Saint-Prix (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Prix.
Saint-Prix
Photo 1. Église de Saint-Prix / Photo 2. Montagne du Haut-Folin / Photo 3. Émetteur et antenne du Haut-Folin
Saint-Prix (Saône-et-Loire), l'église.JPG
HautFolinVuDuMontBeuvray.JPG Haut-Folin RT58.jpg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Canton Autun-2
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Autunois Morvan
Maire
Mandat
Christian Demizieux
2014-2020
Code postal 71990
Code commune 71472
Démographie
Population
municipale
218 hab. (2015 en augmentation de 3,32 % par rapport à 2010)
Densité 6,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 57′ 25″ nord, 4° 04′ 22″ est
Altitude Min. 385 m
Max. 901 m
Superficie 34,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Prix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Prix

Saint-Prix est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté. La commune est quelquefois dénommée officieusement sous le nom de Saint-Prix-en-Morvan pour la distinguer d'autres communes homonymes situées dans les départements voisins de la Côte-d'Or et de l'Allier[1].

Le territoire communal, peu peuplé et couvert d'importantes surfaces forestières, se positionne non loin des limites orientales du département de la Nièvre, dans l'ancienne région de Bourgogne, au centre du massif montagneux du Morvan et en plein cœur du Parc naturel régional du Morvan. La particularité géographique du petit village de Saint-Prix est d'abriter sur son territoire le point culminant de ce massif, le sommet du Haut-Folin, celui-ci étant également le point culminant du département de la Saône-et-Loire et de l'ancienne région de Bourgogne. Ce sommet héberge également depuis les années 1980, une petite station de ski, ainsi qu'un émetteur de télévision.

Historiquement, la paroisse médiévale de Saint-Prix était partagée entre la châtellenie de Glenne et les évêques d'Autun, avant d'être rattachée au domaine des ducs de Bourgogne, puis à celui de la Couronne de France.

La commune, située dans l'arrondissement d'Autun, est également adhérente à la communauté de communes du Grand Autunois Morvan à compter du après la fusion de l'ancienne communauté de communes de Beuvray - Val d'Arroux dans laquelle se situait Saint-Prix, auparavant.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan du territoire de Saint-Prix

Situation[modifier | modifier le code]

Le centre du bourg de Saint-Prix se situe à environ 17,2 km d'Autun, principale ville de la région, chef-lieu d'arrondissement et ville-siège de la communauté de communes[2].

Le village morvandiau est également situé à 84 km de Dijon, préfecture de la région Bourgogne-Franche-Comté, à 146 km de Lyon, à 249 km de Paris et à 420 km de Marseille [3].

Description[modifier | modifier le code]

Saint-Prix est une petite localité rurale composée d'un bourg central et de quelques hameaux à l'habitat très peu dense. Situé sur le flanc oriental des crêtes du massif Morvan, c'est sur le territoire de la commune que se dresse le Haut Folin, point culminant de ce massif de basse montagne. Elle est doté d'un grand espace forestier qui recouvre principalement le nord et l'ouest du territoire communal.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Prix est située dans le massif du Morvan, petit ensemble montagneux détaché du Massif Central qui représente le morceau de ce socle cristallin le plus avancé vers le nord à la limite de la bordure sédimentaire du Bassin parisien[4].

L'altitude décroît progressivement depuis le sud vers nord du massif. La chaîne granitique du Haut-Folin, point culminant, situé sur le territoire de Saint-Prix, s'élève à 901 mètres d'altitude.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Prix est situé sur la bordure occidentale du département de la Saône-et-Loire et la commune est donc riveraine de deux communes du département de la Nièvre.

Rose des vents Arleuf
(Nièvre)
Roussillon-en-Morvan Rose des vents
Glux-en-Glenne
(Nièvre)
N La Grande-Verrière
O    Saint-Prix    E
S
Saint-Léger-sous-Beuvray

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Situé sur la bordure occidentale des points culminants du Morvan, le territoire communal est sillonné par quelques torrents et une rivière notable. Ces cours d'eau présentent des fluctuations saisonnières de débit fort marquées et peuvent éventuellement déborder de leurs lits lors de la période printanière, suite aux cumuls d'eau liés à de fortes pluies associées avec la fonte nivale. Voici ci-dessous les trois principaux cours d'eau de la commune ː

  • Le Méchet d'une longueur de 23,9 kilomètres et qui prend sa source dans le village est un affluent de l'Arroux en rive droite, donc un sous-affluent de la Loire
  • Le ruisseau de l'Argentolle d'une longueur de 5 kilomètres qui prend sa source dans le bourg central de Glux[5] est un affluent de l'Arroux et donc un sous-affluent de la Loire.
  • Le ruisseau du Cret Morin qui prend sa source dans le village.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est donc morvandiau et se caractérise par des précipitations nombreuses et importantes, des automnes et hivers longs et rigoureux et des températures modérées dont l'amplitude annuelle est supérieure à 20 °C[6].

