Uchon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Uchon
Uchon
Les « Rochers du Carnaval d'Uchon ».
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Autunois Morvan
Maire
Mandat
Guy Federspield
2020-2026
Code postal 71190
Code commune 71551
Démographie
Population
municipale
88 hab. (2021 en diminution de 17,76 % par rapport à 2015)
Densité 7,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 48′ 48″ nord, 4° 15′ 19″ est
Altitude Min. 309 m
Max. 681 m
Superficie 11,86 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Le Creusot
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Autun-2
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Uchon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Uchon
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
Uchon
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Uchon

Uchon est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Uchon est perchée sur le petit massif granitique du même nom, qui se rattache au Morvan, tout au sud du parc naturel régional du Morvan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans une zone de transition entre les régions climatiques « Lorraine, plateau de Langres, Morvan » et « Centre et contreforts nord du Massif Central »[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,7 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 274 mm, avec 14,7 jours de précipitations en janvier et 8,9 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Symphorien de Marmagne », sur la commune de Saint-Symphorien-de-Marmagne à 7 km à vol d'oiseau[3], est de 11,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 974,4 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 42 °C, atteinte le ; la température minimale est de −22 °C, atteinte le [Note 1],[4],[5].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[6]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Uchon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Creusot, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (75 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (75 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (74,6 %), prairies (20,8 %), zones agricoles hétérogènes (4,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,4 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Uchon est née au Moyen Âge. La seigneurie partage alors le destin féodal de Bourbon-Lancy (voir à cet article), et fut donc aux Semur de Luzy puis passa par des mariages aux Châteauvillain, aux Mello et aux La Trémoille (aux XIIIe-XVe siècles). Jeanne de La Trémoïlle († v. 1454), comtesse de Joigny et dame de Grignon, en hérite (alors que Bourbon passe à sa sœur cadette Claude de La Trémoïlle, † v. 1438/1440) ; Jeanne épouse en 1424 Jean de Chalon, baron de Vitteaux et de Lormes, et leur petite-fille Charlotte de Chalon (fille de leur fils Charles de Chalon), comtesse de Joigny et dame d'Uchon, marie Adrien de Sainte-Maure-Montgauger († au début du XVIe siècle), comte de Nesle ; leur fille Barbe-Edmée de Ste-Maure, dame d'Uchon, de Lormes et de Grignon, épouse Antoine de Jaucourt-Dinteville († en 1515 à Milan de blessures reçues à Marignan), d'où Jean de Dinteville († 1552 au siège de Metz), lui-même père de Joachim de Dinteville (1538-† en 1607 sans postérité), baron d'Uchon et de Lormes, sire de Grignon.

Désormais, les bailliage et baronnie d'Uchon dépendaient de trois seigneuries[14] : la part de la Tour du Bost, et les parts des Crots et de Champignolle :

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Bruno Grauer    
mars 2008 mars 2014 Lucette Duband    
mars 2014 mai 2014 Etienne Descours    
mai 2014 mars 2020 Jean-Marc Dumont    
Les données manquantes sont à compléter.

Elle dépend jusqu'au de la communauté de communes Arroux Mesvrin, et à la suite du regroupement, de la communauté de communes du Grand Autunois Morvan[23].

Démographie[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, la commune comptait encore environ 500 habitants, le chiffre de la population s'étant effondré depuis lors.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[25].

En 2021, la commune comptait 88 habitants[Note 4], en diminution de 17,76 % par rapport à 2015 (Saône-et-Loire : −1,1 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
410359416664734737742727695
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
588558535580566557625574542
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
501455405313296260238206163
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
11689736755859597105
2018 2021 - - - - - - -
9388-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église d'Uchon.
  • Le signal d'Uchon est un site touristique réputé pour ses chaos granitiques et ses panoramas exceptionnels. Il comporte de nombreuses curiosités : la pierre qui croule, la griffe du diable, la chambre du bois, le carnaval[28]. Le site des rochers du Carnaval est l'un des huit sites naturels gérés en Saône-et-Loire par le Conservatoire d'espaces naturels de Bourgogne[Note 5]. Ce site se caractérisant par la présence de nombreux chaos granitiques bénéficie d'un panorama remarquable sur la vallée de l'Arroux et le Morvan. La forêt de hêtres, les landes et les pelouses acides sont les principaux milieux naturels se développant sur ces roches.
  • L'église Saint-Roch, menue, au clocher coiffé en bâtière[29], juxtaposant une nef romane et un chœur flamboyant, dont les plus belles statues ont malheureusement été volées en 1973[30].
  • L'oratoire de la Belle-Croix, fait de granite, construit au XVIe siècle. À l'époque, la région subissait de nombreuses épidémies de peste. L'église d'Uchon qui renfermait des reliques de saint Sébastien, faisait l'objet de pèlerinages réunissant parfois plusieurs milliers de personnes. L'oratoire fut donc érigé afin de satisfaire les besoins de ces nombreux pèlerins en permettant la tenue de messes en plein air.
  • Le théâtre de verdure construit sur les restes de l'ancien château.
  • Le centre monastique orthodoxe et ses fresques (récentes). Le centre a été fondé en 1989 dans l'ancienne cure de la chapelle du château par le père Luc Devoisin-Lagarde, iconographe. Inscrit depuis 1992 au Patrimoine de France, il dépend depuis 2008 de l'Église orthodoxe serbe.
L'oratoire d'Uchon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le site fut habité par le peintre Louis Charlot, « peintre du Morvan » dont une toile est exposée au musée du Louvre et plusieurs au musée d'Autun, ainsi que, plus récemment, par le peintre bourguignon Pierre Leygonie qui y avait son atelier d'été[31], et y a puisé ses sources d'inspiration tout au long de sa vie.
  • Le botaniste Émile Chateau, né à Uchon (au hameau des Theurets) le [32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  5. Avec le site naturel protégé de la Boucherette (Lugny), le sentier de Longepierre, les prairies et le bocage d'Ouroux-sur-Saône, la réserve naturelle de La Truchère-Ratenelle, le mont Avril (Jambles, Moroges et Saint-Désert), la lande de La Chaume (Le Creusot) et la carrière de Rampon (Verzé).

