Anost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anost
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Canton Autun-1
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Autunois Morvan
Maire
Mandat
Jean-Claude Nouallet
2014-2020
Code postal 71550
Code commune 71009
Démographie
Gentilé Anostiens
Population
municipale
725 hab. (2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 04′ 41″ nord, 4° 06′ 01″ est
Altitude Min. 357 m – Max. 785 m
Superficie 51,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Anost

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Anost

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Anost

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Anost
Liens
Site web anost.fr

Anost (prononcé [ano]) est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Perché à une altitude de 550 m, le petit village d'Anost se situe au cœur du Haut-Morvan montagnard, plus précisément dans la partie nord de la région du Haut Folin et du Mont Beuvray aux sommets massifs, arrondis ou tabulaires, séparés par des vallées souvent encaissées, à pentes raides.

Communes limitrophes d’Anost
Lavault-de-Frétoy
(Nièvre)
Planchez
(Nièvre)
Gien-sur-Cure
(Nièvre)
Arleuf
(Nièvre)
Anost Cussy-en-Morvan
Roussillon-en-Morvan La Petite-Verrière

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Quarante hameaux dont Bussy, Corcelles, Velée (chapelle).

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

D'un point de vue géologique, le Haut-Morvan montagnard est composé de divers granites et d'un ensemble complexe de roches volcano-sédimentaires, aux sols généralement acides (pH voisin de 5) et principalement dépourvus de calcaire.

La forêt domine le paysage. Y alternent forêts de feuillus (hêtres, chênes) et forêts de résineux (importantes plantations de sapins, d'épicéas, de douglas), bois mixtes et zones de tourbière. L'exploitation forestière y est donc importante (l'enrésinement va croissant).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • Source de la Cure.
  • Rivière d'Anost de la Petite-Verrière.
  • Bien arrosé, le Haut-Morvan montagnard connait une pluviométrie annuelle importante (de 1 600 mm à 2 000 mm suivant les sommets).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église d'Anost abrite dans le bas-côté gauche les gisants de Jehan et Isabeau de Roussillon, restaurés il y a quelques années par l'association Anost Archéologie après avoir été retirés de leur emplacement initial par le curé du lieu en 1852 (date à laquelle ils furent exposés verticalement, contre l'un des murs de l'église)[1].

Parmi les édifices historiques de la commune se trouvent le château de Roussillon (dit le vieux château) ou encore la chapelle Sainte-Claire de Velée[2].

En 1895, Anost dota son hameau d'Athez d'une école mixte de hameau, ce dont bénéficia le hameau de Dront en 1904[3].

Le tacot du Morvan[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, la commune était desservie par une des lignes du tacot du Morvan : le chemin de fer d'Autun à Château-Chinon.

Lors de l'ouverture de la ligne en août 1900, le terminus se trouvait sur le territoire de la commune d'Anost, à la gare desservant les hameaux de Athez et Corcelles. La ligne fut ensuite prolongée le dans le département de la Nièvre, jusqu'à Château-Chinon.

La commune d'Anost bénéficiait de plusieurs points d'arrêt : un arrêt au hameau Les Chevannes, une gare au point kilométrique 19,791 de la ligne à Vaumignon, un arrêt à Velée et enfin une gare aux lieux-dits Athez et Corcelles au point kilométrique 23,725.

Le trafic voyageurs fut stoppé le , remplacé par un service d'autocars. La ligne, fermée définitivement en 1936, fut démontée entièrement en 1939[4].

Locomotive à vapeur Tacot du Morvan d'Autun à Château-Chinon
Commune précédente
La Petite-Verrière
Anost
Les Chevannes (arrêt facultatif)
Vaumignon (gare)
Velée (arrêt facultatif)
Athez-Corcelles (gare)
Commune suivante
Arleuf

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 en cours Jean-Claude Nouallet DVG Retraité Fonction publique
1995 2001 Bernard Dessertenne    
mars 1965 mars 1989 André Basdevant SFIO-PS  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 725 habitants, en augmentation de 4,92 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : 0,19 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 201 2 103 2 248 2 760 2 819 3 012 3 480 3 670 3 863
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 789 3 853 3 556 3 660 3 725 3 609 3 763 3 419 3 069
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 868 2 612 2 411 2 014 1 972 1 882 1 726 1 468 1 175
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 081 1 058 867 847 746 679 672 691 725
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Germain.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La traditionnelle Fête de la Vielle d'Anost[9],[10] est organisée à l'origine par Lai Pouèlée, Association pour l'expression populaire en Morvan. la fête de la vielle a débuté le à Montsauche-les-Settons (Nièvre) par la Journée de la vielle et des vielleux. Ce jour-là, quatre cents spectateurs et une trentaine de musiciens étaient présents. La fête est transférée à Anost (Saône-et-Loire) en 1979 (une journée le 20 mai sous le nom de Grande fête de la vielle), à Ouroux-en-Morvan (Nièvre) en 1980 (deux journées les 9 (Bal Morvandiau traditionnel) et 10 août (Journée de la veille proprement dite) et à Saint-Brisson (Nièvre) en 1981 (une journée le 2 août).

