Safran (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Safran.
Safran
logo de Safran

Logo du groupe

Création 11 mai 2005 (fusion de Snecma et Sagem)
Forme juridique Société anonyme
Action NYSE Euronext Paris SAF
Slogan

Key missions, key technologies (2010)

Powered by Trust (2016)
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Philippe Petitcolin, directeur général
Actionnaires Flottant : 70,9 %
État français : 15,4 %
Salariés : 13,5 %[2]
Activité Concepteur et producteur de moteurs d’avions, d’hélicoptères et de fusées et d’équipements aéronautiques, de défense et de sécurité
Filiales Safran Aero Boosters
Safran Aircraft Engines
Safran Ceramics
Safran Electrical & Power
Safran Electronics & Defense
Safran Helicopter Engines
Safran Identity & Security
Safran Landing Systems
Safran Nacelles
Safran Transmission Systems
Effectif 70 087 (2015)[1]
Site web www.safran-group.com
Chiffre d’affaires en augmentation 17,4 milliards € (2015)[1]
Résultat net en augmentation 1,48 milliards € (2015)[1]

Safran est un grand groupe industriel et technologique français, présent au niveau international dans les domaines de l’aéronautique, astronautique, de la défense et de la sécurité. Il est créé en 2005 lors de la fusion entre Snecma et Sagem. Depuis septembre 2011, il est coté au CAC 40.

Ses métiers sont la conception et la production de moteurs d’avions, d’hélicoptères et de fusées, d’équipements aéronautiques, de défense et de sécurité. Safran occupe des positions de leader mondial sur ces marchés[3] et emploie près de 70 000 personnes dans plus de cinquante pays.

Historique[modifier | modifier le code]

Logo de 2005 à 2010.
Logo de 2010 à 2016.

Fondée en 1925, la Société d’applications générales d’électricité et de mécanique (Sagem) était une entreprise française contrôlée par ses salariés, elle avait une activité très diversifiée, de la défense aux téléscripteurs en passant par des équipements aéronautiques comme les centrales inertielles. En 2004 elle comporte deux branches : télécommunications et défense sécurité.

La Société nationale d’étude et de construction de moteurs d’aviation (SNECMA) est créée en 1945 par la nationalisation de Gnome et Rhône. Elle se consacre à la fabrication de moteurs d’avions. Hispano-Suiza rejoint le groupe en 1968 suivi par Messier et Bugatti en 1977, Turboméca et Labinal en 2000.

Le principe de la fusion entre Sagem et Snecma est annoncé en octobre 2004[4]. Lors de la constitution du groupe, Jean-Paul Béchat (ex-Snecma) est le président du directoire et Mario Colaiacovo (ex-Sagem) est le président du conseil de surveillance. Les tensions sont fortes entre les dirigeants des deux anciennes entreprises[5]. En août 2006, Grégoire Olivier, ancien président du directoire de Sagem pressenti pour prendre la place de Jean-Paul Béchat, quitte le groupe[6]. Après intervention de Bercy, les deux dirigeants sont remerciés en 2007[7].

Lors de l’année 2008, la branche communication est cédée[8]. En octobre 2010, Areva vend une grande partie de ses actions[9]. Safran entre au CAC 40 le 19 septembre 2011[10].

En juin 2014, Safran et le groupe Airbus annoncent leur volonté de créer Airbus Safran Launchers, une co-entreprise dans le domaine des lanceurs spatiaux[11], afin de concurrencer l’américain SpaceX. Les deux groupes voudraient à terme reprendre les activités actuellement confiées à Arianespace et au Centre national d'études spatiales[12].

En 2016, toutes les sociétés du groupe prennent le nom Safran[13]. Le même jour que le changement de nom, Safran annonce la vente de la filiale Morpho[14].

Succession des dirigeants
Évolution de la répartition du capital, des données financières, et des effectifs
2007[17] 2009[18] 2011[19] 2013[20] 2015[1]
Actionnaires Flottant 38,79 % 38,14 % 51,96 % 62,75 % 70 89 %
État Français 30,41 % 30,20 % 30,20 % 22,41 % 15,39 %
Salariés 19,96 % 20,09 % 15,98 % 14,70 % 13,57 %
Areva 7,38 % 7,38 %
Autodétention, autocontrôle 1,39 % 4,19 % 1,86 % 0,14 % 0,15 %
Données financières Chiffre d’affaires (M€) 10 321 10 448 11 736 14 495 17 414
Résultat net - Part du groupe (M€) 39 376 1 189 1 193 1 482
Effectifs Salariés 63 262 54 872 59 805 66 289 70 087

Les données financières ajustées étant issues des rapports annuels, la comparaison entre les années est difficile. Notamment, les chiffres sont en euros courants et les périmètres de consolidation varient.