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Uchon et Saint-Symphorien-de-Marmagne », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Saint-Symphorien de Marmagne », sur la commune de Saint-Symphorien-de-Marmagne - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Saint-Symphorien de Marmagne », sur la commune de Saint-Symphorien-de-Marmagne - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Le Creusot », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. « Baronnie d'Uchon, p. 7 et aussi 1, 2, 8 et 9, notice établie par Patrick Martin, 2014 », sur Bailliage de Montcenis, in Inventaire-Sommaire des Archives départementales de Saône-et-Loire antérieures à 1790. Séries A et B, tome Ier
  15. « Annales du Prieuré de Mesvres (lié à Uchon), par Anatole de Charmasse, p. 321-394 > p. 388 », sur Mémoires de la Société éduenne, t. VI, chez Dejussieu, à Autun, 1877
  16. « Bordeaux dans le val du Mesvrin, p. 78 », sur Histoire généalogique de la Maison de Chastellux, par le comte Henri-Paul-César de Chastellux, chez Gustave Perriquet, à Auxerre, 1869
  17. « Les Foucquet : Madeleine Foucquet de Chalain et son mari François de Rochefort de La Boulaye, p. 212 », sur Nobiliaire de Picardie, parJean (François) Haudicquer de Blancourt, chez Robert-Jean-Baptiste de La Caille, à Paris, 1693
  18. « Françoise de Rabutin-Chantal et son fils François de Toulongeon, barons d'Uchon, p. 347 », sur Le Morvand, t. II, par Jean-François Baudiau, chez Paulin Fay, à Nevers, 1866
  19. « Généalogie de la Maison de Toulonjon ou Toulongeon, p. 827-836 : Seigneurs d'Alonne, p. 835-836 », sur Histoire généalogique et chronologique de la Maison royale de France, t. IX, par les Pères Anselme, Ange et Simplicien, et Pol Potier de Courcy, chez Firmin-Didot et Cie, à Paris, 1879
  20. « Le château d’Alone-Toulongeon à La Chapelle-sous-Uchon (Saône-et-Loire), par Bernard Gueugnon, 2014 », sur CECAB (Centre de Castellologie de Bourgogne)
  21. « Château d'Alone-Toulongeon, mars 2019 », sur Alone Toulongeon
  22. « Maison de Lang(h)eac : Les alliances Bussy-Rabutin, Langeac de Dallet et Cugnac de Dampierre, p. 415 », sur Dictionnaire de la Noblesse, par François-Alexandre Aubert de La Chesnaye des Bois et Jacques Badier, t. XI, chez Schlesinger, à Paris, 1867
  23. Eric Dujardin Le grand Autunois-Morvan est né Le Journal de Saône-et-Loire, 13 septembre 2013
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  28. « Les chaos granitiques d'Uchon », article de Jean Béguinot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » no 181 de mars 2015, pages 14 à 17.
  29. « Clochers en bâtière », article de Fernand Nicolas paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 132 de décembre 2002 (pages 2 à 5).
  30. Six statues sur un total de douze (saint Roch, le patron de l'église, ainsi que saint Antoine, saint Michel, sainte Marie-Madeleine, sainte Geneviève et saint Christophe), qui furent dérobées lors d'un vol perpétré dans la nuit du 14 au 15 septembre 1973. Sources : Le canton de Mesvres, article de Raymond Oursel paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 42 de l'été 1979 (pp. 3-7), et Sauvons-les !, article du chanoine Denis Grivot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 29 de mars 1976 (pp. 9-11).
  31. Martine Chantereau « Pierre Leygonie, période rouge »
  32. Source : Émile Château (1866-1952), fondateur de la sociologie végétale, article (écrit par la fille d'E. Château) paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 30 (juin 1976), pp. 19-21.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Chazelle, Uchon, son histoire, ses légendes, ses rochers, Dôle, Presse jurassienne, , 77 p.
  • abbé G. Bringer, Uchon : guide des visiteurs et touristes, Autun, Taverne et Chandioux, 65 p.
  • chanoine Louis Köll, André Thomassey et Maurice Guilleminot, Uchon, la perle du Morvan, Uchon, Société des amis d'Uchon, , 32 p.
  • Maurice Guilleminot, Histoire d'Uchon, Uchon, chez l'auteur, , 128 p.
  • Alain Dessertenne, Le piémont d'Uchon, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 108 (), pp. 17–22.
  • Raymond Oursel, Pochades : Uchon, Suin, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 61 (printemps 1985), pp. 11–13.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]