Université de Rennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université de Rennes
sceau de l'université
sceau de l'université
Informations
Fondation 1460 bulle pontificale instaurant une université en Bretagne[n 1],
1735 déménagement de la faculté de droit à Rennes
1896 réunion des facultés de Rennes sous le nom d'université de Rennes
Fondateur François II
Type université française disparue
Localisation
Ville Rennes
Pays Duché de Bretagne, puis
France

L’université de Rennes est une ancienne université qui trouve son origine dans une ancienne université ducale fondée en 1460 à Nantes, puis déménagée à Rennes en 1735. Elle prit le nom d'université de Rennes au moment du rapprochement institutionnel des facultés présentes à Rennes en 1896, et fut supprimée lors de la scission de 1969 entre les universités de Rennes I et Rennes 2.

Elle comptait lors de sa dissolution quatre facultés : droit, lettres, médecine, et sciences, ainsi que plusieurs annexes dans d'autres villes de Bretagne et des Pays de la Loire. Ces dernières ont servi de socle pour la création de plusieurs universités au cours des années 1960, notamment pour les universités de Nantes, d'Angers, et de Brest.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

L'université bretonne[modifier | modifier le code]

François II, duc de Bretagne.

L'université à Nantes[modifier | modifier le code]

Préparée par la présence d’école bretonne et la volonté ducale, trois bulles pontificales sont éditées par les papes Jean XXIII, Martin V et Nicolas V − respectivement en 1414, 1424 et 1446 − sans être appliquées[n 2],[1]. Les étudiants bretons représentent à l'époque en nombre la deuxième population dans les université françaises, après les étudiants normands, et sont structurés en nations dans celles-ci[2]. L’université de Bretagne est fondée par Bertrand Milon le 4 avril 1460, à l'initiative du duc François II de Bretagne, et ce par une bulle pontificale du pape Pie II, donnée à Sienne[3],[4]. Celle-ci incarne le vœu de François II d'affirmer son indépendance vis-à-vis du roi de France[5], alors qu'aux abords du duché à Angers en 1432, Poitiers en 1432 et Bordeaux en 1441 s'ouvrent des universités[6],[n 3]. Créée sous la forme d'un studium generale, cette université peut enseigner toutes les disciplines traditionnelles : Arts, Théologie, Droit et Médecine. La population estudiantine entre la fin du XVe siècle et durant les deux siècles suivants croit pour atteindre le millier voire 1 500 étudiants[5], selon les estimations les plus hautes.

Une première tentative de déplacement de l'université de Nantes à Rennes a lieu à la fin du XVIe siècle. Le roi Henri IV cherche à punir Nantes, ville ligueuse, pour son soutien au duc de Mercœur. L'université reçoit par lettre patente du 8 août 1589 l'ordre de transfert à Rennes, ville restée fidèle à la monarchie. L'institution n'est cependant pas déplacée, faute de financement[7],[n 4]. Une nouvelle lettre patente du 5 septembre 1591 réitère cet ordre de transfert, mais là encore sans application. Une dernière lettre patente d'avril 1598 fixe la situation en confirmant l'établissement à Nantes de l'université[10].

Le transfert partiel à Rennes[modifier | modifier le code]

Au début du XVIIIe siècle, l'université rentre dans une phase de déclin[5]. Nantes est tout entière tournée vers le commerce et que ses élites s'intéressent peu à cette institution. En 1728, le maire de Nantes, Gérard Mellier, écrit que l'Université bretonne serait mieux placée « à Rennes, pays de lettres, qu'à Nantes où l'on ne respire que le commerce »[5]. Par conséquent, la Faculté de Droit est effectivement transférée à Rennes en 1735 où siège le Parlement de Bretagne par décision du roi Louis XV[11]. L'ouverture officielle est faite le 11 juin 1736[12]. Les facultés de lettres, de théologie et de médecine sont conservées à Nantes, mais celle de médecine était déclinante, et celle de théologie minée par l'influence du jansénisme[5]. Les enseignements de droit se tiennent dans un premier temps dans l'hôtel de ville avant d'être transférés en 1753 dans le couvent des cordeliers, puis à partir de 1762 et jusqu'à la dissolution des facultés en 1793 dans la chapelle des jésuites après l'expulsion de ceux-ci[13].

Il est par la suite plusieurs fois question de transférer le reste des facultés de Nantes à Rennes, notamment en 1778. Cependant, les trois facultés nantaises s'opposent avec vigueur à ce projet, en mettant en avant le mauvais traitement de la faculté de droit après son transfert à Rennes, et la situation en reste alors là[14]. Les institutions des deux villes continuent à être liées entre elles, et l'université reverse à la faculté de Rennes une partie des rentes qu'elle perçoit. En 1789, ce transfert concerne les deux cinquième des 537 livres de rente perçues[15]. Une école de chirurgie est par ailleurs ouverte à Rennes en 1738, et est hébergée dans la tour Le Bât, tour désaffectée des remparts de la ville[16]

La question de l'université commence à apparaître dans les réflexions des institutions rennaises. Le parlement de Bretagne produit un plan de réforme des enseignements de la faculté après l'éviction des jésuites en 1762, mais sans que celui-ci ne se concrétise[17]. La question de l'université est présente aussi dans les cahiers de doléances que soumettent les rennais dans l'optique des états généraux de 1789. Le Tiers état demande ainsi à ce que le nombre d'université en France soit revu à la baisse[18], que le nombre de facultés de médecine à baissé à trois ou quatre -dont une à Rennes-[19], et que les chaires de latin de la faculté de droit soient réduites de moitié, au profit de l'ouverture de chaires de droit français et de droit naturel[20].

La Révolution signe la fin des universités d'Ancien Régime. En 1793, la Convention nationale ordonne la suppression de toutes les Universités et Facultés.

L'université au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Essor et unification des facultés à Rennes[modifier | modifier le code]

La mairie de Rennes qui accueille dans un premier temps les facultés de droit et de sciences

En 1806, Napoléon réorganise l'ensemble du système d'enseignement français en instituant l'université impériale. Rennes prend alors la tête d'une académie et se voit doté à ce titre d'une faculté de droit et d'une faculté de lettres[21]. Nantes est oublié par ce décret, et ne verra rouvrir une université sur son territoire qu'à la suite d'un décret du 29 décembre 1961[22].

L'école de droit est rouverte en 1802 et accède au rang de faculté en 1808. Les cours se tiennent dans l'actuelle salle des assises du palais de justice[23]. Une Société libre d'instruction médicale est créée le , qui devient en 1803 une école départementale. De 1803 à 1810, les enseignements cliniques sont dispensés dans un bâtiment dépendant de l'ancien couvent Saint-Yves, alors que les cours d'anatomie sont regroupés dans les anciens bâtiments de l'école de droit, dans l'actuelle rue Toullier, avant de migrer dans la tour sud de l'ancienne cathédrale Saint-Pierre[16].

Une éphémère Faculté des Lettres est également créée en 1810. Celle-ci est cependant fermée par la restauration[24],[25] par un décret du 31 octobre 1815[26], et l'on y substitue en 1817 une commission d'examen pour le baccalauréat[27]. Deux autres facultés, l'une de science et l'autre de théologie sont aussi prévues mais les décrets de création ne sont pas appliqués[25]. La faculté de lettres ne rouvre qu'à partir de 1839 avec la monarchie de Juillet[21], et compte alors cinq chaires (littérature française, littérature ancienne, littérature étrangère, histoire, et philosophie)[5].

Une Faculté des Sciences est créée un an après celle de lettres en 1840 et compte elle aussi cinq chaires (mathématiques, physique, chimie, zoologie et botanique, géologie et minéralogie)[28]. L'école de médecine, créée sous l'Empire, passe au statut d'école secondaire en 1820[21] puis au statut d'école de plein exercice en 1895[21].

Ces trois Facultés et l'école de médecine restent sans lien institutionnel entre elles jusqu'à la création en 1885 d'un Conseil des Facultés. Celui-ci prend en 1896 le nom d'Université de Rennes lors de la réforme des facultés faisant suite à l'application de la loi du . L'université est alors l'une des 16 universités que compte alors la France, et la seule dans l'ouest en dehors de celle de Caen et de Poitiers[21]. En 1904, elle compte 1 236 étudiants, ce qui la place au 5e rang des universités de province[29]. Les fonds de sa bibliothèque universitaire, déjà l'un des cinq plus importants fonds français hors Paris au milieu du XIXe siècle[30], comptent plus de 21 000 volumes en 1890[31].

Essor des constructions et déménagements[modifier | modifier le code]

Implantation des facultés dans le centre de Rennes au milieu du XIXe.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les facultés de sciences, de droit, de lettres, ainsi que l'école de médecine sont dans un premier temps logées dans l'aile nord de la Mairie de Rennes (l’ancien présidial)[32]. La faculté de droit occupe le rez-de-chaussée[33], la faculté de science le 1er étage[34], la faculté de lettres plusieurs autres salles[35], et l'école de médecine la salle dite de la Chapelle, située sous la tour de l'Horloge[28].

Elles sont déménagées dans un nouveau bâtiment dédié en 1856[32]. Dès le milieu du XIXe siècle, le projet d'un Palais universitaire situé quai Émile Zola voit le jour. Aux premiers projets conçus pour la conception de ce bâtiment, dès 1838, par l'architecte de la Ville, Charles Millardet, se substituent les plans de Vincent Boullé qui lui succède en 1846. Les travaux, financés par l'État, la Ville et le Département, commencent en 1847 et s'achèvent en 1855, avec l'inauguration de l'édifice. À partir de 1856, Jean-Baptiste Martenot dirige des travaux d'aménagement successifs de l'édifice (couverture vitrée de la cour intérieure en 1860). Un amphithéâtre est construit pour la faculté de droit en 1881, puis en 1888 une salle de conférence est aménagée pour la faculté de lettres.

L'exiguïté des locaux et le danger de la cohabitation des différents laboratoires et de collections entreposées sous le même toit entraînent la construction de nouveaux bâtiments. La faculté de sciences va se voir dotée d'un nouveau bâtiment qui lui est propre face au palais universitaire. Les travaux commencent en 1888 et s'achèvent en 1895[36]. L'École de médecine suit en 1911[37] et est inaugurée par le ministre l'instruction publique de l'époque[16]. Les nouveaux bâtiment de l'école, où chaque enseignement dispose de son propre pavillon, occupent les terrains de la Barbotière, entre la rue Dupont-des-Loges, le boulevard Laennec et la Vilaine[16]. Les facultés de Droit et de Lettres sont elles aussi transférées, dans l'ancien archevêché qui jouxte l'église Saint-Melaine pour la première, et au Grand Séminaire pour la seconde[21]. En 1910, une partie des enseignements de botanique de la faculté des sciences s'installe au côté de la faculté de lettres, avec notamment un jardin de 80 ares équipé de serres[38]. Le lien qui existe entre les différentes facultés n'est alors plus qu'administratif.

Projets de création de l'université[modifier | modifier le code]

Plusieurs projets de constitutions d'universités voient le jour en France au cours du XIXe siècle, et la ville de Rennes est régulièrement citée pour accueillir une telle structure.

Un premier projet voit le jour par l'ordonnance de Pierre-Paul Royer-Collard du , qui travaille lors de la Première Restauration sous les ordres du ministre l'intérieur de l'époque, l'abbé de Montesquiou. Il vise alors à réformer le système universitaire dans son ensemble, en créant 17 universités, chacune dotée de sa propre administration, et prenant le nom de son chef-lieu. Les Cent-Jours et le retour de Napoléon Ier suspendent l'application de cette ordonnance[39]. Une seconde proposition voit le jour au début du gouvernement de Juillet avec un projet de François Guizot, ancien collaborateur de Royer-Collard lors de la rédaction de l'ordonnance du . Dans un esprit de décentralisation politique[40], il vise à constituer en dehors de Paris des centres universitaires « complets et suffisamment forts »[41]. Quatre villes sont ainsi proposées pour accueillir ces universités : Toulouse, Montpellier, Strasbourg, et Rennes[42]. L'idée n'est pas appliquée, mais la critique de la concentration à Paris des étudiants est reprise en 1836 par le député de Loire inférieure Paul-François Dubois[42]. En 1840, Victor Cousin, alors ministre de l'instruction publique reprend cette idée d'un nombre réduit d'universités complètes, et propose de commencer à en constituer en commençant par la Bretagne. Il propose d'ouvrir une faculté de médecine et une faculté de sciences à Rennes pour y créer cette université de Bretagne. L'ouverture de la faculté de sciences est approuvée par la chambre, mais l'ouverture de la faculté de médecine est repoussée à la session suivante[43]. Cousin est cependant remplacé entre temps, et le projet est abandonné.

Le retour de la république en 1870 amène lui aussi son lot de projet de reconstitution d'université, et Rennes est de nouveau concernée par ceux-ci. Paul[Qui ?] présente le un projet de loi instituant en France cinq universités. Il prévoit de déménager à Nantes les facultés rennaises pour y ouvrir une université[44]. Ce projet est repris par William Henry Waddington, alors ministre de l'instruction publique, qui doit présenter en 1875 un projet concernant l'enseignement supérieur[45]. Rennes y conserve ses facultés, et doit devenir le siège d'une des sept universités projetées. Elle doit par ailleurs récupérer la gestion des facultés de Poitiers, ainsi que celles des différentes écoles de médecine de Nantes, d'Angers, de Limoges, de Tours, et de Poitiers[46]. Le projet n'est pas soumis à la chambre en raison d'une crise parlementaire[47]

Oppositions à l'université[modifier | modifier le code]

Rivalités en Rennes et Nantes[modifier | modifier le code]

Les élus des villes de Rennes et de Nantes continuent de s'opposer au XIXe au sujet de l'implantation des facultés, puis au sujet de l'université.

La rivalité entre ces deux villes porte ainsi sur la création d'une faculté de médecine à Rennes. Le projet de 1840 du ministre de l'instruction Victor Cousin projette de créer dans cette ville une faculté de sciences, ainsi que d'y transformer l'école de médecine en faculté de médecine[48]. Le projet de création de cette dernière faculté rencontre l'opposition des villes de la région qui disposent elles aussi d'une école de médecine, à commencer par Nantes, et qui voient dans ce projet un risque pour leurs propres écoles[49]. Paul-François Dubois, membre du conseil royal de l'instruction publique et député de Loire-inférieure, dirige à la chambre l'opposition à ce projet[50]. Il parvient à faire repousser plusieurs fois le vote instituant cette faculté, et le ministre est alors contraint de repousser sa création à la session parlementaire suivante[49]. Le projet est abandonné lorsque Cousin est remplacé au ministère.

La ville de Nantes tente aussi de récupérer à son profit les facultés présentes à Rennes lorsque des projets de constitution d'universités complètes sont ébauchés. Paul-François Dubois, qui défend par ailleurs le principe des universités complètes contre celui des facultés isolées[51], en profite pour essayer d'obtenir ainsi le transfert des facultés à Rennes. Plus tard, Paul Bert prévoit dans un projet de loi du de supprimer les facultés présentes à Rennes pour ouvrir à Nantes une université[52].

Oppositions de l'Église[modifier | modifier le code]

L'Église s'oppose elle aussi à l'Université à Rennes. À partir des années 1840 et de l'arrivée à Rennes comme évêque de Godefroy Brossay-Saint-Marc, elle applique une double stratégie pour contrarier le développement des facultés, en ouvrant des établissements d'enseignement face à l'Université, et en agissant au sein du corps enseignant pour favoriser les personnes favorables à l'influence de l'Église dans celle-ci[53].

