McKinsey & Company

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une entreprise
Cet article est une ébauche concernant une entreprise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (juin 2011).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

McKinsey & Company
Dates clés 1926 : Création
Personnages clés James Oscar McKinsey, Marvin Bower, Ian Davis, Rajat Gupta
Activité Cabinet de conseil auprès des directions générales
Effectif 17,000[1]
Site web http://www.mckinsey.com
Chiffre d’affaires $7.8 billion (2013)[1]

McKinsey & Company est un cabinet de conseil auprès des directions générales.

En 2007, pour la cinquième année consécutive, McKinsey a été classé à la première position du classement Vault[2] des cinquante plus grands cabinets mondiaux, et a été jugé l'employeur post-MBA le plus attrayant par les diplômés des dix programmes MBA les plus sélectifs[3]. Toujours en 2007, seize CEO d'entreprises mondiales cotées à plus de 2 milliards de dollars étaient des anciens de McKinsey & Company, classant l'entreprise comme la plus fertile en futurs CEOs (classement USA Today 2008[4]).

McKinsey compte parmi ses clients 93 des 100 premières entreprises mondiales, ainsi que plus de 50 gouvernements. La firme participe également à un certain nombre de projets pro bono pour des organisations humanitaires. Forbes a estimé le chiffre d'affaires de l'entreprise à 7,8 milliards de dollars pour 2013.

Historique[modifier | modifier le code]

McKinsey & Company a été fondé à Chicago en 1926 par James Oscar McKinsey, un professeur renommé de l'université de Chicago. James McKinsey quitta le cabinet en 1935 pour devenir CEO de Marshall Field's, avant de décéder brusquement d'une pneumonie en 1937.

Marvin Bower, qui a rejoint McKinsey & Company en 1933, puis a succédé à James McKinsey au départ de celui-ci, est la figure emblématique du cabinet. Il est considéré comme l'acteur majeur de l'ascension de l'entreprise, mais également le père du conseil en stratégie moderne. Bower a établi les grands principes de fonctionnement qui régissent toujours le cabinet. Inspiré par son expérience dans un cabinet juridique, il était convaincu que le conseil aux directions générales devait répondre aux critères éthiques et professionnels les plus élevés.

Organisation[modifier | modifier le code]

McKinsey & Company est aujourd’hui un cabinet totalement international dont les 90 bureaux, implantés dans environ 50 pays et sur tous les continents, réunissent plus de 8 000 consultants, de 117 nationalités différentes. Présent en Europe depuis quarante ans, il y exerce son activité dans 25 pays à travers 38 bureaux ; créé en 1964, le bureau de Paris compte actuellement environ 300 consultants.

Le cabinet est organisé autour d'une cinquantaine de pôles de compétences sectorielles ou fonctionnelles.

Une des spécificités de McKinsey vis-à-vis de ses principaux concurrents est son approche one firm, qui se traduit en particulier par une rémunération des associés basée sur les résultats mondiaux, une forte mobilité entre bureaux, une culture très collaborative et relativement homogène. Selon le magazine The Economist, « le seul cabinet de conseil avec une organisation qui s'apparente à un réseau mondial est McKinsey ».

Recrutement[modifier | modifier le code]

Le recrutement y est très sélectif[5](1 candidat sur 1500 est recruté). Il consiste à attirer très tôt des futurs diplômés, exclusivement des meilleures écoles, excellents au niveau académique, et se distinguant dans leur parcours extra-académique. Selon le magazine FORBES, McKinsey serait l'entreprise dont les entretiens d'embauche sont les plus durs au monde[6].

En France, en pratique, il n'y a que très peu de profils qui ne proviennent pas des meilleures Grandes écoles d'ingénieurs et de commerce notamment Polytechnique[7], les Mines ParisTech, Centrale Paris[8], Télécom ParisTech, Supélec[9], et l'École des Ponts ParisTech, ainsi que HEC Paris, l'ESSEC, ESCP Europe et Sciences Po Paris. Au niveau associate (l'équivalent de consultant), c'est-à-dire post-MBA, McKinsey recrute principalement parmi les principaux MBA mondiaux, tels que les MBA du top 7 américain c'est-à-dire Harvard, Stanford, Wharton, Chicago Booth, MIT Sloan, Columbia CBS, Northwestern (Kellogg) et des meilleurs MBA européens, notamment l'INSEAD. Les recrutements à des grades supérieurs sont très rares, et concernent des profils exceptionnels[10]. Enfin, en vue de filtrer le grand nombre de candidats en amont du premier tour classique, McKinsey a mis en place un processus de pré-sélection sous forme de QCM, le Problem Solving Test ou PST. Cette épreuve est très sélective et s'appuie sur le business sense, les capacités analytiques des candidats et leur vitesse de raisonnement[11].

Recherche et publications[modifier | modifier le code]

La firme se targue d'investir plus en recherche économique que Wharton, Harvard et Stanford réunies[réf. souhaitée]. Outre les nombreux projets de recherche menés en interne par des consultants et experts spécialisés, McKinsey a implanté un Global Institute, situé à quelques pas de la Maison-Blanche à Washington, D.C., chargé d'étudier les tendances macroéconomiques.

Certains travaux font l'objet de publications, en particulier via sa revue McKinsey Quarterly, qui compte 1,5 million de lecteurs en ligne[réf. souhaitée].

Controverse[modifier | modifier le code]

Un aspect parfois controversé des pratiques de McKinsey est le refus d'accorder l'exclusivité à ses clients, créant la possibilité pour des équipes différentes de consultants de travailler pour des concurrents directs, ce qui pourrait en théorie poser une question de conflit d'intérêt. Dans un registre similaire, le Canard Enchaîné affirme avoir révélé un tel conflit d'intérêt dans le cadre d'une "mission exploratoire sur l'avenir de la filière nucléaire française" commanditée en 2007 par le Gouvernement français et confiée à la banque britannique HSBC et au cabinet McKinsey. En effet, au moment même de l'exécution de cette mission, le Président du Conseil de surveillance d'Areva (Frédéric Lemoine) était Senior Advisor de McKinsey depuis 2004[12].

Néanmoins, le cabinet exige un très haut niveau de confidentialité à l'intérieur même de l'entreprise, les consultants n'ayant pas le droit de discuter des détails de leurs missions avec les membres d'autres équipes. Les consultants n'ont également pas le droit de servir deux entreprises concurrentes dans un intervalle de temps inférieur à deux ans, parfois plus[réf. souhaitée].

La firme est également souvent critiquée[Par qui ?] pour son culte du secret. La confidentialité des clients est maintenue même chez les alumni, et en conséquence il est difficile d'évaluer rigoureusement la liste des clients du cabinet, ses éventuelles réussites et erreurs. McKinsey a été présenté comme le cabinet de conseil en stratégie exclusif de Enron et Worldcom, deux multinationales ayant connu des faillites retentissantes — et frauduleuses — en 2001 et 2002[réf. souhaitée].

Notes[modifier | modifier le code]

Liens[modifier | modifier le code]