Glux-en-Glenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Glux-en-Glenne
Vue générale de Glux-en-Glenne.
Vue générale de Glux-en-Glenne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Château-Chinon (Ville)
Canton Château-Chinon
Intercommunalité Communauté de communes Morvan Sommets et Grands Lacs
Maire
Mandat
René Blanchot
2014-2020
Code postal 58370
Code commune 58128
Démographie
Gentilé Gluxois, Gluxoises
Population
municipale
100 hab. (2014)
Densité 4,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 57′ 26″ nord, 4° 01′ 54″ est
Altitude Min. 409 m – Max. 855 m
Superficie 22,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Glux-en-Glenne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Glux-en-Glenne

Glux-en-Glenne (Yeu en bourguignon-morvandiau) est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont les Gluxois et les Gluxoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Glux-en-Glenne se situe dans le Morvan et est la commune la plus élevée du département avec le mont Préneley culminant à 855 m.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fâchin Arleuf Saint-Prix
(Saône-et-Loire)
Rose des vents
Villapourçon N
O    Glux-en-Glenne    E
S
Larochemillay Saint-Léger-sous-Beuvray
(Saône-et-Loire)

Histoire[modifier | modifier le code]

Étienne Valletat, avocat et châtelain royal de glenne en 1789.[Quoi ?]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours René Blanchot   Retraité SNCF
mars 2001 mars 2008 Thérèse Vobmann   Receveuse de La Poste
4 décembre 1954 17 mars 2001 Hubert Martin   Maire Honoraire, Chevalier de l'Ordre de la Légion d'Honneur en 1994, Chevalier de l'Ordre National du Mérite en 1986
1858 1861 Auguste Ernest d'Aboville[1] Droite  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 100 habitants, en diminution de -4,76 % par rapport à 2009 (Nièvre : -3,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
649 632 662 712 731 734 808 809 823
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
772 785 800 834 825 789 824 802 838
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
818 786 689 587 575 544 530 447 358
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
306 242 175 143 114 105 103 104 100
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
Centre de recherche archéologique.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Denis, édifice du XXe siècle reconstruit sur l'emplacement d'une église romane. Le chœur formé d'une abside romane est précédé d'une arcade retombant sur des pieds droits à impostes et semble dater du XIIe siècle. Le clocher surmonté d'une flèche en bardeau, date de la même époque. La nef fut agrandie en 1843 et l'édifice ne présent pas de caractère nous dit l'abbé Baudiau. De nombreux matériaux de l'ancienne église furent réutilisés. L'église fut fermée en 2001, car elle menaçait de s'écrouler en s'enfonçant inexorablement dans le sol. Ceci à cause du poids de la toiture faisant s'écarter les murs de la nef. Elle fut sauvée de la destruction par l'Association pour la restauration de l'église, l'aide financière de la Fondation du Patrimoine et la municipalité qui reçut la récompense des Rubans du Patrimoine. Sa réouverture eut lieu le avec la célébration de la messe par monseigneur Francis Deniau, évêque de Nevers. Cette rénovation a permis de réinstaller les trois statues en bois polychrome de saint Denis XVIe siècle, la Vierge à l'Enfant XVIIe siècle et saint Étienne du XIXe siècle[6].
  • Centre de recherche archéologique européen de Bibracte.
  • Oratoire gallo-romain, à proximité de l'église fut fouillé par Jacques-Gabriel Bulliot.
  • Belle demeure bourgeoise du XIXe siècle près de l'église.

Festivité locale[modifier | modifier le code]

  • Tous les ans au mois d'août est organisée la fête des Myrtilles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Auguste, Ernest d'Aboville », sur www.assemblee-nationale.fr, Assemblée nationale française (consulté le 5 octobre 2011)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Gens du Morvan, 23 novembre 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :