Island (Yonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Island.
image illustrant une commune de l’Yonne
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Yonne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Island
Mairie d'Island.
Mairie d'Island.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Avallon
Intercommunalité CC Avallon - Vézelay - Morvan
Maire
Mandat
Paule Buffy
2015-2020
Code postal 89200
Code commune 89203
Démographie
Population
municipale
183 hab. (2014)
Densité 8,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 17″ nord, 3° 50′ 50″ est
Altitude Min. 175 m – Max. 325 m
Superficie 20,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Island

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Island

Island (prononcé ilan) est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté; Island se trouve dans le parc naturel régional du Morvan. Island portait autrefois le nom de Island-le-Saulsois, ou encore : Elianti villa, Ilantium.

Island est traversé par le ruisseau d'Aillon, ainsi que le ruisseau Goblot.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le finage est aux limites de deux zones géologiques : en partie granitique ou argilo-siliceux, et en partie calcaire. Les terres y sont ici grasses et là maigres, hérissées de vastes forêts.

Le village est perché sur une hauteur et situé entre deux ruisseaux, affluents de la rivière Le Cousin, d'où lui viendrait son nom d'Ile, selon Claude Courtépée.

La plus grande ville qui se situe près d'Island est Avallon.

Le village d'Island et les bois communaux, au loin les faubourgs d'Avallon

Les hameaux[modifier | modifier le code]

  • Le Petit-Island, chef-lieu
  • Le Grand-Island
  • Champ-Gachot

Différents lieux-dits : Au Couchant, qui produisait du vin. Près de là : le Montmarte (Mons Martis) et le Montjoie (Mons Jovis).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Domecy-sur-le-Vault Vault-de-Lugny Avallon Rose des vents
Tharoiseau N
O    Island    E
S
Menades Saint-André-en-Morvan (Nièvre) Saint-Germain-des-Champs

Histoire[modifier | modifier le code]

Son nom viendrait en fait d'une origine gallo-romaine selon l'Abbé Baudiau, car on voit tout autour de l'église qui est hors du bourg, et surtout sur les bords du chemin longeant cet édifice de nombreux débris de tuiles à rebords, de poteries antiques, des tronçons de colonnes, qui attestent, qu'il y avait en ces lieux une villa romaine. Son surnom de Le Saulsois venant du latin: salicibus, lieu planté de saules. Ce village possédait au XIXe siècle une maison d'école publique, surmontée d'un petit dôme, renfermant une horloge.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 février 2015 Gérard Fèvre[1] DVD Retraité
2015 en cours Paule Buffy    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 183 habitants, en diminution de -6,63 % par rapport à 2009 (Yonne : -0,46 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
429 457 443 505 526 504 494 495 506
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
486 451 441 419 409 384 380 394 358
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
335 308 285 241 231 219 232 202 176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
185 179 152 183 196 196 217 188 183
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église,

D'abord sous le vocable de l'Assomption de la Vierge, puis de Saint-Bénigme, apôtre à Dijon et de nouveau placée sous l'invocation de la Sainte-Vierge, en 1854. Édifice en forme de croix latine, et à sept cents pas du village au Nord-Ouest. Le chœur est voûté à nervures, il date du XIVe siècle. La nef, est pavée d'anciennes tombes. La chapelle Nord, dédiée à Notre-Dame, a été réparée en 1855, par les libéralités de la famille Ribaillier. La Chapelle Sud, jadis seigneuriale, est sous l'invocation de Saint-Bénigme. Sur le transept, s'élève une grosse tour, qui ne possédait plus de flèche en 1865.

  • Le presbytère,

Était situé entre l'église et le village, semblant occupé l'emplacement d'un ancien manoir féodal, dont il subsiste des restes de fossés à la fin du XIXe siècle. Il fut donné à la commune, avec ses dépendances, de 17 ha, en vignes, prés et terres, le ,par Jean-Claude Blandin, curé de la paroisse, à la condition qu'il y aurait: toujours un prêtre de la religion catholique, apostolique et romaine, tel qu'il y en a toujours eu à Island, et que ses successeurs célébreraient, chaque année deux services, l'un pour le repos de son âme, l'autre pour Anne Blandin, sa sœur. Le revenu des biens, pendant la vacance de la cure, est par la volonté du testateur, dévolu de droit à la fabrique. Ces biens acquis pendant la Révolution, étaient sans doute, les dépendances de l'ancien presbytère car il les avait achetés avec l'intention de les rendre dit-il. Les services sont fixés au 13 août et 28 septembre. Ce curé a encore fondé, à l'hôpital d'Avallon, au moyen d'un don de six mille francs, un lit pour un malade pauvre d'Island. On voit sa tombe et celle de sa sœur dans le cimetière.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources archivistiques[modifier | modifier le code]

Les Archives nationales de France conservent sous la cote MC/ET/CXVII/1073 des documents concernant les anciennes seigneuries de Bourgogne (documents du XIVe siècle) sur Island (autrefois Island-le-Saulsois), Pisy (autrefois Pizy), Champ-Gachot, et autres lieux dans l’arrondissement de l’actuel Avallon (Yonne) : titres de propriété, vente des seigneuries, reconnaissance des droits de justice de la seigneurie d’Island-le-Saulsois, bail à cheptel, à moitié de bétail et d’abeilles, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 24 décembre 2013.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .