Pierre Miquel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Miquel
Portrait de Pierre Miquel
Pierre Miquel en 2003.
Biographie
Naissance
Montluçon (Allier, France)
Décès (à 77 ans)
Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine, France)
Sépulture Cimetière d'Athis-Mons (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité France Français
Thématique
Titres Professeur des universités
Profession Scénariste, historien, écrivain et professeur d'université (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université de ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Travaux
Distinctions Commandeur de l'ordre national du Mérite (d), commandeur des Arts et des Lettres‎ (d), chevalier de l'ordre des Palmes académiques (d), prix Broquette-Gonin (), officier de la Légion d'honneur (d), grand prix Gobert (), prix Premier-Empire (d) (), prix Marie-Eugène-Simon-Henri-Martin (), prix Broquette-Gonin (), prix M.-et-Mme-Louis-Marin (), Grand prix du livre d'histoire de la Société des gens de lettres (d) () et prix littéraire de l'armée de terre - Erwan BergotVoir et modifier les données sur Wikidata

Pierre Miquel (né le à Montluçon, mort le à Boulogne-Billancourt) est un historien et romancier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Années de formation[modifier | modifier le code]

Fils de chapeliers parisiens[1], Pierre Gabriel Roger Miquel naît au 43, rue Saint-Jean, à Montluçon, le 30 juin 1930 et grandit à Néris.

Il étudie au lycée Henri-IV à Paris, puis à la Sorbonne. Il passe une agrégation d'histoire (1955) ; il est aussi diplômé en philosophie. Plus tard, il obtient le doctorat ès lettres avec une thèse sur la Paix de Versailles et l’opinion publique française.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Il fut professeur aux lycées d’Avignon et de Melun puis au lycée Carnot[2], maître de conférences à Sciences Po (1960-1970), maître-assistant à l'université de Nanterre (1964-1970), puis maître de conférences à l'université de Lyon (1970-1971), et enfin professeur à Paris-Sorbonne, chargé de la communication de masse[1].

Carrière dans les médias[modifier | modifier le code]

Il mène en parallèle une carrière à la radio et à la télévision. Dans les années 1970, il est responsable de documentaires à l'ORTF puis Antenne 2, puis producteur sur France Inter de plusieurs séries historiques : Les Oubliés de l'histoire, Histoires de France et Les Faiseurs d'histoire[1].

Il a écrit un nombre considérable d'ouvrages d'histoire, destinés à un large public, portant principalement sur la France au XXe siècle, mais aussi sur la période napoléonienne, sans s'interdire des incursions dans d'autres périodes (Les Guerres de Religion, 1980 ; Vincent de Paul, 1996, etc.). Il a publié aussi des romans et plusieurs essais.

Décès[modifier | modifier le code]

Il est victime d'une hémorragie cérébrale en qui le laissera gravement paralysé[1]. Il meurt à 77 ans le , soigné jusqu'à sa mort dans un établissement de l'Office national des anciens combattants (ONAC) à Boulogne-Billancourt.

Apport à l'histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

Auteur très prolifique, il a écrit plus de 110 ouvrages. Son premier livre, L’Affaire Dreyfus est publié en 1959, suivi en 1961 de Poincaré. Il rencontre le succès avec son Histoire de la France en 1976. Deux ans plus tard, il se plonge dans les archives de la Grande Guerre qui viennent de s'ouvrir et devient un des spécialistes de l'histoire de la Première Guerre mondiale, à laquelle il consacrera de nombreux livres[1].

Pierre Miquel est à bien des égards l'héritier de Michelet. Républicain, il admirait l'audace de la Révolution française et défendait l'héritage des combats républicains. Il s'était lancé dans l'étude de cette tâche obscure de l'histoire, visant rien de moins que rendre au peuple sa juste et véritable place. Il écrivit La Grande Révolution en faisant le chemin des provinces, et La Grande Guerre en plaçant au centre de son travail les simples soldats. Historien d'archives sachant utiliser les témoignages, Pierre Miquel a bâti une fresque de la France en guerre.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages d'histoire[modifier | modifier le code]

  • L'Affaire Dreyfus, PUF, 1959
  • Raymond Poincaré, Fayard, 1961 (Prix Broquette-Gonin (littérature) de l'Académie française 1962)
  • La Paix de Versailles et l'opinion publique française, thèse d'État publiée dans la « Nouvelle Collection scientifique » dirigée par Fernand Braudel, Flammarion, 1972 (Prix Broquette-Gonin (littérature) de l'Académie française)
  • Les Souvenirs de Raymond Poincaré, publication critique du XIe tome avec Jacques Bariéty, Plon, 1973
  • La Véritable Histoire des Français, F. Nathan, 1977
  • Histoire de la radio et de la télévision, Perrin, 1984.
  • Histoire de la France, Fayard, 1976 (Prix M. et Mme Louis-Marin de l'Académie française)
  • Les oubliés de l'Histoire, Nathan, 1978
  • Les Guerres de Religion, Fayard, 1980 (Prix Marie-Eugène Simon-Henri-Martin de l'Académie française)
  • Nouvelles Histoires de France, Fayard, 1981.
  • Les Faiseurs d'histoire - De Crésus à Jeanne d'Arc, Fayard, 1982.
  • Les Faiseurs d'histoire - D'Isabelle la Catholique à Catherine la Grande, Fayard, 1982.
  • La Grande Guerre, Fayard, 1983 (Grand prix Gobert de l'Académie française 1984)
  • La Seconde Guerre mondiale, Fayard, 1986
  • La Grande Révolution, Plon, 1988
  • La Troisième République, Fayard, 1989
  • Les Gendarmes, Olivier Orban, 1990
  • Histoire du monde contemporain, Fayard, 1991,1999
  • La Campagne de France de Napoléon, éd. de Bartillat, 1991
  • Le Second Empire, Plon, 1992
  • La Guerre d'Algérie, Fayard, 1993
  • Les Derniers Rois de l'Europe, Robert Laffont, 1993
  • Les Polytechniciens, Plon, 1994
  • Les Quatre-Vingts, Fayard, 1995
  • Les Compagnons de la Libération, Denoël, 1995
  • Mourir à Verdun, Tallandier, 1995
  • Vincent de Paul, Fayard, 1996
  • "Je fais la guerre", Clemenceau, le père la victoire, Tallandier , 1996
  • Le Chemin des Dames, Perrin, 1997
  • La Victoire de 1918, Tallandier, 1998
  • Les Poilus d'Orient, Fayard, 1998
  • La grande guerre au jour le jour, Fayard, 1998
  • Vive la République, quand même !, Fayard, 1999
  • Ce siècle avait mille ans, Albin Michel, 1999 (prix d'histoire de la Société des gens de lettres)
  • Mille ans de malheur, Les grandes épidémies du millénaire, Lafon, 1999
  • La Main courante - Les Archives Indiscrètes De La Police Parisienne 1900-1945, Albin Michel, 1999.
  • Les Poilus, Plon, 2000
  • Le Gâchis des généraux : Les erreurs de commandement pendant la guerre de 14-18, Plon, 2001.
  • Les Oubliés de la Somme, Tallandier, 2001
  • Les 16 majeurs de l'Histoire, Balland, 2002
  • Je fais la guerre Clemenceau, Tallandier, 2002
  • Les Mensonges de l'Histoire, Perrin, 2002
  • Les Anarchistes, Albin Michel, 2003
  • La Bataille de la Marne, Plon, 2003
  • L'Exode, Plon, 2003
  • Vive la France, Seguier, 2003
  • Austerlitz, Albin Michel, 2005, prix littéraire de l'Armée de Terre Erwan Bergot
  • La Butte sanglante, Plon
  • L'Exode - , Le Livre de poche
  • Gendarmes des destins incroyables, Le Cherche Midi
  • Petites histoires des stations de métro, Albin Michel, 1993
  • 14-18 Mille images inédites, Chêne

Romans, essais, chroniques[modifier | modifier le code]

  • Lettre ouverte aux bradeurs de l'histoire, Albin Michel, 1975
  • Histoires de France, Chroniques de France Inter, Fayard, 1981 (prix Sola Calbiati de l'Hôtel de Ville de Paris)
  • Les Hommes de la Grande Guerre, Chroniques de France Inter, Fayard, 1987
  • La Lionne de Belfort, Belfond, 1987
  • Vive la France!, Séguier, 1987
  • Le Fou de Malicorne, Belfond (prix Guillaumin, conseil général de l'Allier), 1990
  • Le Magasin de chapeaux, Albin Michel, 1992
  • Le Jeune Homme au foulard rouge, Albin Michel, 1994
  • Vive la République, quand même !, Fayard, 1999
  • Les Aristos, Albin Michel, 1999
  • L'Agriculture française, Belfond, 2000
  • Les Rois de l'Élysée, Fayard, 2001
  • Les Amoureux du Brevent, Albin Michel, 2001
  • Les Enfants de la Patrie, suite romanesque, Fayard, 2002.
    • Les Pantalons rouges
    • La Tranchée
    • Le Serment de Verdun
    • Sur le Chemin des Dames
  • La Poudrière d'Orient, suite romanesque, Fayard, 2004
    • L'Enfer des Dardanelles
    • Le Vent mauvais de Salonique
    • Le Guêpier macédonien
    • Le Beau Danube bleu
  • La liberté guidait leurs pas, suite romanesque, Fayard, 2005
    • Les Bleuets de Picardie
    • La Marne au cœur
    • Les Mariés de Reims
    • Le clairon de la Meuse
  • Pierre Miquel avait raconté son enfance à Montluçon dans la collection radiophonique Les Contes de la Mémoire enregistrés par FR3 Auvergne Radio (1980)
  • Les Contes de la Mémoire - 10 épisodes du 16 au et du 23 au - INA Bry-sur -Marne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Pierre Miquel est mort », Le Figaro, 26 novembre 2007.
  2. Jean-Paul Perrin, dans Les Cahiers bourbonnais, no 202, hiver 2007-2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]