trouvèrent un homme de Cyrène du nom de Simon, et le requirent pour porter sa croix. » (Matthieu[1])
  • dans l'évangile selon Marc:« Ils requièrent pour prendre sa croix un passant qui revenait des champs, Simon de Cyrène, le père d'Alexandre et de Rufus.» (Marc[2])
  • dans l'évangile selon Luc:« Comme ils l'emmenaient, ils mirent la main sur un certain Simon de Cyrène qui revenait des champs, et le chargèrent de la croix pour la porter derrière Jésus. » (Luc[3])

En revanche, dans l'évangile selon Jean, Jésus porte lui-même sa croix:« Celui-ci, portant lui-même sa croix, sortit de la ville pour se rendre à l'endroit appelé « Lieu du Crâne » (en hébreu : Golgotha). » (Jean[4])

Sa ville d'origine, Cyrène, était une colonie grecque en Afrique du Nord (Libye) où vivait une importante communauté juive. La mention de ses fils, Alexandre et Rufus, (dans l'évangile de Marc) suggère qu'il est resté en contact avec la communauté chrétienne primitive, et qu'il était lui-même peut-être devenu chrétien. Ses fils seraient devenus missionnaires. Une légende fit de Simon de Cyrène le premier saint chrétien noir, comme l'a représenté au XIIe siècle le peintre florentin Biaggio d’Antonio (1466-1515)[5].

L'homme substitué à Jésus sur la croix dans des courants gnostiques[modifier | modifier le code]

Simon de Cyrène porte la Croix, procession du Vendredi Saint à Ulm (2011)

Selon certains courants gnostiques (Basilide[6], Gnosticisme séthien[7]), Simon de Cyrène a été crucifié à la place de Jésus.

Dominique Cerbelaud souligne le fait que l'évangile selon Jean élimine la figure de Simon de Cyrène présente dans les trois évangiles synoptiques. Il propose l'hypothèse suivante pour expliquer cette disparition : au moment de la composition de cet évangile, des courants gnostiques avaient peut-être déjà commencé à nier la crucifixion de Jésus (idée centrale dans le docétisme, hérésie chrétienne des premiers siècles) et à affirmer que quelqu'un était mort à sa place sur la croix. Dès lors, l'évangile de Jean aurait supprimé toute mention de Simon de Cyrène, pour détourner l'attention de ce personnage « ambigu », selon D. Cerbelaud, puisque portant la croix de Jésus, Simon apparaissait comme un autre Jésus, et se prêtait un peu trop bien à des considérations sur une possible confusion, ou substitution d'identité[8].

Siméon Niger[modifier | modifier le code]

Dans le livre des Actes des apôtres, au chapitre 13, est mentionné parmi les prophètes et les docteurs de l'Église d’Antioche, un certain « Syméon appelé Niger », ce qui signifie « le noir »[9]. Certains ont vu dans ce personnage la figure de Simon de Cyrène qui aurait rejoint, avec ses fils, la communauté des chrétiens. Ces deux fils, nommés par l’évangéliste Marc, semblent en effet bien connus de la communauté. Ainsi Paul, dans l’Épître aux Romains au chapitre 16, fait saluer Rufus, « cet élu dans le Seigneur »[10].

Cinquième station (église de Celles (Belgique)

La cinquième « station » du chemin de croix, dite du portement de croix, commémore cet épisode de la Passion du Christ.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mt 27. 32
  2. Mc 15. 21
  3. Lc 23. 26
  4. Jn 19. 17
  5. « Simon de Cyrène - Une autre histoire », sur Une autre histoire
  6. Irénée, Contre les hérésies (lire en ligne), Livre I, Troisième partie, origine du valentisme, chap. 1 (« Les ancêtres des valentiniens »), Saturnin et Basilide
  7. Deuxième traité du grand Seth (NH VII, 2)
  8. Jésus et l'islam. Documentaire de Jérôme Prieur et Gérard Mordillat diffusé sur Arte en 2015 ; 1er épisode. Le propos de D. Cerbelaud vise à contextualiser la sourate 4 du Coran (verset 157) selon laquelle Jésus n'est pas mort sur la croix.
  9. Ac 13. 1
  10. Rm 16. 13

Représentation dans les arts[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Outre les représentations du chemin de croix dans son entier certains peintres ont repris la scène comme Jean Fouquet ou Duccio di Buoninsegna.