Le recteur Dufilhol se plaint à plusieurs reprises à l'époque de l'espionnage qu'effectue à Rennes l'évêque légitimisme via le proviseur du Collège Royal, et via Varrin, le doyen de la faculté des lettres. Saint-Marc tente une première fois sans succès, et avec le relais de certains titres de presse locale, de placer en 1842 un professeur favorable au doctrines de l'Église en remplacement du professeur Zévort. Il parvient cependant à faire nommer en 1844 le professeur Martin comme Doyen de la faculté des lettres à la suite de Varrin. Le recteur Dufilhol est lui remplacé en 1847 à la suite des interventions répétées de l'Église auprès du ministre et maitre de l'Université De Salvandy[53].

Les établissements d'enseignement catholiques mettent aussi en places des « cercle des études » qui agissent comme des classes préparatoires, et qui rentrent en concurrence avec les enseignements dispensées par des professeurs des facultés au Collège Royal. À ceci s'ajoute la mise en place de pensions dont les prix élevés sont fixés pour attirer les enfants de familles influentes[53].

L'université au XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'université dans l'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Bâtiment de l'institut de géologie.

L'université se dote d'un institut de géologie dans les années 1930 afin d'héberger ses collections. Yves Milon, futur maire de Rennes et qui occupe alors la chaire de géologie, présente en 1932 le projet au recteur Georges Davy. Les travaux commencent le 27 juin 1935. Le 28 octobre 1937 le bâtiment est investi, mais n'est inauguré officiellement qu'après-guerre le 15 mai 1947 par Marcel-Edmond Naegelen, ministre de l'Éducation nationale[54]. Le projet d'un institut de botanique voit aussi le jour en 1939 entre l'institut de géologie et le jardin du Thabor, mais ne sera pas réalisé[38]. En 1939, les étudiants sont 3 651[55].

Avec le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale, puis l'arrivée des troupes allemandes dans la ville, les activités de l'université sont perturbées. Les locaux de la faculté de droit sont réquisitionnés par l'occupant, et les étudiants doivent suivre leurs cours dans le musée ou dans des salles de l'école de médecine[56]. Le palais universitaire qui abritait certaines des collections dans le cadre du muséum est endommagé pendant la nuit du 3 au 4 août 1944, et celles-ci sont alors dispersées[57]. Les locaux de l'école de médecine sont eux aussi partiellement détruits par des bombardements en 1944, et ne ont reconstruit qu'à partir des années 1950[58].

Des logements pour les étudiants sont aussi construits. Le recteur de l'académie fait appel en 1928 aux départements de l'académie pour financer ce projet à Rennes, mais certains d'entre eux disposent déjà d'établissements d'enseignements supérieur sur leurs sols, comme Angers avec l'université catholique de l'Ouest ou Nantes avec des extensions de l'université, et d'autres départements comme le Morbihan et le Finistère ont déjà participé au financement de la cité universitaire de Paris[59]. Le 4 octobre 1931 a lieu la cérémonie de pose de la première pierre d'une maison des étudiantes[60]. Les étudiantes étaient minoritaires dans les facultés et écoles rennaises, à l'exception de la faculté de lettres où elles représentent près de 50 % des effectifs à l'époque[61]. Un logement pour les étudiants masculins est aussi construit en même temps. Les mosaïques dans ces 2 bâtiments sont signées par Isidore Odorico[62],[63].[n 5]

L'université se développe aussi à Nantes où elle ouvre ou annexe des extensions. En 1922, l'université récupère la charge de l'Institut polytechnique de l'ouest, une école d'ingénieurs ouverte quelques années plus tôt par la municipalité nantaise. La même année les facultés rennaises ouvrent deux instituts, un institut de sciences naturelles rattaché à la faculté des sciences, et un institut des lettres rattaché à la faculté des lettres. Ceux-ci avaient la charge des enseignements de propédeutique, les enseignements en vue de l'obtention de diplômes devant être finalisés à Rennes, ou de la préparation de concours comme celui d'entrée à l'école normale supérieure[65].

L'université dans l'Après-guerre[modifier | modifier le code]

L'après-guerre est marqué par le développement de plusieurs structures au sein de l'université. En 1945, le rapprochement de la faculté des sciences et de l'Institut Polytechnique de l'Ouest (IPO) donne naissance à l'Institut de Chimie de l'Université de Rennes (ICUR)[66]. En 1954, l'école de médecine et pharmacie devient Faculté de Médecine et intègre l'université. L'année suivante est créé par Jane Krier l'Institut d'administration des entreprises[67]. Jusqu'en 1969, l'Université de Rennes comprend donc quatre Facultés : Droit, Lettres, Sciences, Médecine.

1961 voit les 500 ans de l'université[68]. Des festivités sont organisées à Nantes le 15 juin et à Rennes le 16 juin. Le ministre de l'éducation nationale Lucien Paye fait le déplacement dans ces 2 villes pour cette occasion. À Rennes, il rencontre le maire de l'époque, Henri Fréville[69]. Treize universités françaises, et quatre universités étrangères (Aberdeen, Bâle, Exeter et Louvain) envoient des adresses pour l'occasion[70].

La hausse du nombre d'étudiants est rapide. En 1948 la population est de 5 638 étudiants[71], en 1949 de 5 982 étudiants[72], en 1958 de 9 950 étudiants[71]. La barre des 10 000 étudiants est franchie en 1959[73]. En 1965, ce nombre se situe autour des 19 000 étudiants[71]. Cette situation va forcer l'université à s'adapter et à trouver des solutions à Rennes et dans d'autres villes.

Essor des nouveaux campus rennais[modifier | modifier le code]
Bâtiments de la faculté de droit construit à partir de 1961.

Dès la Libération, le recteur de l’académie de Rennes envisage de rassembler les trois facultés rennaises et l’école de médecine et pharmacie sur un même site, au lieu-dit Villejean[74]. En 1950, lorsque la municipalité commence l’aménagement du quartier de Villejean, elle le conçoit comme un quartier réservé au développement universitaire. La hausse du nombre d’étudiants à cette époque impose le déménagement d'une partie des bâtiments du centre-ville de Rennes.

Les premières extensions ont lieu dans le centre-ville. La faculté de droit est la première à obtenir de nouveaux locaux. Ceux-ci restent dans le périmètre du centre-ville de Rennes. Un premier avant-projet est proposé en 1952. Après plusieurs modifications, le projet final est adopté en 1956. Le bâtiment est signé par les architectes Louis Arretche et Raymond Cornon, inspirés par les travaux de Le Corbusier. Les constructions débutent en 1961 et s'achèvent en 1963[75]. La bibliothèque universitaire bénéficie elle d'une extension. Celle-ci partage à l'époque les locaux de la faculté de lettres. Les plans d'agrandissements sont approuvés le 6 mai 1952, mais le permis de construire n'est délivré que le 16 février 1955. Elle est construite dans le prolongement de l'ancien séminaire. L'ancienne chapelle du bâtiment est aménagée en salle de catalogue, tandis que les autres composantes sont construites ex-nihilo. Une première partie des nouveaux locaux sont mis à disposition en 1958, avant que l'ensemble soit achevé en 1960[76]. L'inauguration a lieu le 18 mars 1961 en présence du recteur d'académie Henri Le Moal et d'Henri Fréville, alors maire de Rennes[77].

Bâtiments de la faculté de lettres sur le campus de Villejean.
Le bâtiment de la scolarité de la faculté de sciences sur le Campus de Beaulieu.

Les travaux pour le nouveau campus de Villejean sont annoncés en 1961 pour la partie concernant la faculté de lettres[74]. Ils commencent effectivement en 1963[78]. Le complexe universitaire est conçu selon l’organisation des études à l’époque : la première année est commune et la spécialisation se fait les années suivantes. Un long bâtiment est donc prévu pour accueillir les étudiants de première année, alors que d’autres plus petits sont censés accueillir ces mêmes étudiants une fois la première année passée[74]. Entre l’annonce du nouveau campus en 1961 et l’inauguration en 1969, les étudiants de la faculté de lettres passent de 2 400 à 6 613[74]. En 1967, les étudiants de la faculté de lettres font leur première rentrée dans un campus encore en chantier. Les observateurs d’alors sont élogieux pour le nouveau campus « L’édifice central est allongé interminablement. L’effet est singulier de ces mille fenêtres au cadre bleu foncé. En réalité, les murs ne sont que fenêtres. Cette faculté sera une maison de verre. »[74]. Une nouvelle bibliothèque universitaire dédiée spécifiquement à la faculté de lettres est aussi mise en chantier. Celle-ci est composée de 2 bâtiments juxtaposées, reliés entre eux par une cheville de jonction utilisés par une salle de catalogues. Les travaux commencent le 1er septembre 1965 et s'achèvent en septembre 1967. La mise en service est faite en septembre 1968 pour la première tranche, et en juin 1970 pour la seconde. L'ensemble est ouvert au public le 1er septembre 1970[79]. Pour la partie du campus dédié à la faculté de médecine, le chantier est inauguré le 28 septembre 1964. La rentrée des étudiants se fait pendant les évènements de mai 68[16]. Une bibliothèque universitaire dédiée spécifiquement à la faculté de médecine est aussi construite en 2 tranches. La première est ouverte en 1968 et la seconde en 1973[80]. Cette proximité des enseignements de médecines et de littérature a été inspirée par les travaux d'Albert Burloud[81].

Les travaux commencent à la même époque pour le campus de Beaulieu. Le projet est lancé dès 1958 par le doyen de la faculté des sciences de l'époque, Henri Le Moal, et par le maire de Rennes, Henri Fréville. Le nombre d'étudiants était de 2 300 en 1955, mais le pic du baby boom était prévu pour l'enseignement supérieur pour le milieu de la décennie suivante. Louis Arretche est désigné comme architecte pour ce campus comme pour celui de Villejean[82]. La cérémonie de pose de la 1re pierre a lieu le 25 octobre 1963[83]. Le campus ouvre en 1965, mais l'occupation de celui-ci se fait par tranches successives jusqu'en 1970[82]. Une bibliothèque universitaire dédiée est là encore construite. Les travaux commencent le 1er septembre 1965 et s'achèvent le 12 juillet 1967. Le déménagement des fonds a lieu les mois suivants, ce qui permet à l'établissement d'ouvrir pour la rentrée 1967[84].

Développement en dehors de Rennes[modifier | modifier le code]

L'université doit aussi développer de nouveaux sites universitaires en Bretagne et en Pays de la Loire pour faire face à l'augmentation du nombre d'étudiants. Il s'agit avant tout de collèges universitaires, dédiés à l'enseignement de premier cycle, certains devant servir de base pour la mise en place à terme d'universités nouvelles.

• Rennes
Nantes
Brest
Angers
Localisation de l'université de Rennes et de ses annexes à Angers, Brest, et Nantes

À Nantes, plusieurs structures vont être ouvertes par l'université de Rennes[84]. Aux instituts ouverts avant guerre s'ajoute un institut dépendant de la faculté de droit de Rennes, créé à partir de l'école de droit municipal, par un décret du 30 mai 1947[85]. La même année, l'institut de lettres compte 200 étudiants, contre 80 en 1939, et celui de droit 162[86]. La construction d'une nouvelle université s'amorce en 1956[87]. L'Université de Nantes ouvre en 1961 à partir d’éléments soit sous tutelle de l’Université de Rennes, soit d’anciennes institutions municipales[72]. La faculté de lettres de Nantes reste une annexe de la faculté de lettres de Rennes jusqu'en 1964[88], et la faculté de droit de Nantes une annexe de celle de Rennes jusqu'en 1967[87],[88].

À Angers, où comme à Nantes l'université avait été fermée à la Révolution française, s'ouvrent aussi en 1958 un centre d’enseignement supérieur scientifique qui est placé dans un premier temps sous la tutelle de l'université de Rennes[89]. Il passera sous la tutelle de l'université de Nantes lors de l'ouverture de celle-ci[72], Nantes étant devenu le centre d'une nouvelle académie dans les Pays de la Loire. Cependant, la présence de l'université catholique de l'Ouest depuis 1875 dans cette même ville limite dans un premier temps le soutien de la municipalité à ce nouvel établissement[90].

Brest va aussi voir s'ouvrir plusieurs annexes[84]. Deux collèges universitaires chargés de la propédeutique ouvrent ainsi en 1959 et en 1960, le premier scientifique et le second littéraire. Ceux-ci sont rejoints en 1966 par une école de médecine, et en 1967 par un Institut municipal de Droit. L'embryon d'une nouvelle université, alors traditionnellement structurée en 4 facultés (droit, Lettres, médecine, et science), est ainsi mis en place. Ces composantes sont rejointes en 1968 par l'Institut universitaire de technologie de Brest et en 1970 par l'Institut universitaire de technologie de Quimper[91].

Enfin, l'université met aussi en place un service d'enseignement à distance à partir de 1964 sous la tutelle de la faculté de lettres. Il concerne à l'origine une centaine de personnes réparties dans 3 disciplines (anglais, histoire, et lettres). Il est situé place Hoche dans les locaux de la faculté, et assure son enseignement par la diffusion plusieurs soirs par semaine par tranches de 2 heures de cours enregistrés dans les studios de Radio-Bretagne, rue Janvier[92].

Scission de l'Université de Rennes[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Université de Rennes I et Université Rennes 2.

Les évènements de mai 68 remettent en cause l’ancienne organisation de l’université en France et les différents facultés doivent revoir leur organisation[93]. À Rennes, les évènements ont affecté les relations entre les différentes facultés. Le nombre important d'étudiants, ainsi que le refus catégorique de certains des représentants enseignants et étudiants de cohabiter de la même institution, et ce malgré les tentatives de conciliation des plus modérés, rend la scission de l'université de Rennes en plusieurs entités obligatoire[94].

Au vu de la répartition des campus dans 3 quartiers de la ville, l'hypothèse de la création de 3 universités est évoquée, avant d'être repoussée par le ministère, faute d'effectifs suffisants. Plusieurs autres découpages sont alors étudiés : les historiens de la faculté de lettres réunis avec les spécialistes du droit et de l'économie de la faculté de droit, les géographes de la faculté de lettres avec les géologues de la faculté des sciences, ou encore les philosophes de la faculté de lettres rattachés aux composantes de la faculté des sciences[95]. Seule cette dernière option est appliquée, la section de philosophie décidant de son rattachement à l'université de Rennes 1, en raison de l'influence de l'un des enseignants. Bien que ce dernier fût nommé quelques années plus tard à l'université de Paris V, la composante de philosophie restera rattachée à l'université de Rennes I[96].

La scission a lieu en 1969. L'université de Rennes I comporte les trois facultés de droit, de sciences, et de médecine, ainsi que les enseignements de philosophie prélevés à la faculté de lettres. Les enseignements de médecine partagent avec Rennes 2 le campus de Villejean, voisin du plus grand complexe hospitalier de Bretagne : le CHR de Pontchaillou. Au centre-ville, à proximité de la place Hoche, ne restent donc plus dans le campus du centre que les enseignements de droit et de sciences économiques. À l'est de la ville, sur le campus de Beaulieu, restent les enseignements de sciences et de philosophie. Les enseignements issus de la faculté de lettres, à l'exception de la philosophie, restent sur le campus de Villejean[94].

L'université Rennes 2 prend de plus le nom d' « Université de Haute-Bretagne »[94]. L'université de Rennes 1 continue à utiliser jusqu'en 1984 le nom de l'université de Rennes, date à laquelle elle est obligée par décision ministérielle de prendre le nom d'« université de Rennes 1 »[97].

Prospective[modifier | modifier le code]

Pendant les années 2000, la question de la fusion des deux universités de Rennes I et de Rennes 2 a été posée par plusieurs acteurs de la vie politique et académique rennaise. Cette question n'est pas propre à Rennes, et plusieurs universités comme celles de Strasbourg ont fusionné ou entamé un processus similaire pendant cette période, comme celles de Montpellier ou d'Aix-Marseille. Bertrand Fortin et François Mouret, respectivement anciens présidents de Rennes I et Rennes 2, se sont montrés partisans d'une réunification, resserrant les liens et cultivant les partenariats pendant leurs mandats. Les présidents suivant ont montré des opinions divergentes, les président de Rennes 2 Marc Gontard[98] puis Jean-Émile Gombert[99] étant favorable à la fusion, à l'opposé de Guy Cathelineau, président de Rennes 1[100]. L'idée est de nouveau soutenu par Bertrand Fortin à la fin de son mandat de président de l'UEB[101]. L'idée est aussi partagé par certains politiques comme André Lespagnol, ancien président de Rennes 2 et qui, pendant son mandat de vice-président au conseil régional de Bretagne chargé aux questions d'enseignement, dit voir dans la scission de l'université de Rennes un « accident de l'histoire »[100], ou comme Edmond Hervé, ancien maire de Rennes, qui appel en 2010 à une fusion des universités[102].

En attendant une éventuelle fusion, les universités bretonnes et des écoles de la région se sont associées en 2007 dans le cadre d'un PRES afin de mettre en commun certains aspects de leurs activités. Cette association porte le nom d'Université Européenne de Bretagne (UEB). Un des aspects de cette association est la signature commune de la recherche. Ainsi les publications sont signées sous le nom de l'UEB, tout comme les doctorats délivrés[103].

Organisation et fonctionnement[modifier | modifier le code]

Gouvernance[modifier | modifier le code]

L'université, et avant elle les facultés, connait plusieurs évolutions concernant sa gestion. Comme les autres universités françaises, elle est soumise à l'état qui décide de son mode de fonctionnement, et fixe son budget et ses orientations en matière d'enseignement et de recherche.

Ancien régime[modifier | modifier le code]

« Revêtus de leurs robes et chaperons rouges hermines, précédés des quatre bedeaux, l'un d'eux portant la masse, Messieurs [les professeurs] ont passé par le cloître et se sont rendus dans le chœur, au soudes cloches et les orgues touchées. M. le Doyen a occupé la première stalle du côté de l'épitre : MM. les Professeurs et Docteurs agrégés d'un et d'autre côté suivant leur ordre de réception. La messe a été célébrée. A l'Évangile, le diacre a porté le livre à baiser à M. le Doyen qui a été encensé trois fois. ».

Procès-verbal de la messe de la St-Yves 1790 à l'église des cordeliers[104]

Les facultés de droits sont transférées à Rennes en conservant les droits et privilèges dont elles jouissent à Nantes, ainsi que leurs effectifs d'enseignants[105]. Elles procèdent aux examens de ses étudiants, à l'admission de ses docteurs et de ses agrégés, et aux choix des personnes qu'elle emplois[106]. Ces droits sont régulièrement défendus, y compris à l'encontre de lettres patentes du rois[107].

Les enseignants comme les étudiants disposent de droit particuliers dans la ville, reconnus par le parlement ou par le roi. Le corps des enseignants, professeurs et agrégés, disposent de privilèges (présence annuelle des enseignants à une messe lors de la Saint-Yves[104], élection de deux délégués en vue de l'élection des députés pour les états généraux de 1789…). Les salaires des professeurs de droit s'élève en 1789 de 75 à 120 livres de fixe et 3000 livres de casuel, et celui des agrégés à 1200 livres de casuel, sans fixe[108]. La discipline à laquelle sont soumis les étudiants pendant leurs études, tant dans la faculté que dans la ville, est fixées par le parlement de Bretagne[12], mais ils disposent par ailleurs de droits propres, garantis par le roi[109],[n 6].

Lorsque la faculté rouvre à l'époque napoléonienne, le nombre de enseignants nommés ainsi que leurs grades, de même que les matières enseignées deviennent fixées au niveau national[110].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Budget[modifier | modifier le code]

Les frais d'inscriptions des étudiants sont harmonisés au niveau national en 1854, ainsi que leurs modalités de paiement[111]. Ceux-ci s'élèvent ainsi pour la faculté de lettres à 192 francs en 1839, à 11 francs en 1850, à 9 210 francs en 1870, ou à 510 francs en 1890[112]. Un décret de 1880 instaure la gratuité, mais celui-ci est annulé par un autre décret 1887[111] qui y substitue un système de bourses, de gratuité pour les répétiteurs et maitres d'études, ainsi que pour un dixième des étudiants[113]. Des droits de bibliothèques sont eux fixés en 1873[111].

Les recettes des facultés évoluent aussi au XIX. Concernant la faculté des sciences, les droits perçus entre 1840 et 1852 atteignent rarement les 200 francs par an et par étudiants, alors que le nombre bacheliers reste inférieur à 50. Celui-ci augmente rapidement en 1853 à la suite d'un changement de régime scolaire, et la somme collectée par ce biais passe de 3 000 francs par an en moyenne à 34 000 francs en 1853. Cette somme descend en quatre ans à quelque 18 000 francs, avant de remonter peu à peu à 30 000 francs par an, somme dépassé en 1891. La mise en place en 1894 d'un certificat PCN, puis des certificats d'études supérieurs, permettent d'augmenter les recettes de la faculté jusqu'à 46 000 francs en 1896. À compter du , les droits de perceptions sont modifiés suité à la création de l'université. L'état qui jusqu'à là encaisse toutes les sommes perçues n'encaisse plus que les droits d'examens et laisse à l'université les recettes venant des inscriptions et des travaux pratiques. En 1899, sur les 45 805 francs perçus par la faculté, 17 565 francs sont ainsi versés aux caisses de l'université, et 28 240 francs sont perçus par l'état[114].

Les dépenses évoluent de la même manière à cette époque. Les dépenses matérielles tournent autour de 6 000 francs annuels de 1840 à 1850, dont une moitié dédiée aux laboratoires, et l'autre moitié répartie équitablement entre les collections et la bibliothèques. Ces deux derniers postes de dépenses sont réduits jusqu'à 350 francs par an de 1850 à 1870, alors que l'allocation aux laboratoires restent stables[115]. Le développement rapide de la faculté à partir de 1870 fait passer les dépenses matérielles à une moyenne de 37 000 francs annuels jusqu'à la fin du XIXe siècle. Les dépenses pour le personnel évoluent elles de 21 600 francs en 1840 à 126 400 francs en 1899. Jusqu'en 1876, date à laquelle les maitres de conférences sont créés pour les faculté de lettres et de sciences, le traitement des fonctionnaires de la faculté se constitue d'un fixe (4 000 francs pour un titulaire, 2 000 francs pour un chargé de cours) et d'un traitement éventuelle dépendant du nombre d'examens et de candidats[116].

Administration[modifier | modifier le code]

La transition de la gestion des facultés vers l'université se fait en plusieurs étapes à la fin du XIXe. Les facultés obtiennent en 1885 une personnalité morale[117], puis en 1890 elle se voient confiées la gestion leurs propres budgets[118]. En 1885, un « conseil des facultés » est créé dans chaque académie. En 1890, un projet de loi est présenté par Léon Bourgeois et qui vise à recréer les universités, celui-ci ne débouche par sur son but initial mais créé un « corps de facultés »[119]. L'université est finalement reconstituée en 1896, et son administration est alors fixée.

L'université a à sa tête un conseil de l'université. Celui-ci est dirigé par un président, qui est de droit le recteur de l'académie, et qui est nommé par l'État. Ce conseil compte par ailleurs un vice-président et un secrétaire, qui sont élus par les membres de celui-ci, et dont seul ses membres sont éligibles. Chaque facultés envois dans ce conseil son doyen, ainsi que deux membres élus au sein du conseil de la faculté. L'école de médecine elle n'envoie que son directeur et un délégué. L'université dispose par ailleurs d'une personnalité morale[120].

Les facultés sont elles présidées par un conseil, avec à sa tête un doyen élu pour trois ans renouvelables. Il est composé de tous les professeurs titulaires et des professeurs-adjoints[n 7], et se charge de la gestion de la faculté pour les affaires de budget, de présentation aux chaires… Une assemblée existe par ailleurs à côté de ce conseil, et qui est composé de tout le personnel enseignant, et que le doyen peut convoquer pour donner un avis consultatif sur une question courante[120].

Historique des recteurs[modifier | modifier le code]

21 personnes se sont succédé au titre de recteur des facultés, avec à partir de 1896 le titre de recteur de l'université[121]:

Composantes[modifier | modifier le code]

L'université de Rennes a comporté un nombre variable de facultés, d'écoles, et d'instituts liés[122].

Facultés[modifier | modifier le code]

Faculté de droit[modifier | modifier le code]

Bâtiments de la faculté de droit pendant la première moitié du XXe siècle.

La faculté de droit est la première faculté créée, en 1460 à Nantes[4], puis est déménagée à Rennes en 1735[5]. Après une fermeture pendant la période révolutionnaire, elle rouvre en 1802 comme école de droit, puis en 1808 comme faculté[21]. Elle prend en 1957 le nom de « faculté de droit et de sciences économiques »[123].

Elle compte 5 professeurs en 1812[124]. La chaire d'économie politique est créée en 1876[125]. À la même date, la faculté comptait aussi des cours complémentaires de « pandecte », de « droit des gens », de « législation industrielle », de « droit civil approfondis », sur les « origines celtiques, romaines, et canonique du droit français », sur les « origines barbare, féodales, et coutumières du droit français », sur « les ordonnances royales avant 1789 », sur le « code de commerce approfondis », et de « législation comparée »[125]. En 1891, la faculté compte 10 chaires, trois de droit civil, deux de droit romain, et une pour le droit administratif, le droit commercial, le droit criminel, l'économie politique, et de procédure civile[31]. L'établissement est la première faculté de droit française à accueillir une femme comme titulaire de chaire en 1928[126].

En 1789, la faculté compte 140 étudiants[106]. En 1812, ce nombre est passé à 150 étudiants[124]. En 1898, ce chiffre est de 1 058 inscrits, dont 399 étudiants en cours d'étude et 710 dont les inscriptions n'étaient pas périmées[127]. En 1939, la faculté compte 721 étudiants[55].

Faculté de lettres[modifier | modifier le code]

Ancienne faculté des lettres.

La faculté est créée en 1810, mais ferme de 1815 à 1840[25],[26]. Elle comptait 5 professeurs et un professeur adjoint[128]. Lors de sa réouverture en 1840, elle compte alors 5 chaires (littérature française, littérature ancienne, littérature étrangère, histoire, et philosophie)[5]. Les enseignements de psychologie expérimentale commencent en 1891 et un laboratoire de psychologie expérimentale, le premier en France à ouvrir dans le cadre universitaire, ouvre en 1896 sous le nom de « Laboratoire de psychologie et de linguistique expérimentale »[129]. En 1902 est ouvert un laboratoire de géographie, mais fonctionne dans les locaux de la faculté de sciences jusqu'en 1910[130]. La chaire de celtique est créée en 1903[131]. Les enseignements de portugais commencent en 1921, les premiers en France après l'ouverture en 1919 de ceux de l'université de Paris[132]. Un cours de civilisation et de littératures américaines est inauguré en 1931, les premiers de ce type en Europe[133],[134]. En 1957, la faculté prend le nom de « faculté de lettres et de sciences humaines »[123].

En 1900, la faculté comptait 80 étudiants[127]. En 1939, ils sont 941[55], en 1961, 2 400, et en 1969, 6 613[74]

Faculté de médecine et de sciences pharmaceutiques[modifier | modifier le code]

L'établissement qui est à l'origine de la faculté de médecine est créé sous le nom de « Société libre d'instruction médicale » en 1800. Il obtient en 1803 sa constitution en « école départementale de médecine ». En 1820, elle devient « école secondaire de médecine » et passe sous le contrôle de l'université. En 1840 elle devient « école préparatoire de médecine et de pharmacie ». La hausse des effectifs, consécutive de la création de la faculté des sciences, est alors rapide. De 1841 à 1847 elle passe de la huitième à la deuxième place des écoles de médecine par nombre d'étudiants[135]. L'école continue son évolution et devient en 1886 une « école préparatoire organisée », et en 1896 une « école de plein exercice »[127]. En 1891, elle compte douze chaires, en anatomie, en physiologie, en hygiène et thérapeutique, en pathologie interne, en clinique interne, en pathologie externe et médecine opératoire, en clinique externe, en clinique obstétricale et gynécologique, en pharmacie et matières médicales, en histoire naturelle, en chimie et toxicologie, et en physique[31]. En 1954 elle devient une faculté mixte de médecine et de pharmacie, avec une inauguration officielle les 8 et 9 décembre 1956[80].

En 1803, l'école compte entre trente et quarante étudiants, ce chiffre passe à une cinquantaine en 1841[135]. En 1900, l'école comptait environ 300 étudiants[127]. En 1939, ils sont 666[55].

Faculté des sciences[modifier | modifier le code]

Bâtiments de la faculté des sciences jusqu'à son déménagement sur le campus de Beaulieu.

La faculté de science est créée en 1840 et compte alors 5 chaires (mathématiques, physique, chimie, zoologie et botanique, géologie et minéralogie)[28]. En 1846, la chaire de mathématiques est dédoublée pour former une chaire de mathématiques pures[136] et une chaire de mathématiques appliquées[137]. En 1878 la chaire de zoologie et de botanique est dédoublée[138] après une première tentative faite en 1875 qui n'avait pas abouti faute de candidat à la chaire de botanique[139]. Une chaire de botanique est donc créée en 1878[139], la même année que la chaire de zoologie[140].

La faculté développe des structures dédiées à la recherche à partir des années 1930, avec l'ouverture de l'institut de géologie à Rennes en 1937[38], avec l'acquisition de l'île Bailleron dans le Morbihan en 1959 pour y établir une station de biologie marine[141], et avec l'ouverture de la station biologique de Paimpont en 1967[142].

En 1900, la faculté comptait 116 étudiants[127]. En 1939, ils sont 901[143]. En 1955, ce chiffre est de 2 300[82].

Instituts[modifier | modifier le code]

Institut d'administration des entreprises[modifier | modifier le code]

Bâtiments de L'IAE

L'Institut d'administration des entreprises est fondé en 1955 par la professeur Jane Krier. Il est à l'époque membre fondateur du réseau des IAE[67], et compte à ses débuts une annexe à Nantes qui deviendra l'IAE de Nantes[122]. L'établissement est le seul à Rennes à ne pas être touché par les grèves de 1968. Lors de la scission de l'université de Rennes consécutive à mai 1968, Claude Champaud son directeur lors des évènements, devient premier président de l'Université Rennes 1[144].

