Amy Dahan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Amy Dahan est une mathématicienne et historienne des sciences française, directrice de recherche émérite au CNRS.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un cursus à l'université Paris-XIII où elle obtient en 1979 un doctorat de 3e cycle en mathématiques[1], elle enseigne successivement à l’université d'Amiens (jusqu’en 1983) puis à l’École polytechnique (de 1988 à 2002). Elle soutient en 1990 une thèse de doctorat d’État en histoire des sciences et philosophie des sciences, sur Augustin Louis Cauchy et l’École française à l'université de Nantes[2]. Elle est directrice de recherche au CNRS, au Centre Alexandre Koyré[3], et enseigne à l’École des hautes études en sciences sociales de 1998 à sa retraite, et à l’université libre de Bruxelles en 2008.

Activités[modifier | modifier le code]

Histoire des sciences[modifier | modifier le code]

Amy Dahan a mené des travaux dans des domaines très divers: histoire des mathématiques dont elle propose un parcours grand-public dans son livre Une histoire des mathématiques: routes et dédales, co-écrit avec Jeanne Peiffer, histoire de la physique mathématique, histoire de l’algèbre et de la notion de groupe, études de mathématiciens à travers leurs théories et leur place dans la société, notamment Joseph-Louis Lagrange, Pierre-Simon de Laplace, Cauchy, Sophie Germain, ou encore Jacques-Louis Lions. Elle s'intéresse aussi au rôle des sciences dans la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide, à la représentation et images de la scientificité, la place des femmes dans les sciences, aux interactions des mathématiques avec les autres disciplines, à l'histoire de leur enseignement (notamment durant la période révolutionnaire, au XXe siècle et dans les grandes écoles).

Autour du climat[modifier | modifier le code]

Depuis le début des années 2000, son intérêt se porte sur l’étude du chaos déterministe et la science du désordre et sur la modélisation. Au centre Alexandre Koyré, elle dirige une équipe pluridisciplinaire s'intéressant aux aspects scientifiques, politiques et épistémologiques du changement climatique. Elle a rédigé et supervisé la publication de plusieurs rapports d’observation issus des conférences internationales sur le climat (COP, Conference Of Parties), les « arènes climatiques ».

Elle mène des recherches sur ce qu'elle estime être un « schisme de réalité » entre la réalité de la destruction de l’environnement et les expertises scientifiques qui, selon elle, sépare ce qui lui semble être un immobilisme de la gouvernance d'une part, et la dégradation massive et inexorable du climat, d’autre part[4]. Elle déplore également ce qu’elle appelle « l’enclavement du climat », estimant que le détraquement climatique n’est traité au niveau international que dans ces conférences annuelles, alors que « des décisions impactant le climat sont prises dans toutes les instances internationales[5], alors que, selon elle, la gouvernance du changement climatique devrait être polycentrique et s’exercer à plusieurs échelons[6].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (Avec Jeanne Peiffer) Une histoire des mathématiques. Routes et Dédales, Éditions vivantes, Paris, 1982 (ISBN 978-2731041125).
  • (Avec Jean Dhombres, C. Houzel, Rudolf Bkouche et Hélène Guillemot) Mathématiques au fil des âges, Gauthier-Villars, Paris, 1987.
  • (co-dir. avec J-L. Chabert et K. Chemla), Chaos et déterminisme, Le Seuil, coll. « Points-Science », Paris, 1992.
  • Mathématisations : Augustin-Louis Cauchy et l'École française, Paris, Éditions du Choix / Blanchard, 1992, 460 p. (ISBN 2909028100).
  • (co-dir. avec Bruno Belhoste et Antoine Picon), La Formation polytechnicienne, 1794-1994, Paris, Dunod, 1994
  • (co-dir. avec Bruno Belhoste, Dominique Pestre et Antoine Picon) La France des X, Paris, Dunod, 1995
  • (Co-éd. avec U. Bottazzini) Changing Images in Mathematics. From the French Revolution to the new Millenium, Routledge, London & New York, 2001.
  • (co-dir. avec Dominique Pestre ) Les sciences pour la guerre, 1940-1960, Presses de l’EHESS, Paris, 2004.
  • Jacques-Louis Lions, Un mathématicien d’exception entre recherche, industrie et politique, La Découverte, Paris, 2005.
  • (Dir.) Les modèles du futur. Changement climatique et scénarios économiques : enjeux politiques et économiques, La Découverte, Paris, 2007.
  • (Avec Stefan Aykut) Gouverner le climat ? 20 ans de négociations climatiques, Presses de Sciences Po, 2015, 752 p.

