Bernard Arnault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernard Arnault
Bernard Arnault (3) - 2017 (cropped).jpg
Bernard Arnault en 2017.
Fonctions
Gérant
Agache SE
depuis
Président-directeur général
LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton
depuis
Président du conseil d'administration
Christian Dior
depuis
Président-directeur général
Financière Agache
depuis
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (73 ans)
RoubaixVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Bernard Jean Étienne ArnaultVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Formation
Activités
Conjoints
Hélène Mercier-Arnault
Anne Dewavrin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Delphine Arnault
Antoine Arnault
Alexandre Arnault
Frédéric Arnault (d)
Jean Arnault (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Bernard Arnault, né le à Roubaix, est un chef d'entreprise et milliardaire français PDG du groupe de luxe LVMH.

Héritier d'une entreprise de BTP qu'il réoriente vers la promotion immobilière, il rachète le groupe Boussac en recevant des subventions de l’État francais[1].

Il conserve Christian Dior et Le Bon Marché et se sépare des autres activités de Boussac.

En 1989, il devient actionnaire majoritaire et président-directeur général du groupe de luxe LVMH.

Il développe LVMH à coup de rachats amicaux ou hostiles, jusqu'à en faire le leader mondial de l'industrie du luxe ainsi que le propriétaire de plusieurs médias français, parmi lesquels Le Parisien, Radio Classique et Les Échos.

Classé depuis 2019 avec sa famille comme la plus grande fortune européenne, estimée en 2022 par le magazine Challenges à 149 milliards d'euros[2], il occupe depuis décembre 2022 la première place du classement mondial des milliardaires de Forbes[3].

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Bernard Jean Étienne Arnault naît à Roubaix, dans le département du Nord, le . Enfant issu d'une famille aisée[4], Bernard Arnault bénéficie d'une éducation bourgeoise[5],[6] : il apprend le piano, l'équitation et le tennis[7].

Son père, Jean Arnault, est chef d'entreprise, diplômé du lycée d'élite Louis-le-Grand et de l’École Centrale de Paris, descendant d’une lignée de militaires alsaciens.

Sa mère, Marie-Josèphe Savinel, auvergnate, est la fille du fondateur de Ferret-Savinel, une société de travaux publics créée en 1926.

Les futurs époux se rencontrent alors que Jean Arnault est ingénieur dans cette entreprise. L'ingénieur et la fille du propriétaire se marient le [8].

En 1950, Étienne Savinel, le père de Marie-Josèphe, confie à son gendre Jean la direction de son entreprise[7].

Le couple a également une fille, Dominique Arnault, née en 1950, mariée à Marc Watine. Après une carrière de commissaire-priseur, elle dirige Fred Joaillier[8].

Formation[modifier | modifier le code]

Bernard Arnault est scolarisé au lycée Maxence-Van-der-Meersch de Roubaix, où il effectue ses études secondaires.

Il étudie en classes préparatoires au lycée Faidherbe de Lille[9].

Il est déclaré admissible à l'École polytechnique en 1968, mais ne peut pas se présenter aux épreuves physiques à cause d'un bras cassé[10].

Bien qu'admis second à l'École des mines de Paris, il choisit de repasser les concours l'année suivante[11] ; il intègre alors Polytechnique en 1969[12].

Il est diplômé en 1971.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le , Bernard Arnault épouse en premières noces Anne Dewavrin, née en 1950 ― celle-ci épousera par la suite en secondes noces en 2001, le gestionnaire de fortune, Patrice de Maistre.

Ensemble, Bernard Arnault et Anne Dewavrin ont deux enfants :

Bernard Arnault divorce en 1990 et se remarie le avec Hélène Mercier, une pianiste québécoise née en 1960. De ce second mariage, il a trois fils :

Ses enfants ont été scolarisés au lycée privé Saint-Louis de Gonzague, surnommé Franklin. lls ont eu Brigitte Macron comme professeure de francais[17]. Ce lycée est fréquenté par les enfants de l'élite parisienne[18][19].

Depuis 2010, Bernard Arnault est le beau-père de Xavier Niel, homme d'affaires et vice-président d'Iliad, qui a épousé sa fille Delphine[20].

Carrière[modifier | modifier le code]

Férinel[modifier | modifier le code]

Dès sa sortie de l'école, en 1971, Bernard Arnault rejoint l'entreprise familiale.

Il convainc son père Jean de vendre toutes les activités BTP de Ferret-Savinel pour 40 millions de francs, puis de reconvertir l'entreprise dans la promotion immobilière. Sous le nouveau nom commercial de Férinel, la nouvelle société se spécialise dans les appartements de tourisme avec le slogan « Férinel, propriétaire à la mer ».

Nommé directeur de la construction de l'entreprise en 1974, il en devient directeur général en 1977 à l'âge de vingt-sept ans, avant de succéder à son père à la tête de la société en 1978.

Les États-Unis[modifier | modifier le code]

En 1981, en réaction à l'élection de François Mitterrand — dont il redoute le programme économique socialiste[21] — il quitte le pays et s'expatrie aux États-Unis. Il laisse la gestion de l'entreprise française à Michel Lefebvre, son homme de confiance[22]

En Amérique, Bernard Arnault fonde l'entreprise Férinel Inc. et fréquente le promoteur immobilier Donald Trump[23],[24].

Il revient en France en 1984 après avoir réalisé un projet immobilier, The Princess, en front de mer, à Palm Beach en Floride.

La proximité d'une centrale nucléaire et des défauts de conception font du projet un échec. Le journaliste Airy Routier estime que Bernard Arnault et son associé « se font avoir comme des bleus ». Arnault, quant à lui, soutient le contraire[21].

Férinel sera rachetée en 1995 par la Générale des eaux puis renommée Nexity[25].

Boussac et Christian Dior[modifier | modifier le code]

En 1984, Bernard Arnault est de retour en France.

Un de ses amis, Michel Godé, lui présente le dossier Boussac, dont le gouvernement de Laurent Fabius, en conflit avec les frères Willot, n'arrive pas à se dépêtrer. Depuis les années 1970, le groupe Boussac, racheté en par les frères Willot, fait face, comme l'ensemble de la filière textile européenne, à des grandes difficultés économiques[26].

Cette situation économique précaire dissuade les investisseurs.

Les gouvernements français successifs souhaitant trouver une solution industrielle à cette impasse et, du fait des enjeux importants en termes d'emploi, accordent 999,9 millions de francs d'aides et subventions entre 1982 et 1985 au groupe Boussac[27].

Le groupe Boussac possède alors Christian Dior (sauf les parfums, alors séparés depuis les années 1970), le grand magasin Le Bon Marché, l'enseigne de distribution Conforama ou encore le fabricant de couches Peaudouce[28]. En décembre 1984, bien qu'il ne soit à l'époque qu'un petit promoteur immobilier, Bernard Arnault est sélectionné par les pouvoirs publics pour reprendre le Groupe Boussac et toutes ses différentes entités).

Les relations entre la famille Arnault et les frères Willot ― ce sont leurs voisins dans le Nord ― l'auront bien servi.

Bernard Arnault, qui a besoin de fonds pour mener cette opération, bénéficie de l'appui de la banque Lazard en la personne de l'influent Antoine Bernheim, surnommé « le banquier faiseur de rois ». Lors de ce rachat, Bernard Arnault, via le groupe Férinel, s’engage dans un document de quarante-quatre pages à maintenir 12 252 des 16 000 emplois du groupe Boussac Saint frères. Bien qu'ayant obtenu des subventions publiques de l’État pour ce rachat, il n’honorera jamais sa parole, et quelques mois plus tard, seuls 8 700 des 12 252 emplois garantis subsistent. La vente de l’entreprise de couches culottes Peaudouce au groupe suédois Mölnlycke finira de sinistrer les emplois du groupe Boussac racheté par Arnault.

En 1987, la Commission européenne estime que les aides accordées par l’État français ont faussé le jeu de la concurrence au sein des États membres et exige du groupe de Bernard Arnault le remboursement de 338,56 millions de francs y compris des aides datant d'avant le rachat par Bernard Arnault, lorsque l'entreprise était une société à capitaux publics[29].

Bernard Arnault restructure les activités du groupe, notamment le textile revendu au groupe Prouvost et Conforama à son rival PPR.

Avec un investissement personnel de seulement quarante millions de francs et l'aide du banquier Antoine Bernheim, Bernard Arnault a ainsi pris le contrôle de Boussac qui, en 1987, vaut huit milliards en bourse, ce qui en fait un des hommes les plus riches de France. Cela lui permettra ensuite de prendre le contrôle du groupe de luxe LVMH[30].

