Grenoble École de management

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grenoble École de Management
Image illustrative de l'article Grenoble École de management
Devise Management Technology & Innovation
Informations
Fondation 1984
Type École de commerce (École consulaire)
Budget 54 millions d'euros (2013)
Localisation
Coordonnées 45° 11′ 24″ N 5° 42′ 47″ E / 45.1901, 5.7130545° 11′ 24″ Nord 5° 42′ 47″ Est / 45.1901, 5.71305
Ville Grenoble
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Direction
Directeur Loïck Roche[1]
Chiffres clés
Enseignants 700
Étudiants 6 853[2]
Divers
Site web http://www.grenoble-em.com

Géolocalisation sur la carte : Grenoble

(Voir situation sur carte : Grenoble)
Grenoble École de Management

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grenoble École de Management

Grenoble École de management est une école supérieure de commerce et de management créée en 1984 à Grenoble, dans la région Rhône-Alpes.

Historique[modifier | modifier le code]

Logo d'origine comportant un dauphin, symbole du Dauphiné

L'école supérieure de commerce de Grenoble située rue Hoche, est créée en janvier 1984 sous l'impulsion du maire Alain Carignon. Elle est la première ESC intégrant dans ses enseignements un nouveau concept : le Management Technologique.

En 1987, en partenariat avec l'INPG, lancement de Formatech, formation en double compétence (scientifique et managériale) de niveau II pour techniciens supérieurs avec deux options : génie industriel et électrique. En 1989, l'ESC Grenoble est admise au Chapitre des Écoles de Management de la Conférence des grandes écoles[3].

En 1990, est signé le 20e accord d'échange international, ponctuant six ans de coopération internationale. En 1992, l'école s'installe dans le quartier Europole, dans un bâtiment " intelligent ", conçu et organisé autour des moyens pédagogiques. Le Management Technologique devient Interculturel.

En 1993, création de TIME, centre d'étude de l'impact de la Technologie et de l'Innovation sur le Management des Entreprises. Naissance au Groupe ESC Grenoble du premier DBA (Doctor of Business Administration) français en coopération avec Henley Management College. Entrée du Groupe ESC Grenoble dans l'European Doctoral Programmes Association in Management and Business Administration (EDAMBA), le réseau européen des programmes doctoraux en management.

En 1997, naissance d'un pôle Rhône-Alpes de formation au management : convention de partenariat avec l'EM Lyon. Nouveaux aménagements : création de 3 000 m2 supplémentaires dédiés au multimédia, à l'éducation permanente, aux programmes internationaux et aux 3e cycles. Création du CIB (Certificate in International Business) qui s'adresse aux bac+2 français ou étrangers souhaitant se former au management dans un contexte pluriculturel.

En 1998, lancement de l'apprentissage à l'international. En 1999, le programme ESC Grenoble obtient l'ISO 9001 avec l'entreprise comme client final. Le Groupe ESC Grenoble crée le "Hall de l'Entrepreneuriat Technologique" incubateur et dispositif d'aide à la création d'entreprises innovantes et d'accompagnement de start-up. Sortie de la première start-up de l'incubateur de l'école : Ionix spécialisée dans le système d'exploitation Linux.

En 2000, sortie de la deuxième start-up de l'école : Askoo.com qui marie expertise humaine et intelligence artificielle. Création d'un bureau pour la promotion des formations au e-business du Groupe ESC Grenoble à Shanghai. Le Groupe ESC Grenoble obtient l'accréditation EQUIS. En 2002, Thierry Grange prend la tête du Groupe ESC Grenoble après avoir été directeur adjoint du Groupe, chargé de la pédagogie et du développement international. Le Groupe ESC Grenoble devient une école multi-sites avec la mise en place de 5 implantations à l'étranger : en Russie, en Moldavie, à Malte, et deux en Chine[4]. En 2003, le Groupe ESC Grenoble change de nom en janvier et devient Grenoble École de Management afin d'affirmer sa position d’opérateur international pour la formation en management.

L’ESC Grenoble signe l’un des premiers accords d'échange entre une école de commerce et une école d’ingénieur avec l’ENST Bretagne. Deux nouveaux sites à l’international ouvrent leurs portes au Maroc et en Serbie. Grenoble École de management se lance dans un important programme d’extension qui va porter la superficie de ses bâtiments à 33 000 m2. Création du Centre pour l’Innovation Technologique et Entrepreneuriale (CITE), nouvel Institut de recherche appliquée de Grenoble École de Management. En 2007, mise en service de l'extension du bâtiment.

En juillet 2012, Loïck Roche est nommé directeur de Grenoble École de management[5], succédant ainsi à Thierry Grange. Il est également membre du bureau de la conférence des grandes écoles en qualité de président du Chapitre des écoles de management[6].

En octobre 2013, l'École de management de Normandie et Grenoble École de management s'installent dans leur nouveau campus commun situé à Paris dans 2 000 m2 de locaux[7]. Avec une capacité de 500 personnes, la formation de ce nouveau campus porte sur des programmes internationaux et de la formation continue aux entreprises[8].

Statuts et organisation[modifier | modifier le code]

Grenoble école de management est un établissement consulaire de la Chambre de commerce et d'industrie de Grenoble. Elle est constituée de plusieurs entités[1] :

Un rapprochement a été envisagé entre Grenoble Ecole de Management et l'EM Lyon en mars 2014. Les discussions entre les acteurs concernés portent davantage sur la forme du partenariat. Si la CCI de Lyon est favorable à une fusion, Loïck Roche, directeur de Grenoble EM, estime cette option prématurée. Il considère la mise en place d'un Executive MBA a vocation mondiale comme un premier pas vers des relations plus approfondies[9]. L'école opte pour le chemin de la prudence comme le relaie Jean François Fiorina, directeur adjoint, sur son blog[10], mais finalement, ce rapprochement ne semble plus être à l'ordre du jour[11].

Grenoble école de management dispose des accréditations European Quality Improvement System (EQIS)[12], Association to advance collegiate schools of business (AACSB)[13] et Association of Masters of Business Administration (AMBA)[14].

Notoriété[modifier | modifier le code]

Un classement publié en décembre 2014 fait ressortir que Grenoble École de management est l'établissement français qui a la meilleure visibilité sur le moteur de recherche Google[15]. À la même époque, le site internet l'étudiant classe l'école en septième position nationale en termes de notoriété[16].

En 2015, en présentant le palmarès des Bachelors selon une étude portant sur 45 écoles françaises et avec neuf critères, Le Parisien classe Grenoble École de Management en seconde position[17]. La même année, les principaux quotidiens nationaux la considèrent comme étant la 6e école de commerce de France[18].

Sur un plan international, le classement 2014 du Financial Times portant sur l'enseignement dans 80 écoles européennes (Russie comprise) positionne l'école en 26e place, soit la 7e école de commerce française citée[19]. Son Master en Management est, quant à lui classé, 15e[20], ce qui fait de Grenoble École de Management la 4e école de commerce française de ce classement. Ce même quotidien ayant déjà remarqué en 2010 le bon classement des écoles de commerce françaises dont l'internationalisation reste un point fort[21].

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Grenoble école de Management

Le projet Grenoble Innovation for Advanced New Technologies (GIANT) dont Grenoble École de management est l'un des membres fondateurs[22],[23] regroupe diverses institutions de renoms sur les 250 hectares de la presqu'île scientifique. L'ambition affichée est de créer une synergie entre ses membres. Le projet est également présenté par ses créateurs comme destiné à devenir un campus de rang mondial[24], structurellement assimilable au MIT ou à l'université Paris-Saclay. Dans cet environnement scientifique, Grenoble école de management étant également membre fondateur de l'institut de recherche technologique, Nanoelec[25] devrait ouvrir en 2017 deux bâtiments supplémentaires de 5 000 m2 chacun sur la presqu'île scientifique, à seulement 400 mètres de ses locaux principaux[26]. Ces nouvelles structures pourront accueillir un « learning lab » qui se veut être une bibliothèque du futur, un « training lab », un « project lab » et cinq salles du futur.

Formations[modifier | modifier le code]

Plusieurs programme sont proposés par Grenoble école de Management, de niveaux différents (bac+3 à bac+5).

Le programme « grande école » est délivrée avec le grade de master[27]. Plusieurs voies d’admission sont possible dont la Banque commune d'épreuves.

Le Doctorate of Business Administration consiste en une rédaction d’une thèse. Cette formation est accessible pour les titulaires d’un diplôme bac+5 ayant de plus une expérience de management[28]. Ce n’est pas un doctorat au sens légal du terme.

Recherche appliquée : instituts et centres de recherche[modifier | modifier le code]

La recherche appliquée est gérée par des instituts : leur objectif est de répondre aux besoins des entreprises par la dissémination et la valorisation de savoirs et savoir-faire.

  • Institut du Capital Client
  • Institut d'Agilité des Organisations
  • ServiCité, l’Institut du Management des Services & des Territoires
  • Institut Sport & Management
  • Institut de Recherche et d'Innovation en Management des Achats
  • Institut de l'entrepreneuriat
Centres de recherche
  • Centre Développement Personnel et Managérial
  • Centre pour l'Innovation Technologique et Entrepreneuriale
  • Centre TIME (impact des Technologies et de l’Innovation sur le Management des Entreprises.)

Grenoble Ecole de Management et la géopolitique[modifier | modifier le code]

Entrée de l'école

Depuis 2007 l'école a ouvert sa stratégie sur ce nouveau champ de connaissances dans l'optique de répondre aux demandes des entreprises d'aujourd'hui et de demain[29]. Considérée comme la "culture générale du monde moderne" par les instances dirigeantes de l'établissement (propos de Jean-François Fiorina au Huffington Post[30]), elle propose une formation axée sur la géopolitique pour parfaire la connaissances de ses futurs diplômés dans ce domaine.

Outre le blog de Jean-François Fiorina où des analyses sont proposées[31], la publications, les "entretiens du directeur" (pamphlets analysant des questions d'actualité sous le prisme géopolitique et géo-économique)[32] et un partenariat avec l'IRIS[33], GEM organise depuis 2009 un festival de géopolitique et de géoéconomie. Pour l'occasion de nombreux experts sont invités à donner leur avis lors de conférences, sur un sujet choisi. D'autre part, un autre aspect de la rencontre réside dans la simulation d'un conseil de sécurité des Nations Unies, à destination des élèves de classe préparatoire économique et commerciale.

Les élèves, par équipe de deux, doivent défendre les intérêts d'un pays leur ayant été attribué quelques mois plus tôt et remplir les objectifs leur ayant été communiqués. Un scénario est tissé, de faux journaux télévisés crées, afin de mettre les représentants dans l'atmosphère d'une négociation réelle[34].

Vie associative[modifier | modifier le code]

Outre 23 associations diverses, l'école possède celle des anciens diplomés de l'école disposant d'un annuaire de 34 717 membres en 2015[35].

Accès[modifier | modifier le code]

L'établissement est desservi par la ligne B du tramway ainsi que par la ligne C5 d'autobus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Organisation », sur www.grenoble-em.com (consulté le 9 novembre 2014)
  2. Site de GEM, chiffres clés.
  3. Conférence des grandes écoles. (consulté le 13 août 2015).
  4. Chambre de commerce et d'industrie de Grenoble.
  5. Financial Time du 20 novembre 2013.
  6. Site de la Conférence des grandes écoles.
  7. Article sur prepa-hec.org
  8. Les echos.fr du 27 mars 2014.
  9. e-orientations.com
  10. http://blog.educpros.fr/fiorina/2009/12/21/partenariat-fusion-entre-ecoles-mode-demploi/
  11. L'etudiant.fr du 5 mars 2014.
  12. « EQUIS Accredited Schools », sur www.efmd.org (consulté le 9 novembre 2014)
  13. « Global listing », sur www.aacsb.edu (consulté le 9 novembre 2014)
  14. « Grenoble Graduate School of Business », sur www.mbaworld.com (consulté le 9 novembre 2014)
  15. Site Educpro.fr (consulté le 11 décembre 2014)
  16. Site de l'étudiant.fr
  17. Le Parisien.
  18. http://orientation.blog.lemonde.fr/2015/06/02/ecoles-de-commerce-le-palmares-des-palmares-2/
  19. Financial Times (en).
  20. http://rankings.ft.com/businessschoolrankings/masters-in-management-2014
  21. réussirmavie.net
  22. Le nouvel économiste du 13 mars 2015.
  23. L'étudiant.fr
  24. Giant-Grenoble
  25. Site de l'IRT Nanoelec.
  26. e-orientation du 20 mars 2014.
  27. Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, « Bulletin officiel spécial no 3 du 24 juillet 2014, 2. Liste des diplômes des établissements d’enseignement supérieur technique privés et consulaires visés par le ministre chargé de l’enseignement supérieur et conférant à leurs titulaires le grade de master »
  28. « Doctorate of of Business Administration », sur www.grenoble-em.com (consulté le 9 novembre 2014)
  29. http://www.grenoble-em.com/1581-pourquoi-la-geopolitique--1.aspx
  30. http://www.huffingtonpost.fr/jeanfrancois-fiorina/geopolitique-un-outil-bus_b_4702654.html
  31. http://blog.educpros.fr/fiorina/category/geopolitique/
  32. http://notes-geopolitiques.com/thematique/entretiens-geopolitiques/
  33. http://www.grenoble-em.com/3783-actualite-geopolitique-et-enseignement--l-iris-et-l-esc-grenoble-deviennent-partenaires-1.aspx
  34. http://www.studyramagrandesecoles.com/home_prepas.php?Id=10069
  35. Diplomés, GEM Graduatenetwork.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]