Bazoches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bazoches (homonymie).
Bazoches
Image illustrative de l'article Bazoches
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Canton Corbigny
Intercommunalité Communauté de communes Morvan Sommets et Grands Lacs
Maire
Mandat
Robert Sauterel
2014-2020
Code postal 58190
Code commune 58023
Démographie
Population
municipale
175 hab. (2014)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 39″ nord, 3° 47′ 15″ est
Altitude Min. 193 m
Max. 417 m
Superficie 14,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bazoches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bazoches

Bazoches est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bazoches vue depuis Saint-Aubin-des-Chaumes.

Bazoches se situe dans le Morvan et fait partie de son parc naturel régional.

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

Bourg Bassot, Montjourné, Cœugne, Champignolles-le-haut, Champignolles-le-bas, Armance, Vauban, le Moulin Verrot, le Moulin de Serre, la ferme Rousseau, Écosse, l'Huis Guenin-Renault[1], la ferme de Vassy, le château de Bazoches[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Aubin-des-Chaumes Domecy-sur-Cure (Yonne) Saint-André-en-Morvan Rose des vents
N Empury
O    Bazoches    E
S
Neuffontaines Pouques-Lormes

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bazoches est une formation toponymique médiévale, basée sur l'ancien français basoche, ou bazoche (église). Ce terme est issu, par évolution phonétique, du latin basilica (basilique, édifice public couvert où se rendait la justice, église ou chapelle chrétienne [réf. nécessaire]).

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est connue pour le château de Bazoches, où a résidé le maréchal de Vauban. La petite église Saint-Hilaire datant du XIIe siècle abrite le tombeau de la famille de Vauban.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Curés 
  • Hugues : il fit, en 1272, une transaction avec l'abbé de Cure, concernant les dîmes ;
  • Étienne : il donna, en 1311, reconnaissance à cet abbé de l'abbaye Saint-Martin de Chore à Cure des droits de son monastère dans la cure de Bazoches[3] ;
  • Jehan Droin (1461-1495) ;
  • De 1495 à 1504, le nom des curés de Bazoches est inconnu. Il est à supposer que pendant les guerres de religion, la paroisse était desservie par les moines de l'abbaye Saint-Martin de Chore ;
  • Symon Droin, 1504 ;
  • Pierre Droin, 1530 ;
  • Vincent Gourlot, 1625 ;
  • Magdelénat, 1660 ;
  • Charles Belin : inhumé dans le caveau régnant sous le chœur le  ;
  • Étienne Flandin, 1707 : inhumé à côté du précédent le  ;
  • Jean Malingre, 1739 ;
  • Daniel, 1743 ;
  • Cognier, 1772 : il prêta le serment le , avec une restriction qu'il fit insérer au procès-verbal : « Dans tout ce qui ne sera pas opposé à la religion catholique, apostolique et romaine, dont je suis ministre et dans laquelle je veux vivre et mourir ». Il se rétracta bientôt et fut sommé en novembre de quitter son presbytère avec défense de dire des messes, les fêtes patronales et solennelles[4]. Il se cacha au Bourgbassot dans les familles Boileau et Magdelénat. Découvert, il dut fuir à nouveau pour éviter des ennuis à ses hôtes. Son vicaire, Jacques-Eustaches Ducrot, originaire d'Empury, refusa de prêter le serment. Conformément à la loi du , il demanda un passeport pour partir à l'étranger et l'obtint. Ne voulant pas abandonner ses paroissiens, il resta et fut découvert. Arrêté, il fut traduit devant le tribunal révolutionnaire qui le condamna à dix ans de réclusion et à l'exposition publique. En février 1794, on le tira de son cachot pour l'envoyer à Brest, où il mourut martyr de sa foi à trente-et-un ans[5].

Depuis la Révolution[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Michel Petetin    
mars 2014 en cours Robert Sauterel    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 175 habitants, en augmentation de 8,7 % par rapport à 2009 (Nièvre : -3,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 028 571 548 714 731 805 863 858 838
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
793 768 800 772 771 784 705 652 597
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
568 560 516 396 394 329 328 333 308
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
280 311 283 266 223 197 160 177 175
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Bazoches : membre du Réseau des sites majeurs de Vauban ;
  • Château de Vauban, au lieu dit Vauban : ancienne maison forte du XIIe siècle. Propriété successivement des familles Sallenay, de Bazoches, de Chastellux. En 1533, Charles de Champignolles en devient propriétaire. Il le vend en 1548, avec les droits féodaux et seigneuriaux qui y sont attachés, à Émery le Prestre, qui prend le nom de Vauban en 1558. Son petit fils, le maréchal de Vauban, achète le château à ses cousins en 1684, après avoir acquis le château de Bazoches ;
  • Église Saint-Hilaire : édifice gothique du XIIe siècle, reconstruit au XVIIe siècle. Imposant autel. Peintures du chevet et des chapelles récemment restaurées. Caveau familial du maréchal de Vauban, dont le cœur est à Paris aux Invalides depuis la décision de Napoléon en 1808. Ouvert tous les jours de 9 h à 18 h[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Luiguedin-Renault dans l'ouvrage de Louis Guédan, Paris-Bazoches, 1899, p.8.
  2. Source : Un coin du Morvand (le canton de Lormes) - Armand Billaud (1900)
  3. Louis Guédan, op.cit, p.29.
  4. Archives de la mairie de Bazoches.
  5. Louis Guédan, op.cit, p.29-30.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Diocèse de Nevers, Visitez les églises de la Nièvre , Pastorale Tourisme et Loisirs, 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :