Capitaine (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Capitaine.

Capitaine est un grade militaire utilisé en France.

Dans l’Armée française[modifier | modifier le code]

Le nom capitaine vient aussi de l'italien capitano (et auparavant du latin caput (tête), pour désigner le chef à la tête d'une compagnie).

Attributions[modifier | modifier le code]

Actuellement, le terme de capitaine (Armée de terre, Armée de l’air, Gendarmerie nationale) correspond au grade de lieutenant de vaisseau dans la Marine nationale.

Quelle que soit l’arme, le capitaine a généralement en charge une troupe de 100 à 150 hommes environ. Cette troupe peut prendre les appellations suivantes :

  • batterie : armée de terre (artillerie) ;
  • compagnie : armée de terre, gendarmerie (compagnies de gendarmerie départementale, compagnies des régiments d'infanterie de la garde républicaine) ;
  • escadron : armée de terre (cavalerie, train), armée de l’air (non navigants), gendarmerie (escadrons de gendarmerie mobile, escadrons motocyclistes et de cavalerie de la garde républicaine, escadrons départementaux de sécurité routière) ;
  • escadrille : armée de l’air (navigants).

Ces unités sont dites élémentaires. Le capitaine est le premier officier à avoir un commandement officiel. Il en a les prérogatives, notamment en matière de notation de ses subordonnés (sauf officiers).

Insignes[modifier | modifier le code]

  • Capitaine.png capitaine des armes à pied
  • Capitaine des armes à cheval.png capitaine des armes héritières des anciennes armes à cheval
Drapeau de la France France Grades de
l'Armée de terre
Military symbol.svg
Précédé par
Lieutenant
Capitaine
Army-FRA-OF-02.svg
Suivi par
Commandant
Drapeau de la France France Grades de la
Gendarmerie nationale
Military symbol.svg
Précédé par
Lieutenant
Capitaine
Cne gd.svg
Cne gm.svg
Cne gr.svg
Cne cta.svg
Suivi par
Chef d'escadron

Dans la Marine nationale[modifier | modifier le code]

Le grade équivalent est celui de « lieutenant de vaisseau », que l'on appelle « capitaine ».

Capitaine de corvette, capitaine de frégate et capitaine de vaisseau sont des grades d'officiers supérieurs dans la Marine, que l'on appelle "commandant".

Le « capitaine d'armes » est un officier marinier chargé de la discipline. Il veille à l'exécution des mouvements prévus au tableau de service et aux activités quotidiennes figurant à la feuille de service, à bord des bâtiments et des unités à terre de la Marine nationale. Auxiliaire précieux de l'état-major, il est populairement appelé le bidel.

Grade civil[modifier | modifier le code]

Le grade de capitaine existe aussi :

  • dans la Police nationale: c'est le grade intermédiaire du corps de commandement, plus communément appelé le corps des officiers.[1].
  • chez les sapeurs-pompiers volontaires et professionnels

L'institution de la défense civile XIVe siècle - XVIIe siècle : les capitaines de villes[modifier | modifier le code]

Le capitaine a commencé par être une institution civile de grande importance dans le royaume de France, de la fin du règne de Philippe le Bel au milieu du règne de Louis XIV.

Genèse de l'institution 1314[modifier | modifier le code]

Au cours de l'année 1314, la noblesse de la quasi-totalité des provinces du royaume se révolte contre l'autorité du roi Philippe le Bel. La révolte est d'une très grande ampleur, et des ligues provinciales se forment pour défendre les privilèges de la noblesse et obtenir le retour à la situation antérieure aux poussées d'autoritarisme du Roi. Les historiens "étatistes" ont gommé l'événement pour célébrer le "modernisme" de l'homme d'État.

Le Conseil nomme alors en catastrophe des « capitaines » pour aller à la rencontre des insurgés, les pousser à constituer des commissions (inspiration reprise par Georges Clemenceau) et à désarmer. Sur l'entre-fait, Philippe le Bel meurt de manière inattendue. Les conjurés rentrent chez eux, avec la promesse de voir respecter leurs libertés. Des têtes tombent parmi les agents les plus compromis dans la politique étatiste. Cette pratique alors très rare en France montre la gravité du malaise. Ces premiers capitaines sont alors abolis, la crise étant passée.

Les capitaines nommés se lient par serment avec les populations qu'ils encadrent, les désolidarisant de fait d'avec les nobles conjurés. Ils surveillent le stock d'armement de ces habitants. À ce titre, ils prennent la tête de la défense civile (le latin caput signifie la tête).

Montée sur le trône de Philippe de Poitiers 1316[modifier | modifier le code]

En 1316, Louis X le Hutin meurt et on commence par attendre l'accouchement de son épouse. Jean Ier, né posthume, meurt au bout de quelques jours. Les membres de la famille royale, réunis pour le baptême de l'enfant, décident de porter au trône le frère du roi défunt, Philippe de Poitiers. Celui-ci prend la direction de Reims pour se faire sacrer. Toutefois, le duc de Bourgogne, resté sur ses terres et absent de Paris, entend défendre les droits de sa pupille, sœur de Jean Ier, et fille de Louis X. Il se prépare à monter vers Paris et mande en éclaireur le comte de Joigny. Le Conseil royal, animé par le comte d'Évreux, réactive l'institution des capitaines pour maîtriser la situation. Les gages octroyés aux chevaliers désignés par bailliage sont considérables. Celui désigné à Sens, un Ebroïcien connu pour sa violence, vient bloquer la route de Paris au comte de Joigny. Le temps mis à profit permet au comte de Poitiers de devenir roi de France, et au comte d'Évreux, installé en arrière-ligne dans le Nogentais, de proposer des dédommagements. Les capitaines nommés sont ensuite démobilisés.