Institut polytechnique de l'Ouest[modifier | modifier le code]

L'Institut polytechnique de l'Ouest (IPO) a été créé par la municipalité de Nantes en 1919 comme une école indépendante[66]. Afin de pouvoir obtenir une habilitation à délivrer des diplômes, elle devient un institut de l'université de Rennes par décret du 26 juin 1922[145]. Après une tentative ratée de transformer l'école en une faculté technique en 1923, le conseil municipal de Nantes se prononce en 1926 pour le rattachement de l'IPO à la faculté de sciences de Rennes pour une durée de 15 ans, date à laquelle un rattachement définitif pourrait être décidé[146]. En 1948, l'IPO acquiert plus d'autonomie en passant de la tutelle de la faculté des sciences de Rennes à celle de l'université de Rennes[147]. Lors de la création de l'Université de Nantes, l'IPO passe sous l'autorité de la nouvelle université.

Institut régional d’éducation physique[modifier | modifier le code]

Un institut régional d’éducation physique, ou I.R.E.P., est fondé à Rennes en 1929. Il découle de la volonté du ministère de créer dans les villes siège d'école ou de faculté de médecine des instituts régionaux permettant le développement de l'éducation physique. Celui de Rennes est à l'époque le seul du Grand Ouest, englobant les académies de Rennes et de Caen. Ses cours commencent en 1929[148], et ses effectifs entre sa création et 1939 évoluent entre 43 et 11 étudiants, pour une moyenne se situant autour d'une vingtaine d'étudiants[61].

Institut de Chimie de l'Université de Rennes[modifier | modifier le code]

L'Institut de Chimie de l'Université de Rennes a été créé en 1945. Il résulte du rapprochement de l'Institut Polytechnique de l'Ouest et de la faculté de science[66]. Il obtient l'habilitation pour délivrer le titre d'ingénieur en 1954. 5 ans plus tard, en 1959, il intègre le groupe des écoles nationales supérieures d'ingénieurs (ENSI)[149]. En 1967, il acquiert de nouveau locaux en déménageant sur le campus de Beaulieu[66].

Patrimoine et collections[modifier | modifier le code]

L'université compte plusieurs collections scientifiques ou artistiques, assemblées par les professeurs ou héritées d'autres établissements.

Patrimoine scientifique[modifier | modifier le code]

Premiers fonds[modifier | modifier le code]

Les premiers fonds scientifiques de l'université sont prélevés sur les fonds du marquis Christophe-Paul de Robien qui avaient été saisis lors de la Révolution française. Celui-ci était composé principalement de minéraux et de roches, de plantes en herbier, et de coquilles vivantes et de fossiles. En 1840, Hyacinthe Pontallié est chargé d'y prélever des pièces pouvant servir à l'enseignement, et y sélectionne ainsi 7 857 pièces. Les collections aménagent le palais universitaire quai Zola en 1856[150].

Ces premiers fonds vont s'enrichir par des dons et des acquisitions. La création en 1860 de la Société des sciences physiques et naturelles du département d’Ille-et-Vilaine va permettre d'accroitre les collections via l'acquisition de coquillages bivalves et univalves exotiques ainsi qu’un herbier, « l’Hortus rhedonensis », constitué par Degland[151]. À partir de 1871, Charles Oberthür va garnir les collections avec notamment un fond de papillons en 1871, et un fond d'insectes lépidoptères et coléoptères en 1874. Les collections restent en place lorsque les facultés quittent le palais universitaire au début du XXe siècle, et servent de base pour la création du musée de géologie et d'histoire naturelle de Rennes[150].

Collections botaniques[modifier | modifier le code]

L'université compte après la Seconde Guerre mondiale 2 collections dans ce domaine, rassemblées dans 2 espaces distincts jusqu'au déménagement sur le campus de Beaulieu. Jusqu'à cette époque, et depuis 1910, les collections de botanique étaient rassemblées aux abords de la faculté de lettres[38]. Un premier ensemble de serres était utilisé pour les collections, et localisé près de l'actuelle rue de Robien de 1952 à 1968[38]. Le second ensemble servait pour les expérimentations et l'élevage de parasites. Elle se situait près de la l'actuelle place Pasteur, et avait été créée par le professeur Maillet. Elles ont été rassemblées sur le campus de Beaulieu au moment du déménagement de la faculté des sciences[152].

Une dernière collection est constituée sur le campus de Beaulieu à l'initiative du professeur Georges Claustres. La plantation d'arbres et d'arbustes compte plus de 140 espèces lorsque la collection sera comptée en 1995[153].

Collections mycologiques[modifier | modifier le code]

L'université compte aussi une collection de lichens constituée par le professeur Henry Nicollon des Abbayes, principalement en 1930 et 1960. Il compte environ 11 000 spécimens pour près de 1 300 espèces[154], la plupart collectés en Bretagne par Des Abbayes lui-même, mais comptant aussi pour près d'un quart des spécimens étrangers, obtenu par Des Abbayes par des échanges avec des confrères étrangers[155],[156]. Ce deuxième fond compte en 1963 un herbier régional du Massif armoricain de près de 700 échantillons, un autre venant de France et comportant 2000 pièces, et des herbiers exotiques de 2000 échantillons récoltés en Guinée, en Côte d'Ivoire, à Madagascar, au Canada, ou en Laponie[38].

Le fond compte aussi des exsiccata, dont le premier réalisé en France par Mougeot en 1812, mais aussi 60 types d'espèces ou de sous-espèces[154].

Collections géologiques[modifier | modifier le code]

Vitrines des collections de géologie.

Un fond géologique s'est constitué tôt dans l'histoire de la faculté des sciences à partir des fonds prévelés sur la collection du marquis de Robien. Le premier professeur de géologie, Durocher, l'enrichi d'échantillons du quaternaire issus de fouilles au Mont-Dol[157]. Son successeur à partir de 1891, Seunes, le complète avec ses fonds personnels d'échantillons pétrographiques du Sud-Ouest français et d'échinides, et avec des acquisitions du lias anglais. Fernand Kerforne, professeur à partir de 1919, complète les collections avec des échantillons régionaux, et contribue à mettre en valeur les fonds. Il permet aussi la constitution d'une bibliothèque géologique[158], notamment via la création d'une Société géologique et minéralogique de Bretagne qui acquiert entre 300 et 400 revues[159]. Son successeur, Milon, continue le travail de valorisation avec l'ouverture de l'institut de géologie en 1937. Cependant, la hausse rapide du nombre d'étudiants et de chercheurs après la Seconde Guerre mondiale va renvoyer une grande partie de ces fonds dans les réserves de l'institut, les rendant plus difficilement accessibles. Il faudra attendre le déménagement vers le campus de Beaulieu à partir de 1966 pour que leur accès soit facilité. Cependant, plusieurs échantillons spectaculaires disparaissent à la suite du déménagement, ainsi que la plupart des catalogues[160].

Patrimoine artistique[modifier | modifier le code]

Peintures de Mathurin Méheut[modifier | modifier le code]

Les rochers de Trégastel, l'une des inspirations de Méheut[161]

Après la construction de l'institut de géologie, Yves Milon passe commande à Mathurin Méheut, peintre de marine, pour plusieurs toiles pour la décoration de celui-ci. La commande est signée le 27 novembre 1941, et porte sur 25 toiles utilisant la technique du camaïeu. Le financement est assuré par un fond spécial mis en place pour la décoration des bâtiments neufs[162].

Trois thèmes principaux sont dégagés, à savoir des représentations de la vie terrestre et marine actuelles et passées, des paysages caractéristiques des excursions sur le terrain, et des représentations des activités de l'institut sur le terrain et dans les laboratoires. Mathurin Méheut fait alors plusieurs collectes sur le terrain à Trégastel, à Ploumanac'h ou au Mont-Dol, ainsi que plusieurs visites au zoo de Vincennes ou au muséum d'histoire naturelle[163].

Sculptures de Francis Pellerin[modifier | modifier le code]

Lors de la construction des nouveaux bâtiments de la faculté de droit, le sculpteur Francis Pellerin, prix de Rome, est chargé de la réalisation de plusieurs œuvres à l'intérieur et à l'extérieur de l'édifice[164]. Il livre en 1960 une série de sculptures appelée « Ronde-bosse », ainsi que plusieurs fresques murales, l'une visible sur le pignon du bâtiment, figurant le plan de la faculté et réalisée en ardoise, et l'autre dans le patio[165]. L'année suivante, il livre pour les bâtiments du rectorat « Anascope », une fresque murale en cuivre et en ardoise[166].

Influence de l'université[modifier | modifier le code]

Socio-culturelle[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Chateaubriand, l'un des nobles qui face aux étudiants de droit de Rennes peu avant les débuts de la Révolution française.

La faculté de droit, et notamment certains de ses étudiants, va jouer un rôle à la veille de la Révolution française. Rennes est alors l'une des premières villes à s'agiter. Les États provinciaux sont convoqués à partir du 27 décembre 1788 dans la ville. Le 26 janvier 1789, des affrontements éclatent entre le petit peuple rennais, soutenu en sous mains par les parlementaires, et des étudiants de la faculté de droit[167]. Ces derniers, submergés, doivent battre en retraite. Le lendemain, lors de ce qui allait prendre le nom de journée des bricoles, les étudiants reviennent plus nombreux. les affrontements font 3 morts. Le 3 février, à l'initiative du futur général Jean-Victor Moreau alors étudiant, est signé dans les murs de la faculté un pacte proclamant la solidarité des jeunes rennais avec leurs homologues venus les soutenir lors de la journée du 27 janvier (nantais, malouins…)[168].

L'un des témoins de l'époque, François-René de Chateaubriand, fournit un témoignage a posteriori de ces évènements dans Mémoires d'outre-tombe :

« Les Etats se tinrent dans le couvent des Jacobins sur la place du Palais. Nous entrâmes, avec les dispositions qu'on vient de voir, dans la salle des séances ; nous n'y fûmes pas plus tôt établis, que le peuple nous assiégea. Les 25, 26, 27 et 28 janvier 1789 furent des jours malheureux. Le comte de Thiard avait peu de troupes ; chef indécis et sans vigueur, il se remuait et n'agissait point. L'école de droit de Rennes, à la tête de laquelle était Moreau, avait envoyé quérir les jeunes gens de Nantes ; ils arrivaient au nombre de quatre cents, et le commandant, malgré ses prières, ne les put empêcher d'envahir la ville. Des assemblées, en sens divers, au champ Montmorin et dans les cafés, en étaient venues à des collisions sanglantes (...) Des duels s'ensuivirent entre les gentilshommes, les écoliers de droit et leurs amis de Nantes. »

— François-René de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe[169]

Des enseignants participent aussi à certains épisodes de la Révolution. Jean-Denis Lanjuinais, qui enseigne à la faculté de droit[106], fonde avec Isaac Le Chapelier, ancien étudiant de la faculté, le club breton qui allait devenir le club des Jacobins.

Les étudiants restent hostiles à la royauté après l'époque napoléonienne, et plusieurs incidents entre étudiants et militaires lors de la restauration. Plusieurs duels les opposants sont signalés en 1821 et 1823, le dernier fatal pour un étudiant, Kreisler[170]. Des enseignants de la faculté de de droit ont aussi montré leurs bonapartismes lors des Cent-Jours, certains s'engageant parmi les fédérés d'Ille-et-Vilaine[171].

Révision du procès Dreyfus[modifier | modifier le code]

Fernand Labori, après la tentative d'assassinat dont il est victime le 14 août 1899, est hébergé comme Jean Jaurès chez Victor Basch, l'un des professeurs de la faculté de lettres

Lors de la révision du procès de Dreyfus en 1899 à Rennes, des universitaires et des étudiants sont présents dans le camp des dreyfusards comme dans celui des antidreyfusards. Cette opposition va créer quelques troubles dans la ville pendant la tenue du procès[172].

Les universitaires dreyfusards vont structurer le mouvement rennais. L'un des professeurs de la faculté de lettres, Victor Basch, ouvre une section rennaise de la Ligue des droits de l'Homme, la première section régionale en dehors de Paris[173]. Il deviendra le président de celle-ci de 1926 à 1944. Ce même professeur héberge Jean Jaurès dans sa résidence du quartier du Gros Chêne lorsque celui-ci descend à Rennes pendant la tenue du procès, de même que l'avocat de Dreyfus, Fernand Labori après la tentative d'assassinat dont il est victime le 14 août 1899[174]. D'autres universitaires des autres facultés vont aussi s'impliquer dans ce mouvement, comme Henri Sée ou Georges Dottin toujours pour celle de lettres, Cavalier pour celle des sciences, ou Jules Aubry et Blondel pour celle de droit[175]. L'Affaire va permettre de confirmer le rapprochement entre ce milieu universitaire et le mouvement ouvrier socialiste rennais[173].

Les idées antidreyfusardes sont assez visibles du côté des étudiants rennais. Certains vont montrer une certaine hostilité envers leurs professeurs dreyfusards, parfois allant jusqu'à manifester jusque sous leurs fenêtre de certains d'entre eux comme Dottin ou Sée[176], ce dernier ayant même les fenêtres de son cabinet de travail caillassées[172]. Certains professeurs sont aussi présents dans ce camp, dont l'un de leurs chefs rennais, Bodin, professeur à la faculté de droit, et gendre du maire Le Bastard[172].

Pratique du football[modifier | modifier le code]

À l'aube du XXe siècle, la pratique du football se diffuse en Bretagne, importée dans la région de Saint-Malo par des étudiants venus de Jersey. Rapidement, des équipes se créent à Rennes, et le , un premier match oppose des joueurs malouins à des étudiants rennais réunis sous le nom de Football-club rennais[177]. Quelques semaines plus tard, le , d'anciens étudiants créent le Stade rennais, club omnisports où l'athlétisme est également pratiqué[178]. Football-club rennais puis Stade rennais remportent les deux premiers titres de champion de Bretagne de football mis en jeu à partir de 1903 avant de fusionner en un seul et même club, le Stade rennais université-club (SRUC), le .

Photographie d'époque montrant plusieurs personnes alignées, debout et accroupies
Équipe de Rennes lors de la finale du championnat de France universitaire 1931, gagnée contre Montpellier.

Malgré son nom et l'adhésion de nombreux étudiants, le SRUC n'est pas à proprement parler un club universitaire[179]. Dans le but de satisfaire aux demandes de l'UNEF, souhaitant la participation à ses compétitions de clubs exclusivement étudiants, l'AGER met en place le Rennes Étudiant Club (REC) qui apparaît épisodiquement peu avant, et surtout après la Première Guerre mondiale. Mais dès 1925, le REC disparaît temporairement et le SRUC reprend son rôle de représentativité du monde étudiant rennais en matière sportive[180]. Le , alors que Rennes bat Nancy en finale du championnat de France universitaire de football, sept joueurs rennais sur onze sont ainsi licenciés au Stade rennais[181]. Cinq ans plus tard, alors que les jeunes rennais battent leurs homologues de Montpellier pour obtenir un second titre, ils sont de nouveau sept sur onze à adhérer au SRUC[181]. Parmi eux, on retrouve le futur international Adolphe Touffait, étudiant en droit qui deviendra juge à la Cour de justice des Communautés européennes et vice-président de la Fédération française de football[182], mais aussi plusieurs joueurs étrangers comme l'Allemand Walter Kaiser, recruté pour le SRUC par Touffait lors d'un match international universitaire, l'ayant convaincu de venir étudier le français à Rennes, et qui deviendra en 1933 le premier meilleur buteur de l'histoire du championnat de France professionnel de football[183]. Présents sur le terrain, les étudiants le sont aussi au sein des instances dirigeantes du Stade rennais université-club, le président de l'AGER Collas-Pelletier étant ainsi vice-président du SRUC en 1925[180].

Si le REC reprend ses activités en 1932[180], alors que la section football du SRUC adopte pour sa part un statut professionnel[184], nombreux sont les exemples d'étudiants qui mèneront alors de front une carrière de footballeur professionnel et des études universitaires afin d'assurer leur reconversion. La présence d'une université devient ainsi un argument de premier plan pour attirer au Stade rennais de nombreux jeunes footballeurs issus de tout le Grand Ouest[185]. Parmi eux, Raymond Keruzoré, encore étudiant en physique-chimie alors qu'il contribue à la victoire du Stade rennais en finale de la Coupe de France de football en 1971[186] ; mais aussi Philippe Redon, étudiant en pharmacie et premier buteur de l'histoire du club en coupes européennes[187].

Quelques années après la disparition de l'Université de Rennes en 1969, le SRUC change de nom en 1972, la section football prenant alors son autonomie sous le nom de Stade rennais football club. Pour autant, la présence estudiantine perdure, puisqu'un an plus tard, alors que les juniors du club remportent leur première Coupe Gambardella, dix des treize joueurs ayant participé à la finale sont étudiants[188]. Au fil du temps, la professionnalisation toujours plus croissante de la formation des jeunes footballeurs, à travers notamment la création des centres de formation[n 8], et l'inflation des salaires pour les joueurs professionnels mettra un frein important à la présence étudiante dans les équipes du club.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Les étudiants vont participer à Rennes à plusieurs étapes de la seconde guerre mondiale. Un comité d'entraide avec les étudiants mobilisés est mis en place, avec des colis de nourriture et de vêtements prévus dès le début de la conscription. Le journal de l'association étudiante est expédié par le même biais aux étudiants sur le front. Les premières vagues de réfugiés sont accueillies en mai 1940 en gare par les étudiants rennais[64], et le même mois près de 13 000 francs sont récoltés par l'association pour le comité d'entraide[189]. Pendant le reste du conflit, plusieurs membres des corporations et de l'AGER sont engagés dans la résistance, et certains sont déportés[190]. Les étudiants participent ainsi en 1945 au défilé du 8 mai[191]. Une collecte de soutien est aussi organisée par les étudiants de Rennes lorsque les bâtiments de l'université de Caen sont détruits en 1944[190].

Le corps enseignant est aussi impliqué dans la résistance. Le doyen de la faculté des sciences Yves Milon rentre ainsi dans le Réseau Johnny. Sous l’Occupation, en tant qu’expert régional chargé des questions d’adduction d’eau, il est amené à sillonner la région, y compris dans la zone littorale interdite[192]. Cela lui permet de prendre connaissance des constructions réalisées dans le cadre du Mur de l'Atlantique et de transmettre ces renseignements aux services britanniques. L’institut de géologie devient également une base importante de la Résistance : il sert à la fois de lieu de réunions clandestines et de cache d’armes. Au printemps 1944, les réunions du comité départemental de libération y sont organisées[192].

Académique[modifier | modifier le code]

Formation des étudiants[modifier | modifier le code]

La faculté de droit délivre en 1789 47 baccalauréats, 49 licences, ainsi qu'un doctorat[106]. La faculté de lettres délivre pour la période 1839-1881 quelque 243 licences de lettres[193].

La faculté des sciences délivre pour la période 1840-1900 trois doctorat ès sciences[194], quelque 281 licences ès sciences (avec un taux de succès aux examens de 45,2 %)[195], et 7 521 baccalauréat ès sciences (avec un taux de succès aux examens de 42,2 %)[196].

Diffusion scientifique[modifier | modifier le code]

À partir de la fin du XXe siècle, plusieurs composantes de l'université commencent à éditer des revues visant à faire état de l'avancée de leurs recherches.

La faculté des lettres est la première à lancer une publication scientifique avec les Annales de Bretagne dont la parution trimestrielle commence en . Elle prend exemple sur d'autres publications lancées par d'autres facultés françaises à l'époque, en se basant sur les enseignements de celtique inauguré 2 ans plus tôt pas Joseph Loth, et est soutenue par l'inspecteur général de l'enseignement supérieur Jules Zeller ainsi que par le recteur de l'académie. Cette revue vise alors à rassembler des articles d'enseignants et d'étudiants de la faculté, mais aussi de personnalités extérieures, et qui ont pour sujet d'étude la Bretagne[197]. D'autres initiatives suivent au XXe, dont la publication en 1942 d'une Conférences universitaires de Bretagne, la participation à la publication de la revue de géographie Norois, l'édition, confiée aux presses universitaires de France d'un Publications de la faculté des lettres de Rennes, ainsi que la constitution à partir de 1966 aux éditions Klincksieck d'une série de l'Institut Armoricain de Recherches Historiques[198].

La faculté de droit suit et édite annuellement les « Travaux juridiques et économiques de l'Université de Rennes » à partir de 1906. La décision de développer une telle collection est prise par la faculté en 1905, et le financement est apporté par le conseil de l'université la même année. Ils reprennent des publications des enseignants et des étudiants de la faculté, dans le but de les diffuser à l'extérieur de Rennes, mais aussi de développer les fonds de la bibliothèque universitaire, directement ou indirectement. Cette publication n'étant pas diffusée dans le commerce, elle est alors utilisée comme monnaie d'échange contre d'autres publications universitaires du même type[199].

Enseignement du breton[modifier | modifier le code]

La question de la création d'une chaire de celtique apparait à la fin du XIXe siècle. À l'époque, des chaires spécialisées dans les particularismes locaux ouvrent dans plusieurs universités françaises, comme une chaire de wallon à l'université de Lille, des chaires de langues romanes dans les universités Toulouse, de Montpellier ou d'Aix, ainsi que des chaires d'histoires locales à Bordeaux ou à Nancy[200]. Les cinq départements bretons sont alors sollicités pour fournir une partie du financement nécessaire à l'ouverture de celle-ci[n 9], et le Finistère est en 1892 le premier département à fournir un financement, à hauteur de 300 francs sur les 3000 nécessaires[200]. La chaire est finalement ouverte en 1903[201].

Les fonds sont enrichis en 1904 par un don de manuscrits en breton par Anatole Le Braz, récoltés par lui-même et par François-Marie Luzel[202].

Lors de l'ouverture de la chaire de celtique, les cinq départements bretons contribuent à hauteur du tiers du traitement du professeur. Ceux-ci sont appelés par le recteur à augmenter leurs financement en 1928 pour faire face à l'augmentation du cout de la vie, mais seul l'Ille-et-Vilaine qui le multiplie par quatre, et le Finistère qui le double, répondent alors à cet appel[203].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Une association des étudiants de droit a été constituée en 1756. Celle-ci avait pour but de garantir les privilèges obtenus par les étudiants le 3 juillet 1737 auprès du parlement de Bretagne, puis confirmés par le roi le 26 novembre de la même année. Ces privilèges comptent initialement 13 entrées gratuites par an à des spectacles tenus dans la ville, ainsi que la visite de toute nouvelle actrice débutante[11]. Elle compte dans ses rangs des étudiants comme Toullier[109], ou Moreau[204], futur général de la Révolution.

La constitution de l'association suit les rapports entre le parlement et le roi. Elle est ainsi suspendue de 1765 à 1767 lorsque le roi supprime le parlement[204] puis de 1772 à 1775 lorsque les privilèges des étudiants sont jugés abusifs puis rendus par Louis XVI[205]

Le transfert des facultés de droit à Rennes a aussi une influence sur la vie étudiante d'autres universités de la région. L'université d'Angers, où existe alors une nation bretonne, voit son nombre d'étudiants bretons baisser, alors que l'ouverture de l'université de Nantes avait eu peu d'effet sur ces effectifs[206].

Évolution de l'origine des étudiants de la monarchie de Juillet à la Troisième République[modifier | modifier le code]

L'origine géographique des étudiants de la faculté des lettres restent stable pendant la période 1839-1900, les étudiants provenant des cinq départements bretons tournant autour de 70 % du total, ceux venant d'autres départements français tournant autour de 30 %, et ceux provenant de l'étranger oscillant entre 1,27 % et 1,93 % du total sur la période[207]. Parmi les départements non-bretons, quatre d'entre eux fournissent sur la période entre 38,46 % et 53,28 % des étudiants : la Mayenne, le Maine-et-Loire, la Manche, et la Seine[208].

Parmi les départements bretons, l'Ille-et-Vilaine est le département qui fournit le plus grand nombre d'étudiants à la faculté de lettres, comptant pour 26,16 % à 20,48 % pour la période 1839-1900. Il est suivis par la Loire-inférieure et les Côtes-du-Nord, le premier fournissant entre 16,29 % et 13,41 % des étudiants, et le second entre 15,41 % et 11,29 % des étudiants. Le Morbihan fournit lui entre 8,35 % et 8,96 % des étudiants sur la période, et le Finistère entre 6,45 % et 12,06 % des étudiants[209]. Les 19 plus grandes villes bretonnes fournissent elles entre 46,73 % et 58,31 % des étudiants[210]. Plus l'on avancent dans la période 1839-1900 et plus le nombre de petite communes fournissant des étudiants augmente[211].

Sous la Troisième République[modifier | modifier le code]

Plusieurs mouvements étudiants apparaissent pendant le XIXe siècle et suivent les révolutions du siècle, mais sans que les étudiants y participent en tant que corps constitué[212]. Il faut attendre 1887 pour qu'une association étudiante, l'association générale des étudiants de Rennes (ou AGER, ou l'A), soit créée à Rennes avec pour but de rassembler les étudiants.

Celle-ci n'a qu'une portée limitée dans ses premières décennies d'existence, et la politisation causée par l'affaire Dreyfus a laissée divisée la population étudiante[213]. Elle est membre de l'UNEF lors de la création de celle-ci[214] en 1907. L'association est relancée en 1919 après une période de flottement depuis 1910[215]. Un journal est lancé en 1920 et est imprimé dans les presses de L'Ouest-Éclair[216]. Il sert à l'époque de référence pour les autres journaux étudiants français[217], et comptera dans ses rangs Pierre-Jakez Hélias, futur auteur du Cheval D'orgueil[218]. Un restaurant étudiant coopératif est lancé en 1927[219], soutenu financièrement par l'université à partir de 1935[220]. Elle compte un millier de membres dans les années 1930[221].

« Avec mon ami, presque frère en ce temps là, Louis Le Solleuz, et quelques autres, nous étions en charge de l’A, organe des étudiants, premier journal du monde par ordre alphabétique. Nous y avons essayé nos plumes dans tous les genres, les plus prisés étant la satire, le pastiche et la parodie (...). Nos professeurs nous morigénaient paternellement pour ces divagations extra-universitaires sans prendre en compte que, pour les “ littéraires ” que nous étions, ces exercices étaient de profitables travaux pratiques. »

— Pierre-Jakez Hélias, Le quêteur de mémoire[222]

Plusieurs groupes politisés sont aussi présents, dont le « groupe socialiste des étudiants rennais », l'« union républicaine », « Saint-Yves »[223], la « fédération des étudiants bretons », l'« action française »[224], mais la plupart vont rejoindre les corporations et « l'A » après la Première Guerre mondiale[223]. L'apolitisme revendiqué par « l'A » ne l'empêche cependant pas de voter une grève le 3 mais 1933 pour protester contre le gel pour un an des recrutements dans la fonction publique[225]. Le Bro gozh ma zadoù, l'hymne breton, est aussi connu[226], de même que La Paimpolaise, ou À Recouvrance, et ces airs sont chantés par des étudiants de cette association pendant des activités de celle-ci[227]. Le climat politique plus sombre des années 1930 voit aussi des affrontements éclater entre des étudiants rennais et des Camelots du roi ou des croix-de-feu du colonel de La Rocque[228].

Le bâtiment du 14 rue Saint-Yves

Un projet de maison des étudiants est lancé par le maire de Rennes, Jean Janvier, en 1911[224]. Ce dernier promet dans un premier temps des espaces aux étudiants dans le 3e étage de l'aile ouest du palais du commerce, avant de se raviser à la suite des destructions qui ont suivi l'incendie de ce bâtiment de juillet 1911. Les étudiants emménagent finalement dans la Halle-aux-Toiles de la rue Cahalais qui devient maison des étudiants en 1912[229]. Des travaux de rénovations sont entrepris dans ce local en 1922, et l'inauguration a lieu le 5 février 1922 en présence du maire[230]. En 1926, la mairie fait l'acquisition d'un bâtiment au 14 rue Saint-Yves et le met alors à disposition gratuitement de l'AGER. Elle y aménage en décembre de la même année. Le bâtiment est cédé en 1936 à l'université sous garantie que celle-ci laisse la jouissance des locaux à l'association[231],[232]. Le bâtiment est réquisitionné en 1940 par l'occupant et les étudiants doivent abandonner les locaux[233].

Plusieurs évènements ont lieu pendant l'année, organisés par les étudiants. Le monôme est relancé après la 1 er Guerre Mondiale, rassemblant 600 étudiants pour sa première édition le 20 décembre 1919, et est organisé annuellement pendant les 2 décennies suivantes, toujours à la même époque en décembre[234]. Certains de ces monômes sont cependant limités à des corporations précises, et se tiennent à d'autres dates[235]. Des séances de bizutage ont aussi lieu à chaque rentrée universitaire[236]. Le Mardi gras est aussi organisé par « l'A » à partir de 1906, et est ouvert à l'ensemble des habitants de Rennes[237]. Cette festivité est relancée après-guerre en 1920[238]. Au même moment, l'association des étudiants aide à la relance de la fête des fleurs, une fête organisée fin mai par les commerçants, mais arrêtée pendant la guerre[239].

Pendant les Trente Glorieuses[modifier | modifier le code]

Raymond Devos, parrain de la « faculté du folklore et des sciences hilares »

L'AGER est relancée par des étudiants dès 1944, et la plupart des activités d'avant guerre sont reconduites[240],[241]. Le défilé pour mardi-gras est ainsi relancé, avec en 1946 la participation du poète Ferdinand Lop[242], ou en 1947 celle de l'actrice Madeleine Sologne[243]. L'AGER prend ses distances avec l'UNEF en lui reprochant son attitude collaborationniste avec le régime de Vichy, et en profitant pour réaffirmer son apolitisme[244]. L'association refuse ainsi après-guerre de participer à plusieurs grèves nationales[245].

Les choses évoluent à partir des 1952-1953 avec la prise de pouvoir temporaire de l'AGER par « la mino »[246], avec en novembre 1953 la participation pour la première fois à une participation à une grève aux côtés des enseignants[247], et en 1954 avec une prise de position officielle contre la guerre d'Indochine pendant la présidence de Michel Denis[248], futur président de l'université Rennes 2. À la même époque l'AGER doit faire face à « la Catho » qui compte un millier de membres en 1953[249], en partie dû à la baisse de ses activités folkloriques[250], le défilé du mardi-gras de 1953 étant annulé par le bureau « mino »[251].

