Montmahoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montmahoux
Montmahoux
Le mont Mahoux et le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Intercommunalité Communauté de communes Loue-Lison
Maire
Mandat
Vincent Marguet
2020-2026
Code postal 25270
Code commune 25404
Démographie
Gentilé R'lavoux
Population
municipale
92 hab. (2018 en diminution de 18,58 % par rapport à 2013)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 59′ 03″ nord, 6° 02′ 06″ est
Altitude Min. 550 m
Max. 823 m
Superficie 6,52 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Pontarlier
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ornans
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Montmahoux
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Montmahoux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montmahoux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montmahoux

Montmahoux est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont les R'lavoux et R'lavouses.

Géographie[modifier | modifier le code]

Monmaour en 1259 ; Castrum Montis Majoris en 1272 ; Montmajor en 1276 ; Montmahou en 1475 ; Montmaou en 1542[1].

Sur une superficie totale de 652 hectares, 203 sont couverts de forêts. Le point culminant de la commune est le Mont Mahoux, à 823 mètres. Située au cœur des montagnes du Jura, la commune est distante de 8 km d’Amancey, 40 km de Besançon, 40 km de la Suisse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montmahoux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pontarlier, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 56 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (62,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (62,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (47,3 %), forêts (37 %), zones agricoles hétérogènes (15,6 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1259 : naissance du village grâce à Jean de Chalon et achèvement de la construction du château
  • 1262 : Montmahoux devient un bourg
  • 1267 : Affranchissement du bourg par Jean Ier de Chalon
  • 1268 : mort de Jean Ier de Chalon ; le château et la bourgade sont gérés par Jean Ier de Chalon-Arlay, le plus célèbre des fils de Jean l'Antique
  • 1301 : Montmahoux devient un village français
  • 1480 : Louis XI lance ses troupes sur Montmahoux, le château de Montmahoux est en partie rasé, le village est sérieusement détruit
  • 1530 : réhabilitation du village et fondation d'une église sous le vocable de saint Pons
  • 1639 : reconstruction du village au pied de la butte, le château ne consistant plus qu'en quelques masures
  • 1703 : terrible incendie qui frappe une importante partie du village

Montmahoux dans la Description de la Franche-Comté de 1552[modifier | modifier le code]

Montmahoux et son château sont décrit par Gilbert Cousin dans sa Description de la Franche-Comté de 1552: "A un jet de pierre de Sainte-Anne est Montmahoux, très vieux château sur une montagne élevée d'où l'on domine toute la Bourgogne avec une ville fortifiée qui porte le même nom mais dont les murailles sont à peu près en ruines. Le château même s'offre glorieusement de toutes parts à la vue des autres places fortes des deux Bourgognes, et il contemple d'un regard joyeux, plusieurs forteresses et plusieurs villages bien peuplés. Le climat y est très saint et le sol très fertile."[9]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montmahoux Blason
De gueules à la bande d'or, au mont de sinople chargé d'une clef d'or et sommé d'une tour donjonnée d'argent, l'ensemble brochant sur le tout, la tour ouverte et ajourée de gueules, la porte munie de deux vantaux ouverts d'or laissant sortir un loup passant d'argent brochant dextre[10].
Détails
Blason adopté à l'unanimité par délibération du Conseil municipal en date du 20 janvier 2006

Données diverses[modifier | modifier le code]

  • Maison commune - 1840
  • Fromagerie - 1840
  • Électrification - 1926
  • Adduction d’eau - 1974
  • En 1876 : un cantonnier, une blanchisseuse, un tisserand, une couturière, une tailleuse, un fromager, une épicerie, un menuisier, un aubergiste.
  • En 1921 : un menuisier, un cordonnier, un maçon, une scierie.

Familles existant en 1750

  • Badoz
  • Bulle
  • Dubois
  • Frachebois
  • Frelet
  • Garnier
  • Gavignet
  • Melin
  • Messin
  • Michel
  • Saillard
  • Tournier

Toponymie[modifier | modifier le code]

Évolution du nom du village :

  • 1259 : Monmaour
  • 1262 : Monmaour[11] ; Montmaour[11]
  • 1267 : Monmaour[11]
  • 1272 : Castrum Montis Majoris
  • 1276 : Montmajor
  • 1294 : Montmaour[12]
  • 1475 : Montmahou
  • 1542 : Montmaou
  • 1767 : Montmahou[12]
  • 1773 : Montmahoux[13]

La situation géographique du village de Montmahoux le situe entre les aires linguistiques des variétés d’oïl et des variétés de franco-provençal. La commune a d’abord été nommée Mon(t)maour (XIIIe siècle). Le nom actuel de la commune est attestée ainsi depuis 1552 mais deux formes semblent être en alternances (Montmahou, Montmahoux) du XVe à fin XVIIIe siècle.