Tableau de températures pour 2017[modifier | modifier le code]

Ce tableau de températures concerne le territoire de Saint-Prix.

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −2,7 2,1 4,2 1,6 9,1 13,7 14,5 13,3 9,4 7,2 2,1 −2
Température maximale moyenne (°C) 4,5 11,3 15,1 16,8 21,9 26,6 26,8 26,6 20,8 18,7 10,3 8
Source : Climat de Saint-Prix pour 2017 sur linternaute.com, d'après Météo France.


En raison de sa position et de son altitude, le massif du Morvan connaît des pluies fréquentes et abondantes. Il reçoit en moyenne 1 000 mm d'eau par an sur ses bordures et plus de 1 800 mm sur les sommets les plus élevés[6] ; il pleut ou il neige près de 180 jours par an sur les sommets.

Tableau pluviométrique de 2006 à 2008[modifier | modifier le code]

Ce tableau pluviométrique concerne la ville de Château-Chinon, située à moins de vingt kilomètres de Saint-Prix et située, elle aussi, dans une zone de moyenne montagne à une altitude légèrement inférieure.

Relevé pluviométrique de Château-Chinon (Ville) depuis 2006
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Précipitations (mm) 124 108 104 88 125 97 73 98 100 110 122 134 1 283
Relevé pluviométrique en 2006 (mm) 64,4 102,4 184,1 62,2 130,5 71,4 51,7 210,2 107,8 146,1 169,1 62,4 1 362,3
Relevé pluviométrique en 2007 (mm) 144,2 145,1 146,4 40,9 166,1 150,2 186,5 167,9 105,3 35 73,6 110,8 1 472
Relevé pluviométrique en 2008 (mm) 113,8 50,6 190,2 120,6 99 56,4 100,7 131,6 97,3 120,4 83,2 80,4 1 244,2
Source : DIREN de Bourgogne


Voies de communication[modifier | modifier le code]

Itinéraire du GR de Pays Tour du Morvan dans le Parc naturel régional du Morvan

Les sentiers de Grande Randonnée[modifier | modifier le code]

  • Le sentier GR du tour du Morvan

Le sentier de grande randonnée dénommé « Sentier de grande randonnée de pays Tour du Morvan » qui traverse les trois départements de la Nièvre, de l'Yonne et de la Côte-d'Or, passe par le territoire de la commune.

  • Le sentier GR 131

Le sentier de grande randonnée 131 (GR 131) relie l'oppidum de Bibracte, situé sur le Mont Beuvray à Autun et emprunte donc une grande partie du territoire communal après avoir traversé la commune voisine de Glux-en-Glenne.

Les voies routières[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par trois routes départementales :

  • la route départementale 179 (RD 179)
cette route relie, vers le nord, le territoire de Roussillon-en-Morvan (jonction avec la RD 978) avec le bourg central de Saint-Prix et le relie avec la commune de Saint-Léger-sous-Beuvray, vers le sud. Il s'agit de la principale voie routière de la commune.
  • la route départementale 260 (RD 260)
cette route permet de relier le bourg central de Saint-Prix avec la commune voisine de Glux-en-Glenne, située dans le département de la Nièvre.
  • la route départementale 500 (RD 500)
cette route relie, en direction du nord, la commune voisine de Glux-en-Glenne à la commune d'Arleuf, ces deux communes étant situés dans la Nièvre, en passant par le massif du Haut-Folin, point culminant du Morvan et sa station de ski, situés sur le territoire de saint-Prix. Il s'agit donc de la route la plus élevée du massif du Morvan.

Transports publics[modifier | modifier le code]

Le territoire de la petite commune de Saint-Prix, très enclavée, n'est desservie par aucune ligne de transport en commun publique ou privée.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune se présente sous la forme d'un petit bourg central entouré d'un grand nombre de petits hameaux. L'habitat, peu dense, est assez dispersé. De nombreuses maisons dites "morvandelles" sont présentes sur le territoire de la commune.

