Saint-Léger-sous-Beuvray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Léger.

Saint-Léger-sous-Beuvray
Saint-Léger-sous-Beuvray
Place centrale de Saint-Léger-sous-Beuvray
(au fond, la mairie).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Canton Autun-2
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Autunois Morvan
Maire
Mandat
Anne-Marie Ducreux
2014-2020
Code postal 71990
Code commune 71440
Démographie
Population
municipale
391 hab. (2015 en diminution de 17,51 % par rapport à 2010)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 27″ nord, 4° 06′ 07″ est
Altitude Min. 294 m
Max. 821 m
Superficie 34,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-sous-Beuvray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-sous-Beuvray

Saint-Léger-sous-Beuvray est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Léogardiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Morvan au mont Beuvray.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Prix La Grande-Verrière Rose des vents
Glux-en-Glenne (Nièvre)
Larochemillay (Nièvre)
N Laizy
O    Saint-Léger-sous-Beuvray    E
S
Poil (Nièvre) La Comelle

Histoire[modifier | modifier le code]

Nommé Beuvremont avant la Révolution.

Le 18 juin 1718, à la tombée de la nuit, seize habitants furent blessés et/ou défigurés par un loup enragé qui visita le village après être descendu du sommet du mont Beuvray. Tous sauf un décédèrent d'hydrophobie. À la suite de cet incident, une confrérie de Saint-Hubert fut établie à l'église par l'autorité de l'évêque pour la destruction des bêtes sauvages.[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs JEAN VIEILLARD BARON Mme DEBES Mr FOUQUET Mr CORNELOUP Mr JANEL
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours André Barret   retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2015, la commune comptait 391 habitants[Note 1], en diminution de 17,51 % par rapport à 2010 (Saône-et-Loire : -0,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0809909341 0991 1671 2701 4171 4181 436
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3661 3661 4651 5831 6931 8201 8381 8681 788
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7701 7181 6151 2841 1871 2011 051983878
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
773740628590540524492488483
2013 2015 - - - - - - -
403391-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph-François de Champeaux (1775-1845), identificateur en 1806 du premier échantillon minéral d'uranium radioactif découvert en France (l'autunite), mort à Saint-Léger-sous-Beuvray (château de Lavault) le 16 octobre 1845[6].
  • Augustin Jordan, militaire, Compagnon de la Libération, et diplomate français, y est décédé le 24 mars 2004 et y est inhumé
  • Ernest Goujon, champion cycliste qui participa aux Tours de France 1908 et 1909, est né à Saint-Léger le 19 février 1889.
  • Claude Truchot -Prudence, écrivain, éditeur (fondateur des Éditions du Levain).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Lucien Taupenot (alias Luc Hopneau), La rage en Saône-et-Loire : prophylaxie et traitement avant Pasteur, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 45 (printemps 1981), pp. 27-28.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. « "L'effet radiant" en Saône-et-Loire, il y a un siècle », article de Lucien Taupenot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 112 de décembre 1997, pages 19 et 20.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :