Mesvres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mesvres
Mesvres
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Autunois Morvan
Maire
Mandat
Christian Delaforge
2020-2026
Code postal 71190
Code commune 71297
Démographie
Population
municipale
757 hab. (2018 en diminution de 1,56 % par rapport à 2013)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 51′ 47″ nord, 4° 14′ 33″ est
Altitude Min. 273 m
Max. 645 m
Superficie 23,46 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Autun
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Autun-2
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mesvres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mesvres
Liens
Site web mesvres.com

Mesvres est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au IXe siècle, le village s'appelait Magaverum au XIIe siècle, il devient Magabrum aux Xe siècle et XIIe siècle, puis Magobrium au XIIIe siècle, puis au cours des siècles : Mehevre, Maivre ou Meevre pour finir par Mesvres[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Mesvrin, affluent de l'Arroux, est le principal cours d'eau parcourant la commune.

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

La Certenue - Chevannes - Fougerette (moulin-étang) - Geneste du Chaigne (bois) - les Genevois - les Jonchères - Lavaut - la Maizière - Morvanges - la Perrière (bois) - la Porolle - Runchy - la Thivelet - les Vincents - Villebert, la Loge - les pâtureaux

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mesvres est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Autun, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 42 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (69,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (54,1 %), forêts (27,8 %), zones agricoles hétérogènes (15 %), zones urbanisées (2,5 %), terres arables (0,6 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les évêques d'Autun reçoivent de Charles le Chauve le siège d'un prieuré sis à Mesvres. Ce prieuré fut cédé en 994 à l'abbaye de Cluny. Pierre de Beaufort, prieur de Mesvres en 1357, fut le dernier pape français (Grégoire XI) à Avignon. L'abbaye Sainte-Marie de Saint-Jean-le-Grand d'Autun, possédait les terres de Runchy[9]. À la fin du XIVe siècle, le village et la contrée eurent à souffrir des Routiers à la tête desquels était Jacques d'Aigrefeuille, curé de Mesvres en personne[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
20/09/1792 (an I) 23 pluviôse an II François Mereau    
23 pluviôse an II 1er vendémiaire an III Toussaint Jondeau    
1er vendémiaire an III an IV Toussaint Jondeau    
an IV an IX Jean Bouheret    
an IX 17 prairial an XIII Antoine Blochet    
17 prairial an XIII 24 octobre 1810 Pierre-Nicolas Haillot    
24 octobre 1810 ? 1815 Louis Thevenot    
? 1815 12 mai 1815 Jean-Bte Brissot    
12 mai 1815 08 décembre 1831 Léger Bacquelot    
08 décembre 1831 18 janvier 1835 Jean-Marie Lussiaux    
18 janvier 1835 fin décembre 1835 Claude Nectoux    
fin décembre 1835 janvier 1844 Jean-Pierre Pidault    
janvier 1844 juillet 1846 Pierre-J Desplaces    
juillet 1846 1er décembre 1848 Simon Jondeau    
1er décembre 1848 7 septembre 1849 Jean-Pierre Pidault    
7 septembre 1849 septembre 1870 Jean-Claude Desplaces de Charmasse    
septembre 1870 14 mai 1871 Antoine Duverne    
14 mai 1871 17 septembre 1871 Jean-Claude Desplaces de Charmasse    
17 septembre 1871 13 février 1874 Lazare Abord    
13 février 1874 janvier 1878 Jean-Claude Desplaces de Charmasse    
janvier 1878 9 juin 1879 Léon Lacomme    
9 juin 1879 24 septembre 1891 Charles-Lazare Abord    
24 septembre 1891 15 mai 1892 Léon Lacomme    
15 mai 1892 15 mai 1904 Jean Couland    
15 mai 1904 17 mai 1908 Antoine Dodille    
17 mai 1908 10 décembre 1919 Etienne Richard    
10 décembre 1919 4 janvier 1925 Pierre Ducreux    
4 janvier 1925 juillet 1934 Jacques Lacomme    
juillet 1934 16 septembre 1934 Jean Diard    
16 septembre 1934 19 mai 1935 Jean-Marie Gagnard    
19 mai 1935 17 mai 1945 Pierre Terrade    
17 mai 1945 26 octobre 1947 Lucien Cordonnier    
26 octobre 1947 5 juin 1960 Pierre Terrade    
5 juin 1960 1er février 1976 Jacques Grenaut   médecin
1er février 1976 mars 2001 Hervé Charles   enseignant
mars 2001 mars 2008 Jean-Bernard André    
mars 2008 en cours André Jarlot   notaire honoraire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2018, la commune comptait 757 habitants[Note 3], en diminution de 1,56 % par rapport à 2013 (Saône-et-Loire : −0,73 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5676086228478871 0261 0451 1201 141
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1101 1211 1361 1631 1951 2411 3181 3341 421
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3541 3411 3431 3281 2261 1881 1201 045946
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
949854930890836840855789764
2018 - - - - - - - -
757--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux
  • Temple antique à l'emplacement du prieuré.
  • Prieuré Saint-Martin de Mesvres, ancien monastère bénédictin relevant de l'ordre de Cluny mentionné pour la première fois en 843 et présentant l'aspect d'une maison forte des XVe et XVIe siècles.
  • Église de l'Assomption, église romane du XIIe siècle restaurée en 1980-1981 comprenant :
    • charpente révélée par la restauration ;
    • retables XVe et XVIe siècles ;
    • siège abbatial XVIe siècle.
  • la chapelle Notre-Dame de la Certenue du XVIIe siècle et sa fontaine où l'on peut voir :
    • une statue de la vierge du XVIe siècle, source de dévotion ;
    • un ex-voto ;
    • les dalles de caveaux (sépultures des familles Bard et Raymond).
Patrimoine civil
  • les restes d'un camp retranché antique, au signal de Notre-Dame-de-la-Certenue.
  • des vestiges celtiques et gallo-romains.
  • sur le Mesvrin, deux ponts à bec du XVIIe siècle, construits sur la commande de Mme Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné.
  • au cimetière : trois pierres sculptées du Moyen Âge.
  • Château du Mousseau, XIXe siècle.
Autre
  • au lieu-dit Le Peut Crot : la « pierre de la Dame », à laquelle sont attachées diverses légendes (pierre gravée d'une croix, l'un des deux traits ayant le profil d'un serpent)[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre de Beaufort, prieur de Mesvres, fut le dernier pape français (Grégoire XI) à Avignon.
  • Madame de Sévigné a financé les deux ponts à bec enjambant le Mesvrin afin que ses porteurs de chaise ne trempent pas leurs chausses lors de ses visites à sa famille demeurant à Toulongeon.
  • Françoise de Rabutin-Chantal, comtesse de Toulongeon, a fait bâtir la chapelle Notre-Dame de la Certenue en 1675.

Sports[modifier | modifier le code]

Un club de football nommé le Réveil Sportif de Mesvres qui évolue dans le district du Pays Minier (niveau départemental).

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • L'Amicale des écoles : agrémenter les temps périscolaires des enfants scolarisés à Mesvres, arbre de Noël, etc. Présidente : Muriel Julien.
  • M 3 C : custom de moto. Président : Alain Battistella.
  • École de musique de Mesvres : enseignement sur piano, clavier, orgue, guitare et accordéon.
  • Réveil Sportif de Mesvres : club de football. Président : Joël Bailey.
  • Les Lacets Multicolores : section de marche AMUR, randonnées.
  • Les Attelages du Mesvrin : randonnée en attelage, concours de labour à l'ancienne, fête du cheval.
  • Club Théâtre : président d'honneur et fondateur Hervé Charles. Présidente : Solange Besombes.
  • Le Mesvrin VTT : école du vélo, VTT départemental, régional, national et international.
  • Les Amis du Prieuré : sauvegarde, restauration et animation de l'édifice médiéval classé site clunisien. Président : Dominique Labonde, propriétaire du prieuré.
  • Association pétanque de Mesvres : président Christian Désire.
  • Union National des Combattants section de Mesvres : président Bernard Champmartin.
  • Amicale départementale des anciens de la Légion étrangère de Saône-et-Loire : président François-Xavier Auquier.
  • Les Amis du Mesvrins : association d'amis pêcheurs. Président : François Drozdowski.
  • Comité FNACA Broye-Mesvres.
  • Judo Club Arroux Mesvrin.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anatole de Charmasse, Historiques du prieuré de Mesvres en Bourgogne et ses dépendances, Autun, Dejussieu, 1877, In-8°, 178.p. et 8 pl. lithog.
  • Hervé Charles (maire de Mesvres), Mesvres hier, aujourd'hui, demain, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 96 (), pp. 17-19.
  • Raymond Oursel, Le canton de Mesvres, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 42 (été 1979), pp. 3-7.
  • Gérard Guénot, Découvrons la chapelle de La Certenue, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 23 (), pp. 3-5.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anatole de Charnasse, op.cit.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Autun », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 16 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 16 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Nathalie Verpeaux:" Saint-Andoche et Saint-Jean-le-Grand d'Autun au Moyen Âge ", p. 214.
  10. A. de Charmasse, op.cit.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. « La "pierre de la Dame" à Mesvres », article de Louis Lagrost paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 63 (automne 1985), pages 17 à 21.