Les crises politiques vont continuer à rythmer le paysage rennais. Le milieu étudiant rennais est peu concerné par la guerre d'Algérie entre 1956 et 1959[252] et l'AGER est à cette période de plus en plus coupé de sa base[253], mais la mise en place en août 1959 de la conscription pour les étudiants change la donne. Les prises de position de l'UNEF sur la question de l'indépendance de l'Algérie provoque cependant des remous à Rennes, et en mars 1960, les étudiants centristes et catholiques rendent à l'AGER leurs cartes de l'UNEF[254]. La baisse des effectifs du syndicalisme étudiant se confirme les années suivantes, avec un nombre d'adhérents qui passe de 4500 en 1961 à 1700 en 1964, explicable par des crises au sein de la JEC et de l'UEC[255]. Le journal publie son dernier numéro en 1962[256]. Une relance de l'AGER a lieu en décembre 1964 dans le cadre du mouvement de la « gauche universitaire », et l'AGER vend quelque 1500 cartes à ce moment[257], mais la situation de l'AGER se dégrade de nouveau dès 1965 et jusqu'en 1968 et associe une baisse constante de ses effectifs et une hostilité croissante du syndicalisme enseignant à son égard[258].

Au début des années 1960, des activités festives sont relancées par un nouvel évènement mis en place par le futur ministre Louis Le Pensec dans le cadre de la « faculté du folklore et des sciences hilares ». Cette association d'étudiants est fondée par la pose fictive d'une pierre de fondation sur l'actuel champ de mars. L'humoriste Raymond Devos contacté pour servir de parrain à cette faculté se déplace à Rennes pour authentifier son patronage. Ses membres sont limités à 41 et doivent défendre une thèse en rire en public, certaines étant publiées dans « l'A », encore actif à l'époque. Une course est mise en place entre Rennes et la ville voisine de Cesson-Sévigné, et en 1961 le recteur d'académie invite les étudiants à y participer plus massivement[259].

Étudiants étrangers[modifier | modifier le code]

L'université dispense des cours de langue et de civilisation à destination des étudiants étrangers à partir d'un décret ministériel de 1902 qui autorise la faculté de lettres à délivrer des diplômes de français en son nom[260]. Ils sont alors initialement dispensés pendant les deux semestres à Rennes, pour un volume hebdomadaire de 13 heures, ou lors des vacances d'été en août et en septembre à Saint-Malo[261].

Après-guerre, plusieurs groupes d'étudiants étrangers sont remarquables par leurs nombres. Les Serbes sont 35 à suivre les cours dès 1918 mais rentrent à l'été 1919 en Yougoslavie. Les Américains sont une centaine à la même date[262]. L'un d'eux, Laurence, est même l'un des vice-présidents de l'AGER en 1919[263].

Plusieurs groupes d'étudiants chinois sont aussi envoyés à la faculté de lettres par le gouvernement de République populaire de Chine à partir de 1964 afin d'apprendre le français. Le premier groupe compte 62 étudiants et quitte Rennes en janvier 1967[264],[265]. Rennes est à l'époque la première ville française à recevoir dans son université des étudiants de ce pays après la reprise des échanges entre les deux pays[266].

En 1962 le nombre d'étudiants étrangers est de 299, il passe à 469 en 1965, dont 250 pour la seule faculté de lettres[267].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire[n 10]
1789 1904 1917 1918 1919 1920 1921 1922 1923
140[106] 1 236[29] 605[61] 890[61] 903[61] 1 123[61] 1 190[61] 1 271[61] 1 219[61]
1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930 1931 1932
1 210[61] 1 275[61] 1 513[61] 1 826[61] 1 863[61] 2 035[61] 2 078[61] 2 053[61] 2 082[61]
1933 1934 1935 1936 1937 1938 1939 1948 1949
2 229[61] 2 027[61] 2 052[61] 2 051[61] 2 179[61] 2 299[61] 3 132[61] 5 638[71] 5 982[72]
1958 1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968
9 950[71] 8 767[269] 9 702[269] 10 943[269] 13 121[269] 14 548[269] 17 155[269] 18 826[269] 21 705[269]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Enseignants[modifier | modifier le code]

L'auteur folkloriste breton Anatole Le Braz, l'un des enseignants de la faculté de lettres

L'université a compté dans les rangs de son corps enseignant plusieurs maires de Rennes, comme Théophile Bidard, maire de 1870 à 1871, Carle Bahon, maire de 1925 à 1929, Yves Milon de 1944 à 1947, puis de nouveau de 1947 à 1953, Henri Fréville, maire de 1953 à 1977, et enfin Edmond Hervé, maire de 1977 à 2008.

Plusieurs personnalités politiques ont aussi été membres du corps enseignant de l'université, comme les ministres Jacques-Joseph Corbière, ministre de l'intérieur de 1821 à 1829, Louis Grivart, ministre de l'agriculture et du commerce de 1874 à 1875, Louis Le Pensec, attaché à plusieurs ministères de 1981 à 1997, ou Alice Saunier-Seité, ministre des universités de 1977 à 1981, ou comme Jules Basdevant, président de la Cour internationale de justice, ou Catherine Lalumière[270], ministre des affaires européennes de 1984 à 1986 et secrétaire général du Conseil de l'Europe de 1989 à 1994.

L'université a aussi compté dans ses rangs des universitaires comme le botaniste Félix Dujardin, le géographe et président de l'Union géographique internationale Emmanuel de Martonne, les académiciens Jean-Denis Bredin, Louis Joubin, Firmin Laferrière, Maurice Le Lannou, Charles Maurain et Eugène Darmois, des membres de l'Académie des inscriptions et belles-lettres comme les historiens Jean Delumeau[271], Jean Favier, et Joseph Loth, des présidents d'universités ou de grandes écoles comme l'helléniste et directeur de l'École normale supérieure Jean Bousquet, les présidents de l'université Rennes 2 René Marache et Michel Denis, le soviétologue et président de l'université Paris-VIII Claude Frioux, le directeur de l'ENA Raymond-François Le Bris.

Des artistes ont aussi enseigné à l'université comme l'auteur breton Anatole Le Braz, le prix Goncourt 1949 Robert Merle, l'auteur allemand Golo Mann.

Étudiants[modifier | modifier le code]

Plusieurs anciens étudiants des facultés de Rennes se sont illustrés, et ceci dans plusieurs domaines.

Le général d'empire Jean-Victor Moreau, étudiant à la faculté de droit avant la Révolution

L'université compte dans ses anciens étudiants des ministres, comme Jacques-Joseph Corbière, Ministre de l'intérieur de 1821-1828, Félix Martin-Feuillée, ministre le la justice de 1883 à 1885[272], Yvon Bourges, ministre de la Défense, Louis Grivart, Ministre de l'Agriculture et du Commerce du Gouvernement Ernest Courtot de Cissey, Louis Le Pensec[259], ministre dans plusieurs gouvernements dans les années 1980 et 1990, Marylise Lebranchu, ministre de la justice du Gouvernement Lionel Jospin[273], ou encore Charles Josselin[274], ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères du Gouvernement Lionel Jospin.

Certains étudiants se sont illustrés comme combattant dans plusieurs conflits, comme Jean Victor Marie Moreau, général français de la Révolution et feld-maréchal de Russie, le colonel Rémy, résistant et Compagnon de la Libération, Sir Norman Bottomley[275], Air Chief Marshall de la Royal Air Force et commandant en chef de la Royal Air Force Bomber Command en 1945.

D'autres étudiants ont été membres de l'académie française, comme Félix Julien Jean Bigot de Préameneu[276], élu en 1803, Leconte de Lisle[277], élu en 1886, ou encore Michel Mohrt[278], élu en 1985. D'autres comme Georges Marçais ont été membres de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.

L'université compte aussi des universitaires comme Raymond-François Le Bris, directeur de l'ENA de 1995 à 2000[279], ou le philosophe Paul Ricœur[280], doyen de l'université de Nanterre.

Des personnalités étrangères ont aussi étudié à l'université de Rennes, comme Robert G. Neumann, ambassadeur des États-Unis, ou Casimir Oyé Mba, 1er ministre du Gabon.

Des personnalités des arts et de l'industrie comme Yves-Thibault de Silguy, membre de la Commission européenne et président du groupe Vinci, ou Pierre-Jakez Hélias[281], auteur du Cheval d'orgueil et président de la corporation des étudiants en lettres, ou encore Louis-Ferdinand Céline[282], auteur de Voyage au bout de la nuit, ont aussi étudié à l'université.

Docteurs Honoris Causa[modifier | modifier le code]

L'université a délivré à plusieurs occasions le titre de docteur honoris causa à des personnalités étrangères. La première cérémonie s'est tenue en 1919 mais est sans suite jusqu'en 1947, date à partir de laquelle l'université décerne ce titre tous les ans à quelques personnalités étrangères, qu'elles soient universitaires, politiques, ou artistes[283],[n 11].

T. S. Eliot, prix Nobel de littérature en 1948 et docteur honoris causa de l'université en 1951

Parmi les universitaire européens, plusieurs pays sont représentés. W.J Gruffydd (en) pour l'Université de Cardiff, Green de Cambridge, et Roe d'Aberdeen en 1947, Pheminster pour Aberdeen en 1949, W.B.R. King (en) pour Cambridge en 1951, Neville de l'université de Glasgow et Frohlich de l'université de Liverpool en 1955, Wortley de l'université de Manchester en 1956, puis Cook de l'université d'Exeter et Joan Robinson de Cambridge en 1959, comptent parmi les lauréats anglais. Simon Sasserath de l'Institut des hautes études de Bruxelles en 1948, Le Chevalier Braas de l'université de Liège en 1950, De Visscheq de l'université catholique de Louvain en 1952, Fredericq des universités de Bruxelles et de Gand en 1953, Ganshop de celle de Gand en 1956, Dalcq de celle de Bruxelles en 1957, puis Vercauteren de celle de Liège en 1958 comptent parmi les universitaires belges récompensés. Matthey pour l'université de Lausanne en 1952, Josias Brun Blanquat, privatdozent de l'École polytechnique de Zurich en 1953, et Frey-Wissling de cette même école en 1954 comptent parmi les titulaires suisses. D'autres pays européens ont aussi comptés des représentants comme Borivoje Milojevič (sr) pour l'université de Belgrade en 1947, Lombard de l'université de Lund en 1950, Pellegrini de l'université de Florence en 1952, ou Huckel de l'institut de pharmacie de Tübingen en 1959[283].

D'autres européens œuvrant dans d'autres champs d'activité ont aussi été distingués, comme Jean Graven en 1949, juge à la cour de cassation de Genève, Edwin Muir (en) en 1949, directeur du British Institut de Rome, T. S. Eliot en 1951, prix Nobel de littérature en 1948, ou encore klaffenbach en 1959, de l'académie allemande de sciences et épigraphie grec[283].

Des universitaires américains ont été récompensés, comme Bishop de l'université Cornell et Capen de l'université de Buffalo en 1948, Adrien Pouliot, doyen de la faculté des sciences de l'université Laval, en 1950, Roger Sherman Loomis (en) de l'université Columbia en 1951, Marston Morse de l'université de Princeton en 1953, João Cruz Costa (pt) de l'université de São Paulo en 1957, ou Cornelis de Kiewiet (en), président de l'université de Rochester, en 1957[283]. D'autres personnalités américaines ont aussi été remarquées, comme James Hazen Hyde en 1920[284]

Concernant l'Afrique, Félix Houphouët-Boigny, 1er président de la République de Côte d'Ivoire a été récompensé[285].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Visuel utilisé par la faculté de droit dans sa publication de 1906
La phalère qui a servi d'inspiration pour le logo que l'université adopte dans les années 1960

Les composantes de l'université ont a plusieurs reprises utilisées des visuels pour représenter l'université, sans que ceux-ci ne soit pour autant reconnu par l'université. La faculté de droit utilise par exemple en 1906 dans sa première édition du Travaux juridiques et économiques de l'Université de Rennes un blason reprenant le blason de Rennes et l'hermine bretonne, mais sans que celui-ci soit repris dans les éditions suivantes[199].

L'université se dote d'un sceau dans les années 1960, sous l'impulsion du recteur Henri Le Moal, dernier chancelier de l'université[286]. Il est le transposé d'une phalère de bronze celte figurant trois tritons, et découverte lors de fouilles sur le site de Kerilien à Plounéventer dans le Finistère[287].

La disposition de ces tritons en étoile symbolisaient la fidélité (l'image du triton), la solidarité (la disposition des tritons veillant sur les arrières les uns des autres), et la confiance en l'avenir (la disposition en étoile)[286]. Ce visuel a continué à être utilisé par l'université de Rennes I jusqu'à l'été 2005, date à laquelle elle simplifie ce visuel pour ne conserver que la seule image du triton[288].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La date varie entre 1460 en 1461, selon si la date de la bulle ou si la date de la première rentrée est considérée
  2. Les raisons sont multiples et mal connues, il y a probablement le Grand Schisme d'Occident et l’absence de permission d’enseigner la théologie.
  3. Les université fondées à Caen en 1432 et à Bordeaux en 1441 le sont par le roi Henri VI d'Angleterre dans le but de contrer l'influence française dans ces villes pendant la guerre de Cent Ans, mais ces dernières sont reprises par les français en 1450 pour Caen et en 1453 pour Bordeaux, et leurs universités intégrées au royaume de France
  4. Certaines sources indiquent malgré tout que les enseignements ont bien été déplacés à Rennes à cette époque, les cours se tenant dans le couvent des Carmes[8], aujourd'hui détruit mais situé à l'origine sur l'actuelle rue Vasselot[9]
  5. L'université n'est pas propriétaire des lieux mais intervient pour une partie du financement, puis de l'entretien des locaux[64]
  6. Voir par ailleurs le descriptif des droits dont jouissent les étudiants dans la partie correspondante
  7. Au moment où le fonctionnement de ce conseil est fixé, un professeur-adjoint est un chargé de cours, titulaire d'un doctorat (ou l'agrégation dans le cas du droit), ayant deux ans de stage, proposés pour ce titre par le Conseil et nommés par l'État. Un professeur titulaire est lui de plus attaché à une chaire
  8. Le centre de formation du Stade rennais est ainsi créé en 1977, et se dotera d'une structure scolaire privée en 1987
  9. Côtes-d'Armor, alors Côtes du Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Atlantique, alors Loire-inférieure, et Morbihan
  10. Les chiffres fournis pendant l'entre-deux-guerres diffèrent par leurs méthodologie de ceux donnés pendant les autres époques, et ne comportent que les étudiants de Rennes, à l'exclusion des étudiants inscrits dans d'autres structures dépendant de l'université de Rennes. Pour la méthodologie précise voir le mémoire de Hervé le Goc[268]. Pour les chiffres de l'après-guerre, les chiffres retenus sont ceux d'enquêtes du rectorat, les chiffres de l'annuaire de l'université étant sensiblement supérieurs[269]
  11. Le nombre de titres décernés par an va de un seul en 1954 et 1959, à quatre en 1947 et 1959, pour se situé en moyenne à trois par an

