Cussy-en-Morvan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cussy-en-Morvan
Cussy-en-Morvan
Vue générale de la commune.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Autunois Morvan
Maire
Mandat
Norbert Estienne
2020-2026
Code postal 71550
Code commune 71165
Démographie
Population
municipale
383 hab. (2018 en diminution de 15,64 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 05′ 25″ nord, 4° 09′ 51″ est
Altitude Min. 365 m
Max. 720 m
Superficie 34,77 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Autun
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Autun-1
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cussy-en-Morvan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cussy-en-Morvan

Cussy-en-Morvan est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans le massif du Morvan, à 478 m d'altitude (au niveau de la mairie), le village se trouve à l'extrême nord de la Saône-et-Loire, étroitement limitrophe de la Nièvre et plus largement de l'enclave de Ménessaire, rattachée à la Côte-d'Or. La commune est située au cœur du parc naturel régional du Morvan et en présente toutes les caractéristiques : paysages vallonnés, fermes en pierres, élevage de charolais, commerce du bois, randonnée (VTT, équitation, marche à pied).

La commune s'étend sur 34,8 km2 et compte 472 habitants selon le dernier recensement de la population datant de 2007. Avec une densité de 13,6 habitants par km2, Cussy-en-Morvan a connu une hausse de 1,7 % de sa population par rapport à 1999. Elle comporte une quarantaine de hameaux.

Entouré par les communes de La Petite-Verrière, Anost, Gien-sur-Cure (Nièvre), Ménessaire (Côte-d'Or), Chissey-en-Morvan, Lucenay-l'Évêque et Sommant, Cussy-en-Morvan est situé à 19 km au nord-ouest d'Autun, la plus grande ville à proximité. La rivière de Cussy (bassin de la Celle) est le principal cours d'eau qui traverse le village. Le Vernet, Le Grand Vernet, le ruisseau de Davelle, le ruisseau de la Gagère et le ruisseau du Fourneau coulent également dans cette commune.

En plus du bourg, Cussy-en-Morvan est composé de 38 hameaux: Allye, Bollère, Champotot, Chèvre, Davelle, Ez Prés, Faye, Frétoy, La Forge, La Guénarde, La Vallée, Le Champs Long, Le Colombier, Le Crapissot, Le Crot, Le Crot Noir, Le Montet, Le Moulin, Le Prey, Les Bouaux, Les Champs de Chose, Les Champs Devant, Les Chaules, Les Chazets, Les Grandes Pièces, Les Grands Genêts, Les Jours, Les Plats, Le Thil, Le Vernois, Maison Bourgoux, Marey, Montcimet, Montloiron, Thivelle, Vignerux, Villeboeuf, Vismogey.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cussy-en-Morvan est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Autun, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 42 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (62,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (62,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (62,3 %), prairies (35,1 %), zones agricoles hétérogènes (1,5 %), zones urbanisées (1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Cussy apparaît pour la première fois dans un texte écrit en 936, sous la forme Cociacum (puis Cuceium, Cucei)[8].

En 1455, Jean de Marrey, écuyer, seigneur des Jours fait l'acquisition de la seigneurie de Marrey le , de Catherine de Courvol, épouse de Jean de Marrey, chevalier, sire de Villaines[9]. Philippe III le Bon, duc de Bourgogne, en cède la mouvance à Michel de Chaugy, dit le Brave, le [10]. Vers 1500 Jean de Marey construit une maison forte, commencée par ses prédécesseurs, "une maison de dix toises de long et cinq toises de large, avec deux demi-ronds de pierre. La maison est sans fossés, créneaux, ni pont levis"[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1792 janvier 1795 Rozier    
janvier 1795 janvier 1796 Simon Simon    
janvier 1796 septembre 1797 Claude Grassot    
septembre 1797 mai 1798 Duprey    
mai 1798 novembre 1800      
novembre 1799 mai 1800 Rozier    
mai 1800 septembre 1804 Claude Grassot    
septembre 1804 juin 1816 Martenne   Capitaine d'artillerie
juin 1816 septembre 1821 Vieillard    
septembre 1821 décembre 1822 Martenne   Capitaine d'artillerie
janvier 1823 avril 1834 Lazare Dureuil    
avril 1834 avril 1835 François Laurent Bourceret    
avril 1835 novembre 1846 Lazare Bigeard    
novembre 1846 septembre 1852 Antoine Sigaud    
septembre 1852 décembre 1859 Jean Maratray    
janvier 1860 1865 Claude Jean Lazare Gibassier    
1865 février 1874 Philibert Gilliot    
février 1874 1875 Jean Lacomme    
1875 1876      
1876 1895 Jean Machin   Marchand de tissus
1895   Charles Houzé    
octobre 1947 juillet 1963 Albert Lamu    
juillet 1963 mars 1973 Claudius Duprey    
mars 1973 mars 1977 Claude Lavesvre    
mars 1977 mars 2001 Jean Gaudillot DVG  
mars 2001 février 2020 Guy-François Verdier DVG  
février 2020 en cours Norbert Estienne S.E.  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2018, la commune comptait 383 habitants[Note 3], en diminution de 15,64 % par rapport à 2013 (Saône-et-Loire : −0,73 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3111 1871 3551 4101 4541 7472 0352 0011 992
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9412 0162 1052 2572 3502 4722 4242 1512 077
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9511 8651 6581 2935791 1661 0981 006814
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
734672522505509465461460455
2017 2018 - - - - - - -
388383-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

