Lucenay-l'Évêque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lucenay-l'Évêque
Lucenay-l'Évêque
Mairie de Lucenay-l'Évêque.
Blason de Lucenay-l'Évêque
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Autunois Morvan
Maire
Mandat
Françoise Duriau
2020-2026
Code postal 71540
Code commune 71266
Démographie
Population
municipale
316 hab. (2018 en diminution de 10,99 % par rapport à 2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 04′ 54″ nord, 4° 14′ 47″ est
Altitude Min. 327 m
Max. 566 m
Superficie 25,36 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Autun
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Autun-1
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lucenay-l'Évêque
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lucenay-l'Évêque
Liens
Site web lucenay71.fr

Lucenay-l'Évêque est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ancienne signalisation routière à Lucenay-l'Évêque (la RN 80 est ici devenue la D 980).

De Lucenay-l’Évêque dépendent sept hameaux – qui furent autrefois pour certains de petits fiefs avec maison forte, tel celui de Visigneux – et cinq écarts.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chissey-en-Morvan Savilly (Côte-d'Or) Manlay
(Côte-d'Or)
Rose des vents
Cussy-en-Morvan N Barnay
O    Lucenay-l'Évêque    E
S
Sommant Reclesne

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lucenay-l'Évêque est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Autun, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 42 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (62,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (60,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (62,2 %), prairies (36,5 %), zones urbanisées (1,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1225, Gaufridus de Lucenay et Ermengardis, donation de deux vignes de Longchamp près de Lucenay-l'Évêque, à l'abbaye Saint-Martin d'Autun[8]. Le nom de ce village vient de ce qu'il abritait la maison d'été des Evêques d'autun, que l'archevêché en était du moins propriétaire jusqu'à la révolution . Cette forte maison d'aspect médiéval existe toujours, il s'agit de la maison de la famille Gaudry, sise sur le place du village et jouxtant la Mairie. De l'autre coté qui est plus visible, la façade très peu ouverte offre un aspect encore défensif.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Marc Périllat UDI  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2018, la commune comptait 316 habitants[Note 3], en diminution de 10,99 % par rapport à 2013 (Saône-et-Loire : −0,73 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6968048999881 0281 1691 2211 2401 236
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1381 2061 1611 1311 1831 1381 1561 1211 041
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
935932872874144727714656560
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
507536479470410385389389358
2017 2018 - - - - - - -
319316-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne chapelle Saint-Hubert, du XVIIe siècle, transformée en bibliothèque en 1987[13].
  • Le château de Visigneux, propriété de la famille de Ganay.
  • L'église de la Nativité-de-la-Vierge-Marie de Morey, du XIVe siècle.
  • Église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge au bourg.
  • La mairie-école, spectaculaire bâtiment (avec façade néo-classique) construit en 1860 d'après des plans de l'architecte Burdin (avec prétoire destiné à la justice de paix du canton)[14].
  • Le monument aux morts.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lucenay-l'Évêque Blason
De sinople à la barre ondée d'azur et bordée d'argent, à une crosse d'or brochant sur le tout[15].
Détails
Adopté le .

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles de Ganay (maire), Lucenay-l’Évêque, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 64 (Noël 1985), pp. 7-9.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Autun », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 16 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 16 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte N° XXXIX & XL. Texte en ligne.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. Annie Bleton-Ruget, Alain Dessertenne, Françoise Geoffray, Martin Raether, Des bibliothèques dans des lieux patrimoniaux, article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire », n° 199-200 de novembre 2019, p. 50-63.
  14. « Les écoles communales du canton de Lucenay-L'Évêque », article d'Alain Dessertenne et Jean-François Rotasperti paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 73 (printemps 1988), pages 25 à 28.
  15. « 71266 Lucenay-l'Évêque (Saône-et-Loire) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 15 février 2021).