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard Emptoz 2002
  2. Gwennole Le Menn, « Bilinguisme et trilinguisme en Bretagne. : Les rapports entre les langues au XVIème siecle. Actes du colloque de Sommières, 14 - 17 septembre 1981 », Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance, vol. I, no 15,‎ , p. 30-37 (lire en ligne)
  3. Une longue histoire : de 1461 à aujourd'hui, Univ-Rennes 1.fr
  4. a et b Gérard Emptoz 2002, p. 20
  5. a, b, c, d, e, f, g et h «La Lente Mise en Place des Universités Bretonnes», Science Ouest no 93
  6. Gérard Emptoz 2002, p. 25
  7. Gérard Emptoz 2002, p. 76
  8. E. Ducrest de Villeneuve, D. Maillet, Histoire de Rennes, Libraire Édouard Morault, 1845, p. 265
  9. Rue Vasselot, Couvent des Carmes, Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne / Service Régional de l'Inventaire, 1998, consulté sur Glad, le portail des patrimoines de Bretagne le 26 février 2010.
  10. Gérard Emptoz 2002, p. 90
  11. a et b Albert Chatel 1888, p. 8
  12. a et b Albert Chatel 1888, p. 9
  13. Université de Rennes 1961, p. 3, supplément
  14. Gérard Emptoz 2002, p. 94
  15. Louis Liard 1888-1894, p. 31
  16. a, b, c, d et e Jos Pennec, Nathalie Blanc, « Une médecine nomade », Science-Ouest no 265, mai 2009, consulté sur www.espace-sciences.org le 25 octobre 2011
  17. Louis Liard 1888-1894, p. 85
  18. Louis Liard 1888-1894, p. 106
  19. Louis Liard 1888-1894, p. 113
  20. Louis Liard 1888-1894, p. 112
  21. a, b, c, d, e, f et g Histoire de Rennes 2006, p. 226
  22. Décret N°61-1519 du 29 décembre 1961 instituant l'Université de Nantes, Journal Officiel du 31-12-1961 p. 12503, consulté sur www.legifrance.gouv.fr le 12 octobre 2009
  23. Université de Rennes 1961, p. 5, supplément
  24. Histoire de Rennes 2006, p. 228
  25. a, b et c Louis Joubin 1900, p. 2
  26. a et b Louis Joubin 1900, p. 3
  27. M. Le Guyader, « L'ancienne Faculté des lettres de Rennes », Annales de Bretagne, 1919, Volume 34, Numéro 24-1, pp. 77-79, consulté sur www.persee.fr le 19 février 2011
  28. a, b et c « La faculté des sciences dans le bureau de monsieur le maire », Science-Ouest no 265, consulté sur www.espace-sciences.org le 6 janvier 2010
  29. a et b « La faculté des sciences, deux vocations », Science Ouest no 128, consulté sur www.espace-sciences.org le 5 janvier 2010
  30. Alban Daumas, « Les bibliothèques universitaires », BBF, 1973, no 7, pp. 316-327
  31. a, b et c Paul Melon, L'enseignement supérieur et l'enseignement technique en France, Librairie classique Armand Collin et Cie, Paris, 1891, pp. 109-110
  32. a et b « La naissance d'une faculté », Science Ouest, no 127, consulté sur www.espace-sciences.org le 5 février 2010
  33. Rez-de-chaussée de l'aile droite de l'Hôtel de Ville destinée à la faculté de Droit, Archives municipales de Rennes, notice 2Fi505, consulté sur www.archinoe.net le 29 novembre 2009
  34. 1er étage de l'aile droite de l'Hôtel de Ville, destinée à la faculté des sciences, Archives municipales de Rennes, notice 2Fi507, consulté sur www.archinoe.net le 29 novembre 2009
  35. Alexandre Nicolas, « M. Thomas-Henri Martin, ancien doyen de a faculté de lettres de Rennes, sa vie, son œuvre », Annales de Bretagne, Première Année no 3, Troisième Trimestre 1886, consulté sur gallica.bnf.fr le 7 janvier 2010
  36. Faculté de sciences, actuellement faculté dentaire et Inspection académique, consulté sur patrimoine.region-bretagne.fr le 5 janvier 2010
  37. Palais universitaire, actuellement musée des Beaux-Arts et d'archéologie et musée de Bretagne, FicheInventaire sur le site du Service régional de l'inventaire.
  38. a, b, c, d, e et f Jos Pennec, Nathalie Blanc, « Quand la botanique s'épanouit », Science-Ouest no 265, mai 2009, consulté sur www.espace-sciences.org le 28 mars 2010
  39. Louis Liard 1888-1894, p. 129-130
  40. Louis Liard 1888-1894, p. 181
  41. Louis Liard 1888-1894, p. 183
  42. a et b Louis Liard 1888-1894, p. 184
  43. Louis Liard 1888-1894, p. 187
  44. Louis Liard 1888-1894, p. 481-483
  45. Louis Liard 1888-1894, p. 359
  46. Louis Liard 1888-1894, p. 504-505
  47. Louis Liard 1888-1894, p. 363
  48. Louis Joubin 1900, p. 15
  49. a et b Louis Joubin 1900, p. 25
  50. Louis Joubin 1900, p. 17
  51. Louis Liard 1888-1894, p. 179
  52. Louis Liard 1888-1894, p. 481
  53. a, b et c A. Rébillon, « L'Université et l'Église à Rennes au temps de Louis-Philippe (Lettre à Paul-François Dubois) », Annales de Bretagne, 1945, Volume 52, no 52-1, pp. 119-146, consulté sur www.persee.fr le 18 juillet 2011
  54. « Géologie, l'institut sort de terre », Science Ouest no 265, consulté sur www.espace-sciences.org le 6 janvier 2010
  55. a, b, c et d Jean Meyer (Coll.) 1972, p. 405
  56. Hervé Le Goc 1999, p. 114
  57. « Muséum : toute une histoire ! », Science Ouest no 265, consulté sur www.espace-sciences.org le 6 janvier 2010
  58. « École de médecine et de pharmacie », Inventaire général du patrimoine culturel, consulté sur patrimoine.region-bretagne.fr le 5 mai 2010
  59. « La Bretagne aura t-elle, à Rennes, sa cité universitaire ? », Ouest-Éclair, 10 décembre 1928, consulté sur gallica.bnf.fr le 27 novembre 2010
  60. Hervé Le Goc 1999, p. 52
  61. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x et y Hervé Le Goc 1999, p. 15
  62. Cité universitaire, dite maison des étudiants, avenue du Doyen-Roger-Houin, Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne / Service Régional de l'Inventaire, 1998, consulté sur Glad, le portail des patrimoines de Bretagne le 26 février 2010
  63. Cité universitaire, dite maison des étudiants, 94, boulevard de Sévigné, Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne / Service Régional de l'Inventaire, 1998, consulté sur Glad, le portail des patrimoines de Bretagne le 26 février 2010
  64. a et b Hervé Le Goc 1999, p. 53
  65. Gérard Emptoz 2002, p. 197
  66. a, b, c et d Comité National d'Évaluation, L'Institut d'Études Politiques et l'École Nationale Supérieure de Chimie de Rennes, Paris, 2003, p. 51, consulté sur www.cne-evaluation.fr le 5 janvier 2010
  67. a et b « L'IGR-IAE de Rennes vient de feter ses 50 ans », Rennes 1 Campus no 84, janvier-février 2006, p. 6
  68. Gérard Emptoz 2002, p. 212
  69. «Visite de M. Paye, ministre de l'éducation nationale le 16 juin 1961 pour le 5e centenaire de l'université»Discours de Monsieur Henri Fréville, Maire de Rennes, Archive municipale de Rennes, lot 17W1
  70. Université de Rennes 1961, p. 25
  71. a, b, c, d et e Jean Meyer (Coll.) 1972, p. 454
  72. a, b, c et d Comité National d'Évaluation, L'ouest Atlantique: Bretagne et Pays de la Loire, Rapport d'évaluation, Paris, 2004, p. 30, consulté sur www.cne-evaluation.fr le 5 janvier 2010
  73. Histoire de Rennes 2006, p. 279
  74. a, b, c, d, e et f « La naissance de l'Université de Rennes 2 », Sciences Ouest no 115, consulté le 30 décembre 2009 sur www.espace-sciences.org
  75. Université de Rennes I, faculté de Droit, consulté sur patrimoine.region-bretagne.fr le 5 février 2010
  76. Sansen, J. A., « La nouvelle Bibliothèque universitaire de Rennes », Bulletin des Bibliothèques de France, 1960, no 12, p. 453-466, consulté sur bbf.enssib.fr le 10 janvier 2010
  77. « Chronique », Bulletin des Bibliothèques de France, 1961, no 5, p. 247-258, consulté surbbf.enssib.fr le 10 janvier 2010
  78. Université de Rennes 2, complexe universitaire de Villejean, Dossiers électroniques de l’Inventaire général
  79. Nigay, Gilbert, « La section lettres », Bulletin des Bibliothèques de France, 1971, no 3, p. 113-124, consulté sur bbf.enssib.fr le 10 janvier 2010
  80. a et b Reboul, Jacquette, « La section médecine », Bulletin des Bibliothèques de Frances, 1971, no 3, p. 134-143
  81. Jean Meyer (Coll.) 1972, p. 455
  82. a, b et c « Le campus scientifique de Beaulieu », Science Ouest no 130, consulté sur www.espace-sciences.org le 5 janvier 2010
  83. « Université de Rennes I, complexe universitaire de Beaulieu », Inventaire général du patrimoine culturel, consulté sur patrimoine.region-bretagne.fr le 5 janvier 2010
  84. a, b et c Roux, Jean-Yves, « La section sciences », Bulletin des Bibliothèques de France, 1971, no 3, p. 125-133, consulté sur bbf.enssib.fr le 10 janvier 2010
  85. Gérard Emptoz 2002, p. 204
  86. Gérard Emptoz 2002, p. 207
  87. a et b Comité National d'Évaluation, L'université de Nantes, Rapport d'évaluation, Paris, 2004, p. 14
  88. a et b Gérard Emptoz 2002, p. 213
  89. Gérard Emptoz 2002, p. 202
  90. Comité National d'Évaluation, L'ouest Atlantique: Bretagne et Pays de la Loire, Rapport d'évaluation, Paris, 2004, p. 35
  91. Comité National d'Évaluation, L'université de Bretagne Occidentale, Rapport d'évaluation, Paris, 2004, p. 23
  92. « Le SUED a 40 ans », consulté sur www.uhb.fr le 27 juillet 2009
  93. Loi n°68-978 du 12 novembre 1968,Legifrance.gouv.fr
  94. a, b et c François Lebrun et Louis Pape 1994, p. 15
  95. (Yves Morvan, « Et la fac de lettres devient université », Place Publique Rennes, N°2, p. 8)
  96. François Lebrun et Louis Pape 1994, p. 16
  97. (Yves Morvan, « Et la fac de lettres devient université », Place Publique Rennes, N°2, p. 9)
  98. « En pleine mutation, Rennes 2 soigne son image », Ouest-France, 30 janvier 2008
  99. Benjamin Keltz, « Gombert, nouveau président de Rennes 2 : "Je suis totalement serein" », Le Mensuel de Rennes, 12 janvier 2011, consulté sur www.rennes.lemensuel.com le 12 février 2011
  100. a et b (« Une fusion Rennes 1 - Rennes 2 : préparons-là dès maintenant », Place Publique Rennes, N°2, p. 53)
  101. Agrès Le Morvan, « En 2020, une seule université à Rennes ? », Ouest-France, édition Rennes, vendredi 4 juin 2010, consulté sur www.ouest-france.fr le 5 juin 2010
  102. Edmond Hervé, « Rennes : l'université au cœur de la cité », Place Publique no 9, janvier-février 2011, p. 32
  103. Décret n°2007-381 du 21 mars 2007, Legifrance.gouv.fr
  104. a et b Albert Chatel 1888, p. 15
  105. Déclaration… pour la translation de la Faculté de droit de la ville de Nantes en celle de Rennes, Registrée en Parlement [à Rennes] le 12 octobre 1735, consulté sur gallica.bnf.fr le 13 février 2011
  106. a, b, c, d et e Albert Chatel 1888, p. 14
  107. Albert Chatel 1888, p. 16
  108. Liard 1888-1894, p. 28
  109. a et b Albert Chatel 1888, p. 10
  110. Albert Chatel 1888, p. 17
  111. a, b et c Jacqueline Fichepoil 1970, p. 120
  112. Jacqueline Fichepoil 1970, p. 114
  113. Jacqueline Fichepoil 1970, p. 125
  114. Louis Joubin 1900, p. 136-137
  115. Louis Joubin 1900, p. 138
  116. Louis Joubin 1900, p. 139
  117. Liard 1888-1894, p. 407-408
  118. Liard, p. 411-412
  119. Liard 1888-1894, p. 418-425
  120. a et b René Kerviler, Paul Sébillot, Annuaire de Bretagne: historique, litteraire et scientifique, Rennes, J. Plihon et L. Hervé, , 404 p.pp. 129-133
  121. Université de Rennes 1961, p. 15
  122. a et b Université de Rennes 1961, p. 13
  123. a et b François Lebrun et Louis Pape 1994, p. 13
  124. a et b Jean Meyer (Coll.) 1972, p. 328
  125. a et b Ernest Lavisse, « L'enseignement supérieur français en 1878 », Bulletin de la Société pour l'étude des questions d'enseignement supérieur, 1878-1880, Paris, pp. 598-600
  126. « Pour la première fois en France, une chaire de faculté de droit est occupé par une femme », Ouest-Éclair, 8 décembre 1928, p. 1, consulté sur gallica.bnf.fr le 27 novembre 2010
  127. a, b, c, d et e François Picavet, Troisième congrès international d'enseignement supérieur, Librairie Marescq Ainé, Paris, 1902, p. 575, consulté sur gallica.bnf.fr le 7 janvier 2010
  128. Jean Meyer (Coll.) 1972, p. 428
  129. Serge Nicolas, « Benjamin Bourdon (1860-1943) : fondateur du laboratoire de psychologie et de linguistique expérimentales à l'Université de Rennes (1896) », L'année psychologique, 1998, Volume 98, Numéro 98-2, pp. 271-293
  130. Charles-Pierre Péguy, « Un congrès de géographie à Rennes », Revue de géographie alpine, 1953, Volume 41, no 41-2, pp. 369-370
  131. Pierre le Roux, « Joseph Loth: nécrologie », Annales de Bretagne, tome XLI, année 1934, pp. 4-6
  132. Anne-Marie Quint, « Le portugais dans le suniversités françaises », Recherches en anthropologie au Portugal, 2002, Volume 8, Numéro 8, p. 208
  133. « Courrier des lettres, un cours de civilisation et de littérature américaines », Le Figaro, 2 janvier 1931, p. 5
  134. « Students at Rennes to study our authors ; Course in American Civilization and Literature at University Hailed by Ambassador », The New-York Times, samedi 24 janvier 1931, p. 4, consulté sur www.nytimes.com le 25 mai 2010
  135. a et b Jos Pennec« L'enseignement médicale à Rennes au XIXe siècle : du Collège de Chirurgie à la Faculté de Médecine (1795-1896) », Science-Ouest no 97, février 1994, consulté sur www.espace-sciences.org le 19 avril 2010
  136. Louis Joubin 1900, p. 152
  137. Louis Joubin 1900, p. 154
  138. Louis Joubin 1900, p. 166
  139. a et b Louis Joubin 1900, p. 171
  140. Louis Joubin 1900, p. 170
  141. « L'université de Rennes à la mer… », Science-Ouest no 49, consulté sur www.espace-sciences.org le 5 mai 2010
  142. Station biologique de Paimpont, pour la petite histoire, consulté sur www.univ-rennes1.fr le 5 mai 2010
  143. Jean Meyer (Coll.) 1972, p. 405
  144. « Avant 1968 : La grande scène de ménage », Science-Ouest no 132, consulté sur www.espace-sciences.org le 5 janvier 2010
  145. Gérard Emptoz 2002, p. 186
  146. Gérard Emptoz 2002, p. 187
