Charbonnat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charbonnat
Charbonnat
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Canton Autun-2
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Autunois Morvan
Maire
Mandat
Fabrice Voillot
2014-2020
Code postal 71320
Code commune 71098
Démographie
Population
municipale
250 hab. (2016 en augmentation de 2,04 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 22″ nord, 4° 06′ 56″ est
Altitude Min. 257 m
Max. 472 m
Superficie 22,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charbonnat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charbonnat
Carte postale ancienne (environ 1900) montrant une vue générale du village, centrée sur la rue de la Poste
Rue de Poste, avec à gauche au premier plan, un instrument de pesée du bétail devant une maison qui fut un hôtel et qui désormais abrite le magasin Vival. À l'arrière-plan, l'église Saint-Marcel.
Carte des environs de Charbonnat par Cassini (XVIIIe siècle).

Charbonnat est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Charbonnat est composée d'un bourg principal, situé au pied d'une colline boisée, et d'une dizaine de hameaux environnants. Le bourg est situé à l'intersection des routes menant à Dettey, Toulon-sur-Arroux, Luzy et Étang-sur-Arroux.
Il est traversé par l'Arroux et la commune est ainsi souvent dénommée à tort Charbonnat-sur-Arroux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Thil-sur-Arroux Saint-Nizier-sur-Arroux Rose des vents
Luzy
(Nièvre)
N Dettey
O    Charbonnat    E
S
Cuzy Montmort La Boulaye

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Charbonnat était à l'époque romaine désignée par le nom de Carbonacum ou Carbonaco. On retrouve une mention de Charbonnat dès 924 dans une charte numéro dix du cartulaire de l'abbaye de Saint-Martin d'Autun donnée par le roi Raoul. À l'époque le territoire communal était divisé par l'Arroux entre une partie appartenant au roi de France et une autre appartenant à l’abbaye de Saint-Martin d'Autun. La possession de ce territoire par l'abbaye est confirmée en avril 1164, par une bulle du pape Alexandre III, réfugié en France[1].

Les héritiers de monsieur Loppin de Montmort, président au Parlement de Bourgogne, sont seigneurs de Charbonna. Madame l'abbesse de l'abbaye Sainte-Marie de Saint-Jean-le-Grand d'Autun, a une partie des dîsmes.

Monsieur de Mac-Mahon, marquis d'Eguilly, seigneur de Chaseux etc. a une petite portion de dîsmes et l'évêque d'Autun est collateur du Bénéfice[2].

À partir de 1857, un bac permettait de traverser l'Arroux mais il fut abandonnée par manque de rentabilité. Un pont enjambant la rivière fut finalement construit en 1876[3]. La désertification et l'exode rural touchent aujourd'hui encore la commune. Alors que le bourg comprenait encore il y a une trentaine d'années une boulangerie, un coiffeur, un hôtel, un bureau de Poste et une épicerie, Charbonnat ne compte à ce jour plus qu'un restaurant et un garage. Le village possède cependant toujours une école primaire. De plus l'installation récente (fin ) d'un magasin « multi-rural » Vival (groupe Casino) permet aux villageois d'espérer une « renaissance » de la commune.

1870 : construction de la mairie-école de garçons, d'après des plans dressés par l'architecte Jean-Baptiste Léger[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
année 60 mars 2001 Henri Gien communiste instituteur puis retraité est maire honoraire depuis
mars 2001 mars 2014 Gilbert Ménager Droite agriculteur retraité, parachutiste en Algérie
mars 2014 en cours Fabrice Voillot    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 250 habitants[Note 1], en augmentation de 2,04 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
571653615712708780817796793
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
742664684744822810901941930
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
910855833677668667625541503
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
437386362320280250240238251
2016 - - - - - - - -
250--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


La population de Charbonnat est globalement âgée. Cependant de nombreux étrangers (néerlandais, suisses et plus rarement allemands) achètent dans la commune des résidences secondaires, peuplant ainsi le village en période estivale.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun: Chartes n°:X & XVIII.
  2. Description générale du bailliage de Montcenis, texte en ligne
  3. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5849853q.image.hl.r=charbonnat.f208.langFR
  4. « Un grand bâtisseur d'écoles en Autunois : Léger », article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 79 (automne 1989), pages 20 à 24.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.