Bernard Arnault devient PDG de Dior en 1985 et réunit, en 1989, les parfums et la couture au sein de la holding Christian Dior SA. Cette holding a alors pour filiales Christian Dior Couture et LVMH, qui possède la marque Parfums Christian Dior, anciennement propriété de Moët-Hennessy[31].

LVMH[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

À la suite du krach d'octobre 1987, Bernard Arnault, appuyé par son banquier personnel Antoine Bernheim, fait l'acquisition d'actions LVMH

Ce tout nouveau groupe de luxe est issu de la fusion le de deux groupes français :

L'année suivante, en 1988, le groupe est à la recherche d'investisseurs.

Le PDG de Louis Vuitton, Henry Racamier, et les actionnaires demandent à Bernard Arnault de prendre une participation plus importante dans la société. Avec plus de 25 % des actions, Bernard Arnault devient un des actionnaires principaux du groupe.

À la même période, la direction de LVMH connaît de fortes difficultés : outre la mésentente entre les familles, les deux coprésidents issus de la fusion entre les deux entreprises (Henry Racamier pour Vuitton et Alain Chevalier pour les vins et spiritueux) divergent quant aux choix stratégiques du groupe, paralysant ainsi le développement de LVMH.

  • Alain Chevalier souhaitait revendre les activités vins et spiritueux à d'autres groupes.
  • Henry Racamier, devenu minoritaire dans le nouveau groupe, voulait retrouver l'indépendance de Louis Vuitton.

Dans ce contexte, Bernard Arnault considère que le groupe LVMH doit retrouver une direction unique et il cherche à en prendre la tête. Il profite alors des dissensions entre les deux hommes, et s'affirme comme l'actionnaire pivot pour l'avenir du groupe, passant des alliances successives avec les deux parties en présence.

Pour prendre le contrôle définitif du groupe, Bernard Arnault lance une offre publique d'achat (OPA).

Profitant de la pagaille boursière et actionnariale, il devient, en , premier actionnaire de LVMH et actionnaire majoritaire le , avec l'aide de la banque Lazard et du Crédit lyonnais. Il évince alors Alain Chevalier.

Le , Bernard Arnault est élu président du directoire de LVMH à l'unanimité. Henry Racamier cherche par tous les moyens à annuler l'OPA de Bernard Arnault[32], mais le , la Commission des opérations de bourse considère qu'aucune irrégularité n'a été commise. L'OPA est de facto validée et Bernard Arnault est confirmé à la tête du groupe à l'âge de 39 ans. La structure financière du groupe LVMH fait de lui un manager actionnaire. Il dirige opérationnellement le groupe tout en étant son actionnaire de contrôle[33].

Bernard Arnault conduit alors un plan de développement du groupe qui permet à LVMH de devenir le premier groupe de luxe au monde.

En onze ans, la valeur du groupe est multipliée par quinze, tandis que le chiffre d'affaires et le bénéfice progressent de +500%.

Pour parvenir à ces résultats, Bernard Arnault dit s'appuyer sur deux règles de gouvernance[34] :

  • Favoriser la décentralisation des prises de décision concernant les marques du groupe. Il considère que la gestion de marques de luxe ne peut fonctionner que dans le cadre d'une organisation décentralisée. Chaque entreprise fonctionne indépendamment des autres.
  • Acquérir les marques challengers ou émergentes. Les marques les plus solides du groupe permettent de financer celles qui sont en croissance. Cette stratégie permet de renforcer et développer le groupe.

En , Bernard Arnault rachète Céline d'abord à titre personnel, avant de l'intégrer plus tard à son groupe.

Années 1990[modifier | modifier le code]

En 1993, Bernard Arnault rachète le quotidien économique La Tribune sans parvenir à redresser ses ventes, malgré des investissements qui s'élèvent à près de 150 millions d'euros[35]. Il décide en novembre 2007 de revendre le titre pour acquérir l'autre grand quotidien économique français, Les Échos, pour 240 millions d’euros[36].

Dans les années 1990, les acquisitions de son groupe s'enchaînent.

Durant la période 1990, il rachète 21 % des parts de Guinness et entre au conseil d'administration[7].

En 1997, il échoue à bloquer la fusion entre Guinness et GrandMet qui aboutit à la création de Diageo en 1998[37],[38].

À la fin des années 1990, Bernard Arnault fait de l'art le pilier de la stratégie de communication de son groupe en achetant Phillips, le numéro trois mondial de la vente aux enchères pour 125 millions d'euros[39][réf. obsolète], et Tajan, le premier français de ce même secteur[40].

En 1996, le groupe de Bernard Arnault acquiert 38 % du capital de Château d'Yquem, grand cru classé de Sauternes, dans le vignoble bordelais. En 1998, il devient majoritaire avec 64 % des actions.

Entre 1998 et 2001, il se passionne pour la nouvelle économie et investit notamment dans boo.com, Liberty Surf et Zebank au travers de sa holding spécialisée Europ@web. Le krach des valeurs Internet à partir de , et plus encore les attentats du 11 septembre 2001, le convainquent d'accélérer sa sortie de ce secteur par cession au groupe Suez. Liberty Surf est vendue à Telecom Italia alors que Zebank est vendue à Egg plc. Bernard Arnault investit également dans Betfair[41] et Netflix dont il est le premier investisseur[42][source insuffisante].

Pour symboliser la croissance et la force du groupe LVMH aux États-Unis, Bernard Arnault décide dans les années 1990 de regrouper ses activités au sein d'une même tour à New York, la LVMH Tower (en). Il choisit l'architecte Christian de Portzamparc pour réaliser ce projet[43], dans lequel il s’implique personnellement[44]. Le , la tour LVMH est inaugurée en présence de Hillary Clinton[45].

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 2001, il trouve un accord avec François Pinault dans la bataille qui les opposait pour la maison de couture Gucci, en vendant les 20 % de titres Gucci détenus par LVMH pour 2,13 milliards d'euros[46].

En association avec Colony Capital, Groupe Arnault entre dans le capital de Carrefour le , et siège donc au conseil d'administration du groupe français de grande distribution[47].

En 2008, il se lance sur le marché du yacht en s'offrant le constructeur britannique Princess Yachts (en) pour un total de 253 millions d'euros puis en prenant le contrôle de Royal van Lent pour un montant quasiment équivalent[48].

Années 2010[modifier | modifier le code]

En , à la suite des révélations au sujet de sa demande de nationalité belge, Bernard Arnault se voit consacrer la une du quotidien Libération, avec ce titre « Casse-toi riche con ! », qui entraîne une polémique[49]. Cette demande est, selon plusieurs experts en droit fiscal, probablement liée à la création par Bernard Arnault en 2008 de Protectinvest, une fondation de droit privé en Belgique pour éviter la dislocation du groupe LVMH lors de son décès en cas de mésentente entre ses héritiers[50]. En effet, une fondation belge permet de remplir trois objectifs pérennes : l'interdiction pendant dix ans de la vente des titres transmis, l'obligation de vote « indissociable », et le choix de l'héritier prenant la tête des affaires parmi les sept héritiers envisagés[51] (cinq enfants et deux neveux). L'hypothèse d'organiser un montage fiscal évitant des droits de succession français sensiblement plus élevés qu'en Belgique[52] semble écartée, le pacte Dutreil mis en place en France permettant déjà de faire chuter les droits de successions à un niveau proche de celui de la Belgique[51]. En janvier 2013, la quasi-totalité de ses actifs du Groupe Arnault et du Groupe familial Arnault sont transférés en Belgique[53],[54], et Thierry Breton assure la présidence de cette fondation Protectinvest[51].

À la suite de la parution du numéro de Libération, les différentes sociétés dépendant du groupe LVMH retirent leurs publicités prévues jusqu'à la fin de l'année, entraînant un manque à gagner de 150 000 euros pour le quotidien[55].

En 2012 toujours, Bernard Arnault, victime d'un chantage, fait officieusement appel via Bernard Squarcini aux services de la Direction générale de la Sécurité intérieure (ex-DCRI, DGSI aujourd'hui), qui met à disposition, aux frais de l'État français, un important dispositif d'espionnage, aboutissant au licenciement d'un employé de LVMH[56]. À son arrivée au pouvoir, François Hollande ne reconduit pas dans ses fonctions Bernard Squarcini que Nicolas Sarkozy avait nommé à la tête de la DCRI. Il est alors embauché chez LVMH[57].