  147. Gérard Emptoz 2002, p. 190
  148. Hervé Le Goc 1999, p. 14
  149. Historique de l'ENSCR : 90 ans en 2009, consulté sur www.ensc-rennes.fr le 5 janvier 2010
  150. a et b Jos Pennec, Nathalie Blanc, « Muséum, toute une histoire ! », Science-Ouest no 265, mai 2009, consulté sur www.espace-sciences.org le 28 mars 2010
  151. Historique des collections zoologique et botanique, www.univ-rennes1.fr, consulté le 28 mars 2010
  152. Historique des serres, Culture scientifique et technique, consulté sur www.univ-rennes1.fr le 16 janvier 2010
  153. Petit parcours botanique sur le campus de Beaulieu, Culture scientifique et technique, consulté sur www.univ-rennes1.fr le 16 janvier 2010
  154. a et b The herbarium « des Abbayes », Laboratoire des substances licheniques et photoprotection, consulté sur www.univ-rennes1.fr le 16 janvier 2010
  155. L'historique de l'herbier, Culture scientifique et technique, consulté sur www.univ-rennes1.fr le 16 janvier 2010
  156. L'herbier des Abbayes, Culture scientifique et technique, consulté sur www.univ-rennes1.fr le 16 janvier 2010
  157. Brun et al. 2000, p. 88
  158. Brun et al. 2000, p. 89
  159. Brun et al. 2000, p. 82
  160. Brun et al. 2000, p. 90
  161. Brun et al. 2000, p. 93
  162. Brun et al. 2000, p. 94
  163. Brun et al. 2000, p. 95-96
  164. [vidéo]Visite au sculpteur abstrait Francis Pellerin, Office national de radiodiffusion télévision française, Bretagne actualités, 16 décembre 1964, 07min36s
  165. Cartographie rennaise des œuvres de Francis Pellerin, faculté de droit, Musée des Beaux-Arts de Rennes, consulté sur www.mbar.org le 25 février 2010
  166. Cartographie rennaise des œuvres de Francis Pellerin, Inspection académique, Musée des Beaux-Arts de Rennes, consulté sur www.mbar.org le 25 février 2010
  167. Histoire de Rennes 2006, p. 164
  168. Histoire de Rennes 2006, p. 165
  169. François-René de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, première partie, livre V, Insurrection
  170. Jean Meyer (Coll.) 1972, p. 335
  171. Louis Liard 1888-1894, p. 141
  172. a, b et c Jean Meyer (Coll.) 1972, p. 422
  173. a et b Histoire de Rennes 2006, p. 232
  174. Françoise Basch, « « Des semaines… chaudes de bataille. » Victor Basch et le deuxième procès d’Alfred Dreyfus », Matériaux pour l'histoire de notre temps, 2003, Volume 72, no 72, pp. 4-11
  175. Jean Meyer (Coll.) 1972, p. 423
  176. Jean Meyer (Coll.) 1972, p. 407
  177. Georges Cadiou, La Grande Histoire du football en Bretagne, Le Faouët, Liv'Éditions, , 381 p. (ISBN 2-910781-69-0), p. 12
  178. Claude Loire, Le Stade rennais, fleuron du football breton 1901-1991, Rennes, Éditions Apogée, , 488 p. (ISBN 2-909275-40-X), p. 12
  179. Hervé Le Goc 1999, p. 75
  180. a, b et c Hervé Le Goc 1999, p. 77
  181. a et b Claude Loire, Virginie Charbonneau 2001, p. 117
  182. Claude Loire, Virginie Charbonneau 2001, p. 21
  183. Claude Loire, Virginie Charbonneau 2001, p. 27
  184. Claude Loire, op. cit., p. 163
  185. Claude Loire, Virginie Charbonneau 2001, p. 116
  186. Nicolas Carnec, « Raymond Keruzoré, monsieur 100 % foot », sur ouest-france.fr,‎ (consulté le 1er mars 2010)
  187. Collectif, 100 ans en rouge et noir : L'Histoire du Stade rennais, Rennes, Hors-série Ouest-France, , 64 p., p. 48
  188. Collectif, op. cit., p. 50
  189. Hervé Le Goc 1999, p. 54
  190. a et b Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 11
  191. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 8
  192. a et b Yves Rannou, Yves Milon : De la Résistance à la mairie de Rennes, Apogée, Rennes, 2006, 94p. , p. 37-44
  193. Jacqueline Fichepoil 1970, p. 128
  194. Louis Joubin 1900, p. 142
  195. Louis Joubin 1900, p. 143
  196. Louis Joubin 1900, p. 144
  197. Annales de Bretagne, t. 1, Rennes, Faculté de lettres de l'université de Rennes, , 487 p., pp. 1-2, consulté sur gallica.bnf.fr le 10 novembre 2010
  198. François Lebrun et Louis Pape 1994, p. 70
  199. a et b Travaux juridiques et économiques de l'Université de Rennes, t. 1, Rennes, Faculté de droit de l'université de Rennes, , 173 p., pp. 5-7, consulté sur gallica.bnf.fr le 10 novembre 2010
  200. a et b Joseph Loth« La chaire de celtique au conseil général du Finistère », Annales de Bretagne, 1892, Volume 8, p. 733, consulté sur gallica.bnf.fr le 6 décembre 2010
  201. Gustave Dupont-Ferrier, « Notice sur la vie et les travaux de M. Joseph Loth », Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1937, volume 81, numéro 5, pp. 390-405, consulté sur www.persee.fr le 6 décembre 2010
  202. « Don de manuscrits breton à la bibliothèque universitaire de Rennes », Annales de Bretagne, 1904, volume 20, numéro 20-1, pp. 120-121, consulté sur gallica.bnf.fr le 27 novembre 2010
  203. « Pour l'université de Rennes », Ouest-Éclair, 12 décembre 1928, p. 5, consulté sur gallica.bnf.fr le 27 novembre 2010
  204. a et b Albert Chatel 1888, p. 11
  205. Albert Chatel 1888, p. 12
  206. Louis de Lens, Université d'Angers, du XVe siècle à la Révolution, Angers, Germain et G. Grassin, , 287 p., consulté sur gallica.bnf.fr le 21 février 2011
  207. Jacqueline Fichepoil 1970, p. 18
  208. Jacqueline Fichepoil 1970, p. 32
  209. Jacqueline Fichepoil 1970, p. 10-15
  210. Jacqueline Fichepoil 1970, p. 26
  211. Jacqueline Fichepoil 1970, p. 31
  212. Hervé Le Goc 1999, p. 10
  213. Hervé Le Goc 1999, p. 11
  214. Hervé Le Goc 1999, p. 46
  215. Hervé Le Goc 1999, p. 25
  216. Hervé Le Goc 1999, p. 36
  217. Hervé Le Goc 1999, p. 38
  218. Hervé Le Goc 1999, p. 41
  219. Hervé Le Goc 1999, p. 50
  220. Hervé Le Goc 1999, p. 51
  221. Hervé Le Goc 1999, p. 22
  222. Pierre-Jakez Hélias, Le quêteur de mémoire, édition Plon, Paris, 1990, p. 119
  223. a et b Hervé Le Goc 1999, p. 19
  224. a et b Hervé Le Goc 1999, p. 31
  225. Hervé Le Goc 1999, p. 62
  226. Hervé Le Goc 1999, p. 83
  227. Hervé Le Goc 1999, p. 84
  228. Hervé Le Goc 1999, p. 67
  229. Hervé Le Goc 1999, p. 32
  230. Hervé Le Goc 1999, p. 33
  231. Hervé Le Goc 1999, p. 34
  232. Maison des étudiants, 14 rue Saint-Yves, aménagement : correspondance, extraits de délibérations du conseil municipal, rapport, acte de vente, arrêté, plans, Archives municipales de Rennes, notice 1M199
  233. Hervé Le Goc 1999, p. 35
  234. Hervé Le Goc 1999, p. 88
  235. Hervé Le Goc 1999, p. 89
  236. Hervé Le Goc 1999, p. 90
  237. Histoire de Rennes 2006, p. 229
  238. Hervé Le Goc 1999, p. 91
  239. Hervé Le Goc 1999, p. 94
  240. Hervé Le Goc 1999, p. 115
  241. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 5
  242. [vidéo]La mi-carême à Rennes : Réception de Ferdinand Lop par les étudiants, Institut national de l'audiovisuel, 1er janvier 1946, 02min29s
  243. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 43
  244. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 10
  245. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 14
  246. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 20
  247. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 31
  248. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 33
  249. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 37
  250. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 38
  251. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 40
  252. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 61
  253. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 49
  254. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 73
  255. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 113
  256. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 201
  257. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 188
  258. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 198
  259. a et b (Louis le Pensec, « Au temps de la faculté du folklore et des sciences hilares », Place Publique Rennes, N°2, p. 83)
  260. « Chroniques de la faculté », Annales de Bretagne, 1906, Volume 22, Numéro 22-1, p. 36, consulté sur www.persee.fr le 18 novembre 2010
  261. Les Universités et les Écoles françaises, enseignement supérieur, enseignements techniques, renseignements généraux, Office national des Universités et Écoles françaises, Paris, 1914, p. 14
  262. Hervé Le Goc 1999, p. 17
  263. Hervé Le Goc 1999, p. 126
  264. [vidéo]Départ des étudiants chinois de Rennes, Office national de radiodiffusion télévision française, journal télévisé du 23 janvier 1967, 01min54s
  265. [vidéo]Les étudiants chinois à Rennes, Office national de radiodiffusion télévision française, Seize millions de jeunes, 4 février 1965, 13min49s
  266. [vidéo]Rennes, ville Chinoise, Office national de radiodiffusion télévision française, Soir 3, 17 octobre 1979, 10min23s
  267. Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 86
  268. Hervé Le Goc 1999, p. 16
  269. a, b, c, d, e, f, g, h et i Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc 1970, p. 84
  270. Catherine Lalumière, Biographie, Conseil de l'Europe, consulté sur www.coe.int le 15 novembre 2010
  271. Marie-Sandrine Sgherri, « Religion - Entretien Jean Delumeau « Je n'attends pas le bonheur de mon ordinateur » », Le Point, publié sur www.lepoint.fr le 17 janvier 2007, consulté sur www.lepoint.fr le 7 septembre 2010
  272. « Jules Ferry's cabinet ; List of the new French ministers -- The treatment of princes », The New-York Times, mercredi 22 février 1883, consulté sur www.nytimes.com le 25 mai 2010
  273. « Une ministre en col Mao », Le Point, publié sur www.lepoint.fr le 20 janvier 2007, consulté sur www.lepoint.fr le 28 juillet 2010
  274. (Louis le Pensec, « Au temps de la faculté du folklore et des sciences hilares », Place Publique Rennes, N°2, p. 87)
  275. Bottomley, biography rafwaeb.org, consulté le 6 juin 2009
  276. Biographie sur site fondation Napoléon
  277. Georges Collas, « Leconte de Lisle et la Faculté des Lettres de Rennes », Annales de Bretagne, 1930, Volume 39, pp. 67-72, consulté sur www.persee.fr le 7 février 2011
  278. « Décès de l’académicien breton Michel Mohrt », Ouest-France, 17 août 2011, consulté sur www.ouest-france.fr le 17 août 2011
  279. « Raymond-François Le Bris nommé à la tête de l'ENA », Les Echos no 16823 du 26 janvier 1995 • p. 50
  280. Biographie sur le site de Stanford
  281. Hervé Le Goc 1999, p. 66
  282. David Labreure, Louis-Ferdinand Céline, une pensée médicale, Publibook, avril 2009, 126p. , (ISBN 978-2748347623), pp. 22-23
  283. a, b, c et d Université de Rennes 1961, p. 19
  284. « Le Monde et la Ville, Renseignements mondains », Le Figaro, jeudi 8 janvier 1920
  285. Les Élites africaines, Édiafric, 1985, p. 13
  286. a et b « Le divorce des lettres et des sciences », Science-Ouest no 133, consulté sur www.espace-sciences.org le 12 décembre 2009
  287. Jean Bousquet, « Circonscription de Rennes, informations archéologiques », Gallia, 1963, Volume 21, no 21-2, pp. 423-431
  288. [PDF]« La nouvelle identité de l'université Rennes 1 », Rennes 1 campus no 82, septembre-octobre 2005, (ISSN 1280-8636)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Ouvrages sur l'université
    • Notice sur l'Université de Rennes, Rennes, Imprimerie Simon, , 43 p. (lire en ligne)
    • Louis Joubin, Histoire de la Faculté des sciences de Rennes, Rennes, Imprimerie F. Simon, , 178 p.Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Albert Chatel, De l'enseignement du droit de la Faculté de droit de Rennes avant 1789 : Étude historique et critique, Rennes, impr. de Oberthür, , 30 p. (lire en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Jean-Pierre Brun (coordination), Marie-Anne Ollivier (coordination), Arlette Falaise (réalisation éditoriale), Marie-Anne Ollivier (réalisation éditoriale) et Jean de Brémond d'Ars (collaboration technique), 150 ans de géologie à Rennes, Rennes, Géosciences Rennes, Université de Rennes 1, coll. « Mémoires de Géosciences Rennes., Hors série » (no 3), (ISBN 978-2-914-37500-9, lire en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Hervé Le Goc, L’Association Générale des Étudiantes et Étudiants Rennais de 1919 à 1940 : Un exemple du corporatisme estudiantin de l’entre-deux-guerres, Rennes, Université Rennes 2 Haute Bretagne, mémoire de maitrise d'histoire contemporaine, , 155 p. (lire en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Daniel Dominique, Leservoisier Jean-Luc, Aspects du milieu et du mouvement étudiant à Rennes 1945-1968, Rennes, Université Rennes 2 Haute Bretagne, DES d’histoire contemporaine, , 200 p.
    • Gwénaël Hunault, Entre mythe et réalité, le mouvement étudiant rennais de 1950 à 1975, Rennes,
    • Université de Rennes, Célébration du Ve centenaire de la fondation de l'Université : 1461-1961, Rennes, Imprimerie Simon, , 146 p.Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Jacqueline Fichepoil, La Faculté des Lettres de Rennes de 1839 à 1901, Rennes, Université Rennes 2 Haute Bretagne, mémoire de maitrise d'histoire, , 138 p.
  • Ouvrages sur Rennes et sujets liés
  • Ouvrages sur les universités liées
  • Ouvrages sur l'éducation supérieur
    • Louis Liard, Universités et facultés, Paris, Armand Colin et Cie, , 284 p.
    • Louis Liard, L'enseignement supérieur en France, t. 1, Paris, Armand Colin et Cie, 1888-1894, 532 p. (lire en ligne)
    • Louis Liard, L'enseignement supérieur en France, t. 2, Paris, Armand Colin et Cie, 1888-1894, 495 p. (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Université de Rennes.