La commune n'a pas fait paraître de Plan local d'urbanisme à la date de ce jour (2018).

Logements[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux, ainsi que les écarts qui composent le territoire de la commune de Glux-en-Glenne, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[10].

  • Le Bois du Roi (Émetteur)
  • Haut de la Grange
  • les Trois Bornes
  • l'Écarie
  • les Mouilles
  • Franay
  • la Rivière
  • Crot Morin
  • les rûs Carlin
  • la Petite Chaux
  • la Grande Chaux
  • les Chaux
  • la Reinge
  • Chanson
  • Montcharmont
  • Genetouse
  • la Courte
  • les Rouets
  • Bois de Rire
  • la Montagne
  • la Planche
  • les Barbiers
  • le Boulat
  • Argentolle
  • Plein Faite
  • Croix prézin
  • les Chaises

Risques naturels[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Saint-Prix est situé en zone de sismicité n°1, comme la plupart des communes de cette partie du Morvan[11].

Terminologie des zones sismiques[12]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 1 Très faible accélération = 0,4 m/s2

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'ancien nom de la paroisse est Sancti Proejecti fanum. La commune doit son nom à Priest de Clermont,saint de l'Église catholique romaine, évêque d'Arverne, fêté le 25 janvier[13], connu sous nom latin de Projectus.

Il est souvent dénommé Saint-Prix, en pays de langue d'oil (Île-de-France, Picardie, Bourgogne), Saint-Priest, en pays de langue franco-provençale (Lyonnais) et Saint-Projet, en pays de langue occitane (Cantal, Haute-Loire).

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

En raison de sa nature granitique, cette partie du Morvan dépourvue de grottes et d'abris sous roche, n'a laissé aucune trace d'activités humaines avant le néolithique, époque la plus ancienne où l'on retrouve des traces d'occupations humaine. Les sites concernés par cette époque, les plus proches de la commune, sont le mont Beuvray (Glux-en-Glenne) et le lac des Settons (Montsauche-les-Settons)[14].

Antiquité[modifier | modifier le code]

La confédération éduenne

La cité de Bibracte, dont le site antique est positionné à proximité de la commune est fondée à la fin du IIe siècle av. J.-C., au sommet du mont Beuvray, par les éduens, peuple gaulois établi dans les actuels départements français de la Nièvre et de Saône-et-Loire ainsi qu'au sud de celui de la Côte-d'Or.

Les Romains firent, dès le IIe siècle av. J.-C., alliance avec eux, et le Sénat romain les proclama frères de la république. Rome profita de la rivalité qui divisait les Éduens et les Arvernes pour intervenir dans les affaires de la Gaule. Malgré le ralliement tardif de ce peuple à Vercongétorix, chef gaulois qui mena la lutte contre les romains, la Gaule fut conquise par Jules César en 52 av. J.-C..

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

En partie liée à la châtellenie de la Torsin et aux dames de l'abbaye Saint-Andoche d'Autun, forêt domaniales de l'abbaye, [15], mais aussi à la châtellenie de Glenne[16]. Après avoir eu ses propres châtelains durant la majeure partie du Moyen-Âge, le domaine passa au XIVe siècle, dans les mains du duc de Bourgogne Robert II. Á la mort du duc Charles le Téméraire en 1477, le Duché de Bourgogne est réuni à la Couronne de France et le domaine de Glenne devient une châtellenie royale.

Le patronage de l'église paroissiale revenait aux moines de l'abbaye de Saint-Martin d'Autun, possession confirmée par une bulle d'avril 1164 par le pape Alexandre III, réfugié en France: " Ecclesiam de S. Prejecto. "[17]

Temps Modernes[modifier | modifier le code]

Le village a vécu longtemps du commerce du bois de chauffage vers Paris.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

1793 : Saint-Prix, dans le contexte révolutionnaire, change de nom et devient Prix-sous-Beuvray[18].

En 1867, la commune entreprend la construction de la mairie-école de garçons, d'après des plans dressés par l'architecte Jean-Baptiste Léger[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Saint-Prix étant une commune de plus de deux cent habitants, le conseil municipal est donc composé de onze membres, dont un maire, deux adjoints au maire et huit conseillers municipaux[20].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2017 en cours Christian Demizieux    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[22].