Métiers et sociétés du groupe[modifier | modifier le code]

Safran Aircraft Engines
Article détaillé : Safran Aircraft Engines.

Safran Aircraft Engines, anciennement Snecma, est un motoriste aéronautique et spatial, il conçoit, développe, produit, et commercialise, seul ou en partenariat, des moteurs pour avions civils et militaires, lanceurs spatiaux et satellites. Il assure la maintenance et le support pour ses appareils.

Le principal succès de Safran est le moteur CFM56 fabriqué et commercialisé par la société CFM International, une coentreprise à parité entre Safran Aircraft Engines et l’américain General Electric. En trente années d’existence, ce moteur, destiné aux avions civils moyen-courrier, a été vendu à plus de 20 000 exemplaires. Un A320 sur deux en est équipé, tous les B737 en sont équipés. Safran réalise la moitié de son chiffre d’affaires dans la propulsion.

Safran Helicopter Engines
Article détaillé : Safran Helicopter Engines.

Motoriste aéronautique, Safran Helicopter Engines, anciennement Turboméca, conçoit, développe, produit, et commercialise, seul ou en partenariat, des turbomachines pour hélicoptères civils, parapublics et militaires. Il assure la maintenance et le support pour ses appareils.

Safran Power Units est une filiale de Safran Helicopter Engines.

Safran Aero Boosters
Article détaillé : Safran Aero Boosters.

Safran Aero Boosters, anciennement Techspace Aero, conçoit, développe et produit des modules, des équipements pour moteurs d’avions (civils et militaires) et d’engins spatiaux. La société est aussi spécialisée dans la conception, l’installation et la modernisation de bancs d’essais, sous la marque Cenco International.

Safran Nacelles
Article détaillé : Safran Nacelles.

Safran Nacelles, anciennement Aircelles, fournit des nacelles complètes pour moteurs d’avions ainsi que le support et les services associés, des matériaux composites pour aérostructures. Il est le nacelliste intégrateur des deux motorisations de l’Airbus A380.

Safran Landing Systems
Article détaillé : Safran Landing Systems.

Concepteur et fabricant de trains et de systèmes d‘atterrissage, Safran Landing Systems, anciennement Messier-Bugatty-Dowty, équipe plus de 19 000 appareils, avions civils, avions militaires et hélicoptères. C’est un acteur majeur des systèmes d’atterrissage et de freinage, (roues et freins carbone, extension/rétraction des trains, calculateurs de freinage, hydraulique...) pour l‘aéronautique. Présent sur les marchés civil et militaire, il équipe les programmes Airbus, de l'A300 à l'A350, mais aussi Boeing (767ER, 777ER, 737 NG et le programme 787). Il est enfin présent sur l'aviation d'affaires et régionale (Dassault, ATR et sélectionné pour le prochain Learjet 85).

Safran Transmission Systems
Article détaillé : Hispano-Suiza.

Safran Transmission Systems, anciennement Hispano-Suiza, est spécialiste de l’extraction et de la gestion de puissance pour moteurs d’avions et d’hélicoptères civils et militaires.

Safran Electrical & Power
Article détaillé : Safran Electrical & Power.

Spécialiste des systèmes de câblages électriques et de l’électronique de puissance pour l’aéronautique, Safran Electrical & Power (formé des parties de Labinal et d’Hispano-Suiza) est fournisseur de Boeing et d’Airbus, pour l’ensemble des programmes civils tels que l’A380 et le B787 Dreamliner ainsi que le programme militaire A400M . Dans le domaine militaire, il équipe de nombreux avions.

Safran Ceramics
Article détaillé : Safran Ceramics.

Safran Ceramics est spécialisé dans les matériaux composites.

Safran Electronics & Defense
Article détaillé : Safran Electronics & Defense.

Safran Electronics & Defense, anciennement Sagem, propose des solutions et des services en optronique, avionique (commandes de vol pour hélicoptères), navigation, électronique et logiciels critiques pour les applications civiles et de défense aérospatiales, terrestres et navales.

Airbus Safran Launchers
Article détaillé : Airbus Safran Launchers.

La co entreprise Airbus Safran Launchers est spécialisée dans les lanceurs.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le siège de Safran, dans le 15e arrondissement de Paris.

Capital[modifier | modifier le code]

Au 30 mars 2016, le capital de Safran est réparti de la manière suivante[2] :

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Au 28 mai 2016, les membres du conseil d’administration sont [21]:

Les concurrents[modifier | modifier le code]

Sur le segment des moteurs pour avions civils et militaires et pour hélicoptères, Safran rencontre quatre acteurs : General Electric (États-Unis), Rolls-Royce (GB), Pratt & Whitney (États-Unis & Canada) et Honeywell (États-Unis). Dans l’activité équipements, la concurrence est plus nombreuse et diversifiée:

Dans la défense et l’avionique, le principal concurrent est le groupe Thales.

L’innovation comme moteur de croissance[modifier | modifier le code]

Groupe industriel mais aussi technologique, Safran consacre 11 % de son chiffre d’affaires à des programmes de recherche et développement impliquant 20 % de ses collaborateurs dont 450 docteurs en sciences et 150 doctorants. Réduction de la consommation des moteurs, protection de l’environnement, attentes importantes en matière de sécurité…les défis sont nombreux. Safran participe à différents programmes de recherche européens dont Clean Sky, lancé sous l’égide de la Commission européenne et visant à diminuer les nuisances (pollution et bruit) des moteurs d’avions, ou encore Turbine, qui étudie les solutions d’identité numérique de demain. Le groupe multiplie également les partenariats avec des instituts de recherche publics, comme le CEA, ou avec des écoles et universités, en France et à l’étranger. Le fruit de ces efforts se traduit par le dépôt, chaque année, d’environ 500 brevets. Safran a mis en place un conseil scientifique, il a été présidé par Georges Charpak. Il était composé de huit scientifiques français et étrangers spécialisés dans différentes disciplines intéressant le groupe : physique, mécanique des solides et des fluides, matériaux, automatismes et simulations numériques.

Safran fait partie des 5 créateurs, en 2009, de BoostAeroSpace, le hub numérique aéronautique européen.

Mécénat et sponsoring[modifier | modifier le code]

Safran soutient des fondations pour l’insertion, la musique classique, la solidarité[22].

Depuis 2005, Safran soutient le skipper Marc Guillemot et son voilier Safran[23].

Depuis 2013, Safran soutient l'écurie de formule 1 Caterham F1 Team.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Rapport annuel 2015
  2. a et b « Structure du capital et droits de vote », sur www.safran-group.com (consulté le 26 octobre 2014)
  3. http://www.safran-group.com/fr/institutional-entries/groupe#2
  4. « Fusion surprise de Snecma et Sagem », sur www.usinenouvelle.com,‎
  5. « Du poivre chez Safran », sur www.lepoint.fr
  6. « Béchat fait le ménage », sur www.lepoint.fr
  7. a et b « SOS Francis Mer », sur www.lepoint.fr,‎
  8. « Safran lâche les mobiles Sagem au fonds Sofinnova », sur www.usinenouvelle.com
  9. « Areva lance la vente de la majorité de ses actions Safran », sur www.usinenouvelle.com
  10. Rémy Maucourt, « Safran entre dans le CAC40 », sur usinenouvelle.com,‎
  11. Airbus et Safran unissent leurs forces dans les lanceurs spatiaux, le Monde - 03/12/2014
  12. Michel Cabirol, « Airbus et Safran lancent une OPA sur les activités spatiales de l'Etat », sur www.latribune.fr,‎
  13. Bruno Trévidic, « Philippe Petitcolin : « Toutes les sociétés du groupe s’appelleront Safran » », sur www.lesechos.fr,‎
  14. (fr) « Safran a-t-il raison de vendre sa pépite Morpho? », sur Challenges (consulté le 19 mai 2016)
  15. « Jean-Paul Herteman prend la tête de Safran », sur usinenouvelle.com,‎
  16. Véronique Guillermard, Yann Le Galès, « Herteman récolte les fruits de la relance de Safran », sur www.lefigaro.fr,‎
  17. Rapport annuel 2007
  18. Rapport annuel 2009
  19. Rapport annuel 2011
  20. Rapport annuel 2013
  21. « Gouvernance », sur safran-group.com (consulté le 28 mai 2016)
  22. « Mécénat », sur www.safran-group.com (consulté le 9 décembre 2012)
  23. « Sponsoring nautique », sur www.safran-group.com (consulté le 9 décembre 2012)