École polytechnique de Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir École polytechnique et EPM.
Polytechnique Montréal
Image illustrative de l'article École polytechnique de Montréal
Devise Ut tensio sic vis
(L'allongement est proportionnel à la force)
Nom original École polytechnique de Montréal
Informations
Fondation 1873
Fondateur Urgel-Eugène Archambault
Type Université publique
Régime linguistique Français
Budget Fonctionnement :
210 millions CAD

Recherche :
80 millions CAD
Localisation
Coordonnées 45° 30′ 17″ N 73° 36′ 46″ O / 45.50464, -73.61277645° 30′ 17″ Nord 73° 36′ 46″ Ouest / 45.50464, -73.612776
Ville Montréal
Drapeau : Québec Québec
Pays Drapeau du Canada Canada
Campus Urbain
Direction
Président Michèle Thibodeau-DeGuire
Directeur Christophe Guy
Chiffres clés
Personnel 1 880 (2015
Étudiants 8 000 (2015
Premier cycle 5 530 (2015
Deuxième cycle 1 400 (2015
Troisième cycle 750 (2015
Diplômés/an 1 350 (2014
Divers
Affiliation Université de Montréal
RESCIF
Site web http://www.polymtl.ca

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Polytechnique Montréal

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Polytechnique Montréal

L'École polytechnique de Montréal, (Polytechnique Montréal), est un établissement d'enseignement supérieur d'ingénierie affilié à l'Université de Montréal, situé à Montréal (Québec) et fondé en 1873. En plus de ses programmes de baccalauréat, Polytechnique Montréal offre une formation aux cycles supérieurs et est une des plus importantes institutions de recherche en génie au Canada[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Polytechnique Montréal est l'une des trois plus grandes facultés d'ingénierie au Canada et la plus grande au Québec. Depuis sa fondation en 1873, cette institution d'enseignement de langue française forme des ingénieurs qualifiés. Ses diplômés ont pris part à la plupart des grands travaux de génie du Québec au XXe siècle comme la construction des grands barrages.

L'École polytechnique de Montréal, nommée ainsi en référence à l'École polytechnique de Paris, a été fondée par Urgel-Eugène Archambault pour enseigner le dessin technique et les autres arts utiles[2]. À cette époque, l'institution avait pour nom l'École des sciences appliquée aux arts et à l'industrie, et ne reçut son titre officiel que trois ans plus tard lorsqu'elle fut reconnue par le gouvernement du Québec. L'enseignement se donnait alors dans une maison convertie de la rue Saint-Denis. Elle fit ensuite construire un édifice au 228 rue Saint-Denis (aujourd'hui le pavillon Athanase-David de l'UQAM), et s'y installa en 1905. En 1920, l'École polytechnique de Montréal s'affilia à l'Université de Montréal. Ce n'est en 1958 que l'École s'établit à son emplacement actuel au sein du campus de l'Université de Montréal sur le Mont Royal[3]. Le bâtiment original a été agrandi en 1975 puis encore en 1989. De nouveaux pavillons ont été mis en chantier en 2003. Le pavillon J.-Armand-Bombardier, dédié aux nanosciences, a été inauguré en 2004. Les pavillons Pierre-Lassonde et Claudette-Mackay-Lassonde, bâtiment certifié LEED ont ouvert leurs portes en 2005.

Le , 13 étudiantes et une employée ont été tuées lors de la tuerie de l'École polytechnique de Montréal . Cet événement, qui a profondément marqué les esprits au Québec, a fait l'objet d'un film, intitulé Polytechnique, projeté dans les salles de cinéma en 2009.

En 2001, l'École polytechnique de Montréal a fondé le Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) en collaboration avec l’Université de Montréal et HEC Montréal.

L'École polytechnique de Montréal au 228 rue Saint-Denis, vers 1910

Organisation[modifier | modifier le code]

Polytechnique Montréal dispense son enseignement dans plusieurs spécialités de l'ingénierie et réalise près du quart de la recherche universitaire dans ces domaines au Québec.