En 2015, la commune comptait 218 habitants[Note 1], en augmentation de 3,32 % par rapport à 2010 (Saône-et-Loire : -0,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
550 805 796 860 864 913 1 072 1 044 1 076
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
977 1 019 979 1 019 1 081 1 117 1 107 1 102 1 054
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
987 984 945 787 683 626 585 524 420
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
390 341 332 237 225 225 230 213 214
2015 - - - - - - - -
218 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

En raison de sa faible population, le village de Saint-Prix ne dispose d'aucun établissement scolaire. Les établissements d'enseignement primaire les plus proches sont situés dans les communes de Saint-Léger-sous-Beuvray et de la Grande-Verrière, riveraines de la commune.

Saint-Prix est située dans l'académie de Dijon[25].

Équipement et événements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Station de ski
Situé dans la forêt domaniale de Saint-Prix, au-delà du village de Glux-en-Glenne qu'il faut traverser en voiture depuis le bourg de Saint-Prix, le secteur du Haut-Folin, avec ses 901 mètres d'altitude, bénéficie depuis les années 1980 de cinq pistes de ski de fond pour un total de quarante kilomètres ainsi que d'un téleski. Le site est géré par une association locale dénommé SKIMO [26].

Santé[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier le plus proche de la commune est situé à Autun. Cet établissement sanitaire comprend un service d'urgence et une maison de retraite[27].

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Culte catholique

La communauté catholique de Saint-Prix et son église (propriété de la commune) dépendent de la Paroisse Sainte Jeanne de Chantal qui regroupe 16 églises du diocèse d'Autun [28]

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite
Station de radio locale
  • Radio Morvan (ou Radio Morvan Force 5), qui émet 24 heures sur 24 en stéréophonie des programmes musicaux et divers, et traite l'information locale. Sa fréquence est 95,8 MHz en FM.

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • Anim'Saint-Prix
Cette association locale, créée en 2013, édite un petite revue en ligne, dénommée « L'escargot rieur »[29], qui permet de connaître les différentes fête et animations locales telles que des vernissages à la salle des fêtes, des journées pèches, des randonnées, des sorties et des vides-greniers[30].
  • Autres associations
Il existe également un club des aînés dénommé Lai Sabotée, une société de chasse dénommée Les cinq chevreuils et un comité des fêtes.

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

  • Journée découverte des oiseaux et de la flore en juin 2016 [31].
  • Expositions de peintures

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Fiscalité[modifier | modifier le code]

Le taux de foyers fiscaux imposables à Saint-Prix s'élevait à 42,40 % en 2015, soit 53 foyers imposables sur un total de 125, le montant de l'impôt sur le revenu net moyen par foyer fiscal s'élevant à 2 274 [32].

Secteur agricole[modifier | modifier le code]

Secteur touristique[modifier | modifier le code]

Hébergement
  • La commune possède sur son territoire plusieurs services de chambre d'hôtes et de gîtes ruraux[33].
Activités
  • La commune est l'unique commune morvandelle à abriter sur son sol au niveau du sommet du Haut Folin une petite station de sports d'hiver essentiellement consacrée au ski de fond[34].

Projets[modifier | modifier le code]

Le site de l'émetteur du Hait-Folin

Le secteur du Haut-Folin, ancienne friche militaire qui comprenait une plateforme pour hélicoptère, héberge un émetteur, site appartenant à TDF, permettant la diffusion pour la télévision numérique, la radio FM mais aussi de relais pour la téléphonie mobile et d'autres transmissions.

Divers aménagements sont prévus, telle que l'installation d'une tour panoramique d’une quarantaine de mètres pour l'observation à but touristique. Selon le directeur du Parc naturel régional du Morvan, l'objectif à moyen terme serait « d’y accueillir des activités ludiques ou sportives »[35].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

L'église du village[modifier | modifier le code]

Situé dans le bourg, cet édifice date de 1899 et a été construit sur le site d'une ancienne église romane. Étudié par l'abbé et historien Jacques-François Baudiau, l'ancien édifice qui datait probablement du XIIe siècle, avait été dédié à sanctus Priscillulius, (Priest de Clermont). De style néo roman, l'église actuelle possède un clocher-porche ainsi qu'une longue nef terminée par un transept et un chœur assez étroit [36]. On peut découvrir en contrebas de l'église un presbytère évoqué dans le cadastre communal de 1844[37].