Philippe V le Long établit des capitaines chargés du commandement des troupes dans les villes fortifiées par l'ordonnance du 18 juillet 1318[2].

Les désastres de la guerre de Cent Ans[modifier | modifier le code]

Les trois défaites militaires (l'Écluse, Crécy et Poitiers) vident le royaume de la chevalerie combattante. Faute d'argent, les compagnies soldées se raréfient.

Pour protéger les villes, le Conseil fait des baillis les capitaines de leurs ressorts (les bailliages), réactivant ainsi la fonction qui avait fonctionné quelques semaines en 1314 et 1316. Les baillis sont admis à désigner des capitaines dans les points de leur bailliage où ils ne peuvent pas opérer directement. De ce fait, des capitaines apparaissent dans les villes secondaires des bailliages royaux. Ainsi, les baillis deviennent généralement les capitaines du chef-lieu de leur bailliage, tandis que des capitaines sont nommés ailleurs. Ce sont toujours des nobles, professionnels de la guerre, qui pour prix de leur service, perçoivent des gages directement auprès des populations dont ils obtiennent qu'elles se défendent par elles-mêmes. Dès lors, rares sont nos actuels chefs-lieux de canton qui ne disposent pas d'un capitaine. En effet, toute communauté urbaine, surtout quand elle est dotée de murailles, veut un professionnel de la guerre pour la protéger.

L'auto-défense (1360)[modifier | modifier le code]

En 1360, le traité de Brétigny démobilise les compagnies de combattants encore "bandées", c'est-à-dire organisées et relevant d'un pouvoir légitime. Les soldats réduits au chômage se répandent dans tout le royaume et y provoquent le chaos, avec une effroyable série de drames. En réaction, le Conseil de régence, dont les moyens financiers sont paralysés par la révolte d'Étienne Marcel et de ses suiveurs, prône la politique de destruction de toutes les fortifications indéfendables. La population se cabre en masse (jacquerie notamment) et en certaines régions, procède à la fortification des églises. Elle élit un chef (le "capitaine de moutier"), aux pouvoirs de vie et de mort sur les paroissiens. Les lettres de rémission montrent le caractère spontané et général du mouvement, en infraction avec les règles édictées par le Conseil de régence. Celui-ci demande aux évêques de procéder à des excommunications pour enrayer le phénomène, ce que le Pape refuse.

Heureusement, les premiers succès militaires permettent d'inverser le mouvement. L'octroi de lettres de rémission permet au pouvoir central de récupérer la main sur les fortifications alors apparues et les nominations de capitaines réalisées.

La rente de fonction[modifier | modifier le code]

Avec la seconde phase de la guerre de Cent Ans, la charge de capitaine, distribuée par les partis (royaux fidèles à Isabeau de Bavière, Bourguignons, Armagnacs), devient un simple prétexte pour la rétribution de partisans avérés d'un camp. La charge en devient odieuse aux populations qui n'en retirent guère d'avantages sécuritaires. Par contre, les Princes distillent leurs obligés dans la moindre ville fortifiée : c'est-à-dire des milliers de cas dans le Royaume.

La fonction ne sera pas supprimée après le règne de Louis XI et devient un pur complément de revenus. Ce revenu est tiré de la population en principe défendue. Par exemple, l'argentier du duc de Nevers (c'est-à-dire l'agent commis à la garde de son argenterie) est nommé capitaine de Châtel-Censoir, bourg fortifié du bord de l'Yonne. L'argentier complète ainsi les gages tirés de son office principal d'argentier par ceux annexes de capitaine.

Elle est réactivée dans le même esprit aux beaux jours de la guerre entre Armagnacs et Bourguignons, durant les guerres civiles dites de religion, puis durant la Fronde. La fonction est même distribuée dans certains châteaux. Dans ce cas, la garnison (les fameux "gardes" évoqués par les guides de nombreux châteaux) est composée de laquais et de valets de chambre se mettant sous les ordres de l'intendant baptisé "capitaine du château". Mais alors, le titre s'ouvre à des individus parfaitement étrangers au milieu de la noblesse et de l'armée. Ce sera un moyen pour tenter de s'agréger à la noblesse.

Louis XIV met fin au milieu de son règne à cette institution qui a eu un rôle capital dans les opérations politiques et militaires des XIVe, XVe, XVIe et XVIIe siècle en France. Ces capitaines croisés systématiquement dans la documentation pendant des siècles et dans toutes les villes n'ont pas justifié d'études universitaires. Il fallait rappeler que la Monarchie a fait reposer sur eux la défense civile.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. lapolicenationalerecrute.fr, Corps et grades mode d’emploi (lire en ligne)
  2. Adolphe Chéruel, Dictionnaire historique des institutions, mœurs et coutumes de la France, Partie 1, p. 544, Hachette, Paris, 1899 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]