Le nom de lieu Montmahoux possède deux composants lexicaux :

  • fr. « mont » <  lat. montem (acc. sg. de mons) (FEW 6/3, 84, MONS)[14]
  • afrcom. « mahou(x) » < afrcom. mahour  < lat.  maior (FEW 6/1, 57b, MAIOR)[15]
  1. Évolution morpho-phonétique de l'étymon lat. montem > fr. mont : réduction du système casuel latin qui fait disparaitre -em ; amuïssement du /t/ en position finale mais maintien graphique -t ; nasalisation de la voyelle /o/ qui devient /ɔ̃/ notée -on.[16],[17]
  2. Évolution morpho-phonétique de l’étymon lat. maior > afrcom. mahour > afrcomt. mahou(x) : amuïssement du -i qui correspond à la consonne [j] en position intervocalique en latin ; ajout du -h pour marquer le hiatus suite à la disparition de la consonne ; la voyelle /o/ entravé devient /u/ notée -ou ; le -r final s'amuït ; le marqueur accentuel -x issu de la scripta franco-provençale (qui se développe en France au XVIe siècle) est ajouté en finale du terme "mahou".[18],[19],[16],[20]

L'agglutination de l'étymon lat. montem > fr. mont et de l’étymon lat. maior > afrcom. mahour > afrcomt. mahou(x) ont donné la forme Montmahou, à laquelle s'ajoute un -x en position finale par influence de la scripta franco-provençale pour donner le toponyme Montmahoux.

Le toponyme Montmahoux est donc un nom propre composé, formé d’un géomorphonyme du français mont n. m. « élévation naturelle détachée et isolée » (TLF)[21] (du lat. mons = colline > montagne) et d’un adjectif de l'ancien franc-comtois mahou(x) (au sens lat. maior > major > majeur) « plus grand, plus important » (TLF)[22],[23],[24]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 René Boucard    
2001 En cours
(au 31 mai 2020)
Vincent Marguet[25] [26]
Réélu pour le mandat 2020-2026
UMP-LR Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[28].

En 2018, la commune comptait 92 habitants[Note 3], en diminution de 18,58 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
241218255251287270288269283
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
259264273228215202199180178
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
167161160159160147131134115
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
122106957680677110294
2018 - - - - - - - -
92--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Surnom de la population[modifier | modifier le code]

R’lavoux est le nom des habitants (gentilé) de Montmahoux (Doubs). R’lavoux avait à l’origine un sens péjoratif. Cela signifiait « Celui qui relave dans les assiettes des autres ». Pas très flatteur mais cela est resté et, au fil du temps, cette connotation péjorative du nom est devenue un usage courant et a perdu tout son sens péjoratif.

R'lavoux est un mot patois qui signifie « Relaveur ». À propos de la signification de ce nom, plusieurs hypothèses sont avancées : Charles Beauquier rappelle que le r’lavou peut désigner la planche sur laquelle les femmes lavaient le linge à la fontaine. Au figuré, r’lavou se dit d’un homme qui se lave, c’est-à-dire qui laisse son bien partir à l’eau, qui se ruine. Or, beaucoup de villageois de Montmahoux étaient autrefois de condition très modeste : par conséquent, le surnom de R’lavou aurait servi à railler la pauvreté des villageois. Une autre interprétation est aussi avancée : à l’origine, les R’lavoux seraient « ceux qui relavent dans les assiettes des autres ». Cependant la seconde explication proposée par M. Beauquier semble la plus satisfaisante : le r’lavou, (« relaveur ») est celui qui lave le beurre ou le fromage ; ce serait donc un sobriquet lié à l’activité laitière du village (en 1856, il y avait deux fromageries, regroupant 35 sociétaires et exportant à Lyon l’essentiel de leur production).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La croix monumentale.

La croix
La croix qui trône au haut du mont a été érigée en juin 1914 en souvenir du jubilé constantinien célébré l'année précédente par l'église.

C'est le comte Gabriel de Montrichard, qui, très généreusement, offrit cette imposante croix (plusieurs mètres de haut) au village. La population de Montmahoux a, quant à elle, participé à sa mise en place. Cette croix, tournée vers la majeure partie des villages du canton d’Amancey tout en les dominant, a été érigée en souvenir du jubilé constantinien de 1913.

Une plaque a été apposée sur le socle de la croix. On peut y lire nettement ceci :

« IN CRUCE SALUS » (Imitation de J.-C., Liv. II, Ch. 12)

EN SOUVENIR DU JUBILE CONSTANTINIEN DE 1913 LE CANTON D’AMANCEY AU CHRIST-ROI

ERIGE EN PAR LA GENEROSITE DE Mr LE COMTE GABRIEL DE MONTRICHARD ET AVEC LA COLLABORATION DEVOUEE DE TOUTE LA POPULATION DE MONTMAHOUX BENI SOLENNELLEMENT LE

La stèle.