Carrières et mines[modifier | modifier le code]

  • La mine des « mollérats » située non loin du hameau de la Reinge, renferme une variété fibreuse de mimétite dénommée localement prixite, en l'honneur de la commune. Elle a été découverte au cours du XVIIIe siècle et exploité de façon irrégulière les siècles suivants[38].
  • La carrière de fluorine d'Argentolle est située près de l'étang de l'Argentolle, cette ancienne exploitation permettait d'extraire de la fluorine et de galène argentifère[39].
  • La carrière de manganèse de la Boula est u ne ancienne exploitation à ciel ouvert.
  • La carrière de pierres de Prézina été exploitée durant le XXe siècle, cette carrière fut utilisée pour l'empierrement des routes, puis pour le ballaste de la ligne du TGV.

Autres monuments et sites locaux[modifier | modifier le code]

  • Traces de voie romaine, vestiges celtiques et gallo-romains.
  • Maisons forestières et maisons morvandelles.
  • Des croix de chemin.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Les deux musées les plus proches de Saint-Prix sont situés à Saint-Léger-sous-Beuvray (musée de la civilisation celtique, lié au site de Bibracte) et à Autun (musée Rolin).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Entités paysagères du Morvan
  •       La « Dorsale boisée »
  •       Le « Morvan des 400 m »
  •       Les « Piedmonts »
  •       Les « Franges »
  •       Limites du parc naturel régional du Morvan

Lors de la dernière révision de sa charte en 2007, le Parc naturel régional du Morvan a procédé à un découpage du territoire morvandiau pour obtenir quatre grands ensembles, subdivisés en vingt-trois entités paysagères. De par la présence du Haut-Folin sur son territoire, la commune de Saint-Prix est située dans [40] :

  • « La Dorsale boisée » grand ensemble comprenant « le Haut Morvan Boisé » en tant qu'entité paysagère. Cette dernière est constituée essentiellement de vastes forêts, avec de petites clairières, et de plans d'eau.

Les zones naturels écologiques[modifier | modifier le code]

le sommet du Haut-Folin et son antenne

La commune héberge plusieurs zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) et des sites Natura 2000, souvent partagées avec d'autres communes riveraines[41] :

  • la znieff de type I : « Les Roches de Montcharmont »,
  • la znieff de type I : « La Croisette »,
  • la znieff de type I : « les sites du Mont Préneley, des sources de l'Yonne, de l'étang des Roches, des Vaillants, des Vernes et de la Belle Perche » (partiellement)
  • la znieff de type I : « les site du Châtelet, de la Fontaine ronde et de la Proie » (partiellement)
  • la znieff de type I : « la Goulette »
  • la znieff de type I : « la forêt de Saint-Prix »
  • la znieff de type I : « le bois l'Abesse »
  • la znieff de type II : « le Haut-Morvan et le Morvan-sud » (partiellement)
  • le site Natura 2000 : « Hêtraie montagnarde et tourbière du haut-Morvan » (partiellement)
  • le site Natura 2000 : « Forêts, landes, tourbières de la vallée de la Canche » (partiellement)

La commune héberge sur son territoire le sommet du Bois-du-roi (Haut-Folin) à 901 mètres d'altitude. Ce sommet est le point culminant du massif du Morvan.

Arbres remarquables[modifier | modifier le code]

  • Le séquoïa géant de Saint-Prix (forêt domaniale)
Ce représentant de l'espèce Sequoiadendron giganteum, d'origine nord-américaine, se situe devant une maison forestière à un carrefour forestier. D'une hauteur de 30,5 mètres avec un tronc d'une circonférence de 5,8 mètres, L'arbre sert de point de repère pour les randonneurs [42].

Patrimoine oral[modifier | modifier le code]

La langue[modifier | modifier le code]

  • Le morvandiau
Saint-Prix est situé en pays de langue d'oil, dans sa variété régionale dénommée le Bourguignon-morvandiau. Il s'agit d'une langue régionale de France[43] qui a longtemps été utilisé dans cette petite commune rurale, située au cœur de la montagne morvandelle, mais qui est en voie de disparition.
Articles connexes : Bourguignon-morvandiau et langues d'oïl.

