ECAM-EPMI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
ECAM-EPMI
Informations
Fondation 1992
Type École d'ingénieurs privée
Localisation
Coordonnées 49° 01′ 54″ nord, 2° 04′ 31″ est
Ville Cergy
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Direction
Président Robert Leloup[1]
Directeur Abdelmoumen Darcherif[2]
Chiffres clés
Étudiants 800 en 2014[3]
Doctorants 2 en 2010[3]
Niveau Bac+5
Diplômés/an 200 en 2014[3]
Divers
Affiliation Groupe ECAM[4]
COMUE Université Paris Seine
FESIC
Institut Polytechnique St Louis
ASTech
CGE
Université du grand ouest parisien
Site web ecam-epmi.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
ECAM-EPMI

ECAM-EPMI est l'une des 210 écoles d'ingénieurs françaises habilitées à délivrer un diplôme d'ingénieur.

Fondée en 1992 par des industriels (EDF, Schneider Electric, Philips et PSA)[5], née sous le nom EPMI, l'école est devenue ECAM-EPMI en 2014[6].

ECAM-EPMI compte plus de 2000 anciens élèves, 800 élèves ingénieurs. Accessible après le baccalauréat ou une classe préparatoire, l’école dispose d’une équipe de 135 intervenants[7].

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Création de l'école sous le nom EPMI
  • 1996 : Habilitation CTI (Commission des Titres d'Ingénieur)
  • 1997 : Création des filières "Mécatronique et Productique" et "Ingénierie et Conception des Systèmes Électriques"
  • 2001 : Habilitation CTI
  • 2002 : Création des filières « Gouvernance des Réseaux » et « Management des Systèmes d’information et Ingénierie Financière »
  • 2006 : Signature du partenariat avec l’Université de Cergy Pontoise
  • 2006 : Adhésion au Groupe ECAM
  • 2006 : ECAM-EPMI devient une académie régionale CISCO
  • 2007 : Création de la filière « Logistique et Achats Industriels »
  • 2007 : Adhésion à la FESIC
  • 2009 : Adhésion à la Conférence des Grandes Ecoles (CGE)
  • 2010 : Ouverture de la filière en apprentissage "Génie Energétique et Climatique"
  • 2011 : Ouverture du Mastère spécialisé
  • 2012 : Adhésion au PRES UPGO
  • 2013 : Habilitation CTI
  • 2013 : Création de la filière « Energétique et Ville du futur »
  • 2014: EPMI devient ECAM-EPMI

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Le boulevard de l'Hautil, à droite le campus d'ECAM-EPMI.
Le campus d'ECAM-EPMI au sein de l'IPSL

L’établissement dispose de 30 000 m2 de locaux communs aux cinq écoles membres de l’IPSL, 6 000 m2 de locaux pédagogiques spécifiques à ECAM-EPMI, 9 laboratoires de qualité dont deux laboratoires externes (laboratoire de CEM de l’ENSEA, laboratoire d’Électronique de Commande de l’UCP) pour enseigner l’électronique, l’automatique industrielle, la productique, ou encore l’informatique[8]. Les élèves ont à disposition 75 salles de cours, des résidences privées, un espace étudiant "le Lounge", un restaurant Inter Entreprise ou encore un complexe sportif.

Formations[modifier | modifier le code]

ECAM-EPMI est une école qui forme en cinq ans des ingénieurs généralistes (sous statut étudiant ou sous statut apprenti).

Tous les diplômes d’ingénieurs délivrés par ECAM-EPMI sont reconnus par l’Etat, par la CTI (Commission des Titres d’Ingénieurs)

Formation généraliste (statut étudiant)[modifier | modifier le code]

Le cycle préparatoire dure deux ans : il sert à introduire les concepts fondamentaux, les techniques et méthodes de travail nécessaires à la poursuite des études en cycle ingénieur, il incite au travail en équipe, favorise la formation humaine et la formation en mode projet.

Le cycle ingénieur sous statut d'étudiant quant à lui se fait en trois ans : un tronc commun de deux ans avec des enseignements en Électronique, Électrotechnique, Automatique et Informatique. La dernière année comporte un choix de filières : six d’entre elles sont mises à disposition des élèves dont une filière en Ingénierie et Conception des Systèmes Electriques, une filière Mécatronique et Productique Industrielles, Logistique et Achats industriels, Gouvernance des Réseaux, le Management des Systèmes d’Information et Ingénierie Financière, l'énergétique et le développement durable.

Formation spécialisé en Génie Énergétique et Climatique (statut apprenti)[modifier | modifier le code]

Le cycle en apprentissage permet d'obtenir un diplôme d'ingénieur par alternance école-entreprise. La formation "Génie Énergétique et Climatique » a été créée afin de répondre à une demande croissante des acteurs de l’énergétique et de l’économie verte. L’ingénieur issu de cette formation est disposé à maîtriser les concepts d’éco-développement, d’efficacité énergétique et d’éco-gestion et à les appliquer dans des situations pratiques réelles[9].

Mastère spécialisé[modifier | modifier le code]

ECAM-EPMI a mis en place pour les diplômés des Grandes Ecoles d’ingénieurs et Etablissement d’enseignement supérieur, en un an, un mastère spécialisé dans les technologies numériques et hybrides liées aux systèmes de vidéo-surveillance et de télégestion urbaine et industrielle.

Partenariats internationaux[modifier | modifier le code]

L'école a développé de nombreux partenariats parmi lesquels[10]:

Accords Erasmus[modifier | modifier le code]

Accords de double diplôme[modifier | modifier le code]

Autres accords[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Conseil Scientifique de l’EPMI », ECAM-EPMI (consulté le 5 juillet 2014)
  2. « Ecole d'Electricité, de Production et des Méthodes Industrielles - Groupe ECAM Cergy-Pontoise », Conférence des grandes écoles (consulté le 5 juillet 2014)
  3. a, b et c « EPMI Cergy-Pontoise », L'étudiant (consulté le 21 avril 2014)
  4. « Entrée de l’EPMI dans le groupe ECAM », studyrama (consulté le 5 juillet 2014)
  5. « Historique », ECAM-EPMI (consulté le 5 juillet 2014)
  6. « EPMI devient ECAM-EPMI », ECAM-EPMI, (consulté le 5 juillet 2014)
  7. « Le corps professoral », EPMI (consulté le 5 juillet 2014)
  8. « Infrastructures et labos », ECAM-EPMI (consulté le 5 juillet 2014)
  9. « Ingénieur en alternance », ECAM-EPMI (consulté le 5 juillet 2014)
  10. « L’international », ECAM-EPMI (consulté le 17 avril 2014)