Le , dans un entretien au Monde, Bernard Arnault annonce qu'il retire sa demande de nationalité belge et réaffirme son « attachement à la France »[58]. Il ajoute qu'il aurait dans tous les cas continué de résider en France et n'a pas souhaité échapper à l'impôt. Toutefois, en avril 2014, les journalistes de l'émission de France 2 Complément d'enquête retrouvent des documents montrant que Bernard Arnault avait rempli une déclaration fiscale belge en 2012 et qu'il avait commencé à y payer ses impôts (13 000 euros), avant de revenir en arrière[59].

En , l’étude bisannuelle du cabinet VcomV positionne Bernard Arnault à la 9e place de son classement des patrons du CAC 40[60].

En 2016, alors que LVMH fait de l'origine française de ses produits un argument commercial[61], le documentaire satirique Merci Patron !, réalisé par François Ruffin, critique la gestion sociale de LVMH, révélant que de très nombreux produits sont en fait confectionnés en Pologne, à Madagascar ou en Asie, pendant que les usines françaises ferment[61]. Face à la controverse, Bernard Arnault tente de faire pression sur les médias dépendant de son groupe pour étouffer l'affaire, provoquant l'indignation des journalistes[62]. Bernard Arnault dénonce des attaques venues d'« observateurs d'extrême-gauche » et soutient, mettant en avant des créations d'emplois, que le groupe est un « contre exemple » pour des organisations politiques qui cherchent à le critiquer[63],[64],[65].

En , la Harvard Business Review classe Bernard Arnault septième dans le classement général des patrons les plus performants au monde et premier en France[66], grâce à la solidité des performances financières du groupe qu'il dirige (20e dans le classement financier, 257e dans le classement Sustainalytics, 236e dans le classement CSRHub)[67]. Un an plus tard, en , la Harvard Business Review le place 5e dans ce classement[68],[69].

Le , Bernard Arnault finalise l'acquisition de la société Christian Dior Couture, alors filiale à 100 % de la holding Christian Dior SA, unifiant ainsi la couture et les parfums au sein de LVMH[70],[71],[72].

Bernard Arnault avec le président américain Donald Trump lors de l’inauguration d'un atelier de production Vuitton au Texas ().

Le , il inaugure un atelier de production Louis Vuitton au Texas en présence du président américain Donald Trump qu’il connaît depuis le début des années 1980[73],[74].

En , LVMH lance une offre d'acquisition sur Tiffany pour 14,5 milliards de dollars. Le , le groupe de luxe français est censé racheter Tiffany pour un montant de 16,2 milliard de dollars.

Le , LVMH annonce que le rachat est annulé. En , après de nombreuses négociations, l'opération reprend et, une fois son montant renégocié pour un total inférieur de 425 millions de dollars, elle est finalement approuvée par les actionnaires de Tiffany le , et conclue le pour 15,8 milliards de dollars.

Années 2020[modifier | modifier le code]

Mi-, lors de la pandémie de Covid-19 en France, Bernard Arnault demande à l'ensemble des unités de production de parfums de plusieurs marques du groupe LVMH de produire à grande échelle des solutions hydroalcooliques et de les mettre gratuitement à disposition des autorités sanitaires[75]. Quelques jours plus tard, le groupe annonce par ailleurs avoir « réussi, grâce à l'efficacité de son réseau mondial, à trouver un fournisseur industriel chinois capable de livrer dix millions de masques en France dans les prochains jours » ; Bernard Arnault demande à LVMH de financer la première semaine de production (environ cinq millions d'euros) pour accélérer la livraison[76].

Aux côtés de Jean-Pierre Mustier et de Tikehau Capital, Bernard Arnault lance en un SPAC, appelé Pegasus, et destiné à réaliser des acquisitions dans le secteur des services financiers[77].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Fortune et revenus[modifier | modifier le code]

En 2005, il devient l'homme le plus riche de France, devançant la famille Bettencourt, qui occupait cette place depuis plusieurs années[78].

En 2016, Bernard Arnault est rémunéré 7,8 millions d'euros pour ses fonctions de PDG du groupe LVMH[79].

En , le magazine Forbes estime sa fortune à 103,2 milliards de dollars américains (91,7 milliards d'euros), ce qui en fait la première fortune de France et d'Europe, ainsi que la 2e fortune mondiale[80].

En , le magazine Challenges estime qu'après le rachat par LVMH du bijoutier Tiffany & Co., Bernard Arnault est l'homme le plus riche du monde, avec des actifs valorisés à 109 milliards de dollars américains[81]. Dans un entretien accordé au Monde quelques semaines plus tôt, il affirme : « Ce n’est pas du tout de l’argent que j’ai sur mon compte. C’est la valeur des actions du groupe. Si les actions montent, ça monte, si les actions baissent, ça baisse[82]. » En , le magazine Forbes classe à son tour Bernard Arnault no 1 des plus grandes fortunes mondiales, évaluant sa fortune à 117 milliards de dollars américains[83].

En 2020, selon le classement annuel du magazine Forbes, Bernard Arnault est le troisième homme le plus riche du monde, avec des actifs évalués à 76 milliards de dollars américains[84]. La même année, il décide de renoncer à ses rémunérations des mois d'avril et de mai, ainsi qu'à « toute rémunération variable au titre de l'année 2020 », du fait des conséquences de la pandémie de Covid-19 sur l'activité du groupe LVMH[85]. Bernard Arnault et sa famille perçoivent cependant 1,5 milliard d'euros de dividendes au titre des bénéfices réalisés par LVMH en 2020 ; les effectifs du groupe ont diminué dans le même temps de 8 %[86]. Toujours en 2020, selon le classement annuel du magazine Challenges répertoriant les 500 plus grandes fortunes de l'hexagone, le patrimoine de Bernard Arnault est estimé à 100 milliards d'euros, faisant de lui l'homme le plus fortuné de France[87].

En 2021, il figure à la troisième place du classement des personnes les plus riches du monde publié par le magazine Forbes, avec des actifs évalués à 150 milliards de dollars américains. Il est l'homme le plus riche du continent européen et classé devant Bill Gates[88].

En , il détrône Elon Musk en devenant avec sa famille la plus grosse fortune mondiale[3],[89], estimée par le magazine Challenges à 149 milliards d'euros[2].

En février 2023 sa fortune est évaluée par Forbes à 214 milliards de dollars.[90]

Biens[modifier | modifier le code]

Le Symphony, yacht de Bernard Arnault.

La résidence principale de Bernard Arnault est un hôtel particulier de 2 000 m2 situé rue Barbet-de-Jouy, dans le 7e arrondissement de Paris qu'il aurait acquis pour 25 millions d'euros[91]. Il s'agit de l'ancienne propriété de Jean-Luc Lagardère jusqu'en 2005[92].

Il possède également le château Saint-Rémy-des-Landes à Clairefontaine-en-Yvelines près de Rambouillet ainsi que plusieurs villas à Saint-Tropez[93],[94].

En 2000, il achète Nyn Park, un terrain de 129 hectares à une trentaine de kilomètres au nord de Londres. Il y fait bâtir une villa de luxe de 4 300 m2 achevée en 2011[95].

Il possède également une île privée de 54 hectares aux Bahamas achetée pour l'équivalent de 4 millions d'euros en 1999[96]. Il aurait dépensé 30 millions de dollars supplémentaires pour aménager l'ile en y construisant des bungalows, une piscine, une marina d'une capacité de 10 embarcations et un court de tennis[96]. Bernard Arnault y séjourne avec sa famille à Noël et à Pâques[96].

En 2014, Bernard Arnault achète via LVMH le domaine du Clos-des-Lambrays (10 hectares) situé en Bourgogne[97], pour 101 millions d'euros[98].

Il possède par ailleurs 25 domaines viticoles dans différents endroits de la planète[92].

En 2018, il achète d'importants terrains à Los Angeles sur les hauteurs de Beverly Hills pour un montant près de 100 millions de dollars[99].

Bernard Arnault est le propriétaire du yacht de luxe Symphony, long de 101,5 mètres. Son yacht, estimé à 130 millions d'euros fut dessiné par le cabinet Zuretti[100] . Mis à l’eau en 2015 par une société maltaise appartenant à LVMH (Sonata Yachting Limited), il est immatriculé via une société écran basée aux îles Caïmans[101]. Il est doté d’une plate-forme pour hélicoptère, d’une piscine avec fond transparent, d’un practice de golf et de huit suites[92].

Arnault possédait auparavant un autre yacht, l'Amadeus, long de 69 mètres[101].

Il possèdait aussi un jet privé Bombardier Global Express estimé à 52 millions de dollars[102] qu'il indique avoir vendu en décembre 2022 pour voyager dans des jets privés de location qui lui permettent plus de confidentialité[103].

Afin de ne pas être identifié sur internet, il avait déjà loué en juin 2022 un Airbus A319 totalement vide[104].

En 2022 il achète la villa Casa Degli Atellani à Milan en Italie qui date du XVe siècle et a appartenu à Léonard de Vinci. La propriété comprend également un vignoble d'un hectare[105].

Il possède un hôtel particulier situé dans le 7e arrondissement. Le bâtiment de trois étages compte 20 pièces sur 670 mètres carré et appartenait au couturier Emanuel Ungaro, décédé en décembre 2019. Arnault l’a acquis quelques mois auparavant pour 55 millions d’euros.[106]

Mécénat[modifier | modifier le code]

Mécénat artistique[modifier | modifier le code]

Bernard Arnault, amateur et collectionneur d’art, a entrepris de nombreuses actions de mécénat afin de valoriser l’image du groupe LVMH et de lui donner une dimension plus institutionnelle. Pour développer ses actions de mécénat, il est aidé Jean-Paul Claverie, ancien conseiller de Jack Lang au ministère de la Culture. Sous leur impulsion, le groupe LVMH est devenu un acteur important du mécénat en France[107].

Le groupe a apporté son soutien à plus d’une dizaine d’expositions, parmi lesquelles Le grand monde d’Andy Warhol[108], Picasso et les maîtres au Grand Palais[109], L’Atelier d’Alberto Giacometti, ou encore Yves Klein au centre Georges-Pompidou.

Par ailleurs, la fondation LVMH a créé le « prix LVMH des jeunes créateurs », un concours international ouvert aux étudiants des écoles des Beaux-Arts en France et dans le monde[110].

Fondation Louis-Vuitton[modifier | modifier le code]

En 2006, Bernard Arnault décide de se lancer dans le projet de construction de la fondation Louis-Vuitton pour la création et l'art contemporain[111]. Le bâtiment est conçu par Frank Gehry, l’architecte du musée Guggenheim de Bilbao. Ce projet est interrompu en à la suite d’une plainte déposée par les riverains du bois de Boulogne[112]. Après la reprise des travaux en juin 2011, la dernière pierre du musée est posée le en présence de Bernard Arnault et de plus de 400 ouvriers. L'inauguration, présidée par le Président de la République, François Hollande[113],[114], a lieu le .

La collection d'art de la fondation met en valeur des artistes contemporains à travers ses 11 galeries, dont Gerhard Richter, Bertrand Lavier, Christian Boltanski, Olafur Eliasson, Thomas Schütte et Pierre Huyghe[115]. Pour Bernard Arnault, cette Fondation est « un espace nouveau qui ouvre le dialogue avec un large public et offre aux artistes et intellectuels une plateforme de débats et de réflexion »[116].

Le , Bernard Arnault reçoit le prix David-Rockefeller, décerné par le Musée d'art moderne de New York (MoMA), qui honore « une personne du monde des affaires, qui est un exemple de générosité éclairée et de promotion des efforts en matière de culture et de civisme »[117]. Bernard Arnault est le premier non-Américain à recevoir ce prix[118].

En , Bernard Arnault réunit la collection de Sergueï Chtchoukine à la fondation Louis-Vuitton[119].

En 2018, dans un rapport sur le mécénat, la Cour des comptes souligne que les entreprises du groupe LVMH ont réduit leurs impôts de 518,1 millions d'euros entre 2007 et 2017 au titre de sommes versées à la fondation Louis-Vuitton, ce qui « représenterait environ 8,1 % de la dépense fiscale totale pour l'État au titre du mécénat des entreprises sur la période »[120].

Selon ce rapport « la véritable retombée est l’apport en termes d’image de la fondation au groupe et à sa principale marque »[121].

Reconstruction de Notre-Dame de Paris[modifier | modifier le code]

Après l'incendie de Notre-Dame de Paris le , la famille Arnault et le groupe LVMH annoncent un don de 200 millions d'euros pour la reconstruction de « cette extraordinaire cathédrale, symbole de la France, de son patrimoine et de son unité »[122]. Le , Bernard Arnault signe une convention de mécénat avec la fondation Notre-Dame pour officialiser ce don[123].

Affaires et controverses[modifier | modifier le code]

Affaire Boussac[modifier | modifier le code]

En 1984 Bernard Arnault souhaite s’emparer de Dior et rachète le groupe Boussac, alors en difficulté, en promettant de maintenir l'emploi et « la survie du groupe en évitant son démantèlement »[7],[124]. Il ne tient cependant pas ces engagements et démantèle partiellement le groupe, ne conservant que Christian Dior et Le Bon Marché. De 15 000 employés, le groupe en conserve 8 000 quelques années après le rachat[125].

Critiqué pour avoir touché plus de 750 millions de francs d'aides publiques en échange de sa promesse de sauvetage du groupe, Bernard Arnault doit finalement rembourser près de la moitié de ces aides dans les années 1990, malgré son refus initial de rembourser ces subventions au motif que, Boussac étant avant son rachat une société à capitaux publics, l'État se versait ces aides à lui-même[126].

Soupçons de fraude à la domiciliation en Belgique[modifier | modifier le code]

En 2012, le parquet de Bruxelles lance une enquête concernant une augmentation de capital de 2,9 milliards d’euros de sa société Pilinvest et une possible fausse domiciliation de Bernard Arnault dans la commune d'Uccle en Belgique, où il prétendait s'être installé dans le cadre de sa demande de naturalisation. Les poursuites sont interrompues en juin 2017 après qu'une transaction financière ne portant que sur le volet fausse domiciliation a eu lieu entre Bernard Arnault et le parquet[127].

Selon un documentaire diffusé par France 3[128], Bernard Arnault aurait payé 2,5 millions d'euros lors de cette transaction[129]. Les éléments d'évasion fiscale mis en évidence par l'enquête du parquet de Bruxelles ont été transmis aux autorités françaises[130].

Demande de naturalisation belge[modifier | modifier le code]

En , le parquet de Bruxelles rend un avis négatif concernant la demande d'obtention de la nationalité belge introduite par Bernard Arnault. La première raison invoquée est que l'intéressé ne peut pas prouver qu'il a eu pendant trois ans sa résidence principale en Belgique, ce qui est un des critères pour obtenir la nationalité belge[131]. La seconde est que la justice belge a ouvert une enquête à son encontre concernant son réseau d'entreprises, boîtes aux lettres et fondations qu'il possède en Belgique[132][réf. obsolète],[133].

La révélation de cette demande de naturalisation provoque également une controverse médiatique en France, le quotidien Libération ayant titré en une : « Casse-toi riche con ! »[note 1] avec une photo en pleine page de Bernard Arnault portant une valise. Les différentes sociétés du groupe LVMH réagissent en retirant toutes les publicités prévues dans Libération jusqu'à fin 2012 et d'autres marques de luxe font de même en signe de solidarité, entraînant un manque à gagner total direct et indirect estimé à 700 000 euros pour le quotidien[134].

Recours aux paradis fiscaux[modifier | modifier le code]

En 2014, le groupe LVMH compterait, selon une ONG, 202 filiales dans des paradis fiscaux[135].

En , dans le cadre des Paradise Papers, Le Monde et le Consortium international des journalistes d'investigation révèlent que Bernard Arnault a placé ses actifs (deux yachts, une maison de 4 300 m2, des fonds d'investissement) dans six paradis fiscaux différents (Malte, l'île de Jersey, le Luxembourg, les îles Vierges, l'île de Man, îles Caïmans) avec l'aide de huit cabinets différents[source secondaire souhaitée].

Selon Le Monde, ces pratiques sont révélatrices, « chez la plupart des grandes fortunes mondiales », de « l’obsession de la discrétion et la volonté d’optimiser au maximum leur imposition, jusqu’aux frontières de la légalité »[136].

Bernard Arnault précise qu'il ne les dépasse pas et que « tous les actifs évoqués dans cet article ont été constitués de manière parfaitement légale et sont naturellement connus des autorités fiscales »[137].

Le Canard enchaîné affirme qu'à la suite de ces révélations, Bernard Arnault a fait retirer les publicités de son groupe LVMH des pages du Monde, grévant de 600 000 euros les recettes du quotidien ; LVMH dément toutefois un retrait total des publicités[138].

Dans un documentaire de Pièces à conviction diffusé en 2018 sur France 3, Christian Eckert, ancien secrétaire d'État au Budget, reconnaît — sans jamais mentionner le nom de Bernard Arnault — que « des dossiers importants concernant des personnes connues ont donné lieu à des redressements et des pénalités ». Les journalistes de Pièces à conviction font le lien avec Bernard Arnault et avancent un montant d'un milliard d'euros. LVMH conteste « formellement » cette information et ce montant[139].

Influence dans les médias[modifier | modifier le code]

Selon le journaliste Laurent Mauduit, cofondateur de Médiapart, beaucoup de directeurs de la rédaction de La Tribune affirmeraient en privé : « Bernard Arnault n'hésitait pas à décrocher son téléphone pour que son journal soit plus docile dans le traitement de l'actualité qui concerne son propre groupe »[140].

Plusieurs signataires d'une pétition — qui s'offusquent du fait que le principal quotidien économique français Les Échos soit acheté par un actionnaire dont la presse n'est pas le métier — ont été appelés par Nicolas Bazire ou par un des collaborateurs de Bernard Arnault « leur enjoignant de retirer leur signature, sauf à risquer de ne plus jamais travailler avec LVMH »[141].

En 2016, les journalistes du Parisien reçoivent pour ordre, malgré un succès public et critique, de ne rien écrire sur le film Merci Patron !, un documentaire de François Ruffin qui épingle Bernard Arnault. Les syndicats SNJ, FO, SNJ-CGT et la Société des journalistes (SDJ) dénoncent dans un communiqué un « acte d’autocensure » visant à ne pas fâcher Bernard Arnault, qui est propriétaire à travers le groupe LVMH du Parisien[142].

Bernard Arnault serait l'un des principaux actionnaires du journal l'Opinion[143].

Ce journal, qui se revendique "libéral pro-business" refuse de divulguer aux lecteurs son actionnariat [144],[143],[145].

Raid contre la famille Hermès[modifier | modifier le code]

Entre 2013, il est mis en cause pour une attaque financière contre la famille Hermès[146],[147].

Selon la législation française, dès qu'un actionnaire d'une société en bourse franchit la barre de 5 %, de 10 % ou 15 % de participation, il doit effectuer une déclaration publique de franchissement de seuil. Selon un rapport de l'Autorité des Marchés Financiers, qui a auditionné des dizaines de témoins, Bernard Arnault a sciemment contourné les règles afin de tenter de s'emparer de Hermès[146].

Tout commence en 2008, au siège de LVMH, lorsque Arnault et deux de ses cadres les plus proches, Pierre Godé et Nicolas Bazire, lancent l'« Opération Mercure ». Dans des plans confidentiels, LVMH est surnommé Lithium, le plus léger de tous les métaux[148]. L'objectif assigné par Arnault est que LVMH monte très lentement au capital de l'entreprise Hermès, sans jamais se faire détecter, avant de soudainement s'en emparer via une OPA Hostile, en exploitant les faiblesses de la famille Hermès[148].

Le montage financier est complexe et passe par des sociétés écrans et produits dérivés sur différents continents, au Luxembourg, au Panama, en Irlande, et via Hong-Kong, divisés entre LVMH et plusieurs banques, afin de ne jamais franchir le seuil de 5 %[148].

Afin d'identifier leurs faiblesses, LVMH met plusieurs membres de la famille Hermès sous surveillance en utilisant Bernard Squarcini, ancien chef des services de renseignements intérieurs français[147]. En dehors du territoire français, pour le compte de LVMH, les héritiers de Hermès sont suivis par des espions israéliens[149].

En mai 2010, Jean-Louis Dumas, patron emblématique de Hermès meurt d'une longue maladie. LVMH se prépare à lancer l’assaut.

Le 23 octobre 2010, du jour au lendemain, LVMH annonce détenir 14,2 % de Hermès et être en mesure de monter à 17,1 %, avant d'atteindre les 22 %. La famille Hermès et la direction du groupe sont véritablement sidérées[150].

Bernard Arnault échoue cependant à diviser les membres de la famille pour pouvoir s'emparer de leur entreprise[150], et il préfère reculer.

Le groupe LVMH sera poursuivi et condamné à payer une amende de 10 millions d'euros, le montant le plus élevé possible, par l'Autorité des Marchés Financiers[151]. De son côté, Bernard Arnault a toujours nié publiquement. « Nous n'avions pas prévu d'être actionnaires de Hermès. Nous avons fait un placement financier et il s'est dénoué d'une façon que nous n'avions pas prévue » affirme-il simplement lors de l'Assemblée Générale de LVMH[148].

Manipulation de Wikipédia[modifier | modifier le code]

En mai 2020, une enquête menée par des administrateurs de l'encyclopédie collaborative Wikipédia soupçonne plusieurs comptes contributeurs d'être liés à des agences de communication[152].

Reprise par le journal Le Monde, l'enquête recense 61 contributions suspectes sur la page Wikipedia de Bernard Arnault depuis 2011, dont un compte qui a supprimé à plusieurs reprises la mention de l'enquête de France 3[128] évoquant un redressement fiscal[153].

Dans une longue enquête, Mediapart révèle que LVMH a payé le cabinet Avisa Partners pour mener une opération d'intoxication et tenter d'améliorer l'image de Bernard Arnault en modifiant Wikipedia avec de faux comptes[5].

Infiltration du journal Fakir[modifier | modifier le code]

En 2019, Mediapart révèle que le journal Fakir, dirigé par François Ruffin, a été infiltré par un service de renseignements privé mandaté par la direction de LVMH afin de l’espionner en temps réel et de prévenir de ses actions[154],[155].

L’ancien chef des renseignements intérieurs français, Bernard Squarcini, reconverti dans le privé et travaillant pour LVMH, a organisé l'infiltration de la rédaction de Fakir afin de collecter des renseignements à partir de 2015. Squarcini exploite alors une société privée et fait jouer ses réseaux, notamment au sein des Renseignements généraux et de la police[156],[157]. L'infiltration aurait permis notamment entre mars 2015 et février 2016 de recueillir de nombreuses informations personnelles et également d'obtenir en avance le documentaire Merci Patron !, documentaire sur Bernard Arnault et l'entreprise LVMH, qui dénonce les pratiques sociales du groupe[158].

Des écoutes judiciaires révélées dans la presse en 2020 confirment que la direction de LVMH a demandé à Squarcini d'infiltrer Fakir[157].

Depuis 2011, la justice s'intéresse aux liens entre Bernard Squarcini et le groupe LVMH. Cette information judiciaire a été étendue en octobre 2019 après une plainte avec constitution de partie civile de François Ruffin et du journal Fakir. En 2021, LVMH a accepté une convention judiciaire d'intérêt public (CJIP) de 10 millions d'euros proposée par le parquet de Paris, pour éviter des poursuites dans l'enquête sur un système d'espionnage. Cette convention a été homologuée le par une juge lors d'une audience au tribunal judiciaire de Paris[159].

Empreinte carbone[modifier | modifier le code]

En 2022, dans un contexte de réchauffement climatique, le développement du flight tracking met en avant les nombreux déplacements en jet privé de plusieurs personnalités fortunées. Bernard Arnault figure parmi ces personnes[160]. Par exemple, en , il a totalisé 18 vols soit une empreinte carbone d'environ 176 tonnes, représentant pour un mois, l'empreinte carbone d'un Français moyen sur environ 17 ans[161],[162].

Un autre exemple de la forte empreinte carbone de Bernard Arnault est constitué par le fonctionnement de son yacht Symphony qui a été responsable de l'émission de 8 976 tonnes d'équivalent CO2 en 2018[163].

Relations avec le pouvoir politique[modifier | modifier le code]

Bernard Arnault avec Vladimir Poutine (Moscou, 24 novembre 2016).

En 1996, Bernard Arnault est, avec Martin Bouygues, un des témoins du mariage de Nicolas Sarkozy avec Cécilia Ciganer[164].

Il fait partie des invités au Fouquet's le soir de la victoire de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle française de 2007[165].

En 2010, Bernard Arnault recrute le premier ministre britannique Tony Blair contre une importante rémunération[166]

Le fils de Tony Blair, Euan Blair, passe trois mois un luxueux appartement parisien, entièrement payé par Bernard Arnault[166][pertinence contestée]

Le , le président de la République, François Hollande, inaugure la fondation Louis-Vuitton pour la création[167].

Dans le cadre du développement du pôle de compétitivité Cosmetic Valley, Bernard Arnault inaugure « La Ruche », la nouvelle usine de Guerlain à Chartres, le , en présence du Premier ministre, Manuel Valls[168].

Après l'élection de Donald Trump, il se rend rapidement à New York et le rencontre au sommet de la Trump Tower[169].

Selon le magazine Marianne, ils se connaissent déjà car Arnault et Donald Trump ont fait des affaires dans l'immobilier[170].

Le 24 novembre 2006, il est reçu personnellement par Vladimir Poutine au Kremlin[171]

Au second tour de l'élection présidentielle française de 2017, il soutient publiquement Emmanuel Macron, jugeant son programme « raisonnable et courageux »[172]. Ses deux derniers fils, Frédéric et Jean, connaissent personnellement Brigitte Macron, qui a été leur professeur de français lorsqu'ils étaient élèves au lycée d'élite Saint-Louis-de-Gonzague, dans le 16e arrondissement de Paris[173].

En 2018, il est présent pour une soirée à la Maison-Blanche. Il s'assoit à la table présidentielle[174].

Le , Bernard Arnault inaugure une usine Louis Vuitton au Texas en compagnie du président des États-Unis, Donald Trump, affirmant ainsi répondre aux attentes du dirigeant en matière de relocalisation industrielle sur le sol américain. Il se rend à l'inauguration à bord de l'avion présidentiel Air Force One, en compagnie de son fils Alexandre et de la fille du président, Ivanka Trump[175].

En juin 2021, Arnault déjeune avec Xavier Bertrand, qui est venu demander son appui pour l'élection présidentielle de 2022. Il confirme son intention de soutenir à nouveau Emmanuel Macron[176].

Il soutient Emmanuel Macron lors de l'élection présidentielle française de 2022, mais il renonce à s'exprimer publiquement, car ses proches lui ont expliqué que ça pourrait être contreproductif pour le candidat Macron[177].

En , il dine à la Maison-Blanche, en présence du Président Français et de Joe Biden[178].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce titre faisait référence à la phrase « Casse-toi pauvre con ! » lancée par le président Nicolas Sarkozy en 2008 à une personne qui refusait de lui serrer la main au Salon de l'agriculture, à Paris. Le lendemain de cette une, Libération répond à Bernard Arnault en détournant en première page une autre phrase attribuée à Nicolas Sarkozy : « Bernard, si tu reviens, on annule tout ! » Ce titre reprenait les termes d'un SMS, par la suite démenti, que Nicolas Sarkozy aurait envoyé à son ex-épouse, juste avant d'épouser Carla Bruni : « si tu reviens, j'annule tout ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Renaud Lecadre, « Bernard Arnault, prédateur de luxe », sur Libération
  2. a et b « Classement des fortunes françaises », sur Challenges, (consulté le )
  3. a et b (en) « Real Time Billionaires », sur Forbes (consulté le )
  4. « Le clan Arnault ou la fabrique des héritiers », sur Le Monde, (consulté le ) : « Ce qui frappe, lorsque l'on plonge au cœur de cette famille issue de la bourgeoisie industrielle de Roubaix, c'est combien l'éducation et le savoir vont de pair avec l'argent. […] C'est aussi avoir la chance de recevoir une éducation hors pair ».
  5. a et b Fabrice Arfi, Antton Rouget, « Opération intox : l’encyclopédie Wikipédia a été visée », sur Mediapart (consulté le )
  6. Sophie Boutillier et Dimitri Uzunidis, L'aventure des entrepreneurs, Studyrama, , p. 88.
  7. a b c et d Airy Routier, L'Ange exterminateur: la vraie vie de Bernard Arnault, Albin michel (ISBN 2226135502), p. 26-27 / chapitre A Croix
  8. a b et c Jacques Lafitte et Stephen Taylor, Who's Who in France, J. Lafitte, , p. 33.
  9. Airy Routier, L'ange exterminateur : la vraie vie de Bernard Arnault, Albin Michel, , p. 33.
  10. Romain Treffel, 50 anecdotes économiques pour surprendre son auditoire, Newark (Del.), Sonorilon, , 118 p. (ISBN 979-10-95199-00-7), p. 13.
  11. « Bernard Arnault, le luxe comme espace de liberté », sur lefigaro.fr (consulté le )
  12. AX, « Association des Anciens Élèves de l'École Polytechnique », sur kx.polytechniciens.com (consulté le ).
  13. « Antoine Arnault, directeur de Berluti », sur LExpress.fr, (consulté le )
  14. a et b Raphaëlle Bacqué et Vanessa Schneider, « Le clan Arnault ou la fabrique des héritiers », sur Le Monde, (consulté le ).
  15. « À 24 ans, Alexandre Arnault devient le patron de la dernière pépite LVMH », sur BFM BUSINESS, (consulté le )
  16. « Le fils de Bernard Arnault nommé PDG de l'horloger suisse Tag Heuer », sur Challenges, (consulté le )
  17. « Les petits secrets de la famille Arnault, propriétaire de LVMH. », sur Capital, .
  18. « Saint-Louis de Gonzague, le lycée très prisé des riches de l'Ouest parisien » (consulté le ).
  19. « Franklin, l'école de toutes les élites », sur Le Point,
  20. « Qui est Delphine Arnault, la femme de Xavier Niel ? - Télé Star », sur telestar.fr, (consulté le ).
  21. a et b « Le jour de 1981 où Bernard Arnault (LVMH) choisit l'exil aux États-Unis pour fuir les socialistes », sur Challenges, (consulté le )
  22. « Le point de départ de l'ascension de Bernard Arnault », sur Les Echos,
  23. l'Est Républicain, « Arnault et Trump : un duo de vieux complices », sur l'Est-Républicain,
  24. Laurent Valdiguié, « Bernard Arnault, un prédateur timide et rancunier », sur Marianne.net,
  25. « Le Roubaisien Jean Arnault, père de Bernard Arnault, est mort »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Nord Éclair, .
  26. « Comment sont tombés les Willot » [PDF], sur Nouvel Obs, .
  27. « Décision de la Commission du 15 juillet 1987 relative aux aides accordées par le gouvernement français à un fabricant de textiles, d'habillement et de produits à base de papier Boussac Saint Frères (Le texte en langue française est le seul faisant foi) », sur Europa.eu, .
  28. Bernard Arnault, la passion créative, entretiens avec Yves Messarovitch, Plon, Paris, 2000 (ISBN 225919432X), p. 57.
  29. « Boussac: Bernard Arnault doit rembourser 338,5 millions de francs d'aides de l’État », sur Les Échos, (consulté le )
  30. Gabriel Milési, Les dynasties du pouvoir de l'argent, Michel de Maule, , p. 123.
  31. « La Bourse adore Christian Dior », sur Valeurs actuelles, .
  32. « Disparition d'Henry Racamier, l'un des fondateurs de LVMH », sur Les Échos, (consulté le )
  33. « L'accès à la puissance économique de Bernard Arnault (1974-1989) », Gérer et Comprendre, no 76,‎ , p. 67 (lire en ligne [PDF]).
  34. Bernard Arnault, La passion créative, entretiens avec Yves Messarovitch, Paris, Plon, , 200 p. (ISBN 2-259-19432-X).
  35. « Jusqu'où ira Bernard Arnault », sur Challenges, .
  36. « Les Échos : Arnault emporte le morceau mais s'attire les foudres des salariés », sur LExpansion.com, (consulté le )
  37. Jacqueline COIGNARD, « Bernard Arnault fusionné malgré lui. Le président de LVMH, actionnaire de Guinness, préférait un autre montage », sur Libération (consulté le )
  38. « Guinness et GrandMet donnent naissance à Diageo », sur Les Échos, (consulté le )
  39. « LVMH offrirait de 70 à 80 millions de livres pour acquérir Phillips », sur Les Échos, .
  40. Aymeric Mantoux, Voyage au pays des ultra-riches, Flammarion Capital, , 291 p. (ISBN 978-2-8104-0287-8), p. 85.
  41. « Bernard Arnault, un succès presque parfait », sur La Tribune, .
  42. « Netflix arrive, la France a peur, Aurélie Filippetti veille », sur Atlantico, .
  43. « Vidéo d'une conférence donnée par Christian de Portzamparc », sur Pavillon de l'Arsenal, .
  44. Fabrice Rousselot, « Tour de France a New York. Signé Portzamparc, le nouveau siège américain de LVMH marque le retour dans la «Grosse Pomme» d'une architecture audacieuse », sur Libération, (consulté le )
  45. (en-US) Julie V. Iovine, « Designing The Nouveau Building On the Block », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  46. Nathalie Bensahel, « Gucci: Arnault s'offre une revanche de luxe », sur Libération, (consulté le )
  47. « Bernard Arnault et Colony Capital entrent au conseil de surveillance de Carrefour », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. Aymeric Mantoux, Voyage au pays des ultra-riches, Flammarion Capital, , 291 p. (ISBN 978-2-8104-0287-8), p. 45.
  49. « OSÉ - "Casse-toi riche con !", la une choc de "Libération" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  50. « Bernard Arnault, pas encore Belge mais déjà exilé fiscal ? », sur LExpansion.com, (consulté le )
  51. a b et c « Bernard Arnault pacifie sa succession », Challenges, no 330,‎ , p. 30 (ISSN 0751-4417)
  52. « Bernard Arnault a créé une fondation en Belgique », sur leparisien.fr, (consulté le )
  53. Le Point magazine, « La majeure partie de la fortune d'Arnault transférée en Belgique, selon Libération », sur Le Point, (consulté le )
  54. « Les secrets belges de Bernard Arnault », sur Libération, (consulté le )
  55. « Lourdes pertes publicitaires pour "Libération" après sa Une sur Bernard Arnault », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  56. « L'affaire est dans le sac (Vuitton) », Le Canard enchaîné, no 5007,‎ , p. 3.
  57. « Bernard Squarcini, l'ex-patron de la DCRI, va travailler pour Bernard Arnault, le président de LVMH », sur Challenges, (consulté le )
  58. « Bernard Arnault : "Je retire ma demande de nationalité belge" », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  59. « Complément d'enquête : "Bernard Arnault, l'homme qui valait 30 milliards" (Rediffusion) », sur Franceinfo, (consulté le )
  60. « Bernard Arnault et Carlos Ghosn améliorent leur image », Challenges, no 427,‎ , p. 3
  61. a et b Jean-Michel Thénard, « Merci poltrons ! », Le Canard enchaîné, mercredi 24 février 2016, p. 5.
  62. « «Merci patron!»: Des journalistes du «Parisien» crient à la censure », sur 20minutes.fr, (consulté le )
  63. « Réponse de Bernard Arnault à Merci Patron », sur Journal du Luxe.fr, (consulté le )
  64. « Bernard Arnault au sujet du film "Merci patron" : LVMH est habitué à "être l'objet de critiques de groupes d'extrême-gauche" », sur FashionNetwork.com (consulté le )
  65. « «Merci Patron»: LVMH est «habitué» à «être l'objet de critiques de groupes d'extrême gauche», dit Bernard Arnault », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  66. (en) « The Best-Performing CEOs in the World », sur Harvard Business Review, .
  67. « Patrons les plus performants : les Français au classement mondial 2016 », sur Les Échos, (consulté le )
  68. « Trois Français dans le top 10 des grands patrons les plus performants au monde », sur Challenges, (consulté le )
  69. (en) « The Best-Performing CEOs in the World 2017 », sur Harvard Business Review, .
  70. « LVMH enregistre des résultats brillants portés par Vuitton et Hennessy », sur Les Echos, (consulté le )
  71. (en) « Louis Vuitton's Owner Plans to Take Full Control of Christian Dior », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  72. « Vincent Bolloré et Bernard Arnault : les virtuoses de la finance », sur Capital.fr, (consulté le )
  73. 6medias, « Bernard Arnault accueille Donald Trump en grande pompe dans un atelier Vuitton du Texas », sur Capital.fr, (consulté le )
  74. « Bernard Arnault–Donald Trump: une fascination américaine », sur Le Figaro, (consulté le )
  75. « Coronavirus : le groupe LVMH annonce qu'il produira dans ses usines de parfum du gel hydroalcoolique pour les hôpitaux français », France Info,‎ (lire en ligne, consulté le )
  76. « Coronavirus : LVMH va fournir 10 millions de masques à la France », sur leparisien.fr, (consulté le )
  77. Olivier Pinaud, « Jean-Pierre Mustier lance un Spac avec Bernard Arnault et Tikehau », sur agefi.fr,
  78. « Légers changements dans le classement des plus grosses fortunes de France », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  79. - Bernard Arnault - rémunération des patrons du CAC40 en 2016, Challenges, 2016.
  80. « Bernard Arnault devient la deuxième fortune de la planète », sur forbes.fr, .
  81. « Bernard Arnault est désormais plus riche que Bill Gates et Jeff Bezos », sur challenges.fr,
  82. « Bernard Arnault, l’homme qui vaut 100 milliards de dollars », sur lemonde.fr,
  83. (en) « Jeff Bezos Is No Longer The Richest Person In The World (Again) », sur forbes.com,
  84. Jean-Jacques Manceau, « Classement Forbes 2020 Des Milliardaires : Bernard Arnault Sur Le Podium », sur forbes.fr, .
  85. « Coronavirus : Bernard Arnault rogne sur son salaire de PDG de LVMH », sur Challenges (consulté le )
  86. « 3 milliards de dividendes : LVMH et Bernard Arnault ne connaissent pas la crise », sur Observatoire des multinationales, (consulté le )
  87. « Les 500 plus grandes fortunes de France en 2020 », sur Challenges (consulté le )
  88. (en) « Forbes’ 35th Annual World’s Billionaires List: Facts And Figures 2021 », sur forbes.com,
  89. « Classement Forbes: Bernard Arnault plus riche qu'Elon Musk », sur Challenges, (consulté le )
  90. (en) « Bernard Arnault & family », sur Forbes (consulté le )
  91. « Voici comment Bernard Arnault a construit sa fortune et investit son argent », sur businessinsider.fr, .
  92. a b et c Bruno Godard, « Yacht, palace, vignes… Bernard Arnault, les chiffres fous de l'empereur du luxe », Capital, (consulté le )
  93. « Saint-Tropez : le palmarès des villas les plus chères », sur Capital.fr,
  94. « La pépite de Bernard Arnault », L'Express, (consulté le ).
  95. « « Paradise Papers » : Révélations sur le patrimoine offshore de Bernard Arnault, première fortune de France », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  96. a b et c « Bolloré, Arnault, Mulliez : les PDG français craquent pour les îles privées », sur capital.fr, .
  97. « Bernard Arnault rachète le Clos des Lambrays en Bourgogne », sur La Revue du vin de France (consulté le )
  98. Chistophe Tupinier, « Le Clos qui valait 100 millions ! », sur Bourgogne Aujourd'hui, (consulté le )
  99. (en-US) James McClain et James McClain, « Bernard Arnault stealthily slips out $30 million for the Beverly Hills house next door », sur DIRT, (consulté le ).
  100. (en) « Symphony », sur yachtcharterfleet.com.
  101. a et b Odile Benyahia-Kouider, « Des plongeurs de la marine au service secret de Sa Majesté Bernard Arnault ! », Le Canard enchaîné, no 5047,‎ , p. 3.
  102. « Découvrez les avions des grands patrons français », Challenges, (consulté le ).
  103. Claire Domenech, « Jet privé : traqué, Bernard Arnault prend une décision radicale », sur Capital.fr, (consulté le )
  104. « Un Airbus A319 a décollé lundi de l'aéroport Dijon Bourgogne : pourquoi le riche homme d'affaires Bernard Arnault est venu discrètement en Côte-d'Or ? », sur Bien Public,
  105. Robin Servais, « Bernard Arnault s'achète une propriété italienne ayant appartenu à Léonard de Vinci », sur Capital.fr, (consulté le )
  106. « Bernard Arnault rénove un hôtel particulier acheté 55 millions », sur fr.finance.yahoo.com (consulté le )
  107. (en-US) « Jean-Paul Claverie: Monsieur Mécénat », sur France Today, (consulté le )
  108. « Après Picasso, Andy Warhol au Grand Palais », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le )
  109. « LVMH, mécène de l'exposition », sur grandpalais.fr (consulté le )
  110. « LVMH lance son prix de jeunes créateurs ! », sur Marie Claire (consulté le )
  111. « Manuel Valls : "La culture a toujours été une priorité" », sur lejdd.fr, (consulté le )
  112. « La Fondation LVMH arrêtée en pleins travaux », sur leparisien.fr, (consulté le )
  113. « François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris », sur France 24, (consulté le )
  114. « Fondation Louis Vuitton : Hollande inaugure "l'extraordinaire" musée », sur Le Point, (consulté le )
  115. « Et Frank Gehry créa la Fondation Louis Vuitton », sur RFI, (consulté le )
  116. « La fondation de l'entreprise Louis Vuitton », sur Fondation Louis Vuitton.
  117. « Bernard Arnault honoré par le MoMA à New York pour sa générosité », sur Le Point, (consulté le )
  118. « Bernard Arnault honoré pour sa générosité », sur Le Figaro, (consulté le )
  119. « Bernard Arnault : « Réunir la collection Chtchoukine, un rêve devenu réalité » », sur Le Figaro, (consulté le )
  120. Johann Corric, « LVMH a économisé 518 millions d’euros d’impôts grâce à la Fondation Louis Vuitton », sur Le Revenu, (consulté le )
  121. « Mécénat LVMH a économisé 518 millions d’impôts sur dix ans », sur Libération, (consulté le )
  122. « Notre-Dame : LVMH et la famille Arnault annoncent un «don de 200 millions d'euros» », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  123. « Notre-Dame. Bernard Arnault tient sa promesse de don de 200 millions d’euros », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  124. Renaud Lecadre, « Bernard Arnault, prédateur de grand luxe », sur Libération (consulté le )
  125. Dan Israel et Donatien Huet, « Amiens ou l’agonie de la France industrielle », sur Mediapart (consulté le )
  126. « Boussac: Bernard Arnault doit rembourser 338,5 millions de francs d'aides de l'Etat », sur Les Échos, (consulté le )
  127. « La "fausse" domiciliation de Bernard Arnault débouche sur une transaction », sur L'Echo, (consulté le )
  128. a et b Pièces à conviction, "Bernard Arnault, l'art de payer moins d'impôts", Stenka Quillet, France 3 Pièces à conviction diffusé le 28 mars 2018.
  129. « Redressement fiscal pour Bernard Arnault selon un documentaire, LVMH dément », sur Europe 1, (consulté le )
  130. « La fausse domiciliation en Belgique de Bernard Arnault a débouché sur une transaction pénale », sur rtbf.be, (consulté le )
  131. « Bernard Arnault visé par une information judiciaire en Belgique », sur Mediapart, (consulté le )
  132. Ellen Provoost, « Nieuw negatief advies over naturalisatie Bernard Arnault », sur De Morgen, .
  133. « Le parquet est opposé à la naturalisation d'Arnault », sur LaLibre.be, (consulté le )
  134. « "Casse-toi riche con" : 700.000 € de pertes pour Libé ? », sur ozap.com, (consulté le )
  135. « "Pièces à conviction". Bernard Arnault, l'art de payer moins d'impôts », sur Franceinfo, (consulté le )
  136. « « Paradise Papers » : Révélations sur le patrimoine offshore de Bernard Arnault, première fortune de France », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  137. « "Paradise Papers": Bernard Arnault dit avoir agi "de manière parfaitement légale" », sur Le Point, (consulté le )
  138. « Agacé par les "Paradise Papers", Bernard Arnault sanctionne Le Monde », sur Challenges, (consulté le )
  139. Georges Gobet, « Bernard Arnault ferait l'objet d'un redressement fiscal », sur capital.fr, (consulté le )
  140. Mauduit 2012, p. 207.
  141. Mauduit 2012, p. 211.
  142. « "Merci Patron !" : censure au Parisien (syndicats) », sur arretsurimages.net, (consulté le )
  143. a et b Xavier Ternisien, « Les investisseurs mystères de L'Opinion », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  144. Olivier Tesquet, « L’Opinion, le nouveau quotidien de Nicolas Beytout, “pas de droite, mais libéral », Télérama,‎ (lire en ligne).
  145. Benjamin Lagues, Jérémie Fabre, « Actualité des médias : copinages à France Inter, victoire contre le droit des affaires, le Diplo se porte bien... », sur Acrimed,
  146. a et b « LVMH préparait bien une "prise de contrôle" d'Hermès », sur Le Point,
  147. a et b Simon Piel, « L’affaire Squarcini ravive les tensions entre LVMH et Hermès », sur Le Monde,
  148. a b c et d Nicole Vulser, « Le plan très secret de LVMH pour entrer chez Hermès », sur Le Monde,
  149. Teo Cazenaves, « Quand l'ex chef des services francais espionnait au maroc », sur Le Desk,
  150. a et b Raphaëlle Bacqué et Vanessa Schneider, « Hermès, une famille recomposée face au « loup du cachemire », Bernard Arnault », sur Le Monde,
  151. « LVMH condamné à 10 millions d'euros d'amende par l'AMF dans l'affaire avec Hermès », sur Challenges,
  152. Thibault Prévost, « Sur Wikipédia, le business juteux du caviardage », arrêt sur images,‎ (lire en ligne) :

    « La page de Bernard Arnault, modifiée 61 fois en 10 ans »

  153. Simon Auffret, « Comment Wikipédia repère les comptes qui améliorent l’image d’entreprises ou de PDG », sur Le Monde, (consulté le )
  154. « Comment LVMH a fait espionner François Ruffin », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  155. Fabrice Arfi, « Comment François Ruffin et le journal «Fakir» ont été espionnés par LVMH », sur Mediapart (consulté le )
  156. « Fakir et Ruffin: opération infiltration », sur Mediapart, (consulté le )
  157. a et b « “Mediapart” révèle des enregistrements sur l'infiltration de “Fakir” par LVMH », sur lesinrocks.com, (consulté le )
  158. « Comment François Ruffin et le journal «Fakir» ont été espionnés par LVMH », sur mediapart.fr, (consulté le )
  159. « Espionnage de François Ruffin : LVMH paie 10 millions d’euros d’amende et évite des poursuites », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  160. « Jets privés des célébrités : derrière la dénonciation de la pollution, le succès grandissant du « flight tracking » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  161. « Le jet privé, symbole de l’impact climatique démesuré des super riches ? », sur 20minutes.fr (consulté le )
  162. « Face au chaos climatique, le séparatisme des riches », sur Mediapart, (consulté le )
  163. (en-US) Richard Wilk and Beatriz Barros, « Private planes, mansions, and superyachts: What gives billionaires such a massive carbon footprint », sur Fast Company, (consulté le )
  164. « Bernard Arnault, le témoin de mariage », sur Journal du Net.
  165. « Enquête sur les amis du Fouquet's », sur Le Point, (consulté le )
  166. a et b (en) Rob Lyons, « Blair-for-hire bags a new job (at Louis Vuitton, of course) », sur Daily Mail,
  167. « François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris », sur France 24, (consulté le )
  168. « LVMH offre une nouvelle usine à Guerlain », sur Les Echos, (consulté le )
  169. « Remarks: Donald Trump Meets Bernard Arnault at Trump Tower » [vidéo], sur Remarks: Donald Trump Meets Bernard Arnault at Trump Tower,
  170. Laurent Valdiguié, « Bernard Arnault, un prédateur timide et rancunier », sur Marianne,
  171. Catherine Schwaab, « A Moscou, Bernard Arnault connaît la musique », sur Paris Match,
  172. « Pourquoi je vote Emmanuel Macron », sur Les Echos, (consulté le )
  173. « Les petits secrets de la famille Arnault, propriétaire de LVMH », sur Capital.fr, (consulté le )
  174. « Bernard Arnault invité à la table du président Donald Trump », sur Les Carnets du Luxe,
  175. « Donald Trump, Bernard Arnault et les sacs Vuitton made in Texas », le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  176. « Arnaut revote Macron », Le Canard enchainé,‎
  177. Juliette Garnier, « Election présidentielle : Bernard Arnault renonce à s’exprimer publiquement pour le second tour », sur Le Monde,
  178. Valérie Gas, « États-Unis/France: le dîner d'État, moment fort de la visite d’Emmanuel Macron à Washington », sur Rfi.fr,
  179. Décret du 13 juillet 2011 portant élévation aux dignités de grand'croix et de grand officier.
  180. « Bernard Arnault - Biographie »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Edubourse, .
  181. « Arnault Ing. Bernard - Grande Ufficiale Ordine al Merito della Repubblica Italiana », sur Quirinale, .
  182. « Bernard Arnault nommé Chevalier commandeur de l'ordre de l'empire britannique », sur huffingtonpost.fr, .
  183. (ru) « Указ Президента Российской Федерации от 09.10.2017 № 475 "О награждении государственными наградами Российской Федерации" », sur publication.pravo.gov.ru,‎ .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Entretien[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]