Les légendes locales[modifier | modifier le code]

  • La « fontaine aux nourrices »

La fontaine Pelourdeau, qui est mentionnée par l'abbé Baudiau dans ses études historiques, a connu une certaine célébrité locale. Les femmes du pays s'y rendaient en pèlerinage pour avoir du lait afin de pourvoir exercer la profession de nourrices, très en vogue dans le Morvan, dés la fin du XIXe siècle. Le site de cette fontaine a disparu dans les années 1990.[44].

Ces « nourrices sur place », issues de familles d'artisans ou de paysans appauvris par la révolution industrielle, accueillaient des nourrissons, dénommés « petit paris », de l'assistance publique afin de les allaiter chez elles.

Article connexe : Nourrice morvandelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Claude Montcharmont dit « le braconnier du Morvan »[45] (1822-1851), assassin d'un gendarme, guillotiné, est né à Saint-Prix.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Saint-Prix (Saône-et-Loire) possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site patrimone du Morvan, page sur Saint-Prix-en-Morvan
  2. Site verymap, distance entre saint-Prix et Autun
  3. Site Annuaire-Mairie, page sur la distance entre Saint-Prix (71) et les grandes villes françaises.
  4. Atlas des Paysages du Parc Naturel du Morvan, page sur la géologie du Morvan
  5. Site sandre, fiche sur le cours d'eau K1294800
  6. a et b Le climat du Morvan sur le site www.patrimoinedumorvan.org (consulté le 3 août 2009)
  7. Page Google map, distance entre Saint-Prix et Roussillon-en-Morvan
  8. Site du campign de la Fougeraie, page sur le trajet de la ligne 12 de buscéphale
  9. « SNCF : fermeture de la ligne Autun / Étang-sur-Arroux à compter du 20 novembre 2016 », sur FR3 Bourgogne, (consulté le 22 novembre 2016).
  10. Site géoportail, page des cartes IGN
  11. Site plan seisme, carte des zones de sismicité
  12. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  13. Nominis : Saint Priest
  14. Site patrimoine du Morvan, page sur le paléolithique
  15. Archives fonds de la Préfecture : Saint-Prix: 7 M 26, 34, 45,55,57,66,99
  16. Site Gallica de la BnF "Mémoires de la Société éduenne, Tome 32, page 89
  17. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun: Charte no 18.
  18. À l'instar de quelque cent cinquante autres communes de Saône-et-Loire dont le nom se rapportait à la religion ou à l'Ancien Régime. Source : E. Lauxeur, Les changements de noms des communes de Saône-et-Loire pendant la Révolution, article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 4 d'avril 1970, pages 9 à 13.
  19. « Un grand bâtisseur d'écoles en Autunois : Léger », article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 79 (automne 1989), pages 20 à 24.
  20. Site la-mairie page sur le conseil municipal de Saint-Prix (71)
  21. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  25. Site du journal des femmes, page sur la scolarisation à Saint-Prix
  26. Site skimorvan, page sur le haut-Folin
  27. site du centre hospitalier d'Autun
  28. Site messes.info, page sur la paroisse Sainte Jeanne de Chantal
  29. Le journal de Saône et Loire, article du 24/02/2013 sur l'escargot rieur
  30. Site de l'escargot rieur
  31. Site de l'escargot rieur, page sur la journée découverte des oiseaux et de la flore
  32. Site du journal du net, page sur les impôts à Saint-Prix
  33. Site des gites de France, page sur Saint-Prix
  34. le Journal du Centre, article du 08/02/2018 sur l'ouverture des pistes du Haut-Folin
  35. Le journal de Saâone-et-Loire, article du 14/01/2014 page économie "La friche militaire pourrait-elle se transformer en outil touristique ?"
  36. Site patrimoine du Morvan, page sur l'église de Saint-Prix
  37. Site patrimoine du Morvan, page sur le presbytère
  38. Site Patrimoine du Morvan, page sur la mine des Mollerats
  39. Site Patrimoine du Morvan, page sur la carrière d'Argentolle
  40. Site de l'atlas des paysages du Morvan, page sur le Haut Morvan boisé
  41. Site patrimoine du Morvan, page sur les Znieff de la commune de Saint-Prix
  42. Site patrimoine du Morvan, page sur le séquoïa géant de Saint-Prix
  43. Rapport Cerquiglini, 1999
  44. Patrimoine du Morvan, page sur la fontaine Pélourdeau]
  45. Pierre Aucante et Mariéké Aucante, Le Livre du braconnier, Paris, (ISBN 978-2226075024), p. 105-106.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]