De nombreux gîtes peuvent accueillir les passants. Le village vit encore bien grâce à l'investissement de ses habitants. Il existe une épicerie, un coiffeur, un bar restaurant, diverses petites entreprises, une école, un bureau de poste, une bibliothèque, et un médecin. La commune comporte de nombreuses résidences secondaires et attire notamment des ressortissants néerlandais.

Des artistes et artisans se sont également installés a Cussy-en-Morvan, vraisemblablement pour le calme et pour le mode de vie : peintres, sculpteurs, couteliers...

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Léger[modifier | modifier le code]

L'église de Cussy-en-Morvan, aujourd'hui église Saint-Léger, était autrefois dédiée aux saints Pierre et Paul. On retrouve des écrits dès 936 au sujet de cette église mais les deux chapelles de l'église datent du XVIe siècle. Le chœur de l'église fut agrandi en 1850, ainsi que les nefs centrale et latérales. La flèche du clocher quant à elle a été remontée en 1865. Les travaux d'agrandissements qui lui donnent son aspect actuel furent achevés en 1885. L'ancienne cloche a été refondue en 1858 et deux nouvelles cloches installées par le fondeur de l'empereur (Auguste Hildebrand à Paris) : une cloche baptisée Philiberte (500 kg, parrain Claude Duprez, prêtre, et marraine Philiberte Monnier, dame Gilot) et une cloche baptisée Marie (parrain François Marmillot, de Cussy, prêtre, et marraine Marie Gibassier).[16]

Lavoir[modifier | modifier le code]

Le lavoir, qui se situe dans le bas du village de Cussy, a été en 2005 entièrement rénové à l'identique de l'époque. Il est constitué de pierre à laver, la rivière passant au centre du lavoir. Il est abrité d'une simple charpente bois, recouverte d'ardoises, typique du Morvan.

Mairie, écoles et arcades[modifier | modifier le code]

La mairie-école de Cussy-en-Morvan.

La mairie école fut construite en 1887-88 par l'architecte François Dulac, puis achevée par l’architecte autunois Guerrin. Le bâtiment comporte au sud treize arcades[17],[18]. Sa façade a été restaurée récemment, malheureusement en recouvrant les magnifiques pierres de son mur qui sont apparues pendant les travaux.

Chapelle[modifier | modifier le code]

Une petite chapelle se trouve au hameau de Montcimet construite en 1620 par le Seigneur de Montcimet, Henri de Gaudry comme en atteste la présence d'une pierre incrustée dans le mur portant l'inscription H 1620 G.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noëlle Perruchot, Le val de Marey, revue « Images de Saône-et-Loire » no 41 (printemps 1979), p. 22-23.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Autun », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 16 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 16 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Histoire de Cussy, sur cussy-en-morvan.fr.
  9. BnF Mms de Gaignières 804. fol 148.
  10. Abbé Jacques-François Baudiau: " Le Morvand ", 3e Ed, Guénégaud, Paris 1965. t.II, p. 511.
  11. Jacques Parain, « La maison de Marey à Cussy-en-Morvan, un manoir à la fin du xve siècle », Chastels et maisons fortes en Bourgogne. Actes des journées de castellologie de Bourgogne 1999-2007,‎ , p. 97-116.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. Brochure de présentation de l'église Saint-Léger de Cussy-en-Morvan éditée par la pastorale des réalités du tourisme et des loisirs du diocèse d'Autun (PRTL 71).
  17. « Les écoles communales du canton de Lucenay-L'Évêque », article d'Alain Dessertenne et Jean-François Rotasperti paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 73 (printemps 1988), pages 25 à 28.
  18. Ecomusee Creusot Montceau, CUSSY-EN-MORVAN : école de filles, puis mairie-école de garçons, consulté le 18/10/2013.