À partir de l'édition 1980, l'Union des groupes et des ménestriers du Morvan (UGMM) reprend l'organisation de la fête qui prend alors le nom de Journée de la veille.

À partir de 1982 (deux journées les 4 et 5 septembre), la fête s'installe définitivement à Anost et à partir de 1983 (deux journées les 27 et 28 août), elle se stabilise dans la seconde quinzaine d'août.

À partir de 1987, à l'occasion des dix ans, elle passe à trois jours et prend le nom de Fête de la vielle en Morvan.

En 1997, pour le 20e anniversaire, elle a lieu sur cinq jours ; en 2002 pour le 25e anniversaire surquatre jours ; en 2007 et 2012 pour les 30e et 35e anniversaires à nouveau sur cinq jours.

À partir de l'édition 1998, la fête prend son nom actuel de Fête de la Vielle.

Pour son 30e anniversaire en 2007, la Fête de la Vielle a accueilli sur cinq jours 25 000 spectateurs venus de toute la France et de toute l'Europe, ainsi qu'une vingtaine de groupes invités (Morvan, Poitou, Gascogne, Bourbonnais, Espagne, Portugal…) et des centaines de musiciens.

Depuis 2008, elle se déroule sur quatre jours (du jeudi au dimanche vers les 15-20 août) durant lesquels retentissent les cornemuses, les violons, les accordéons diatoniques et les vielles à roues. Le , lors de sa 36e édition, la fête invite pour la première fois le groupe Malicorne, groupe phare de la scène folk française à l'origine en 1973 du renouveau des musiques traditionnelles.

La programmation, dédiée aux musiques traditionnelles du Morvan et d'ailleurs, est riche en concerts variés et en bœufs improvisés. Outre les concerts sous chapiteau et le grand bal du samedi soir, elle offre au public de nombreuses animations gratuites : concerts dans les rues et les bars, scène ouverte sous la halle, apéritifs-concerts, stages de vielle et stands de luthiers, d'artisans, d'artistes, d'éditeurs, de vente de disques de musique traditionnelle.

La 37e Fête de la vielle a eu lieu du jeudi 21 au dimanche 24 août 2014.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils
  • La Maison des Galvachers et la Maison du patrimoine oral, qui font partie du réseau de l'écomusée du Morvan.
Article détaillé : Maison des Galvachers.

 ;

  • Le château de La Ferrière, bâti par la famille des Chevannes[11]. Le domaine appartenait au XIIIe siècle à l'abbaye Saint-Symphorien d'Autun et aux seigneurs de Glenne. Le château figure sur le cadastre de 1827. Il appartient à la fille du général Boyer[12] ;
  • Le château de Meix, au nord du bourg, fut construit sur ordre de Jacques de Chaugy, baron d'Anost en 1575. Ce château était ceint de fossés et possédait quatre tours. Il n'en reste plus rien ;
  • La maison forte de Vaumignon ;
  • Le manoir de Bussy ;
  • Le château de Roussillon, ruiné par les Armagnacs en 1412 selon Dom Plancher. Les ruines de cette forteresse sont encore visibles à quatre kilomètres au sud du bourg ;
Édifices religieux
  • Notre-Dame de l'Aillant est une statue de la Vierge à l'Enfant de 850 kg et de 3 mètres de hauteur[13] située sur un point de vue dans les hauteurs du village. Une plaque est fixée au piédestal de cette statue dont le père Jacques-Joseph Mariller, curé de la paroissse, est à l'origine ; y est gravée la mention : « En reconnaissance à la Vierge Marie qui a protégé Anost le 1er décembre 1871. Statue érigée le 5 août et bénite le 26 septembre 1878 »[14] ;
  • L'église dédiée à Saint Germain[15] ;
  • La chapelle Sainte-Claire de Velée[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Des gisants doivent gésir », article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 143 de septembre 2005 (page 21).
  2. Chapelle Sainte-Claire de Velée, sur anost.fr (consulté le 7 août 2014).
  3. « Les écoles communales du canton de Lucenay-L'Évêque », article d'Alain Dessertenne et Jean-François Rotasperti paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 73 (printemps 1988), pages 25 à 28.
  4. « À travers le Haut-Morvan : le Tacot d'Autun à Château-Chinon de 1900 à 1936 », article de J. Paineau paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 80 (automne 1989), pages 3 à 8.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Site du village d'Anost / Fête de la Vielle
  10. www.mpo-bourgogne.org / Fête de la Vielle
  11. Abbé Baudiau[réf. incomplète].
  12. Roland Niaux, Histoire et Archéologie en Morvan et Bourgogne, notes sur l'histoire d'Anost, 1979.
  13. « Notre-Dame de l'Aillant », article de Marie-Thérèse Suhard paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 161 de mars 2010 (pages 14 et 15).
  14. Inscription sur une plaque du piédestal.
  15. « Patrimoine mobilier de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture
  16. « Patrimoine mobilier de la chapelle », base Palissy, ministère français de la Culture
  17. site de la commune d'Anost

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :