Université de Limoges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Université de Limoges
UNIVERSITE - PANTONE.jpg
Université de Limoges
Histoire et statut
Fondation
Type
Forme juridique
Régime linguistique
Président
Alain Célérier (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Campus
Vanteaux, La Borie, Turgot, Forum, Marcland, ESTER, Guéret, Ahun, La Souterraine, Tulle, Brive, Neuvic, Égletons, Meymac
Localisation
Pays
Chiffres-clés
Étudiants
16 806 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Enseignants-chercheurs
1120
Divers
Membre de
Université confédérale Léonard de Vinci
Réseau des universités de l'Ouest Atlantique
Site web

L’université de Limoges est une université nationale française pluridisciplinaire comptant 16 258 étudiants et 1120 enseignants, chercheurs et enseignants-chercheurs, délivrant des doctorats dans tous les secteurs traditionnels du savoir et dans des filières innovantes. Elle s'est structurée en octobre 1968 par le regroupement d'établissements d'enseignement supérieur à Limoges. La plus ancienne continuité historique est celle des facultés de pharmacie et de médecine remontant à 1626. Mais elles-mêmes font déjà partie d'une vieille tradition de formations supérieures et de recherche.

Elle est un des principaux établissements d'enseignement supérieur dans la Région Nouvelle-Aquitaine et l'Académie de Limoges relevant du Ministère de l'Éducation nationale. L’Université de Limoges est une composante de l'Université confédérale Léonard de Vinci et du réseau des universités de l’Ouest Atlantique qui regroupe les dix universités présentes dans les quatre régions de Bretagne, Limousin, Pays de la Loire et Poitou-Charentes, elle a accédé aux « compétences élargies » des universités (applications de la LRU) en janvier 2009.

Historique[modifier | modifier le code]

XXe et XXIe siècles[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, l'École de droit et de notariat devient la Faculté Libre de Droit en 1927. La Faculté de Droit et des Sciences Economiques du XXIe siècle occupe, sur le site de l'ancien Hôtel-Dieu, l'emplacement exact d'un carré de rues de l'antique ville romaine à côté de la Présidence de l'Université et de la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges.

À partir des années 1950 l’enseignement supérieur de type universitaire (c'est-à-dire associé à la recherche, par opposition aux classes préparatoires ou aux écoles supérieures professionnelles) s'organise selon les structures facultaires traditionnelles d'abord sous le patronage de l'Université de Poitiers :en 1955 Médecine et Pharmacie; en 1958 Sciences exactes et naturelles; en 1966 Droit et Sciences Économiques, en 1966 également Lettres et sciences humaines; ces établissements sont finalement intégrés en 1968 comme composantes de l'Université de Limoges.

Les services centraux de l'Université se trouvent dans l'ancienne chapelle de l'ancienne école de médecine.

Ce nouvel essor est contemporain de la création en 1965 de l'Académie de Limoges (circonscription éducative) démembrée des académies de Poitiers et de Clermont-Ferrand. Les implantations de l'Université de Limoges couvrent tout le territoire de la nouvelle académie. Seule université de la Région Limousin et de l'Académie de Limoges, donc clairement identifiée à son espace naturel, elle n'en possède pas moins un net pouvoir d'attraction à l'extérieur (un centre d'accueil international, avec résidence et services, gérant le rayonnement de l'université, s'est installé en 2008 dans les bâtiments des anciens services de sélection et d'orientation de l'armée de terre, rue Saint-Martial).

Au moment de sa constitution en université le 1er octobre 1968[1] par regroupement des principaux établissements d'enseignement supérieur à vocation de recherche, elle compte 7 000 étudiants et comprend les quatre facultés traditionnelles (droit et sciences économiques, sciences exactes et naturelles, médecine et pharmacie et lettres et sciences humaines) et un Institut Universitaire de Technologie. Les statuts du nouvel ensemble sont adoptés en 1970 par l’Assemblée Constitutive présidée par Robert Savy, Professeur à la Faculté de Droit et Sciences Économiques (ensuite président de la Région du Limousin).

L'École Nationale Supérieure de Céramique Industrielle (ENSCI) créée en 1893 à Sèvres près de Paris s'installe à Limoges en 1979 puis intègre l'Université de Limoges en 2001[2].

L'École Nationale Supérieure d'Ingénieurs de Limoges (ENSIL) est créée en 1991 par l'Université de Limoges ; elle devient en 1993 un élément d'ESTER Technopole de Limoges dont l'une des fonctions est de servir d'interface entre l'université et l'industrie.

En 2005, l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres du Limousin (IUFM), ancienne École normale devient à son tour une composante de l'Université de Limoges.

3iL (Institut d'ingéniérie informatique de Limoges) l'école d'ingénieurs à spécialité informatique, réseaux et systèmes embarqués, de statut consulaire (gérée par la Chambre de Commerce et d'Industrie du Limousin), obtient pour la recherche son rattachement à l'Université de Limoges en 2010.

Bien que ne faisant pas partie formellement de l'Université, l'Académie de l'Union participe dans le domaine du théâtre à l'offre de formation en Lettres ; c'est l'une des 11 écoles supérieures d'Art Dramatique habilitées par le Ministère de la Culture et de la Communication à délivrer le DNSPC (Diplôme National Supérieur Professionnel de Comédien).

En 2011, une « Fondation partenariale de l'Université de Limoges » a été créée dans le but, entre autres objectifs, de susciter des chaires d’excellence et d'attirer des financements extraordinaires pour de grands projets innovants.

Présidents de l'université[modifier | modifier le code]

  • 1995-2001 : Bernard Vareille
  • 2001-2005 : Antonin Nouailles
  • 2005-2012 : Jacques Fontanille
  • 2012-2016 : Hélène Pauliat, professeure de droit public[3]
  • Depuis 2016 : Alain Célérier

Composantes[modifier | modifier le code]

Unités de formation et de recherche[modifier | modifier le code]

La Faculté de Droit et des Sciences Economiques, située dans le quartier de l'hôtel-de-ville.
La Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, sur le campus de Vanteaux.

L’université est structurée en cinq UFR :

  • Faculté de Droit et des Sciences Économiques,
  • Faculté de Médecine,
  • Faculté de Pharmacie,
  • Faculté des Lettres et des Sciences Humaines
  • Faculté des Sciences et Techniques.

Instituts et écoles[modifier | modifier le code]

Ecole nationale d’Ingénieurs 3iL est associée à l'Université de Limoges.

Implantations[modifier | modifier le code]

L'Université de Limoges est présente sur plusieurs sites sur l'ensemble de l'académie de Limoges : Limoges, Brive-la-Gaillarde, Egletons, Tulle, Guéret, Meymac, Ahun, La Souterraine.

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Formations[modifier | modifier le code]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

L’Université de Limoges entretient des collaborations avec plusieurs universités européennes et à travers le monde.

Elle possède 482 accords coopération actifs :

  • avec l’Europe (dont Erasmus) : 30 accord-cadres, 241 conventions, 9 DPI (diplômes en partenariat international)
  • avec l’Afrique : 29 accords-cadres, 21 conventions, 6 DPI
  • avec l’Asie : 27 accord-cadres, 11 conventions, 1 DPI
  • avec l’Amérique du Nord : 13 accord-cadres, 21 convention, 5 DPI
  • avec l’Amérique latine : 34 accords-cadres, 26 conventions, 4 DPI
  • avec l’Océanie : 2 accord-cadres, 2 conventions

L'Université de Limoges accueille 2 276 étudiants internationaux sur l'année universitaire 2017-2018.

Recherche[modifier | modifier le code]

L'Université de Limoges a rassemblé ses centres de recherche en quatre grands instituts[pas clair] :

L'Université soutient également les activités de l'ONG Europa, qui siège à Limoges et qui est engagée dans le champ des politiques publiques européennes.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

1968 1975 1978 1985 1986 1987 2000 2001 2002
4 600[8]6 900[8]7 600[8]9 360[8]9 460[8]9 733[8]13 677[9]13 406[10]13 809[11]
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
14 040[12]14 055[13]14 479[14]14 317[15]13 984[16]14 018[17]14 191[18]14 127[19]13 996[20]
2012 2013 2014 2015 2016 - - - -
14 369[21]14 898[22]15 338[23]15 473[24]16 258----

Effectifs par composante[modifier | modifier le code]

Effectifs étudiants pour l'année 2007-2008[25], l'année 2010-2011[26], l'année 2013-2014[27], et l'année 2016-2017[28].
Lettres et sciences humaines
2690
2314
2272
2689
Sciences et techniques
2668
2742
2862
3098
Droit et sciences économiques
2587
2429
2502
2639
IUT
2230
2264
2261
2364
Médecine, pharmacie, para-médical[N 1]
2836
3103
3473
3537
ENSIL[N 2]
457
454
516
774
IPAG
88
74
43
34
IAE
339
441
450
441
ESPE
288
552
682

Effectifs par origine géographique[modifier | modifier le code]

Répartition des étudiants par origine géographique (2010-2011)[26] :

Origine %
Haute-Vienne 38.1
Corrèze 14.7
Creuse 6
Autres départements 39.0
Autres pays 2.2
Total 100

Vie associative[modifier | modifier le code]

Réussite[modifier | modifier le code]

En 2009, le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a comparé la totalité des 83 universités françaises (métropole et outre-mer) en fonction du taux de réussite au niveau licence, et suivant trois méthodes différentes[29].

  • Pour la première méthode, le classement est établi selon l'université d'inscription en première année, déterminante dans la poursuite du cursus. Avec 39,5 % de réussite, l'Université de Limoges se place au 4e rang national.
  • Le classement issu de la seconde approche met l'accent sur l'université de la troisième année d'études. Limoges se positionne en 26e place, ex æquo avec l'Université Lyon 3.
  • La troisième méthode est établie autour des étudiants ayant suivi leur cursus dans la même université. Le classement place Limoges en 9e place.

En 2010, l'Université de Limoges occupe le 2e rang des universités françaises pour le taux de réussite en licence, et le 7e pour la réussite des étudiants ayant fait leur tout leur parcours à l'Université de Limoges.[réf. nécessaire]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Enseignants[modifier | modifier le code]

  • Philippe Depreux, professeur d'histoire médiévale à la faculté des lettres et des sciences humaines, spécialiste du Haut Moyen Âge.
  • Jacques Fontanille, président de l'université de 2005 à 2012, chaire de sémiotique de l'Institut Universitaire de France, vice-président de la Conférence des Présidents d'Université.
  • Janine Garrisson, professeur honoraire, spécialiste de l'histoire politique et religieuse du XVIe siècle.
  • Olivier Guillot, professeur honoraire à la faculté de droit, spécialiste de l'histoire du droit et des institutions du haut Moyen Âge.
  • Jean Morange, professeur à la faculté de droit et de sciences économiques, spécialiste des droits de l'homme et des libertés publiques.
  • Alain Policar, professeur à la faculté de droit et de sciences économiques, spécialiste de l'histoire de la pensée sociologique.
  • Bernard Vareille, professeur de droit, président honoraire de l'université.
  • Bertrand Westphal, théoricien de la géocritique, directeur de l'équipe de recherche "Espaces humains et interactions culturelles"

Étudiants[modifier | modifier le code]

Polémique[modifier | modifier le code]

En novembre 2017, l'université invite la militante Houria Bouteldja à l'occasion d'un séminaire d’études décoloniales, ce qui provoque une polémique, celle-ci étant régulièrement accusée de sexisme, de racisme et d'homophobie. Dans un premier temps, le président de l'université Alain Célérier assume cette sollicitation, avant de finalement annuler sa venue, évoquant un « risque de trouble à l'ordre public », la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal appelant pour sa part les universités « à la vigilance »[30],[31].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dont Institut limousin de formation aux métiers de la reéducation (statistiques 2017).
  2. ENSIL-ENSCI (statistiques 2017).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 68-923 du 23 octobre 1968, Fac similé sur Légifrance
  2. « Décret n°2001-804 du 3 septembre 2001 » portant rattachement de l’École nationale supérieure de céramique industrielle de l'université de Limoges
  3. « Hélène PAULIAT: biographie et actualités sur EducPros », sur www.letudiant.fr (consulté le 10 novembre 2016)
  4. Institut de recherche Xlim
  5. L'IPAM sur le site de l'Université de Limoges
  6. Le GEIST sur le site de l'Université de Limoges
  7. SHS sur le site de l'Université de Limoges
  8. a b c d e et f R. Lacotte, O. Balabanian, G. Bouet, « L'université de Limoges et le recrutement de ses étudiants », Norois, 1988, Volume 138, Numéro 138, p. 232
  9. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  10. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  11. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  12. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  13. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  14. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  15. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  16. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  17. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  18. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 18 septembre 2010
  19. Les chiffres clés de la Haute-Vienne, édition 2011, consulté le 18 octobre 2011
  20. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  21. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2013, Imprimerie moderne de l’Est, p. 182, consulté sur www.education.gouv.fr le 14 janvier 2016
  22. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2014, Imprimerie moderne de l’Est, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 14 janvier 2016
  23. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2015, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-139145-1), consulté sur www.education.gouv.fr le 14 janvier 2016
  24. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2016, Imprimerie moderne de l’Est, p. 165, consulté sur www.education.gouv.fr le 4 août 2017
  25. « Tableau de bord de l'Université de Limoges (TABUL), 2007-2008 », sur carrefourdesetudiants.unilim.fr (consulté le 29 novembre 2011)
  26. a et b « Tableau de bord de l'Université de Limoges (TABUL), 2010-2011 », sur carrefourdesetudiants.unilim.fr (consulté le 29 novembre 2011)
  27. « Tableau de bord de l'Université de Limoges (TABUL), 2013-2014 », sur unilim.fr (consulté le 29 novembre 2011)
  28. « Chiffres 2017 », sur unilim.fr (consulté le 4 août 2017).
  29. Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Note d'information 09.23, Parcours et réussite en licence des inscrits en L1 en 2004, consulté le 25 décembre 2010
  30. Marie-Estelle Pech, « Quand un antiracisme dévoyé s'immisce dans l'éducation », Le Figaro, samedi 25 / dimanche 26 novembre 2017, page 11.
  31. Alain Policar et Emmanuel Debono, « À l'université, attention à « la banalisation de l’antisémitisme », lemonde.fr, 30 novembre 2017.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cels-Pinelli, C., Histoire de l'École de médecine et de pharmacie de Limoges; 1646-1991, Limoges : PULIM, 1992.

Liens externes[modifier | modifier le code]