Si cette croix a été bénie seulement le , c’est en raison de la guerre.

Ce n’est qu’à partir de cette date que la croix devient un lieu de pèlerinage célébrant la Sainte-Croix, le . Ce pèlerinage disparaîtra peu à peu durant les années 1970.

La stèle
Une stèle, en hommage aux morts durant la guerre, a été mise en place en haut du mont par le Souvenir français.

Elle a été placée dans le même sens que la croix pour un même but : être tournée vers un maximum de villages du canton d’Amancey tout en les « dominant ».

Cette stèle se présente sous la forme d’une pierre d’environ 1 m de haut avec une plaque apposée contre elle. On peut lire les inscriptions suivantes sur cette plaque :

« A NOS MORTS »

— LE SOUVENIR FRANÇAIS DU CANTON D’AMANCEY

Le mont Mahoux
Le mont Mahoux est le symbole du village. D’un point de vue historique tout d’abord puisque c’est à son sommet que Jean de Châlon décide d’y bâtir un château fort grâce à sa position stratégique (garde des « routes du sel », panorama exceptionnel pour surveiller une vaste partie de son territoire, …)

D'un point de vue touristique par ailleurs, puisque Montmahoux offre un panorama exceptionnel s’étendant jusqu’au « mont Blanc » ! D'un point de vue humain finalement, puisque cette butte est un symbole identitaire indéniable pour chacun des R’lavoux. Il est porteur d’histoires personnelles ou collectives, de légendes et autres mythes, …

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 4, Besançon, Cêtre, .
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. (en) « La Franche-Comté au milieu du XVIe siècle: ou, Description de la Haute ... : Gilbert Cousin , Gilbert Cousin de Nozeroy, Émile Monot , Société d'émulation du Jura, Société d 'émulation du Jura : Free Download, Borrow, and Streaming », sur Internet Archive (consulté le 18 août 2020).
  10. « Blason de Montmahoux »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  11. a b et c Jean Baptiste Guillaume, Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne: avec des notes historiques et généalogiques sur l'ancienne noblesse de cette province. Vol 1., Besançon, Jean Antoine Vieille, (lire en ligne), p. 171 ; 172 ; 173
  12. a et b François Felix Chevalier, Mémoires historiques sur la ville et seigneurie de Poligny: avec des recherches rélatives à l'histoire du comté de Bourgogne & de ses anciens souverains, et une collection de chartes intéressantes. Vol. 1., Lons-Le-Saunier, Pierre Delhorme, (lire en ligne), p. 389 ; 163
  13. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire et la chronologie des familles nobles de France. Vol. 6. (Seconde édition), Paris, Antoine Boudet, (lire en ligne), p. 163
  14. (de) « Französisches Etymologisches Wörterbuch (FEW) - étymon "mons" p. 84 », sur apps.atilf.fr (consulté le 27 avril 2021)
  15. (de) « Französisches Etymologisches Wörterbuch (FEW) - étymon "maior" p. 57 », sur apps.atilf.fr (consulté le 27 avril 2021)
  16. a et b Annick Englebert, Introduction à la Phonétique historique du français, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, coll. « Manuels Champs Linguistiques »,
  17. Geneviève Joly, Précis d'ancien français, Paris, Armand Colin,
  18. Christian Touratier, « Quelques problèmes de phonologie à propos de -i- », Annales littéraires de l'Université de Besançon, vol. 515 « Mélanges François Kerlouégan »,‎ , p. 623-632 (lire en ligne)
  19. (de) Artur Greive, Etymologische Untersuchungen zum Französichen "h aspiré", Heidelberg, C. Winter Universitätsverlag,
  20. Michela Russo et Dominique Stitch, « Les systèmes graphiques du francoprovençal : état des lieux et perspectives », Lengas, vol. 86,‎ (lire en ligne)
  21. « TLFi "MONT, subst. masc." », sur stella.atilf.fr (consulté le 27 avril 2021)
  22. « TLFi "MAJEUR, -EURE, adj. et subst." », sur stella.atilf.fr (consulté le 27 avril 2021)
  23. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France: Formations non-romanes ; formations dialectales., Genève, Droz, , p. 1163
  24. François Lassus et Thierry Brossard, « Analyse systématique et microtoponymie. Les « géomorphonymes » jurassiens : combe, creux, cul, crêt, mont. », Nouvelle revue d'onomastique, vol. 17-18,‎ , p. 41-60 (lire en ligne)
  25. [PDF] Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires
  26. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :