Laboratoire de physique des plasmas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Laboratoire de physique des plasmas ou LPP est un laboratoire de recherche français spécialisé dans l'étude des plasmas de laboratoire et plasmas spatiaux, plasmas froids et chauds. Le LPP est impliqué dans des projets d'étude des plasmas du système Terre-Soleil, des plasmas planétaires et la réalisation du réacteur de fusion nucléaire ITER qui utilise un système de confinement magnétique du plasma de fusion.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le LPP est déployé en 2013 sur deux sites dans l'agglomération parisienne : d'une part à Palaiseau dans les locaux de l’École polytechnique d'autre part à Saint-Maur. Le LPP emploie une centaine de chercheurs, doctorants, post-doctorants, ingénieurs et techniciens. Le laboratoire est une unité mixte du CNRS (UMR 7648). Elle est placée sous la tutelle principale de l'Institut des sciences de l’ingénierie et des systèmes et de manière secondaire sous celle de l'Institut national des sciences de l’univers. Le LPP dépend également du département de physique de l'École polytechnique, de l'université Pierre-et-Marie-Curie et de l'université Paris-Sud[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le LPP est issu de la fusion au 1er janvier 2009 du Laboratoire de physique et technologie des plasmas (LPTP) de l’École polytechnique, et du Centre d’étude des environnements terrestre et planétaires (CETP) laboratoire de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines autrefois rattaché au Centre national d'études des télécommunications (CNET) sous les appellations GRI puis CRPE[2].

Thèmes de recherche[modifier | modifier le code]

Les thèmes de recherche du laboratoire sont :

  • Étude des turbulences dans les plasmas de fusion magnétique dans le cadre du programme ITER[3]
  • Étude expérimentale et théorique des plasmas présents dans le système solaire : environnement ionisé de la Terre, milieu interplanétaire et environnement ionisé des planètes. L'étude expérimentale se traduit notamment par des participations instrumentales dans des missions spatiales développées par les agences telles que l'Agence spatiale européenne, le CNES[4]
  • Étude théorique des plasmas magnétisés pulsés ainsi que le développement de nouvelles technologies pour la création de ces plasmas et leurs applications [5].
  • Étude théorique et applications pratiques des plasmas froids dans le cadre de leurs applications dans le domaine de l'environnement, l'énergie et les nanotechnologies [6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les tutelles du LPP », sur LPP (consulté le 14 octobre 2013)
  2. « Historique », sur LPP (consulté le 14 octobre 2013)
  3. « Recherche > Plasmas de Fusion Magnétique », sur LPP (consulté le 14 octobre 2013)
  4. « Recherche > Plasmas Spatiaux », sur LPP (consulté le 14 octobre 2013)
  5. « Recherche > Plasmas Chauds Impulsionnels », sur LPP (consulté le 14 octobre 2013)
  6. « Recherche > Plasmas Froids », sur LPP (consulté le 14 octobre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]