Départements et institutions[modifier | modifier le code]

L'École polytechnique de Montréal comprend sept départements et deux instituts :

Formation[modifier | modifier le code]

La mission de l’École Polytechnique de Montréal est de :

  • dispenser une formation universitaire de qualité en ingénierie à tous les cycles en mettant l'accent sur les valeurs humaines;
  • réaliser des recherches pertinentes et de haut niveau, qui sont à la base de la formation à la maîtrise et au doctorat et qui tiennent compte des besoins du milieu industriel et de la société;
  • avoir un rayonnement intellectuel et social concrétisé par des interactions avec les milieux externes autant au pays qu'à l'étranger.[4]

FORMATION

  • 12 programmes de génie au 1er cycle et 15 spécialités aux cycles supérieurs (maîtrise et doctorat)
  • Des formations intensives, des souper-conférences, des certificats ou des formations en entreprise et des programmes d'échanges internationaux sont offerts par le Carrefour de perfectionnement

RECHERCHE

  • 80 millions de dollars de budget annuel
  • 87 projets d'infrastructures de recherche
  • 39 chaires de recherche et plus de 60 unités de recherche
  • 40 laboratoires de recherches
  • 3 pôles d’excellences sectorielles
    • L’aérospatial et les transports
    • Le multimédia, l’informatique et les télécommunications
    • La science et le génie du vivant
  • 3 pôles d’excellences thématiques
    • Les matériaux de pointe et les nanotechnologies
    • La science et le génie des systèmes
    • L’énergie, l’environnement et le développement durable
  • 151 technologies en valorisation, 64 brevets détenus, 35 déclarations d'inventions/an

ENTREPRENARIAT

Le Centre Entrepreneurship HEC-Poly-UdM encourage les entrepreneurs du milieu universitaire en offrant le plus important financement du Canada en plus de d'autres services comme de l'aide au démarrage d'entreprises ou encore, des bourses totalisant 100 000$.

  • 32 entreprises fondées, amenant la création de 440 emplois directs et de 120 emplois indirects.
  • 84 étudiants entrepreneurs, avec un chiffre d'affaires annuel de 36 millions de dollars

DIPLÔMÉS DÉLIVRÉS

En 2010-2011, 618 étudiants au baccalauréats, 231 étudiants en maîtrise et 80 étudiants au Ph.D ont obtenus leur diplômes.

De 2005-2015, 2 000 mémoires de maîtrise et thèses de doctorat dirigés par des professeurs de Polytechnique ont été rédigés et plus de 10 000 publications scientifiques et techniques ont été publiées par des professeurs et des chercheurs de Polytechnique.

Campus[modifier | modifier le code]

Le pavillon principal de l'École polytechnique de Montréal.

L'école est située sur le campus de l'Université de Montréal sur la face nord du Mont Royal. Son pavillon principal est le plus haut situé du campus. Ce dernier, conçu par Gaston Gagnier, fut construit de 1954 à 1957 et fut agrandi en 1974 et en 1987[4].

En 2005, Polytechnique Montréal inaugure les Pavillons Lassonde, premiers bâtiments universitaires canadiens à recevoir la certification environnementale internationale LEED OR. Ces pavillons sont devenus une référence en matière de construction durable.

Liste des pavillons :

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Les étudiants du premier cycle sont représentés par l'Association des étudiants de Polytechnique, l'AEP, qui chapeaute un nombre important de comités à l'interne aux objectifs très variés.

Médias[modifier | modifier le code]

Ces derniers comptent entre autres Le Polyscope, journal bimensuel distribué sur l'ensemble du campus de l'Université de Montréal, PolyPhoto, assurant la couverture photo des événements majeurs de Polytechnique Montréal en plus d'offrir des formations en photographie, le comité vidéo Poly-TV, ainsi que la radio Polyrad.

Ces quatre comités se sont regroupés durant l'été 2014 pour former l'Association des médias étudiants de Polytechnique (AMEP), afin de faciliter l'organisation d'évènements communs et ainsi augmenter leur visibilité individuelle.

Arts et événements[modifier | modifier le code]

Poly-Show et Poly-Party assurent l'organisation et la logistique de la vaste majorité des fêtes étudiantes et des événements à grand déploiement de l'université. À chaque vendredi de la session, Le Pub, tel que son nom l'indique, organise quant à lui la transformation de la cafétéria en pub étudiant. Poly-Habs s'illustre également lors de la saison du hockey de la LNH par la projection régulière sur grand écran de matchs des Canadiens de Montréal. Polytechnique Montréal compte aussi sa troupe de théâtre, Poly-Théâtre, son groupe d'humour, Allo-Poly, ainsi que PolyJam, comité dédié aux musiciens et organisant des cours de guitare, plusieurs spectacles et de nombreux jam sessions.

Chaque programme de génie possède aussi un comité à l'éducation élu annuellement par les étudiants des programmes respectifs. Ceux-ci représentent les étudiants auprès du corps professoral et de la direction, en plus d'organiser des événements sociaux stimulant la cohésion des cohortes et des événements éducatifs ou professionnels tels que des visites en milieu industriel, des conférences ou l'envoi de délégations lors de divers congrès.

Polytechnique Montréal possède également 14 sociétés techniques. Composées majoritairement d'étudiants au baccalauréat, ces équipes parascolaires visent la réalisation de projets technologiques en vue de participer à diverses compétitions d'ingénierie.

Grands projets d'ingénierie des diplômés de Polytechnique[modifier | modifier le code]

De 1930 à 1934, huit ingénieurs, diplômés de l'École polytechnique de Montréal, Olivier Lefebvre, Yvan Vallée, J.-A. Beauchemin, Paul Brodeur, J.-A. Brunet, Charles Tremblay, François Valiquette, Armand Léger, Robert Guay, Gérard Lacasse et Henri Lavoie, deviennent les premiers ingénieurs québécois à mâter le Saint-Laurent par la construction du Pont Honoré-Mercier[5]. Les ingénieurs civils de Polytechnique se sont également illustrés via les travaux de Bernard Lamarre, incluant entre autres la Place Bonaventure, le 1000 De La Gauchetière, le Pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, l'Autoroute Ville-Marie et le Stade Olympique de Montréal[2].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

  • Arthur Surveyer (Po 1902) fonde SNC en 1937 en s'associant avec deux de ses employés Nenniger et Chênevert (po 1923),
  • Pierre Raymond (Po 1980), Sylvain Dion (Po 1986), François Gravel (Po 1982) et Jacques Lagacé (Po 1986) ont réalisé le plus grand projet d'hydrothermie du Canada : la Biosphère.
  • Micheline Bouchard (Po 1969) a occupé des postes de direction chez Motorola Canada, Motorola Inc. À Chicago et chez ART Recherches et Technologies Avancées Inc.
  • Marie-Claude Grenier (Po 1986), François Turgeon (Po 1986) et Louis-Giles Durand (Po 1975) ont conçu le premier stéthoscope entièrement électronique.
  • Jean-Jacques Archambault, ingénieur de Hydro-Québec et pionnier des lignes de transport électriques à 735 kV.
  • Pierre Dufour, directeur général délégué à Air liquide.
  • Bernard Lamarre, ingénieur civil et ancien Président-directeur général de Lavalin.
  • Pierre Lassonde, ingénieur et président de Franco-Nevada Corporation, mécène du Musée national des beaux-arts du Québec(MNBAQ).
  • Claudette Mackay-Lassonde, ingénieure renommée en génie énergétique.
  • Michèle Thibodeau-DeGuire, ingénieure et présidente du Conseil d'administration de Polytechnique Montréal depuis 2013.
  • David Saint-Jacques, astronaute à l'Agence spatiale canadienne.
  • Thierry Vandal
  • Robert Panet-Raymond, ancien vice-président de CIBC et ancien Président-directeur général des Rôtisseries St-Hubert

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.polymtl.ca/futur/es/en/doc/Classement-Ang-mars09.pdf
  2. a et b Guy Samson, Bernard Lamarre: Le génie d'une vie. Presses Internationales Polytechnique, 2007. ISBN 978-2-553-01144-3
  3. Jean-Marie Gagné. Témoignages sur le génie physique à l'École polytechnique de Montréal. Presses Internationales Polytechnique, 2008. ISBN 978-2-553-01426-0
  4. a et b École Polytechnique de Montréal, Site officiel du Mont-Royal Consulté le 4 mai 2013.
  5. TREMBLAY, Rosaire et DALLAIRE, Thérèse. Ponts du Saint-Laurent. Québec, Ministère des Transports. Date indéterminée

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]