Articles et chapitres[modifier | modifier le code]

  • « Résolubilité des équations par radicaux et premier mémoire d’Évariste Galois », in Présence d’Évariste Galois, Publication de l’APMEP, 1982.
  • « Sophie Germain », Pour La Science, .
  • « Lagrange, La méthode critique du mathématicien-philosophe », Introduction et appareil critique aux Leçons de Lagrange, in Jean Dhombres (dir.), Les Leçons à l’École normale de l’an III, t. 1, Les leçons de mathématiques : Lagrange, Laplace et Monge, Dunod, Paris, 1992.
  • « Lagrange, La science classique, XVIe-XVIIIe siècle », in Dictionnaire critique, sous la dir. de M. Blay et R. Halleux, Flammarion, Paris, 1998.
  • Avec Dominique Pestre, « Le renouveau scientifique de l’École polytechnique », in Le Paris des polytechniciens. Des ingénieurs dans la ville (catalogue de l’exposition), 1994.
  • « Laplace », in Dictionnaire d’histoire et de philosophie des sciences, sous la dir. de Dominique Lecourt, Paris, PUF, 1999
  • « La Mathématisation (1780-1830) », et coordination du numéro spécial de la Revue d’histoire des sciences, XLII/1-2, 1989
  • Avec J.-L. Chabert, « Poincaré, le précurseur », La Recherche, n° spécial «La science du désordre»,
  • « Sophie Germain », in Scientific American, vol. 265, no 6, déc. 1991
  • « L’Institut Courant, bastion des mathématiques appliquées », La Recherche, n° spécial «300 ans de sciences»,
  • (dir), « Des nuages ou des horloges », « Un monde moins stable qu’il n’y paraît » et « Comment l’ordinateur transforme les sciences », Cahiers de science et vie,
  • « Le chaos a-t-il engendré une révolution scientifique ? », La Recherche,
  • « La Tension nécessaire : Les savoirs scientifiques entre universalité et localité », Alliage, n° spécial «Dialogue transculturel», .
  • « La théorie du chaos, une révolution ? », La Recherche, hors série «10 ans de recherche», .
  • « Changement climatique global. Quels consensus scientifiques ? Quels enjeux politiques ? », Mouvements, .
  • « Changement climatique : l’hybridation des logiques scientifiques et des logiques politiques », Science & Avenir, hors série «Le réchauffement climatique», .
  • « Changement climatique, une expertise entre science et politique », Revue d’histoire du CNRS, 2007.
  • « L’ascension des pays du Sud dans les négociations climatiques », entretien avec Jean-Paul Gaudillière, Mouvements, , [lire en ligne].
  • « Entre Poznan et Copenhague : le régime climatique au milieu du gué », Natures, sciences, sociétés, no 17, 2009.
  • Avec Stefan Aykut :
    • « Le régime climatique avant et après Copenhague : sciences, politiques et l'objectif des deux degrés » », Natures Sciences Sociétés, vol. 19, no 2,‎ , p. 144-157 (lire en ligne, consulté le 29 avril 2020).
    • « De Rio 1992 à Rio 2012. Vingt ans de négociations climatiques : quel bilan ? Quel rôle pour l’Europe ? Quels futurs ? », rapport pour le Centre d’analyse stratégique, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. SUDOC 042205905
  2. SUDOC 044051611
  3. Centre Alexandre-Koyré, présentation en vidéo [1]
  4. Stefan Cihan Aykut, Amy Dahan, « Les négociations climatiques, vingt ans d’aveuglement ? », CERISCOPE Environnement, 2014 climatiques-vingt-ans-d-aveuglement sur le site web de Sciences-Po ou sur HAL, le site web des archives ouvertes de publications scientifiques.
  5. Sophie Chapelle, « Des négociations dans un sale climat », in Bastamag, 17 novembre 2015 en ligne
  6. The Shift Project invite Amy Dahan, « On the failures and possibilities of climate governance », 22 septembre 2015 vidéo :en: en ligne

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]