Grenoble École de management

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (mars 2017).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La typographie de cet article ou de cette section ne respecte pas les conventions de Wikipédia (janvier 2017).

Vous pouvez corriger, en discuter sur l’Atelier typographique ou créer la discussion.

Grenoble École de management
Image illustrative de l'article Grenoble École de management
Devise Management Technology & Innovation
Informations
Fondation 1984
Type Études de commerce en France (établissement privé
Budget 58 millions d'euros en propre (2016)[1]

120 millions d'euros via l'Alliance emlyon-GEM[2] (2016)

Localisation
Coordonnées 45° 11′ 24″ nord, 5° 42′ 47″ est
Ville Grenoble
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Direction
Directeur Loïck Roche[3]
Chiffres clés
Enseignants 700
Étudiants 7 958[4]
Divers
Affiliation CGE, [, Alliance Lyon Grenoble Business School
Site web grenoble-em.com

Géolocalisation sur la carte : Grenoble

(Voir situation sur carte : Grenoble)
Grenoble École de management

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grenoble École de management

Grenoble École de management (GEM) est une école de commerce et de gestion créée en 1984 à Grenoble, dans la région Rhône-Alpes.

Historique[modifier | modifier le code]

Logo jusqu'en 2013 comportant un dauphin, symbole du Dauphiné

Créée par la chambre de commerce et d'industrie de Grenoble en 1984[5], elle prend la dénomination d'École supérieure de commerce de Grenoble et devient la première école intégrant dans ses enseignements le concept de management technologique[6].

En 1987, en partenariat avec l'INPG, l'école lance Formatech, une formation en double compétence (scientifique et managériale) de niveau II pour techniciens supérieurs, ingénieurs avec deux options, génie industriel et électrique. En 1989, l'ESC Grenoble est admise au Chapitre des Écoles de Management de la Conférence des grandes écoles[7].

Après l'obtention en 1999 de la certification ISO 9001, le Groupe ESC Grenoble crée le Hall de l'Entrepreneuriat Technologique, incubateur[8] et dispositif d'aide à la création d'entreprises innovantes et d'accompagnement de start-up, d'où sort l'entreprise Ionix spécialisée dans le système d'exploitation Linux[9]. L'année 2000 voit l'ouverture d'un bureau du Groupe ESC Grenoble pour la promotion des formations au e-business à Shanghai et la sortie de la deuxième start-up de l'école, Askoo qui rapproche expertise humaine et intelligence artificielle[10]. La même année, le Groupe ESC Grenoble obtient l'accréditation EQUIS. En 2002, Thierry Grange (consul honoraire de Norvège, dirigeant d'entreprises) prend la tête du Groupe ESC Grenoble après avoir été directeur adjoint du Groupe, chargé de la pédagogie et du développement international.

Le Groupe ESC Grenoble devient une école multi-sites avec la mise en place de cinq implantations à l'étranger : en Russie, en Moldavie, à Malte, et deux en Chine[11].

En janvier 2003, le groupe ESC Grenoble change de nom et devient Grenoble École de Management. La même année, l’ESC Grenoble signe l’un des premiers accords d'échange entre une école de commerce et une école d’ingénieur, l’ENST Bretagne[12]. En janvier 2005, un nouveau site à l’international ouvre ses portes au Maroc. Grenoble École de management se lance dans un important programme d’extension qui porte la superficie de ses bâtiments à 33 000 m2 en 2007. En juillet 2009, de nouveaux partenariats sont créés avec plusieurs universités à travers le monde, dans lesquels Grenoble École de management dispense certains de ses cours au sein de l'université locale, comme à Genève, Pise, Ghaziabad, Los Angeles, Singapour, Tbilissi, Pékin, Moscou ou Londres[13].

En juillet 2012, Loïck Roche est nommé directeur de Grenoble École de management[14], succédant ainsi à Thierry Grange. Il est également membre du bureau de la conférence des grandes écoles en qualité de président du Chapitre des écoles de management[15] et depuis réélu à ce poste.

En décembre 2012, Grenoble École de Management est la première école de management associée à l'Institut Mines-Télécom avec pour objectifs de créer de nouvelles formations et développer la recherche dans le domaine du management de la technologie et de l'innovation. En octobre 2013, l'École de management de Normandie et Grenoble École de management s'installent dans leur nouveau campus commun situé à Paris sur 2 000 m2 de locaux[16]. La formation de ce nouveau campus porte sur des programmes internationaux et de la formation continue aux entreprises[17].

En 2016, Grenoble École de management envisage de changer de modèle économique et d'adopter le nouveau statut d'établissement d'enseignement supérieur consulaire[18],[19]. En avril 2016, Grenoble École de management annonce l'ouverture d'un campus à Berlin pour janvier 2017, dans les locaux de German International Graduate School for Management and Administration[20].

Statuts et organisation[modifier | modifier le code]

Grenoble école de management est un établissement consulaire de la Chambre de commerce et d'industrie de Grenoble. Elle est constituée de plusieurs entités[3] :

Un rapprochement a été envisagé entre Grenoble Ecole de Management et l'EM Lyon en mars 2014. Les discussions entre ces deux acteurs régionaux classés 4 et 5èmes des écoles de commerce françaises portent davantage sur la forme du partenariat. Si la CCI de Lyon est favorable à une fusion, Loïck Roche, directeur de Grenoble EM, estime cette option prématurée. Il considère la mise en place d'un Executive MBA a vocation mondiale comme un premier pas vers des relations plus approfondies[21]. L'école opte pour le chemin de la prudence comme le relaie Jean François Fiorina, directeur adjoint, sur son blog[22], mais finalement, ce rapprochement ne semble plus être à l'ordre du jour[23].

Cependant le 29 mars 2016, les deux écoles annoncent leur alliance baptisée Alliance Lyon Grenoble Business School et comptent mettre en commun progressivement à partir de la rentrée 2016 leurs équipes de recherche, ainsi qu’une partie de l’immobilier et de leurs relations internationales[24]. Cette alliance met en commun leur budget opérationnel hors investissements qui atteint désormais 120 millions d'euros (soit au même niveau qu'HEC selon les dirigeants des deux écoles)[25]. De plus, elle permet aux écoles concernées de mettre en commun un corps professoral de 199 titulaires permanents qui permettrait à l'alliance de devenir le "premier corps professoral [français] dans les sciences de gestion avec une centaine de publications par an" selon le directeur de l'EM Lyon, Bernard Bellante[26].

Le 14 mars 2016, lors d'une interview au quotidien Le Monde, Lise Dumasy, présidente de l'Université Grenoble-Alpes[27](35e du Times Higher Education World University Ranking), déclare travailler au rattachement de Grenoble École de management à la communauté Université Grenoble-Alpes[28],[29]. Les deux structures travaillent sur des doubles diplômes : "droit des affaires", "histoire et management", "philosophie et management" et "économie et management".

Notoriété[modifier | modifier le code]

En 2016-17, Le Figaro[30] classe Grenoble École de Management (GEM) en 5e position, parmi les meilleures écoles de commerce françaises avec HEC, l'ESSEC, l'ESCP Europe et sa voisine EM Lyon.

En 2015 et 2016, le site internet L'Étudiant classe l'école (GEM) en sixième position nationale des Grandes écoles de commerce[31]. Un classement fait également ressortir que Grenoble École de management est l'établissement français qui a la meilleure visibilité sur le moteur de recherche Google[32].

Depuis 2012, les principaux quotidiens nationaux (Le Point[33], L'Express, Le Parisien[34]) considèrent Grenoble Ecole de Management (GEM) comme la 6e école de commerce de France[35].

Sur un plan international, le classement 2016 du Financial Times portant sur l'enseignement dans 80 écoles européennes (Russie comprise) positionne l'école en 17e place, soit la 5e école de commerce française citée[36].

Grenoble école de management dispose de la triple accréditation European Quality Improvement System (EQUIS)[37], Association to advance collegiate schools of business (AACSB)[38] et Association of Masters of Business Administration (AMBA)[39].

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Grenoble école de Management

Grenoble École de management est un membre fondateur du campus GIANT (Grenoble Innovation for Advanced New Technologies)[40],[41], créé en 2008 par huit partenaires historiques de la presqu'île scientifique, afin de faciliter les échanges, l'innovation et les collaborations entre eux. Le projet est présenté par ses créateurs comme destiné à devenir un campus de rang mondial[42],[43], assimilable au MIT ou à l'université Paris-Saclay.

Grenoble école de management est également membre fondateur de l'institut de recherche technologique, Nanoelec, l'un des six premiers lauréats de l'appel à projets du Grand emprunt révélés le 10 mai 2011 par le gouvernement français[44],[45]. L'école doit ouvrir en 2017 deux nouveaux bâtiments sur cette presqu'île scientifique, à 400 mètres de ses locaux principaux. Ces nouvelles structures pourront accueillir un « learning lab » qui se veut être une bibliothèque du futur[46].

Formations[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.  (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Plusieurs programmes sont proposés par Grenoble école de Management, de niveaux différents allant du niveau bac+3 à celui de bac+5.

Plusieurs voies d’admission sont possibles dont celle de la Banque commune d'épreuves (post prepa HEC) et l'admission sur titres (Passerelle)

  • Le programme « Grande École » délivre le grade de master[47] avec plusieurs parcours possibles : "English Track" (parcours totalement enseigné en anglais), parcours "trilingue", parcours "transcontinental" (Beihang University, Cambridge, Columbia University...), parcours "alternance", parcours "Expertise comptable et audit financier", parcours "Ingénieur manager"...et des modules optionnels (Autorité des Marchés Financiers, CFA, DSCG..).
  • Le programme PhD
  • Les Programmes professionnalisants : Le Doctorate of Business Administration consiste en une rédaction d’une thèse. Cette formation est accessible pour les titulaires d’un diplôme bac+5 ayant de plus une expérience de management[48]. Ce n’est pas un doctorat au sens légal du terme.

Recherche appliquée : instituts et centres de recherche[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.  (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

La recherche appliquée est gérée par des instituts : leur objectif est de répondre aux besoins des entreprises par la dissémination et la valorisation de savoirs et savoir-faire.

  • Institut du Capital Client
  • Institut d'Agilité des Organisations
  • lnstitut du Management des Services & des Territoires "ServiCité",
  • Institut Sport & Management
  • Institut de Recherche et d'Innovation en Management des Achats
  • Institut de l'Entrepreneuriat
Centres de recherche
  • Centre Développement Personnel et Managérial
  • Centre pour l'Innovation Technologique et Entrepreneuriale
  • Centre TIME (impact des Technologies et de l’Innovation sur le Management des Entreprises.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. [2]
  3. a et b « Organisation », sur www.grenoble-em.com (consulté le 9 novembre 2014)
  4. Site de GEM, chiffres clés.
  5. Loïck Roche, « 1984-2014 : from a ‘’Business School’’ to a ‘’School for Business and Society’’ », sur Le Blog de Loïck Roche (consulté le 15 mai 2016)
  6. Grenoble École de management.
  7. Conférence des grandes écoles. (consulté le 13 août 2015).
  8. « Classement des incubateurs d'entreprise dans les écoles de commerce », LEntreprise.com,‎ (lire en ligne)
  9. societe.com
  10. relationclientmag.fr du 1er février 2001, Askoo met de l'humain dans Internet.
  11. Chambre de commerce et d'industrie de Grenoble.
  12. telecom-bretagne.eu, Le partenariat Télécom Bretagne / ESC Grenoble.
  13. Grenoble École de management.
  14. Financial Time du 20 novembre 2013, Loïck Roche, Grenoble Business School.(en)
  15. Site de la Conférence des grandes écoles.
  16. actualites.prepa-hec.org du 12 septembre 2013, EM Normandie et Grenoble Ecole de Management: campus à Paris.
  17. Les echos.fr du 27 mars 2014.
  18. latribune.fr du 26 février 2016, HEC et autres écoles consulaires sont-elles sur le point d'être privatisées ?
  19. lesechos.fr du 20 décembre 2015, Les écoles consulaires en route vers une « privatisation douce? ».
  20. etudiant.lefigaro.fr du 14 avril 2017, Grenoble EM ouvrira un campus à Berlin début 2017.
  21. e-orientations.com
  22. http://blog.educpros.fr/fiorina/2009/12/21/partenariat-fusion-entre-ecoles-mode-demploi/
  23. L'etudiant.fr du 5 mars 2014.
  24. letudiant.fr du 29 mars 2016, L'EM Lyon et Grenoble École de management se fiancent.
  25. Martine Jacot, « Grenoble Ecole de management et l’EM Lyon s’allient pour « bâtir une faculté de niveau mondial » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  26. « Pourquoi l'EMLyon et Grenoble Ecole de management se rapprochent », sur Challenges (consulté le 9 mai 2016)
  27. Université Grenoble Alpes, « Classements internationaux 2016 : le site grenoblois confirme ses ambitions dans le Times Higher Education World University Ranking », Université Grenoble Alpes, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  28. Université Grenoble Alpes, « Classement de Shanghai 2016 : l’Université Grenoble Alpes dans le top mondial en ingénierie », Université Grenoble Alpes, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  29. lemonde.fr du 14 mars 2016, « L’Université Grenoble Alpes sera une grande université européenne à l’image de Munich ou Turin ».
  30. « Découvrez le classement Figaro des écoles de commerce », Le Figaro Etudiant, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  31. Site de l'étudiant.fr
  32. Site Educpro.fr (consulté le 11 décembre 2014)
  33. Le Point, magazine, « Grandes écoles de commerce - Classement 2015- Le Point », sur Le Point.fr (consulté le 12 décembre 2016)
  34. « Ecoles de commerce : découvrez le 8e palmarès du Parisien », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  35. lemonde.fr du 2 juin 2015, Écoles de commerce, le palmarès des palmarès.
  36. Financial Times. (en)
  37. « EQUIS Accredited Schools », sur www.efmd.org (consulté le 9 novembre 2014)
  38. « Global listing », sur www.aacsb.edu (consulté le 9 novembre 2014)
  39. « Grenoble Graduate School of Business », sur www.mbaworld.com (consulté le 9 novembre 2014)
  40. Le nouvel économiste du 13 mars 2015, Écoles de commerce “du milieu” : des racines et des ailes.
  41. L'étudiant.fr
  42. Giant-Grenoble
  43. letemps.ch du 13 novembre 2013, Á Grenoble, l’innovation version Giant.
  44. L'étudiant.fr du 3 octobre 2011, Grand emprunt : Valérie Pécresse annonce 6 lauréats pour les IRT (Institut de recherche technologique).
  45. Site de l'IRT Nanoelec.
  46. e-orientation du 20 mars 2014, Pour ses 30 ans, GEM se dote d'un ambitieux plan stratégique.
  47. Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, « Bulletin officiel spécial no 3 du 24 juillet 2014, 2. Liste des diplômes des établissements d’enseignement supérieur technique privés et consulaires visés par le ministre chargé de l’enseignement supérieur et conférant à leurs titulaires le grade de master »
  48. « Doctorate of of Business Administration », sur www.grenoble-em.com (consulté le 9 novembre 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]