César-François Cassini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cassini.
César-François Cassini
Description de cette image, également commentée ci-après

Cassini III, Portrait par Jean-Marc Nattier
Miniature sur ivoire (v. 1750)

Naissance
Thury-sous-Clermont (Drapeau du Royaume de France Royaume de France)
Décès
Paris (Drapeau du Royaume de France Royaume de France)
Nationalité française
Champs Astronomie, Géodésie
Institutions Observatoire de Paris
Renommé pour Carte de France

Signature

Signature de César-François Cassini

César-François Cassini, dit Cassini III ou Cassini de Thury, né à Thury-sous-Clermont le et mort de la variole à Paris le , est un géodésien, cartographe et astronome français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le second fils de Jacques Cassini et de Suzanne Françoise Charpentier de Charmois. Élevé par son grand-oncle Jacques-Philippe Maraldi, il montre très tôt des dons pour l'astronomie. Sa carrière scientifique s'engage au moment du débat des cartésiens contre les partisans des théories de Newton, concernant la forme de la Terre. Il entre à l'Académie des sciences comme adjoint astronome surnuméraire en 1735, adjoint astronome en 1741, puis pensionnaire astronome en 1745.

Il épouse en 1747 Charlotte Drouin de Vandeuil, fille de Louis-François Drouyn de Vaudeuil, conseiller du roi et président des trésoriers de France à Soissons, et de Marie-Charlotte Masson, sœur de Pierre-Louis-Anne Drouyn de Vaudeuil, dont il a deux enfants : Jean-Dominique (Cassini IV) qui lui succèdera à l'Observatoire et Françoise Elisabeth, épouse du vicomte Louis-Henri de Riencourt. Il est par ailleurs maître ordinaire à la Chambre des comptes et conseiller du roi, membre étranger de la Royal Society et de l'Académie de Berlin.

Comme tous les Cassini, il habite le même appartement du premier étage de l'Observatoire de Paris dont il deviendra le « Directeur général » avec trois mille livres de rente et il obtiendra que ce droit devienne héréditaire.

Ses travaux astronomiques que l'on retrouve dans les Mémoires de l'Académie des Sciences sont modestes et ne sont pas restés dans l'histoire des sciences. Cassini III sera avant tout un géodésien-cartographe de grand talent. Sa carte de France est un des classiques du genre : il corrigera la méridienne qui passe par l'Observatoire et sera chargé de la description géométrique de la France. Le fruit de ses travaux sera cette belle carte de la France, composée de 180 feuilles, publiée au nom de l'Académie des sciences de 1744 à 1793, et qui offrait la représentation la plus fidèle du pays, sur une échelle d'une ligne pour 100 toises. César Cassini ne pourra achever cette vaste entreprise, et son fils Jean-Dominique Cassini sera chargé de la terminer[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir en bibliographie : Drapeyron 1896 et Monique Pelletier 2013, p. 80-81.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Drapeyron, La vie et les travaux géographiques de Cassini de Thury, t. XXXIX, Paris, coll. « Revue de géographie », (lire en ligne), p. 241-254
  • Monique Pelletier, Les cartes des Cassini, la science au service de l'état et des provinces, Paris, CTHS, (ISBN 978-2-7355-0786-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :